AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Edmond Tourriol (Traducteur) Makma (Traducteur)
ISBN : 2756012831
Éditeur : Delcourt (14/11/2007)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 596 notes)
Résumé :
Rick et son groupe de survivants quittent les abords d’Atlanta en quête de l’abri qui les protègera des attaques incessantes de morts-vivants. La chance leur sourit lorsqu’ils trouvent sur leur chemin un immense pénitencier laissé à l’abandon. Du moins, le pensent-ils. Car, une fois les alentours nettoyés, ils font la rencontre des résidents de la prison.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (71) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  28 décembre 2016
Ce tome comprend les épisodes 13 à 18, initialement parus en 2004/2005, écrits par Robert Kirkman (qui effectue également le lettrage en VO) dessinés et encrés par Charlie Adlard, avec des tons gris apposés par Cliff Rathburn, et une couverture de Tony Moore.
Enfin ! Rick Grimes et sa troupe sont arrivés devant une bâtisse qui semble offrir tout ce qu'ils recherchent. La troupe est composée de Rick de sa femme Lori (enceinte), de son fils Carl, Tyrese, Sophia, Andrea, Allen, Chris, Sophia, Dale, Julie, Carol, et peut-être encore un ou deux autres. Avant de pouvoir s'installer, il faut tuer les zombies présents dans l'enceinte, sans se faire mordre, mais en économisant les balles. La tâche s'avère plus longue que prévue. À nouveau la douzaine de rescapés doit passer la nuit dans le camping-car (RV, recreational vehicle). Rick partage les tâches le lendemain : ceux qui continuent de débiter du zombie pour sécuriser l'enceinte, ceux qui brûlent les cadavres de zombies, et ceux qui gardent les enfants.
L'intérieur de la prison contient encore des zombies dans les recoins, ainsi qu'une surprise de taille : 4 pensionnaires en tenue orange, appelés Andrew, Dexter, Axel et Thomas Richards. Il y a une bonne surprise : un stock conséquent de nourriture sous forme de boîtes de conserve. Mais ces derniers jours commencent à peser lourdement sur certains individus, au point d'envisager d'en finir. Rick Grimes pense avoir trouvé un site facile à sécuriser où il sera possible de s'établir pour quelques mois. Il souhaite y inviter la famille Greene (Billy, Hershel, Maggie, Rachel, Susie ainsi que Glenn et Patricia). Les différentes personnes effectuent une découverte terrifiante sur la transmission du virus : les individus décédés reviennent automatiquement à la vie sous forme de zombie.
C'est toujours un plaisir de retrouver une couverture vaguement parodique de Tony Moore avec les petites mouches autour des zombies, et une image qui synthétise le point de départ : la promesse d'un lieu offrant la sécurité. En ouvrant ce troisième tome, le lecteur éprouve quelques difficultés à se souvenir de l'identité de tous les membres de la petite troupe, et du peu d'histoire personnelle dont ils disposent, mais l'essentiel revient en mémoire en cours de route, et pour le reste, c'est que ça ne devait pas être très important. Robert Kirkman continue d'utiliser une approche naturaliste pour ses personnages, c'est-à-dire qu'il ne propose pas d'accès facilité à leurs pensées, et qu'ils se conduisent en adultes. Enfin, c'est presque ça parce qu'à plusieurs reprises, 2 d'entre eux (à tour de rôle) se lancent dans de longs dialogues pour expliquer leur attitude, ou leur état d'âme. Cela produit un effet un peu étrange à la lecture : d'un côté certains personnages sont capables de se lancer dans une exposition bien construite et son interlocuteur l'écoute calmement ; de l'autre côté ils ont des réactions à fleur de peau durant la majeure partie du temps.
Tout au long de ces épisodes, Robert Kirkman oscille ainsi entre les moments naturalistes et les mises en scène artificielles, pour maximiser les effets choc. Il y a un certain nombre de morts dans ce tome, en particulier 2 fillettes. le fait est que leur mort est révélée de manière choc dans une image occupant les 5 sixièmes d'une page, avec le pauvre père terrassé à genou, les larmes ruisselant sur ses joues. Kirkman joue à fond sur la découverte choc pour atteindre le lecteur, et Charlie Adlard en rajoute un maximum pour une mise en scène la plus choc possible, la plus dramatique possible. le lecteur n'ayant pas le temps de développer un attachement pour ces 2 fillettes, ni d'apprécier les particularités de leur relation avec leur père, le choc s'en trouve grandement diminué en termes d'empathie. À un autre moment, un père se retrouve avec le corps nu de sa fille d'une vingtaine d'années dans les bras alors qu'elle vient d'être abattue. À nouveau l'artiste met son moment en scène de la manière la plus choquante qui soit, mais sans aller jusqu'à représenter les attributs sexuels, parce que les conventions des comics veulent que la violence et le sadisme relèvent du divertissement, par contre la nudité reste tabou.
Sur ce dernier point, Robert Kirkman se montre tout aussi hypocrite, puisqu'il met en scène des relations sexuelles avec une régularité étonnante. La fille de Tyreese passe à l'acte, Carol et Tyreese passent à l'acte, Maggie poursuit sa relation, Dale & Andrea continuent à se donner du plaisir. le lecteur peut comprendre que du fait de l'émotion et du traumatisme de l'effondrement de la civilisation, les individus souhaitent se rapprocher pour trouver du réconfort. Néanmoins en attribuant autant de place à cette activité, le scénariste en fait un élément principal du comportement des membres de cette petite communauté. Dans le même temps, il consacre une case ou deux, à intervalle régulier à la grossesse de Lori. Or aucun des autres couples n'utilise un moyen de contraception, comme s'ils étaient oublieux du processus de reproduction. Dans la mesure où il s'agit de plusieurs couples et pas d'un seul, c'est un comportement généralisé assez surprenant dans son irresponsabilité.
En outre, la vie en société, même aussi dégradée que celle-ci, continue de faire ressortir les comportements individualistes et même égoïstes des uns et des autres. À nouveau le lecteur peut se dire qu'il s'agit pour le scénariste de rappeler que le pire ennemi de l'homme reste lui-même, plus encore que l'infestation de zombies. Bien sûr, c'est à nouveau l'occasion pour Charlie Adlard de ne pas finasser pour être sûr que le lecteur comprenne bien. Quand Tyreese tient sa fille dans ses bras, le lecteur a l'impression de voir un acteur sur une scène de théâtre en train de surjouer pour être sûr de faire passer l'émotion, en criant vers le ciel. Quand Rick retrouve un individu cru mort, ce dernier se tient dans une position d'attente, comme s'il avait pris la pose pour le moment où on le trouverait. Quand un individu a fini d'en tabasser un autre, l'artiste (certainement à la demande du scénariste) consacre un dessin en double page pour un plan d'ensemble général, afin que le lecteur comprenne bien qu'il s'agit d'un moment important. Il lui arrive également de rajouter des détails qui dénotent par rapport au ton réaliste, comme le sol du RV jonché de déchets inidentifiables, ce qui semble totalement gratuit, les utilisateurs n'ayant pas envie de vivre dans un endroit sale.
Charlie Adlard n'a pas toujours un travail facile, quand il doit dessiner de longues conversations, séquence par nature un peu statique, à l'intérêt visuel limité. Il peut lui arriver d'alterner des gros plans, en glissant quelques plans taille, avec des expressions de visage faciles à lire. Il peut arriver également que son plan de prise de vue soit plus élaboré, avec des cases montrant le placement des personnages dans leur environnement ou leur déplacement. À d'autres moments, cet artiste réalise des dessins qui ne se contentent pas suivre le script et qui complètent la scène. Comme dans le tome précédent, il en est ainsi pour les séquences d'abattage de zombies. le lecteur peut voir l'efficacité acquise par Rick Grimes, Tyreese et quelques autres à éclater les crânes avec un marteau de charpentier, ou tout autre outil contondant. Comme dans le tome précédent, Adlard ne recherche pas la précision photographique de la matière cervicale qui gicle, mais l'impression d'amas informe et visqueux. Comme dans le tome précédent, il insiste lourdement sur les fluides corporels des zombies qui giclent et qui maculent les habits des humains, voire leur visage ou leurs mains. À nouveau, les personnages ne prennent aucune précaution pour éviter le risque d'inhaler le potentiel virus liés à la maladie zombie.
Le lecteur apprécie déjà beaucoup plus quand un personnage se retrouve submergé par un groupe de zombies, disparaissant sous la masse hésitante et malhabile. Il a l'impression de pouvoir toucher le cuir des fauteuils du coiffeur de par la justesse de la texture. Il est sous le charme du caractère iconique de Rick à moto sur l'autoroute. Charlie Adlard réussit une très belle mise en scène pour la découverte des 4 prisonniers sagement attablés dans le réfectoire : une scène d'une tranquillité et d'une étrangeté totale par rapport à ce que pouvaient imaginer Rick et Tyreese en ouvrant ces portes. Contrairement à ce que pourrait laisser penser certaines discussions, l'artiste s'avère très convaincant pour rendre compte d'émotions fugaces sur les visages, et révélatrices de tension. Ainsi quand la troupe de Rick se retrouve en présence des prisonniers, il se produit un échange de regard traduisant la défiance et le soupçon, très bien mis en scène, et très réaliste. de même, du fait de la mort soudaine et horrible de plusieurs personnages, d'autres se retrouvent en état de choc. À nouveau, Charlie Adlard fait montre d'une sensibilité réelle pour les expressions du visage et pour le langage corporel, en sachant adapter la réaction à la personnalité de chaque protagoniste.
Comme dans le tome précédent, le lecteur peut s'agacer des choix narratifs de Robert Kirkman, à savoir des moments dramatiques soudains et réguliers, calés sur le rythme de parution mensuel, ainsi que des coups de théâtre sanguinolents et choc pour retenir l'attention du lecteur. Il peut aussi regretter que les personnages n'aient pas beaucoup de temps pour exister. Mais en même temps, il constate que les thèmes plus élaborés du tome précédent sont toujours présents, avec un développement progressif et diversifié. Pour commencer, le scénariste remet sur le tapis la question de la confiance à accorder à ceux qui n'appartiennent pas au groupe de Rick Grimes. La présence de prisonniers met cette question sur la table de manière évidente et immédiate. D'un côté, le lecteur se dit qu'à l'évidence, l'union fait la force, mais de l'autre côté ces messieurs ont été incarcérés pour un crime ou un autre. Mais la question se pose également au sein du groupe puisque tout le monde ne partage pas les vues de Rick Grimes, à commencer par sa propre femme. du coup, se repose la légitimité de ses décisions pour le compte du groupe. À nouveau, en arrière-plan, c'est la question de la forme de la société, du chef de groupe, des modalités de décision, de l'intérêt général par rapport à l'intérêt particulier.
Tout comme Charlie Adlard, Robert Kirkman se montre capable de finesse dans le comportement des individus. Il y a donc cette suspicion qui alourdit l'atmosphère entre les prisonniers et le groupe de Rick. Il y a également des moments d'intimité au sein des couples, et parfois des moments humoristiques. Ainsi Dexter trouve une excuse pour aller reluquer Carol et Lori sous la douche (on se demande bien comment elles peuvent encore fonctionner, ces douches, sans électricité), en toute mauvaise foi. Comme dans le tome précédent, la gestion des armes continue d'être une problématique complexe. Chaque individu doit être en mesure de se défendre contre les zombies, et donc doit soit être armé (les adultes et adolescents), soit être protégé par un individu lui-même armé. Mais comment gérer le fait que certains soient eux-mêmes source de danger ? Qui est habilité à en décider, surtout quand il s'agit de criminels ? D'ailleurs est-ce que des jugements pris dans une forme de société précédente sont encore valides ?
Au cours du récit, un individu commet un crime abject sur 2 fillettes. À l'évidence, il s'agit d'une action inacceptable et le criminel est un poison pour la société, quel que soit le contexte, y compris celui d'une infestation de zombies. D'un autre côté, chaque personne en moins dans le groupe en diminue sa force. En plus s'il convient d'appliquer une peine, elle doit être prononcée en bonne et due forme, et appliquée avec le consensus du groupe. Pour ajouter un degré de complexité à la situation (portant pourtant sur un crime abject), il n'y a pas un seul groupe (celui de Rick Grimes), mais 2 groupes avec celui des prisonniers. Kirkman ne s'arrête pas en si bon chemin, et un personnage dit de manière explicite que cette infestation de zombies a drastiquement réduit l'espérance de vie de tout le monde. C'était déjà une évidence pour le lecteur, mais cela constitue une prise de conscience pour plusieurs protagonistes. Cela change de manière drastique la manière de voir les choses. Beaucoup d'individus commencent à accuser le coup de cette accumulation de morts, leurs proches, ceux du groupe, les cadavres vus sur la route, et même les zombies éclatés à la hache, dont il faut ensuite brûler les cadavres pour nettoyer le terrain ou les locaux. À nouveau, l'auteur prend le lecteur par surprise en abordant un élément évident, mais en montrant ses personnages en train d'adapter leur comportement à ce changement de paradigme. À côté de ça la vie continue dans ses gestes les plus ordinaires, à commencer par laver son linge et se couper les cheveux.
Dans ce troisième tome, le lecteur retrouve les caractéristiques du tome précédent. Les personnages ont du mal à exister, le scénario et les dessins mettent en scène des événements racoleurs et primaires, comme s'il fallait absolument retenir l'attention du lecteur, comme si l'intrigue ne suffisait pas. Mais dans le même temps, ils peuvent faire preuve d'une grande finesse, qu'il s'agisse de la mise en scène d'un moment fugace, ou de questions sociales fondamentales. Il devient assez difficile pour le lecteur de résoudre cette dichotomie, entre des personnages réalistes mais un peu superficiels, ces séquences soudaines et brutales à la saveur putassière, et de l'autre côté ces réflexions pointues par l'exemple. Il éprouve des difficultés à s'attacher aux personnages, mais par contre apprécie la réflexion sur ce qui fait une société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
garrytopper9
  24 février 2014
Je pense que c'est avec ce tome que je succombe aux charmes des zombies. Jusqu'à maintenant, on se demandait un peu où l'auteur voulait nous emmener, on était un peu perdu comme ce groupe emmené par Rick et le fait de stabiliser leur position dans ce tome permet de plus s'intéresser aux personnages; quitte à délaisser légèrement les zombies.
Dans ce tome, on se dit que nos héros vont avoir droit à un peu de répit, et qu'ils commencent à gagner en sécurité. Même si la chasse aux zombies dans ce pénitentiaire pour nettoyer les lieux peut donner son lot d'inquiétudes, de suspense, et de surprises, on sent que tout cela va leur permettre de gagner une certaine tranquillité.
A partir de cet album, on comprend que la pire menace ne provient pas des zombies, auxquels on se serait presque habitué comme un élément de contexte, mais des personnages bien vivants. Dans ce nouvel album, les disparitions auront un goût amer et l'ensemble se révèle assez poignant. L'ambiance est rudement bien travaillée et j'ai bien apprécié la direction que prenait le scénario. Même s'il ne révèle pas de grandes surprises, il est correctement amené et déroulé, sans trop de surprises, sauf celle concernant Tyreese, qui pour le coup est peu crédible.
Le dessin est très lisible, on gagne en profondeur et en détails, plus ou moins sanglants. Les traits des personnages deviennent plus précis, ce qui permet de mieux apprécier leurs diverses émotions.
Vite, la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Crossroads
  11 juillet 2014
Vous viendrait-il à l'esprit de vous claquemurer volontairement dans une prison ?
Si oui, le casting de Walking Dead 3 n'attend plus que vous.
Rick et sa bande taillent à nouveau la route, chassés manu militari de la ferme d'Hershel. Entassés dans un camping-car, la promiscuité commence à échauffer les esprits. Alors qu'ils rêvent de grands espaces, c'est précisément ce qui vient s'offrir à eux sous leurs yeux ébaubis : un pénitencier comme arche de Noé, fallait oser.
Le temps de faire l'état des lieux, pas joli joli, de nettoyer par le vide à grands coups de BLAM BLAM et de prendre possession de ce quatre étoiles grand luxe à loyer modéré, et les voilà propriétaires de ce vaste domaine sans vis-à-vis, n'étaient ces quelques rôdeurs habituels déambulant le long des grillages histoire de trouver la faille pour leur souhaiter la bienvenue. Car la fête des voisins, c'est vraiment leur truc !
Nouvel épisode, nouveau cadre.
Rick, l'autorité de la bande, commence à en gonfler certains.
Si le danger rôde à l'extérieur, les murs de cette prison n'en sont pas exempt.
Un récit habile qui s'auto-alimente et c'est une nouvelle fois le constat sans appel que cette série de genre est certainement ce qui se fait de mieux et ce pour un bon bout de temps !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
boudicca
  13 décembre 2012
Troisième volume de la série « Walking Dead », « Sains et saufs » réussit l'exploit de faire plus fort encore que les deux tomes précédents, et ce n'est pas peu dire. Cela s'explique, en grande partie, par la capacité de Robert Kirkman à surprendre sans arrêt ses lecteurs, comme c'est le cas ici avec un changement total de cadre lorsque, après les environs d'Atlanta et la ferme isolée de la famille Greene, les protagonistes font par hasard la découverte d'un immense pénitencier laissé à l'abandon. Si la place a, comme la plupart des lieux de résidence, été elle aussi inévitablement investie par les morts-vivants, elle n'en apparaît pas moins comme un paradis aux yeux de Rick et des autres qui y voient enfin un possible abri sécurisé dans lequel s'établir durablement. La perspective de pouvoir enfin cesser de constamment redouter les « rôdeurs » et leurs attaques décide les survivants à tenter le coup et à entreprendre de débarrasser les lieux de ses indésirables invités afin de s'en emparer.
Autant dire que ce troisième album ne manque ni d'action, ni de suspens, deux éléments indispensables à ce genre de récit et que Kirkman maîtrise avec brio. C'est avec un mélange d'espoir et de méfiance que l'on fait la découverte de ce nouveau décor qui réussi l'exploit de nous paraître à la fois rassurant et oppressant. Et comme si cela ne suffisait pas, l'auteur fait le choix d'introduire de nouveaux personnages en la personne de quatre détenus restés enfermés dans les lieux depuis le début de l'épidémie et que l'on peine à cerner : amis ou ennemis? C'est l'occasion d'assister à une seconde confrontation entre le groupe et d'autres survivants, le conflit ayant opposé Rick à Herchel s'étant, on a pu le constater, favorablement terminé pour les deux camps qui n'en font désormais plus qu'un. Qu'en sera-t-il cette fois? Les autres personnages que l'on suit depuis maintenant un moment sont pour leur part toujours aussi attachants, qu'il s'agisse de Dale, Maggie, Glen..., et c'est avec empathie que l'on endure avec eux les épreuves et les deuils qui se font de plus en plus nombreux.
Un troisième tome remarquable où l'on retrouve tout ce qui fait le charme de la série : de l'action, du suspens, des personnages attachants, un travail approfondi sur leur psychologie... Sans doute l'un de mes albums favoris sur l'ensemble de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
RosenDero
  15 octobre 2018
Rick et les siens ont trouvé le parfait refuge : un pénitencier désaffecté entouré d'une triple clôture et empli de nourriture en conserves. Les quatre seuls survivants du lieu sont certes d'anciens détenus, mais sans armes ils ne rivalisent pas face au groupe de Rick, armé jusqu'aux dents.
Jusqu'à ce que l'inimaginable se produise.
---
Ici encore, les zombies ne jouent qu'un rôle mineur dans l'histoire. C'est au contraire la relation entre humains qui est au centre du tome, avec les problèmes de la cohabitation, de la rédemption et surtout de la justice.
Plusieurs scènes choc marquent cet opus qui finit un peu comme le second...
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   22 janvier 2012
Rick : Allez, Shane... Tu peux le faire. Je n'ai pas laissé tant de terre que ça au-dessus de toi. Debout.
Te voilà.
Alors, ce n'est pas un phénomène isolé... Revenir sans jamais avoir été mordu. J'aurais cru ... Julie a changé plutôt vite mais il nous a fallu des heures pour t'enterrer. Putains de questions. Quand je me suis dit que tu étais au fond de ce trou... Vivant ou je ne sais quoi... Je n'ai plus pensé qu'à ça. Pas moyen de dormir... sachant que tu étais là. Toi, tu m'aurais laissé ? Tu étais un mec bien, Shane. Je ne sais pas pourquoi tu as fait ce que tu as fait... mais tu étais un mec bien.
Si les choses avaient tourné différemment, si tu m'avais tué... je me demande si tu aurais supposé que m'enterrer "vivant" n'aurait pas compté pour moi. Est-ce que tu l'aurais supporté ? Pas moi. Il fallait que j'en finisse.
BLAM !
'Faut que j'y aille. Je ne sais pas comment ça se passe, là-bas, pendant mon absence.
Je ne t'enterrerai pas deux fois, fils de pute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Dionysos89Dionysos89   21 octobre 2012
Axel : Il est où, Dex ? Vous devriez aller aux douches… pour vous rincer l’œil, si tu vois ce que je veux dire. Lori et Carol y sont toutes les deux. Mouillées, savonneuses. Joli spectacle.
Andrew : Dexter se promène, genre. Il a dit qu’il avait besoin d’air. Et puis, ça nous branche plus trop, ça. Depuis qu’on est ensemble, tu vois.
Axel : Tu crois que ça va durer, Andrew ? Maintenant qu’on n’est plus seuls ici ? Si t’y crois, ton petit cœur va se briser. Ce bon vieux Dexter va changer de camp dès qu’il aura trouvé une femme qui pourra et qui voudra… tu piges ? Prépare-toi à ça ou tu vas te retrouver la bite à la main.
Andrew : T’y es pas du tout, mec. Tu ne sais pas de quoi tu parles.
Axel : C’est ça. Tu te fais un film et tu rates un putain de spectacle. ‘Faut que je retourne à ma cellule avt que ces images s’effacent de ma mémoire.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Dionysos89Dionysos89   30 septembre 2012
Avant… on disait « vis chaque jour comme si c’était le dernier ». Genre, pour profiter au maximum de la vie, être plus heureux, tu vois ! Eh bien. Je vis chaque jour comme si c’était le dernier… et c’est horrible. J’ai trop vu la mort.

Commenter  J’apprécie          300
Dionysos89Dionysos89   22 septembre 2012
C’est moche… Pour ce qu’on en sait, en tout cas. Apparemment, le gouvernement s’est effondré. Il n’y a plus ni communications, ni organisations, ni résistance. Je n’ai vu aucune présence militaire, ce qui est très bizarre, il faut l’admettre. Je crois que la civilisation est foutue.
Ces choses sont partout. Il y en a des tonnes. On appelle ça des zombies, même s’il nous a fallu du temps pour dire ça en gardant notre sérieux.
Aucun endroit n’est sûr. À part ici, espérons-le. On est sur la route depuis des semaines, à la recherche d’un abri. Nos haltes précédentes… n’ont pas été concluantes.
Avant d’arriver ici, nous sommes tombés à court de nourriture. C’est chaud, dehors, les gars… ce n’est pas évident à raconter.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Dionysos89Dionysos89   01 octobre 2012
Avec un peu de chance, il n’y aura que des bouffeurs de chair humaine, là-dedans, et nos haricots en sauce seront intacts. Si l’an dernier, quelqu'un m’avait dit que je prononcerais cette phrase… je serais encore en train de me marrer, là.

Commenter  J’apprécie          100
Lire un extrait
Videos de Robert Kirkman (61) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Kirkman
Walking Dead, série culte s?il en est, revient avec un 31e tome intitulé "Pourri jusqu?à l?os" : tout un programme ! A la baguette, les incontournables Robert Kirkman (scénario) et Charlie Adlard (illustrations) continuent de donner vie ? ou mort ? aux personnages de la saga. Nous avons eu la chance de poser quelques questions à Charlie Adlard justement, et le dessinateur s'est montré particulièrement disponible et chaleureux dans sa charmante petite maison... où rien ne pourrait laisser penser que d'abominables histoires de morts-vivants prennent forme ! Visitez le site : http://www.lecteurs.com/ Suivez lecteurs.com sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/orange.lecteurs/ Twitter : https://twitter.com/OrangeLecteurs Instagram : https://www.instagram.com/lecteurs_com/ Youtube : https://www.youtube.com/c/Lecteurs Dailymotion : http://www.dailymotion.com/OrangeLecteurs
+ Lire la suite
autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Questions sur le tome 3 de Walking Dead.

Que découvrent Rick et Tyreese dans la caféteria de la prison ?

Une horde de rodeurs
D'autres survivants
Une nouvelle sorte de zombies
Des animaux zombifiés
Une pièce totalement vide

14 questions
58 lecteurs ont répondu
Thème : Walking Dead, Tome 3 : Sains et saufs ? de Robert KirkmanCréer un quiz sur ce livre
.. ..