AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782756077055
144 pages
Delcourt (06/01/2016)
3.84/5   29 notes
Résumé :
Kyle Barnes est tourmenté par des possessions démoniaques depuis son plus jeune âge. À la lumière de récentes découvertes et en dépit de terribles cauchemars, il semble commencer à comprendre la nature du mal qui le touche, et à entrevoir les réponses quil a cherchées toute sa vie. En revanche, la vie du Révérend Anderson, celui qui le soutient depuis toujours, semble sur le point de s'écrouler.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  07 janvier 2016
Ce tome contient les épisodes 7 à 12, initialement parus en 2015, écrits par Robert Kirkman (le scénariste de Walking Dead), dessinés et encrés par Paul Azaceta, mis en couleurs par Elizabeth Breitweiser. La lecture du premier tome est indispensable pour comprendre ce qui se passe et qui sont les personnages.
Après sa rencontre avec Sidney, le révérend Anderson panse sa blessure, en forme de pentagramme sur son torse, alors que Sidney expectore ses poumons à l'extérieur. le lendemain, Allison (l'ex-femme de Kyle Barnes) prend un verre avec Megan Holt (la soeur de Kyle Barnes). Après, Megan décide de rester un peu pour dire sa façon de penser à Donnie un ancien camarade de classe de Kyle.
Quant à lui, Kyle Barnes décide se rendre chez Roger & Betsy pour voir comment se porte leur fils Joshua. Puis il se rend chez le révérend Anderson pour lui indiquer qu'il accepte de le seconder ce jour-ci. Première étape : rendre visite à Brian que sa femme Karla a quitté. Ce dernier n'apprécie pas d'être touché par Kyle. Puis direction Charlestown, pour rechercher une fugueuse Sherry.
Avec ce deuxième tome, le lecteur est de retour dans cette région de Virginie, et dans cette petite bourgade. Paul Azaceta représente de manière convaincante un urbanisme très étalé conçu pour la voiture, avec des maisons individuelles à un étage, des intérieurs meublés avec du mobilier bon marché, mais bien agencé, une station-service tout ce qu'il y a de plus ordinaire. La séquence se déroulant à Charlestown montre un urbanisme plus dense, et des constructions à plusieurs étages. Dans les 2 localisations, les fils électriques zèbrent le ciel en arrière-plan.
Le lecteur retrouve les personnages du tome précédent, ce qui lui permet de commencer à identifier ceux qui sont récurrents. Il est possible de reconnaître Megan Holt (la soeur de Kyle), Mark (son mari) et Holly leur fille. Il y a également la famille composée de Roger, sa femme Betsy et leur fis Joshua, Allison (l'ex-femme de Kyle) et leur fille Amber, Donnie (l'ex camarade classe de Kyle), Luke Masters (l'inspecteur de police), Sidney (le nouveau méphistophélique), Mildred (la femme âgée et revêche), Brian que l'épouse Karla a quitté, Sherry qui a fugué et abandonné son père Roy. le lecteur doit faire un petit effort pour mémoriser cette vingtaine de personnages car ils peuvent n'apparaître que le temps d'une séquence et n'être définis que par une caractéristique physique.
Les traits un peu pâteux et lâches du dessinateur donnent assez de personnalité à chaque protagoniste pour qu'il soit possible de les reconnaitre facilement, mais la rencontre de certains ne laisse pas forcément de souvenir impérissable (par exemple Donnie). À force qu'ils soient majoritairement mystérieux, ils en deviennent peu consistants. le lecteur peut se lasser des sous-entendus du révérend Anderson qui ne semble en fait pas comprendre grand-chose, et dont la foi ne se manifeste que par les prières qu'il adresse à haute voix à Dieu. le comportement un peu paumé de Kyle Barnes fait que le lecteur a du mal à ressentir de l'empathie à son endroit. Difficile de compatir à son abattement, à son attitude de chien battu face à son ex-femme (surtout que Kirkman n'a toujours pas révélé ce qui s'est réellement passé entre eux), ou à sa façon de tourner autour de sa fille au risque de lui causer encore plus de peine.
Cette séquence où Barnes se retrouve devant la maison de son ex-femme est rendue d'autant plus pénible qu'Azaceta la dessine avec pragmatisme, sans en rajouter dans les effets larmoyants ou romantiques, sans oublier les arrière-plans. le lecteur ressent les émotions des personnages, et il constate également leur manque de maturité. Il a l'impression d'être assis à côté d'eux, et de devoir subir leur indécision d'une manière assez pénible.
Difficile dans ces conditions de s'attacher aux personnages. le lecteur reporte alors son intérêt sur l'intrigue. le résultat n'est guère plus probant. Il avait bien compris dans le premier tome qu'il y a une histoire de possession de certains habitants, sans trop savoir ce dont il retourne, ou en connaître grand-chose la nature de l'entité qui rôde. Il en apprend un tout petit peu plus dans ces 6 épisodes, mais pas beaucoup. Il voit Kyle Barnes se démener pour essayer d'additionner 1 et 1, avec une lenteur d'autant plus désespérante, que les personnages autour de lui ne connectent pas grand-chose non plus. Arrivé au bout de ces 6 épisodes, il se demande si l'intrigue a vraiment avancé. Certes, il faut bien que les auteurs fasse le tour de tous les personnages, et développent progressivement la relation entre Kyle Barnes et le révérend Anderson, mais cela n'apporte pas beaucoup d'éclairage sur leur personnalité respective (et cela n'empêchait de faire avancer le reste).
Malgré tout au bout de ces 6 épisodes, le lecteur constate également que cette lecture peut s'avérer prenante. Il y a le travail remarquable d'Elizabeth Breitweiser qui intensifie les ambiances, avec une palette assez sombre et glauque, renforçant le malaise des situations en phase avec le rythme du récit. Elle choisit avec une grande perspicacité quand appliquer une couleur uniforme, et quand introduire des nuances dans une même teinte. Elle le fait avec discrétion, et complète les dessins de manière admirable.
Ensuite, le lecteur se retrouve saisi par certaines scènes. D'un côté, il sent bien que Robert Kirkman n'est pas pressé de raconter son histoire, car elle est déjà en développement (à l'été 2015) en série télé. de l'autre côté, il voit que le manque d'efficacité des personnages les met dans des situations malsaines, sans qu'il soit besoin de rajouter des gros monstres baveux. Lorsque le révérend Anderson applique maladroitement un pansement sur sa blessure en pleurant en continu, le lecteur sourit devant la représentation un peu appuyée de ses larmes, par contre il compatit devant cet homme d'une quarantaine ou cinquantaine d'années vivant seul, et devant trouver le courage de prendre soin de lui après s'être fait agresser. À nouveau les dessins simples et prosaïques de Paul Azaceta montrent toute la détresse de cette solitude, et la marque infamante que représente cette blessure.
Le dessinateur représente avec sensibilité les postures des individus se faisant face, avec une légère gaucherie pour montrer le malaise intérieur qu'ils éprouvent, leur manque d'assurance, leur forme personnelle de culpabilité. Azaceta montre des individus pas accablés, mais alourdis par le poids de leur banalité, et de quelques erreurs plus ou moins ordinaires.
Arrivé en milieu de tome, le lecteur reste bouche bée devant une scène angoissante. le révérend Anderson conduit son véhicule, avec Kyle Barnes comme passager et ils discutent de leur situation. Ils s'arrêtent pour faire le plein à une station-service. Sorti pour se dégourdir les jambes, Barnes jette un coup d'oeil autour de lui et prend conscience de la situation inconfortable dans laquelle il se trouve, en rapport avec la conversation précédente. Ces pages sont muettes, il n'y a pas de gros monstre à proximité, ou de tueur prêt à frapper. Pourtant cette scène normale porte une angoisse palpable d'un danger diffus, avec une force extraordinaire. Ainsi sans effet spéciaux, sans manifestation surnaturelle, les auteurs réussissent une poignée de scènes d'une intensité à couper le souffle. C'est dans ces moments-là que la série trouve sa raison d'être.
Avec ce deuxième tome le lecteur est bien embêté. L'intrigue avance à un rythme d'escargot. Les protagonistes ont bien du mal à exister, avec des personnalités embryonnaires. En outre, ils ne sont pas très attachants, que ce soient les victimes sans épaisseur, les personnages principaux inefficaces et perdants sans éclat. Les dessins de Paul Azaceta sont tellement prosaïques qu'ils peinent à assurer le spectacle. D'un autre côté ces mêmes dessins montrent avec fidélité un quotidien des plus banals, où l'étrangeté n'en ressort qu'avec plus de force. Ils transcrivent le malaise des personnages avec une rare efficacité, qu'il s'agisse d'un face-à-face gêné, ou d'une d'un subtil décalage dans une situation autrement très normale. le travail sur les couleurs nourrit discrètement ce malaise diffus. Arrivé là le lecteur se dit que cette série est partie pour être diluée parce qu'elle ne sert que de proposition justificative pour une série télévisée, et que le nombre de révélations sera toujours faible de tome en tome. Mais il est aussi possible que les auteurs affinent leur narration et que le poison distillé se fasse plus virulent. Au final, il a bien envie d'attribuer le bénéficie du doute, et de revenir pour un troisième tome, celui de la dernière chance. 3 ou 4 étoiles, en fonction de la tolérance et de la patience du lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
robert7
  18 avril 2017
Bien, Kyle Barnes découvre son pouvoir et en même temps comment le maîtriser. Est ce une malédiction ou une damnation qui lui transmit. Je me demande ou Kirkman et Azaceta veulent nous emmener. En espérant que se n'est pas un comics pour le commerce car j'ai du mal à trouver l'histoire intéressante suite au troisième tome. Car la narration ce répète comme sur le deuxième tome.
Commenter  J’apprécie          100
boubously
  22 janvier 2016
Kyle Barnes commence à comprendre petit à petit l'étendu de son pouvoir, comme par exemple reconnaître un possédé au toucher etc...Le révérend se remet difficilement de la visite inopportune de l'homme au chapeau mystérieux qui lui a laissé un souvenir sous forme d'une scarification satanique.
Ces deux comparses se donnent pour mission de traquer les possédés en essayant de les délivrer de leur démon intérieur. Mais ils s'aperçoivent que ces démons sont légions...
Je considère ce tome comme une sorte de transition avec pas mal de révélations tout en laissant une part de mystère pour ne pas tout dévoiler d'un seul coup ( qu'est ce que l'auteur veut dire par banni ? Fusion ? ...) Un tome un peu plus lent que dans le 1er certes mais il reste passionnant et sort des sentiers battus. de plus, les dessins s'apprêtent vraiment bien à cette histoire fantastique et sombre. En tout cas j'attends avec impatience le 3ème !
Commenter  J’apprécie          40
Yvan_T
  19 février 2017
Ce tome, qui reprend les épisodes #7 à #12 de cette saga horrifique écrite par Robert Kirkman (Walking Dead), dessinée par Paul Azaceta et mise en couleurs par Elizabeth Breitweiser, replonge immédiatement le lecteur dans cette petite bourgade de Virginie, où il vaut mieux toujours avoir un exorciste sous la main.
Le volet précédent avait installé avec brio une galerie de personnages au passé nébuleux, ainsi qu'une ambiance particulièrement angoissante, tout en posant les bases de cette intrigue basée sur la possession démoniaque. Cette suite permet de retrouver les différents personnages et en particulier Kyle Barnes et le révérend Anderson, qui ont décidé de poursuivre leur croisade contre le Mal en traquant les possédés en les délivrant de leurs démons.
Robert Kirkman a déjà souvent prouvé son savoir-faire au niveau de la caractérisation des personnages et propose à nouveau un (anti-)héros particulièrement réussi. Kyle Barnes est un homme torturé, tourmenté par un passé difficile et vivant reclus sur lui-même. Malgré les nombreux cas d'exorcisme auxquels il a été confronté dans son entourage et les nombreux sacrifices qu'il a dû faire depuis son plus jeune âge, il poursuit courageusement sa quête. Les retrouvailles avec son ex-femme et son enfant sont à ce titre très émouvantes. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, notamment le révérend Anderson qui souffre encore de sa rencontre avec Sidney et qui tente de prouver sa foi, tout en dissimulant ses peurs.
Si le lecteur en apprend un peu plus sur Kyle Barnes, sur l'étendu de son pouvoir et sur les possédés, l'intrigue avance tout de même au compte-gouttes, distillant les révélations petit à petit et conservant constamment une part d'ombre pour la suite. Si les protagonistes sont très convaincants, il faut également souligner l'atmosphère sombre et lugubre qui plane autour de cette petite bourgade où les possessions démoniaques sont légion. le dessin de Paul Azaceta et le travail au niveau des jeux d'ombre contribuent d'ailleurs à installer cette ambiance angoissante tout au long du récit. le tout est merveilleusement rehaussé par la colorisation sombre et glauque d'Elizabeth Breitweiser, qui s'installe au diapason de cet excellent récit horrifique.
Retrouvez d'ailleurs cet album dans mon Top comics de l'année !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mimouski
  16 septembre 2021
Un tome confirmant mon intérêt pour ce comics réalisé par Kirkman. Kyle s'enfonce dans la noirceur qui entoure sa bourgade et dans toutes les possessions qui se révèlent différentes. Comment sauver ces gens quand on ne sait pas depuis combien de temps ils sont possédés ? Outcast est bien dosé entre combats, noirceurs et émotions avec les retrouvailles de Kyle avec sa famille. Il en ressort déterminé pour comprendre et vaincre le mal. Nous, déterminé pour lire la suite.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (3)
BulledEncre   29 février 2016
Une suite prenante et sombre à souhait.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD   20 janvier 2016
Dans la lignée morbide d’un Stephen King, Robert Kirkman démontre qu’il maîtrise lui aussi ce genre, et ce malgré une trame qui fonctionne au ralenti.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   12 janvier 2016
Un second volume qui prouve qu'il faut suivre cette série fantastique. Après The Walking Dead, Kirkman frappe à nouveau très fort !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
robert7robert7   18 avril 2017
Ils ont dit que je leur donnais. Du pouvoir. Peut-être que je lui donné la force de combattre ce truc, pour qu'elle puisse être exorcise.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Robert Kirkman (52) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Kirkman
Masterclass Robert Kirkman
Abonnez-vous à notre chaîne ! https://www.youtube.com/user/bdangouleme/videos
Programmation et infos sur bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @bdangouleme
RAJA partenaire principal du Festival : www.raja.fr
autres livres classés : possessionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Robert Kirkman

Quel futur dessinateur de comics et un de ses premiers collaborateurs a-t-il rencontré dès le lycée ?

Brian Michael Bendis
Charlie Adlard
Michael Avon Oeming
Tony Moore

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Robert KirkmanCréer un quiz sur ce livre