AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782723490627
200 pages
Éditeur : Glénat (30/07/2012)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Détruite par l'explosion d'une bombe de Desty Nova, Gally se retrouvait sur Zalem, dotée d'un nouveau corps. Gunnm allait s'achever avec la destruction de la cité céleste et la renaissance de notre héroine devenue humaine, dans le dernier volume. Ce final, en réalité prématuré, ne correspondait pas vraiment aux aspirations de Yukito Kishiro, qui prévoyait de poursuivre les aventures de Gally bien au-delà de Zalem ! Aujourd'hui, 7 ans après la "fin" de la saga, Kishi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
nebalfr
  06 janvier 2019
Lu dans la réédition dite "édition originale" (2018).
La réédition en version dite « originale » de la fameuse série Gunnm, de Kishiro Yukito, ayant été achevée, Glénat s'est lancée dans celle de sa suite controversée, Gunnm Last Order – parallèlement à la publication continue de la troisième phase de la série, Gunnm Mars Chronicles.

Gunnm Last Order répond à un regret de l'auteur : vers le milieu des années 1990, quelque chose qui ressemble fort à une dépression, à vue de nez, a abattu l'auteur, qui n'était plus en mesure de continuer à livrer les épisodes de sa série phare – aussi a-t-il décidé d'en précipiter la fin, bien plus tôt qu'il ne le pensait initialement : la série devait emmener Gally dans l'espace, mais cela n'était tout simplement plus envisageable dans ces conditions – Gunnm s'est donc achevée sur Terre, et les divers personnages ont connu leurs ultimes moments de manière parfois bien précoce. On a vu tout cela dans le dernier tome de la série originelle, soit le neuvième. Mais Kishiro Yukito n'était vraiment pas satisfait de cette fin improvisée et précipitée… Quelques années plus tard, au tournant du millénaire, après une expérience vidéoludique qui l'a confirmé dans cette voie, l'auteur propose de livrer la « vraie fin » de la série, projet qui tourne bientôt à la série à part entière, et finalement plus longue que la série originelle. La « fin » dans le tome 9 est invalidée : Gunnm Last Order n'en constitue pas une alternative sur le mode de l'uchronie fictionnelle, elle est, même invraisemblablement dilatée, la « vraie fin », ainsi que l'auteur le martèle sans cesse – celle qui permettra enfin à Gally d'aller dans l'espace, en quête d'elle-même.

Disons-le : Gunnm Last Order se paye une assez sale réputation… Les camarades qui m'en parlaient, tandis que je relisais la série initiale, étaient unanimes sur ce point – ce qui avait de quoi décourager toute tentative de lecture, hein ! Je me suis quand même lancé dans la lecture de ce premier tome, par curiosité un peu perverse sans doute, mais aussi parce que le dossier consacré à Kishiro Yukito dans le n° 8 d'Atom avançait que les premiers tomes, dans la continuité de la série originelle, étaient tout à fait honnêtes – à en croire ce dossier, les choses dégénéreraient progressivement… surtout à partir du moment où des vampires se mettraient de la partie, et j'en frémis d'avance. Je doute donc de poursuivre l'expérience bien loin, hein…

Tenons-nous-en donc à ce premier tome – qui « annule » donc la fin du tome 9 de Gunnm : les dernières séquences « validées » sont celles où Desty Nova, le savant fou amateur de flans qui a plus ou moins joué le rôle de Némésis pour Gally, ramasse les morceaux de la cyborg après une explosion. Les premières séquences de Gunnm Last Order alternent deux narrations : l'une voit Desty Nova, associé à un jeune scientifique prometteur autant qu'ambitieux, du nom de Jim Roscoe, reconstituer le corps de Gally – ou, plus exactement, lui en créer un autre, l'Imaginos, reposant sur des découvertes nanotechnologiques ; les motivations du savant fou sont forcément un peu nébuleuses, mais semble dominer l'idée qu'il est curieux de voir comment Gally ressuscitée changera le monde autour d'elle – ce qui s'inscrit dans ses considérations un peu fumeuses sur une science du karma… L'autre narration consiste en un flash-back, qui voit Gally, ou plus exactement Yoko, revivre une scène particulièrement traumatisante de son enfance sur Mars – car il s'agira aussi pour elle, tâche qui avait dû être abandonnée dans la série originelle, en dépit de quelques développements tardifs d'essence militaire, de découvrir véritablement qui elle est : c'est, après tout, sa principale raison de quitter la Terre.

Mais nous n'en sommes pas encore là : la suite voit Gally se réveiller, avec son nouveau corps, dans une Zalem en proie au chaos et à la destruction – à vrai dire, une des premières choses sur lesquelles elle tombe… n'est autre que le cadavre horriblement mutilé de Desty Nova. Maintenant, nous sommes dans un univers baignant dans le transhumanisme, hein – vous savez déjà que la mort n'a pas forcément la même signification dans ce contexte…

Quoi qu'il en soit, Gally découvre bientôt qu'elle se trouve sur Zalem, la cité flottante inaccessible. Et Desty Nova y a foutu le bordel, en révélant aux habitants de Zalem qu'ils n'étaient « pas totalement humains », dans la mesure où les adultes, au travers d'un rite d'initiation dont les véritables tenants et aboutissants sont tenus secrets, se voyaient remplacer le cerveau par une sorte de puce électronique. Et cette révélation, pour des raisons que je ne perçois pas très bien à titre personnel, les a rendus complètement dingues : l'utopie céleste a bientôt tourné au bain de sang… Quand Gally s'éveille, elle se retrouve bien malgré elle impliquée dans la guerre qui oppose les adultes désireux semble-t-il d'accomplir une sorte de grand suicide collectif, et les enfants et adolescents, qui ont toujours leurs cerveaux, et qui, même terrifiés par ce qui se passe autour d'eux, s'envisagent néanmoins comme « davantage humains » que les adultes. Or les enfants ont un allié de poids… en la personne de Jim Roscoe, devenu fou lui aussi et prêt à tuer tout le monde autour de lui – « juste pour voir » ; oh, tiens, un robot géant !

Par la force des circonstances, Gally, qui ne brille pas exactement par l'empathie, et est surtout obsédée ici par la découverte de son nouveau corps, qu'elle ne connaît pas, littéralement, Gally donc se retrouve dans le camp des enfants, mais « c'est pas sa guerre ». Ce qu'elle aimerait faire, c'est retrouver Lou – son amie (et/ou collègue/associée du temps où elle était tuned). Elle n'a plus la moindre trace de la jeune femme : l'ordinateur central de Zalem pourrait lui en apprendre davantage, encore faut-il parvenir jusque-là… et la guerre des adultes et des enfants n'est pas la seule chose à lui barrer la route : certains de ses clones, datant là encore de son passé tuned, sont parvenus sur Zalem – la plus dangereuse, qui s'est rebaptisée Sechs, est obsédée par le désir de tuer « l'originale » ; mais Desty Nova forcément ressuscité a également son mot à dire, avec deux autres clones à son service, Elf et Zwölf, en gardes du corps improbables… encore qu'il s'agisse surtout pour lui d'observer ce qui se passe plutôt que d'y participer.

Que penser de ce premier tome ? le bilan est assez mitigé – ce n'est pas une purge, ça se lit plutôt bien en fait, mais il y a un certain nombre de défauts, clairement. J'évacue d'emblée ma bête noire dans les mangas de ce type : les notes de bas de page/case bourrées de pseudo-science-techno-mes-couilles teinté de mystique-mes-couilles-aussi-probablement-plus-grosses-et-qui-plus-est-velues – il y en avait un peu dans Gunnm, mais beaucoup plus ici, et aussi inutiles/pénibles/creuses/rayez-la-mention-inutile-ah-mais-y-en-a-pas que dans les horreurs type The Ghost in the Shell.

Les autres défauts sont probablement moins criants, mais un peu déstabilisants quand même. Parmi lesquels un dessin, qui, en l'espace de quelques années à peine après la « fausse » conclusion de Gunnm, me paraît avoir perdu en personnalité, en âme, en précision aussi parfois. On reconnaît grosso merdo la patte de Kishiro Yukito, ça reste globalement d'un bon niveau, mais… il y manque quelque chose. Notamment dans la représentation de Gally, plus fade, et le dynamisme mollasson des (nombreux) combats. Ceci étant, les autres personnages (Roscoe excepté en ce qui me concerne) bénéficient dans l'ensemble d'un character design assez soigné, tout particulièrement les trois ados qui restent tout le temps dans les pattes de Gally. J'avoue avoir un faible pour le gros connard de prof de sport moustachu, aussi… (Bon sang que cette phrase était bizarre à écrire.) Les clones sont…corrects, allez – y compris dans le fan service kawaii des jumelles girly-petits-coeurs Elf et Zwölf, qu'on avouera rigolo si un peu navrant (côté kawaii improbable, il faut d'ailleurs accorder une place particulière au flash-back martien, avec une petite Gally chibi invraisemblablement craquante dans un contexte parfaitement cauchemardesque…).

Et le scénario ? du bon et du moins bon. Si la folie des Zalémites me paraît toujours aussi difficile à comprendre (ça doit être que j'ai une puce à la place du cerveau et que, comme Gally ici et plus que jamais, je ne carbure pas à l'empathie), j'ai apprécié l'atmosphère de chaos urbain de ce premier tome, oppressante, et qui rapatrie du Mad Max (déjà très présent dans Gunnm) dans un environnement artificiel cauchemardesque, qui doit aussi sans doute pas mal de choses au Néo-Tôkyô chaotique d'Akira. L'idée de cette utopie qui n'a eu besoin que de quelques heures pour se muer en un théâtre de guerre ruisselant de sang me parle pas mal. Les gags fonctionnent assez mal, par contre – et les combats cannibalisent un peu trop le récit. Mais il y a de bons moments, oui : des petites touches qui, ponctuellement, rappellent que Gunnm, même Last Order, n'est pas un manga lambda.

Bilan mitigé, donc – mais pas déshonorant. La qualité a un peu diminué par rapport aux derniers tomes de Gunnm, ça me paraît clair, mais à ce stade Gunnm Last Order demeure au-dessus du lot, et j'ai globalement lu ce premier tome avec un certain plaisir – je lirai donc probablement le deuxième, et on verra bien quand viendra le moment d'arrêter les frais.

Oh, PS important : ce premier tome se conclut sur un bonus tout ce qu'il y a de sympathique, à savoir « Hito (Le Peuple Volant) », une histoire courte réalisée par Kishiro Yukito en début de carrière. Ça ne fait pas partie de Gunnm, c'est bien antérieur à la création de Gally, et pourtant, même si le ton est autrement plus léger et même régulièrement humoristique (avec une certaine poésie par ailleurs), ça y fait beaucoup penser ! Tout spécialement, en fait, au tome 2, avec le personnage de Yugo, qui a clairement ici son premier modèle – un jeune homme obsédé par le désir de voler… Mais il y a aussi cet ange blond, aux traits remarquablement définis, qui ne veut pas voler, tiens, et un univers urbain à part, qui préfigure tantôt Zalem, tantôt Kuzutetsu, et probablement bien d'autres choses. C'est un peu brouillon parfois, probablement pas tout à fait abouti, et le dessin est clairement plus simpliste que ce que l'auteur a accompli ultérieurement, mais c'est une chouette lecture – un bonus tout à fait bienvenu !
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
garrytopper9
  21 mars 2019
Le manga Gunnm est l'un de mes manga favoris. La suite, Last Order l'était un peu moins, car lors de la toute première édition, j'avais trouvé tout cela un peu confus. Il faut dire que les termes techniques ne manquent pas, et que la lecture est donc beaucoup moins fluide. Mais si à l'époque, j'étais un jeune ado, aujourd'hui, vingt ans ont passés, et curieusement, je n'ai plus aucun soucis de lecture. Je dirais même que les termes de bas de pages, sont pour la plupart inutiles (c'est vrai, est-ce que l'on a vraiment besoin en 2019 de nous expliquer ce qu'est l'adn ? ^^)
De fait, je me suis replongé dans cette suite, avec la nouvelle édition originale qui est en cours de parution aux éditions Glénat. Il faut savoir que la fin de Gunnm ne convenait pas vraiment au mangaka, qui prévoyait de continuer les aventures de Gally, bien au-delà de ses aventures à la Décharge. Avec Gunnm Last Order, l'auteur choisi lui-même de reprendre son récit avant la fin et d'occulter les derniers chapitres. Si vous avez le dernier tome de l'édition originale, alors sachez que Last Order se place juste après la page 151 de ce dernier.
Pour l'occasion j'ai relu le tome 9 et dès la page 151, je suis passé sur Last Order. La transition se fait sans aucun souci, on a vraiment l'impression de continuer notre manga, comme s'il n'y avait pas eu de coupure ou de changement. Pourtant, Last Order est assez différent de Gunnm, car l'auteur va aborder ici des thématiques plus profondes, plus complexes, avec par exemple la notion d'humanité. On sait maintenant ce que sont les habitants de Zalem, et toute la question est de savoir s'ils sont humains ou pas ? Les révélations qui vont être faites sur le peuple de Zalem va plonger la cité dans le chaos et les deux camps vont s'opposer, se livrant une véritable guerre civile.
Au milieu de tout cela, on a Gally, recréée par Desty Nova, plus puissante que jamais avec son nouveau corps, qui va essayer de trouver sa place, de comprendre ses origines. Il va y avoir de nombreux flash-back de son enfance, lorsqu'elle n'était que Yoko, une jeune enfant sur la planète Mars. Je trouve que le personnage gagne beaucoup en profondeur, car on la sent beaucoup plus concernée par sa propre identité. Bien évidemment, elle va toujours vouloir aider son prochain, on sent que les valeurs enseignées pas Ido sont toujours présentes.
Et c'est d'ailleurs cela qui va la conduire bien au-delà de Zalem. Car si Gunnm se focalisait sur la Décharge, avec le rêve d'aller sur Zalem, ici, on est dans la citée, et la Décharge est devenue insignifiante. Maintenant, on se tourne vers les étoiles, vers les autres planètes, et l'auteur développe donc grandement son univers, à commencer par Jeru.
Plus profond, plus sérieux, plus complexe, Gunnm Last order propose une vision plus aboutie de ce que souhaitait l'auteur, et pour l'instant, avec ces trois tomes, c'est un sans faute. Son trait est toujours aussi bon, les combats et les émotions sont parfaitement retranscrits, et les implications sont encore plus grandes qu'auparavant.
Prochaine étape, je m'attaque à Gunnm Mars Chronicle !!
Lien : https://chezxander.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
avatar905
  08 novembre 2013
Ce premier tome de Gunnm Last Order constitue le premier tome de la saga qui suit Gunnm.
On retrouve les mêmes protagonistes, mais le style de dessin à quelque peu changé.
Toujours est-il que l'univers est toujours aussi fascinant, et que ce tome démarre vite et avec force!
Les combats sont toujours aussi rythmiques et intéressants,accompagnés de nombreuses descriptions scientifiques des processus et techniques de combat futuristes.
L'auteur mélange de nombreuses connaissances en art martiaux, avec des connaissances de physique appliquées au combat (manipulation du plasma, de l'énergie cinétique...)
De plus la problématique de la définition d'un être humain, classique de la SF japonaise, revient ici se poser dans un contexte qui s'y prête a merveille.
L'amour entre robots et humains est-il possible?
Un humain dans le corps d'un robot est-il toujours un humain?
Un cerveau dépourvu de corps est-il toujours un être humain?
Commenter  J’apprécie          10
newfacefriend
  03 mars 2016
Pour beaucoup cette suite de Gunnm est moins bien que le premier volet...Certe, il y a quelques longueurs lors des combats du Zoot, mais malgrés cela il reste des passages juste géniaux qui n'ont rien a envier aux premières aventures. le seul bémol est la compléxité des modes de combat qui sur la fin sont plus que déroutant...Espérons enfin que les prochains tomes(la jeunesse de Gally) permettent de finir en beauté cette série. En tout cas le peu que j'en ai lu me laisse à penser que ça va être vraiment chouette.
Commenter  J’apprécie          10
Riduidel
  14 mars 2020
Aïe aïe aïeQuel dommage que ce besoin d'argent. la première série Gunnm était vraiment bien fichue. Mais là, il ne reste plus grand chose de l'espèce d'illumation de l'auteur. Là, on n'a plus droit qu'à de la violence totallement gratuite ou presque.Cela dit, à bien y réfléchir, les premiers tomes de Gunnm étaient aussi assez faibles. je vais donc essayer de me faire toute la série histoire de voir si le niveau s'élève, ou si on reste à raz des paquerettes.
9782849466995"
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
avatar905avatar905   24 avril 2014
- Elle est vraiment mignonne... [...] cette fille, qui est-elle exactement?
- Le plus grand guerrier que cette terre ait porté.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Yukito Kishiro (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yukito Kishiro
À l'occasion du Festival International de la Bande Dessinée 2020, Marius Chapuis, Commissaire d'exposition, journaliste à Libération, vous présente l'exposition « Yukito Kishiro : Gunnm, L'ange mécanique » à l'Espace Franquin.
Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/recherche?requete=Yukito%20Kishiro
Notes de Musique : Youtube Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : cyberpunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
979 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre