AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368522824
Éditeur : Kurokawa (09/06/2016)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Tandis que la population du Japon diminue et vieillit, le taux de criminalité augmente de façon drastique. Le gouvernement interdit la cruauté et la torture dans les exécutions et vote le Traité de vengeance, une loi qui autorise les familles des victimes à employer une unité spéciale, les Sukedachi, pour capturer les meurtriers et se venger à leur place. La vengeance a lieu sous forme d'un duel.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
JeGeekJePlay
  24 août 2016
Le nom Kishimoto ne vous est sûrement pas inconnu, surtout si on ajoute le prénom Masashi à côté qui n'est autre que l'auteur de la série culte Naruto. Mais dans cet article, nous allons nous attarder sur son frère jumeau, Seishi Kishimoto, qui après les séries Crimson Wolf, Blazer Drive ou encore Satan 666 (qui est sans doute sa plus grande réussite), change de style pour nous proposer cette fois sa première série du genre seinen qui n'est autre que Sukedachi 09. Je vous invite donc à découvrir mon avis au travers de cette critique du premier tome de Sukedachi 09, disponible aux éditions Kurokawa.
Résumé de l'éditeur :
Véritables incarnations de la loi du talion dans le Japon féodal, les « Sukedachi » des guerriers d'élites, ont disparu après des siècles de présence… mais les voici de retour au sein d'une organisation gouvernementale pour appliquer leur justice : impitoyable et définitive ! Bras vengeurs, assassins, mercenaires, anges exterminateurs ou démons… qui sont ces guerriers aux multiples noms ? Face à une société moderne qui semble trop laxiste vis-à-vis de la criminalité, les Sukedachi reviennent pour rétablir une justice radicale qui a fait ses preuves.
Mon avis :
Ce premier tome nous présente principalement le jeune Yuji Yamagashi, âgé de 24 ans, qui s'autoproclame entre deux jobs car en plus de son boulot il est membre des Sukedachi. Cette organisation gouvernementale oeuvre pour les familles qui ont subit une perte humaine en infligeant le même traitement de faveur au criminel qui a ôté la vie de sa victime. Ce criminel fera alors face à plusieurs Sukedachi afin de subir sa sentence mais voilà, s'il parvient à tuer un Sukedachi alors il écopera d'une peine de prison de 3 ans et d'une mort toute en douceur. Telle est la Loi de Réparation.
Ne pensez pas que je sois un sadique au fond de moi, mais j'ai aimé le fait que les Sukedachi aient des règles à respecter dans le sens où il faut faire subir au criminel la même douleur qu'il a lui-même infligé à sa précédente victime. Je trouve « l'idée » intéressante et elle est d'autant meilleure du fait que le criminel a une chance de « s'en sortir » en tuant un Sukedachi. Aussi, ces deniers ne doivent en aucun cas faire preuve d'empathie envers le criminel qu'ils doivent tuer. Une histoire de vengeance où la chance d'échapper à sa sentence est à l'honneur, je trouve le concept intéressant mais malsain dans le fond.
Revenons sur notre héros principal, Yuji, qui semble être un petit farceur mais qui peut montrer un comportement et un caractère tout autre. Pourquoi ? Eh bien, disons que le passé de ce jeune homme n'est pas très commun, il n'est pas tout rose bien au contraire. Doté d'un caractère assez fort, il fait preuve d'aucune pitié en mission qu'il se doit de mener à bien.
Bien que les Sukedachi soient à l'honneur dans ce premier tome, on peut aussi s'attarder un peu sur les familles et leur désir de vengeance. Quand on y pense, un Sukedachi exécute un criminel à la demande d'une famille, on peut alors conclure que cette même famille passe le cap de devenir criminel à son tour, non ? Bien qu'une loi existe dans ce sens, cela n'empêche que le fond reste ce qu'il est, commanditer un meurtre fait de soi un meurtrier.
Parlons un peu de la série en elle-même avec un scénario plutôt intrigant où de nombreux personnages dévoilent un côté assez sombre et qui tend sûrement à en dévoiler davantage, force d'avancer dans la lecture des prochains tomes. J'ai trouvé que le style graphique proposé dans Sukedachi 09 est assez bon, les dessins sont bien détaillés avec certains passages bien plus sombres, les vignettes loin d'être vides avec une découpe à la fois simple mais intéressante. L'auteur mise beaucoup sur les gros plans ainsi que sur des vignettes verticales qui donnent à ce premier tome une bonne immersion. le scénario imaginé par Sishi Kishimoto est violent et il le gère plutôt bien sans tomber dans l'abus, quoi que. Un somme, ce tome est assez plaisant à découvrir et s'adresse à un public averti.
Toutefois, me concernant je pensais accrocher davantage lors de la découverte du synopsis de Sukedachi 09. le scénario et le concept sont assez intéressants, proposant de bonnes idées, mais je ne suis pas tombé des nus lors de ma lecture, il manquait un je ne sais quoi pour me faire vibrer. La suite me fera peut-être changer d'opinion. Affaire à suivre donc… Sinon, j'ai apprécié les petites histoires bonus qui viennent s'intercaler au beau milieu du tome et qui arborent des sujets tout autre.
« Sishi Kishimoto piquera sans doute votre curiosité avec une histoire intéressante et violente à la fois. Sukedachi 09 s'avère être malsain par moments et intriguant à d'autres. »
Lien : http://www.jegeekjeplay.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BOOKSANDRAP
  26 septembre 2016
> https://booksandrap.wordpress.com/2016/09/26/sukedachi-09-seishi-kishimoto/

Avis : Résumé prometteur, couverture réussie, échos élogieux… Il ne nous en fallait pas plus pour nous donner envie de découvrir à notre tour ce que recelait « Sukedachi 09 » !

Si vous n'êtes pas trop manga, ou au contraire si vous en êtes mordus et que vous recherchez ardemment votre prochain shot mangaesque, n'allez pas plus loin, on vous conseille avec plaisir ce petit bijou.
Dans cette oeuvre basée sur le concept de la transposition dans le monde actuel de l'adage « oeil pour oeil, dent pour dent », nous allons suivre une unité spéciale appelée Sukedachi. En d'autres termes, si on vous a perdu à « transposition », le manga va traiter de vengeance haha. Les Sukedachis sont des personnes qui travaillent pour le gouvernement et qui sont chargées d'appliquer la « Loi de réparation » qui garantit aux proches d'une victime que le coupable subira les même sévices que ceux qu'il a infligé à son innocente victime.
Plutôt tentant et très immoral non ?

Première réaction à chaud après la première lecture, pour ma part, moi jeune femme vite impressionnée, je dois dire que ce n'est pas un livre à mettre entre toutes les mains. Violent, sans aucune censure, avec un vocabulaire trash et libéré, si vous avez moins de 16 ans reposez-le tout de suite (bien que je ne sois pas votre mère, mais je vous aurai prévenu !). C'est un côté qui me dérange pas mal, bien que je trouve le thème et l'idée générale du livre très bien trouvée, et bien mise en place. Ce sera parfait pour les mecs, avides d'histoires gores, parole de Gueryska qui a beaucoup apprécié.

Si on veut se la jouer avocat du diable, on peut dire que Sukedachi 09 soulève le débat de la légitimité d'un acte de vengeance. Est-ce que le meurtrier devrait subir la même chose que ce que lui même a infligé ? Est-il légitime et cela devrait-il être légal d'oeuvrer de cette manière ? Cela soulagerait-t-il les parents des victimes ? Est-ce que ça entraînerait une baisse des actes impardonnables ? En allant plus loin, on peut même faire un rapprochement avec le célèbre manga Death Note : peut-on juger de qui doit mourir ?

Pour ce qui est des personnages, ce tome 1 n'est qu'une entrée en matière et on en apprend peu sur Yûji, notre personnage central. On en apprend également peu sur les autres Sukedachi. Malgré ça, on sent que chaque personnage cache sa part d'ombre, un passé difficile à avouer et duquel parler, du coup ça nous donne encore plus envie de lire les tomes suivants pour en apprendre plus haha. Chaque personnage est très intrigant, on sent qu'on ne nous dis pas tout, il y beaucoup de mystère.
Cependant on aborde quand même un peu le passé de Yûji et on comprend assez vite pourquoi il a voulu devenir Sukedachi, mais je ne vous en dis pas plus sinon où est le plaisir😉
On fait également la connaissance dans ce premier tome de Ryôko, une jeune fille qui vient d'arriver dans l'unité et que Yûji va former, affaire à suivre…

En résumé, on vous conseille fortement Sukedachi 09 qu'on a beaucoup apprécié, ce premier tome met en place l'histoire et pourtant il s'y passe énormément de choses !
C'est un manga au thème innovant et intéressant lié à une histoire qui nous cache bien des choses, le tout mis en scène par de superbes planches ! Attention de ne pas le mettre dans les mains des plus petits car ça reste tout de même assez hardcore et violent même si il y a quand même pas mal d'humour noir que nous, nous apprécions beaucoup…
Mais si votre truc c'est tout ce qui est intense et impitoyable, alors foncez dans votre librairie la plus proche !

Lien : https://booksandrap.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lilo0606160616
  03 mars 2018
Première lecture de ce manga de type Shonen et quelle lecture !
Ce manga propose une réflexion sur la peine de mort et plus particulièrement sur le regret et la vengeance. Pouvons nous tout nous permettre dès lors qu'un Homme (un criminel) s'en prend à nos proches ? Pouvons nous le réduire à l'état de "viande à abattre" ? Peut-on parler de légitimité ?
Au travers d'une unité spéciale, les Sukedachi, l'auteur dresse un bilan des crimes les plus horribles (meurtre sauvage, viol, manque de considération d' l'être humain etc.). Kuyo est le personnage central du récit, qui a lui aussi été victime avant d'être celui qui rend la justice. Tous les Sukedachi ont subis des sévices, en tant qu'acteurs ou spectateurs, et c'est sur cela que se base leur recrutement : leur capacité d'empathie et leur capacité à prendre le recul nécessaire sur les affaires qui leur sont incombées, en vue d'exécuter les sentences sur les condamnés à la fameuse loi de réparation. Cette loi de réparation, instauré par le gouvernement, est un dérivé de la peine de mort, en plus barbare. Elle consiste à faire payer au criminel les faits qui lui sont reprochés en lui faisant subir les mêmes sévices que ceux qu'il a fait endurer à ses victimes. La caractéristique étant que le Sukedachi applique la mort et que l'entourage de la victime du criminel, par le biais d'une sorte de casque en réalité augmentée, vit cette sentence comme s'il appliquait lui même la sentence mais sans jamais toucher le criminel (il deviendrait alors à leur tour des criminels si c'était le cas).
Une question se pose dès lors tout au long de notre lecture : peut-on en tant qu'être humain, appeler cela la justice ? Ou commence la justice et où s'arrête la vengeance ? Quelles sont les limites de la loi ?
Au niveau des dessins, les personnages sont relativement bien représentés, le récit possède quelques pointes d'humour ce qui ajoute un peu de "légèreté" à une histoire plutôt sombre. le trait est fin, l'ensemble plutôt bien détaillé à mon goût. J'ai hâte de pouvoir continuer la saga au travers des prochains tomes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Khiad
  11 janvier 2017
Je vais déjà commencer par la couverture. J'avoue que, de moi-même, je ne m'y serais pas arrêtée. Je trouve qu'elle n'attire pas particulièrement l'oeil et elle n'est pas particulièrement belle. Par contre, les couleurs sont en harmonie avec le contenu du manga.
Ensuite, niveau graphismes, j'ai trouvé de grandes ressemblances avec ceux de Naruto et un peu, parfois, avec ceux de GTO. C'est là que j'ai appris que Seishi Kishimoto était le frère jumeau de Masashi Kishimoto, le papa de Naruto. Ce qui explique les traits graphiques similaires.
Du coup, je n'ai pas été trop "perdue" parce qu'en terrain presque familier. J'ai aimé la variations des visages et des corpulences qui ne se ressemblent pas d'un Sukedaichi à l'autre ou d'un criminel à l'autre. Même si j'ai trouvé le héro, Yûji, un peu fade, peu expressif.
Concernant l'histoire, le mangaka fait revivre les Sukedaichi. Mais qu'est-ce qu'un Sukedaichi ? Durant l'ère Meiji, une loi dite « de Réparations » permettait aux familles de victimes de faire appel à ces guerriers spécialement entraînés pour laver l'affront subit par leurs proches assassinés. Les assassins endossaient alors la peine des familles et exécutaient les criminels de la manière dont ils avaient péché. (Dixit le site officiel de l'éditeur.)
C'est exactement ce dont il est question ici, mais en version plus moderne, voire légèrement futuriste.
En effet, le Japon est touché par une forte baisse de la natalité ainsi que de l'économie, ce qui engendre une énorme augmentation des crimes que même la peine de mort ne parvient pas à juguler. du coup, les Sukedaichi renaissent de leurs cendres pour tenter de palier le problème.
Les condamnés ont néanmoins une chance : ayant le droit de se défendre, s'ils tuent le Sukedaichi, ils auront droit à trois ans de prison suivis d'une mort plus douce, par injection.
Inutile de dire que ce manga n'est pas fait pour les plus jeunes. Il y est question de meurtres, de viols, de torture, de sang, de vengeance...
Concernant les personnages, il est un peu tôt pour que je me fasse une réelle idée dès le premier tome. Chacun a sa personnalité propre, ses idées, son mode de fonctionnement... Néanmoins, je sais déjà que le personnage de Kôta me plait beaucoup ! ^^
Je pense que ceux de Ryôko, Yoshihiko, Yûki et Kyôgen vont nous réserver de bonnes surprises par la suite. Tout comme je suis intriguée par le passé de Yûji, même si on en apprend déjà quelques bribes.
En résumé, un manga noir, avec des graphismes sympas et des personnages qui promettent quatre autres tomes qui vaudront certainement le coup. Un manga qui pose une problématique simple, mais éloquente : à partir de quel moment passe-t-on de la justice à la vengeance ? L'adage oeil pour oeil dent pour dent est-il réellement le plus adapté et le plus "légal" ? le plus humain ? Non certainement pas. le mieux pour les famille des victimes ? Peut-être...
Un manga à suivre pour les amateurs du genre. ;-)
Lien : http://booksfeedmemore.eklab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
myormerod
  19 août 2018
Sukedachi 09 est une histoire qui m'a vraiment surprise en bien des points. Je ne pensais pas que l'histoire serait aussi intéressante et complexe. Elle nous offre une vision sur la peine de mort et les victimes de meurtriers. Si beaucoup de choses peuvent déjà nous perturber sur le fait de prendre une vie, les Sukedachi doivent en plus de cela, apporter vengeance aux familles des victimes.
Nous suivons donc Yûji Yamagishi, grand sensible et homme très précautionneux dans la vie, mais aussi Sukedachi en ces heures, appliquer la peine de mort. Les scènes sont atroces, mais ce qu'on vécut les victimes le sont encore plus. Nous ne pouvons que nous demander qui est véritablement Yûji pour être à ce point dévoué aux familles et vouloir exécuter les sentences. Car s'il y a bien une chose mystérieuse à son sujet ce sont ses bras et ses jambes.
Mais il n'est pas le seul à faire partie de l'équipe des Sukedachi et chaque membre nous offre un passé douloureux aux conséquences inattendues.
Les personnages sont remarquablement dessinés et les émotions très bien retranscrites. On évolue de tome en tome en découvrant lentement ce qui a touché à ce point ces hommes et femmes pour devenir Sukedachi. Nous avons aussi une partie importante avec la politique qui entre en jeu et les retombées de telles actions sur le peuple.
En bref, bien des aspects sont abordés afin de nous offrir tous les points de vue possibles et nous faire réfléchir. Cette série s'adresse à un public averti, car la violence se trouve au coeur de l'histoire, toutefois, arrivé au tome 5, je me suis demandé s'il s'agissait réellement de la fin. Je trouve que cela aurait nécessité une suite, bien qu'on ne reste pas frustré une fois au bout, il n'en est pas moins qu'un tome en plus aurait été le bienvenu.
Je recommande donc, c'est un très bon Shonen sans temps mort aux dessins remarquables, complexe et aussi puissant par les sentiments que tous les personnages véhiculent. À découvrir donc !

Lien : http://ma-boite-de-pandore.e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (4)
ActuaBD   19 janvier 2017
Une révélation à la fois charmante et mystérieuse.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LeMonde   13 juin 2016
Un manga ambitieux, dont le volume introductif – sur les quatre parus au Japon pour l’instant – tient l’essentiel de ses promesses.
Lire la critique sur le site : LeMonde
BDZoom   13 juin 2016
Seishi Kishimoto est ici au sommet de son art. Son dessin, qui pouvait rappeler celui de son frère jumeau dans « Satan 666 », est aujourd’hui bien plus mature et réaliste.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDZoom   13 juin 2016
Seishi Kishimoto est ici au sommet de son art. Son dessin, qui pouvait rappeler celui de son frère jumeau dans « Satan 666 », est aujourd’hui bien plus mature et réaliste.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   26 juin 2016
- Rouler prudemment, tu connais pas ? A chaque carrefour tu ralentis, c'est mon style, la conduite "au cas où".
- La conduite au kazou ?
Commenter  J’apprécie          40
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   26 juin 2016
- Haaa... Haaa
- Les hommes peuvent pas s'empêcher de comparer toutes sortes de choses. Tu ne trouves pas ?
- Non... Arrête !
- Le physique. La réussite. L'herbe plus verte chez le voisin. Et de se dire même que sa vie vaut plus que celle de l'autre. Ce brasier sera-t-il plus intense que celui de ta victime... ? On va vite le savoir.
- Ohh... Noonnn ! Espèce d'assassin !
- Ne nous mets pas dans le même sac que toi ! Nous ne sommes pas des assassins ! Mais des "Sukedachi"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   26 juin 2016
- C'est quoi ces fringues rouges, tu t'es pris pour force rouge ?
- Notre tenue est rouge afin de masquer les traces de sang du condamné. De plus ce sera la dernière couleur que tu verras de ta vie !
Commenter  J’apprécie          10
Video de Seishi Kishimoto (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Seishi Kishimoto

Bande-Annonce Blazer Drive
Découvrez Blazer Drive, le nouveau manga de Seishi Kishimoto, disponible aux éditions Kurokawa ! www.kurokawa.fr
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
810 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre