AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de panurge


panurge
  03 avril 2020
VIVRE TOUT SIMPLEMENT

Takeshi Kitano...

Une découverte cinématographique...

Des films de yakusa ou policiers (Outrages 1 et 2, Sonatine, Violent cop), autobiographiques romancés (Achille et la tortue, l'été de Kikujiro), inspiré d'une série mettant en scène un samouraï aveugle (Zaïtochi)...

Dans les films de voyous, Kitano possède un art consommé de la mise en scène alternant moments poétiques, situations étonnantes (qui rappellent des scènes de vie à la Brueghel) et épisodes de violence (il faut le dire : les cinéastes coréens, chinois, hongkongais, japonais savent filmer les scènes d'action d'une façon extrêmement talentueuse, chorégraphique privilégiant la fluidité, la stylisation, la vitesse qui vous "scotchent" au fauteuil)....

Le talent polymorphe de Kitano se retrouve dans l'écriture. Son enfance fût celle d'un membre d'une famille très pauvre avec un père socialement déclassé (artisan laqueur devenu peintre en bâtiment-profession moquée au Japon) alcoolique, analphabète, battant sa femme et une mère, armature d'un foyer délabré, obsédée par une seule idée-faire en sorte que ses enfants accèdent à l'Université et s'en sortent-y mettant toute son énergie-une Mère Courage, une professeure d'énergie remarquables.

Kitano grandit aussi dans ce Japon d'immédiate après-guerre, dévasté par la guerre. Les souvenirs d'enfance qu'il nous offre sont des souvenirs merveilleusement lumineux malgré la misère toujours présente.

Ils racontent ce que tous les mômes connaissent : les jeux, la bande de copains, les bêtises, les risques...Tout ce qui rend heureux cette période de la vie...On y découvre les jouets, les objets, les bonbons, véritables dieux des gamins soucieux de s'ébrouer et de s'employer à des activités inconnues des grands : toupie, baignade dans la rivière, base-ball)...

Ce mélange détonnant de bouffées de bonheur dans un monde impitoyable (Kitano prend sa part de coups et d'insultes) se retrouve dans toute l'oeuvre cinématographique.

Ce petit livre raconte un "Je me souviens" étonnant de fraîcheur même si la dureté de temps et le malheur. se liguent contre une famille dépourvue de protection..Une réussite totale...
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (1)voir plus