AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370551135
Éditeur : Le Tripode (12/01/2017)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Estonie, début du XXe siècle. Un soir, au sortir de l’usine dans laquelle il travaille, August rencontre par hasard le directeur du théâtre l’Estonia. Il quitte son emploi d’ouvrier et intègre la troupe, qui s’avère aussi loufoque qu’hypersensible : Pinna, le fondateur, les comédiens Alexander, Eeda, Sällik, Oskar… mais aussi Erika, sa future femme, qui rejoint le théâtre peu de temps après lui. Elle symbolisera le Papillon, l’emblème du théâtre, en lui insufflant l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  26 février 2017
Estonie, début XXe siècle,
Le jeune August Michelson, sacré luron et menteur de son état, travaille à Tallinn comme serrurier. Son destin bascule le jour où, au retour de l'usine, la calèche des patrons d'Estonia, une troupe de théâtre, passe à sa hauteur. Michelson le serrurier est désormais Michelson le comédien. Le théâtre, il l'a dans le sang et il lui servira de rempart aux tristes réalités de la vie ,"où les règles sont rigides comme les lois de Moise et tout est définitif ". Il y rencontre Erika, la femme de sa vie et une sacré bande de joyeux lurons, les acteurs, des personnages exquis avec lesquels il va faire les 400 coups.
C'est lui qui nous raconte ici l'histoire, la sienne et celle des deux papillons de sa vie, Erika et Estonia, alors qu'il est déjà mort.
Cette mise en scéne loufoque du départ, d'un narrateur d'outre-tombe, nous donne le ton de l'histoire, bien que la suite sera beaucoup moins joyeuse, car......bientôt éclatera la guerre.....
Le duo réalité/ fiction est ici aussi à l'affiche, et Michelson sans vergogne en abuse à sa guise avec nous lecteurs, profitant de sa vie d'acteur, -" Quelle différence y a-t-il au fond entre la vérité et le mensonge ? Pas la moindre-et qui pourrait le savoir mieux que moi, un comédien !" -. Qui sait, peut-être vaudrait-il mieux affronter la vie comme lui ?
C'est le théâtre qui m'attira comme un aimant à ce livre qui se révèle au final une magnifique surprise avec la découverte de la prose magique, pleine d'humour et truffée de symbols d' Andrus Kivirähk, dont je voudrais citer ici un passage sublime sur une première de Hamlet, - " A cet instant, pour toutes les personnes présentes, ce royaume de Danemark imaginaire était la seule réalité. L'irréel prenait vie. le nouvel Estonia avec ses fenêtres illuminées se dressait au coeur de la ville et répandait sa lumière féerique, déchirant la réalité quotidienne, comme un phare éclaire l'embarcation balayée par les vagues grises.
Un papillon.....-"
Un roman plein de vitalité et d'optimisme, où même la mort n'a pas de crédibilité, puisque les morts peuvent revenir quand ils veulent et reprendre du service....
Le Papillon / La Vie, éphémère, fragile, que " le temps met à mort sans pitié, mais qui renaît chaque printemps sur les près, car il a réussi, juste avant de disparaître , à déposer sa ponte, d'où naîtra une descendance si rigoureusement semblable à lui qu'on croirait que presque rien n'a changé".
Un livre dont chaque page, chaque ligne est un pur plaisir de lecture !
Un coup de coeur ? Oui, définitivement.

"Comme je le dis toujours, pourquoi commencer par le moins bon quand on peut choisir le meilleur ? L'ivresse tout de suite, et pour la gueule de bois on verra plus tard - tel est mon credo !"


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7110
michfred
  11 février 2017
Shakespeare a dit « All the world's a stage ! » et Andrus Kivirähk , inversant la perspective, affirme que le théâtre est une bulle de rêve, de fiction et de résistance dans ce monde de brutes.
L'ultime citadelle de la liberté, de la fantaisie et de la joie dans un monde de cruauté, de violence et de raison triste.
Je viens de refermer – trop vite, hélas ! mais comment résister ?- le Papillon d'Andrus Kivirähk, dont les ailes diaprées n'ont pas fini de voleter dans mon esprit.
Quelle liberté dans le ton, dans les ruptures assumées avec la chronologie - le narrateur est mort, n'a-t-il pas, dès lors, tous les droits ?- !!
Quelle jolie fable, poétique, légère , si éclairante dans ses moralités suggérées- pas de lourds messages, jamais, on volète aimablement d'une vérité à un mensonge, et les deux sont aussi justes, aussi révélateurs- !!
Quel mélange savoureux de légendes et d'Histoire !
Quelle triste gaieté et quelle douce tristesse !
Ce papillon est à épingler dans toutes les bibliothèques. Oh ! pardon, il faudrait non pas l'épingler mais lui garder son vol léger, ses ailes de fées, ses couleurs paradisiaques !
J'ai littéralement adoré ce roman, cet auteur, son originalité et sa profondeur, derrière sa liberté impertinente !
Juste avant la première guerre et juste après la seconde, August Michelson, (auto-rebaptisé Mihklisoo, pendant la brève parenthèse républicaine où l'Estonie était débarrassée du grand frère russe), nous raconte, dans le plus grand désordre et dans le mélange le plus éhonté de joyeux mensonges et de tristes vérités- il est mort, paix à ses cendres !- l'histoire d'un petit théâtre, l'Estonia, qui se trouve une âme, par le plus grand des hasards, et devient dès lors l'aventure héroïque de toute une troupe, de tout un public, de toute une ville (la ville de Talinn).
Malgré la violence du monde extérieur, qui ne pénètre plus dans ses murs depuis que la passion de la fiction et la magie du mensonge l'animent, malgré la présence, sous ses murs et à sa porte, d'un grand loup gris au regard féroce qui ne ménage pas ses efforts ni ses crocs pour attaquer et décimer la vaillante troupe.
Malgré la fragilité de son éphémère talisman.
Celui-ci a un nom : Erika, c'est elle, le papillon, l'âme de l'Estonia. Sa baraka, sa chance insolente et fugace. C'est elle le grand amour d'August Michelson.
C'est la petite flamme qui brûle dans tous les vrais théâtres.
Tant qu'elle danse avec August, petit lutin timide, tant qu'elle volète d'une fleur à l'autre, butinant tout le suc de la vie, rien à craindre ! le loup gris n'a qu'à bien se tenir ! Mais parfois les valses changent de tempo, et les danseuses, bien malgré elles, de partenaires,..
La musique devient alors un pas de deux avec la mort et l'espoir s'envole, se fait la malle, au milieu des décors de papiers et des robes de princesses…
Vite, vite, si vous aimez la poésie, et surtout le théâtre , si vous adorez découvrir un ton, un pays, un esprit à nul autre pareil, partez à la chasse au papillon, comme dans la chanson de Brassens , et revenez-en le coeur tout bouleversé, tout chaviré de bonheur et de chagrin !
En refermant le livre, je me suis demandé, aussi, si chaque vrai théâtre n'avait pas son papillon..
Gérard Philippe ou Jean Vilar pour l'ancien TNP.
Et, plus près de nous, ne voyons- nous pas battre encore les grandes ailes vibrantes de Peter Brook ou celles si colorées d'Ariane Mnouchkine, ces vieux papillons toujours vivaces, toujours volants ?
Mais jusques à quand ?
Et que deviendront, après eux, les Bouffes du Nord ? le théâtre du Soleil ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          338
Sol_Petchorine
  25 janvier 2017
Une ode à l’amitié et à la liberté, un hymne à la création, à l’art et à la culture qui nous déli­vrent du temps et du réel : Le Papillon est un livre rare, il nous rappelle que le temps est d’autant plus précieux que nous sommes provisoires, qu’il est impératif de s’éveiller à la vie et de « séduire le soleil ».
Je peux être discret et maladroit lorsqu’il s’agit de parler de livres dont la lecture m’a saisi. Comme s’ils prenaient corps avec moi, ils maintiennent vive ma sensibilité, et mon rapport à eux devient presque sacré. J’ai relu Le Papillon d’Andrus Kivirähk. Cela faisait longtemps qu’un texte ne s’était pas emparé, immédiatement, de ma chair. Je ne m’attendais pas à une envolée lyrique, ce n’est pas le style de l’auteur. Lire Le Papillon, c’est avant tout fermer les yeux sur soi-même et écouter, humblement, l’histoire d’un homme qui s’est toujours défendu, avec pudeur, contre ce que la vie a de mortifère et de vulgaire.
Tant de personnes ont lu, ont aimé et ont écrit sur le chef-d’œuvre de l’auteur, L’homme qui savait la langue des serpents. Après Les Groseilles de novembre, les éditions du Tripode et la traduction de Jean-Pascal Ollivry nous permettent de découvrir le premier roman de l’écrivain estonien le plus populaire du XXe siècle. Le Papillon a été publié en 1999, Kivirähk n’avait pas encore trente ans.
Avec Ali Zamir (Anguille sous roche, Le Tripode, 2016), la parole était portée par Anguille, une jeune fille qui, se noyant en voulant rejoindre Mayotte depuis l’île d’Anjouan, sent le besoin de témoigner et de se rappeler sa vie, son émancipation. L’auteur a eu recours à un procédé implacable : une sorte de plan-séquence rétrospectif, marqué dans le texte par une ponctuation et un rythme qui produisent l’expérience même de l’étouffement.
Avec Andrus Kivirähk, le narrateur est déjà mort, lui a tout son temps pour choisir la manière de raconter son histoire. Le vieillard défunt s’appelle August Michelson, il est là pour nous raconter la naissance et la vie d’un théâtre, l’Estonia, et de sa troupe tout au long de la première moitié du XXe siècle alors que la Modernité, thème important chez Kivirähk, s’impose.
Ce qui est profondément touchant dans ce récit, c’est ce mélange d’amour, de merveilleux, de batifolage et de nostalgie. C’est sa douceur, sa sincérité et sa spiritualité. Je sais que c’est un texte important pour moi car sa lecture a convoqué de nombreuses images et des références qui me sont chères. J’ai revu tout à la fois la scène finale de The House du cinéaste lituanien Sharunas Bartas, le ton de Romain Gary, la vie de Tonio Kröger et de Niels Lyne, la baleine de Krasznahorkai et, par là même, la scène d’ouverture des Harmonies Werckmeister de Béla Tarr. Le Papillon, c’est un premier roman d’une richesse aussi nette que sa modestie. S’il impressionne le lecteur français qui a, ou non, commencé par ses deux grandes œuvres, c’est que son premier roman ne peut être que du Kivirähk et préfigure l’œuvre en cours d’un écrivain majeur.
De la demi-douzaine de comédiens et comé­diennes de la troupe, nous ne savons rien, sinon leur prénom, leur chagrin, leur joie, leur espoir. Ils avancent avec leur fragilité, leur sensibilité, leur sagesse, ils débordent d’obstination et d’amour. Ils surpassent les épreuves. On est frappé par la douceur de leur folie. Cette troupe est l’enfant d’une génération marquée par une sensiblerie sans limites, vivant avec autant d’indépendance que d’opiniâtreté. Ils sont ar­tistes, comédiens, danseurs, leur attitude passe pour révolutionnaire car ils ne se dotent d’aucun titre, ils ne se disent pas « professionnels ». Ils ont le goût des choses inutiles et des actions gratuites. Le théâtre et la satire leur donnent la force de vivre. Indifférents vis-à-vis de leur propre destin, la troupe est une « gaieté fié­vreuse ». Dignes, ils ne prétendent pas avoir l’étoffe des héros mais voilà : « le théâtre devait continuer, les représentations devaient avoir lieu – voilà ce qui était clair, et s’il fallait pousser notre dernier soupir dans l’accomplissement de cette tâche (…) qu’il en soit ainsi. »
Qu’importe les conditions matérielles ! C’est d’autant plus fort pour la troupe de l’Estonia de jouer avec un décor chaotique, obscur et froid, où les chandelles tenues à la main prennent le rôle de l’éclat de soleil. Qu’importe la Première guerre mondiale ! qu’importe la taille de la flamme ! les feux de la rampe doivent briller. Il s’agit de réchauffer les cœurs et maintenir vi­vants ceux qui sont encore debout, ceux qui n’ont pas vu leur abdomen déchiré par une baïonnette. Le théâtre devient un hôpital pen­dant la Grande guerre, comme si la culture, l’art, la création sont un lieu fait pour les infirmes, in­firmes de la vie qui se débattent avec la mort. La troupe prendra le chemin de la campagne, insou­ciante, hommes et femmes s’accommodant d’une même intimité que l’on ne nous dévoile pas, passant dans les villages et provoquant à la fois de l’admiration et une inquiétude, tels des « souverains antiques » ou des saltimbanques venus de la ville. Ils apportent l’extraordinaire et l’indicible. Ils repartent, laissant aux villageois un quotidien amer. Le Papillon est également un bijou d’humour (très touchant, lisez le passage des auditions !) et un recueil de farces. Il s’agit de rire, de soi et de nos conditions, s’offrir à la légè­reté pour ne pas tomber dans les tourments du siècle.
Poésie de l’insaisissable, l’auteur joue avec nous, il ne nous dicte rien mais nous propose de jouer. Au fil de l’histoire, on monte sur les planches, on quitte notre rôle de lecteur-spectateur. En jouant avec la vérité et le mensonge, l’irréel et l’allégorie, il ques­tionne nos rapports au merveilleux. C’est un auteur qui ne se suffit pas de la vérité, il voit plus loin, au-delà de ce qu’elle a de banal et de rarement joli, pour lui elle est trop encombrante.
Entre le merveilleux et l’allégorie, deux forces antagonistes s’opposent. Cette tension est incar­née par Erika, la femme du narrateur, le « Papillon » de l’Estonia, et le chien gris, figure allégorique, qui est le monstre du temps, de l’ignorance, du conformisme, de la résignation, de l’aliénation, du quotidien vulgaire et de l’oppression politique.
D’un côté, l’âme et le « talisman » de la troupe : « Erika s’envolait toujours plus loin, se posait sur une fleur, plongeait sur une autre, se laissait porter par le vent. Puis, brusquement, elle changea de direction ; un beau jour, je fus la fleur qu’elle choisit et sur laquelle elle se posa, après quoi elle referma ses ailes. »
De l’autre, la menace, la mort, qui s’expriment : « Vous menez plusieurs existences à la fois, alors que des vies, il y en a déjà beaucoup trop de par le monde et que toute mon énergie passe à les tailler, à les réduire, à les comprimer. » – Nous leur donnons de l’espoir, répondis-je. – C’est exactement pour ça que je vous hais ».
« Une illusion, de part en part, voilà ce qu’était cette vie que nous montrions sur scène : une illusion de toute beauté ! Si quelqu’un mourait, c’était élégamment, dans son lit, dispensant aux pleureurs rassemblés autour de lui quelques paroles édifiantes et pardonnant à ses ennemis le mal qu’ils lui avaient fait ; aucune bombe ne réduisait qui que ce soit en miettes, personne ne hurlait au fond d’une tranchée, en proie à une cruelle agonie. Il est facile de comprendre pourquoi le chien gris courait autour du bâtiment en glapissant férocement et pourquoi, lorsqu’il apercevait un comédien, ses poils se dressaient sur son échine. Derrière les murs de l’Estonia, on vivait une vie qui ne se pliait pas à ses lois ; c’était une tour d’ivoire, pour l’escalade de laquelle ses griffes s’avéraient trop émoussées. C’était une cita­delle. »
« C’était une citadelle » :le ton change, la ré­flexion s’ouvre. La réalité sociale et politique s’immisce violemment dans la dernière partie du roman. La question qui passe au premier plan est : l’art est-il soluble dans la révolution ? La culture doit-elle être au service du pouvoir ? Le vernis de naïveté avec lequel nous menions notre lecture se renverse.
Michelson se débarrasse de la trame narrative en éclatant le sens de la chronologie. Nous appre­nons précipitamment que le fils de Michelson et d’Erika, Hans, est tué au cours de la Deuxième guerre mondiale. Le narrateur meurt à petit feu, ne demeurant « qu’un portemanteau auquel on suspendait de temps à autre des habits préten­tieux et qui prononçait sur scène les mots mis par l’auteur dans la bouche d’un duc ou d’un baron, car il n’avait plus de mots à lui, il n’avait plus rien à dire depuis qu’on lui avait enlevé, pour toujours, la possibilité de dire « mon fils ». » Nous apprenons qu’Erika a déjà péri, victime du chien gris en 1918. Au milieu des bombarde­ments, l’Estonia s’effondre en 1944 dans un incendie. Quant à Michelson, il s’est éteint en 1951.
Au cœur de son introspection, de ses doutes, il y a 1917, la révolution russe, la courte guerre d’indépendance que l’Estonie obtient en 1920 (du moins, jusqu’au pacte germano-soviétique). Le narrateur défunt se livre, dans les dernières pages du livre, à une remise en question de l’expérience vécue de l’Estonia. Après avoir sublimé le rêve et l’imagination comme un moyen de s’affranchir d’un monde banal et inexpressif, il doute. Certes, ils étaient « la seule tache de couleur, le seul papillon au milieu de la rumeur monotone de la ville, le grelot frivole qui réveillait l’âme humaine en danger de se figer dans le morne quotidien ». Toutefois, hors les murs du théâtre, il y la révolution, le réveil d’un peuple, l’excitation et la nouveauté révolution­naires. Michelson a la sensation que la troupe a pu finalement passer à côté de la possibilité de l’engagement. N’étaient-ce pas eux, en fin de compte, les endormis, les rêveurs et les danseurs dans « une tour d’ivoire » ? Ce n’est qu’à ce mo­ment précis que des signes de fracture appa­raissent, alors que tout le roman évacue la psy­chologie des personnages. Aussi apprenons-nous qu’un comédien souhaite devenir terroriste, aux dépens de la puissance russe. Derrière cela, se retranche le désir, forcément nihiliste, de mener une vie spectaculaire.
Un épisode marque particulièrement le récit. En 1917, les marins interviennent les armes à la main dans le théâtre. Menaçants, ils visent le public et veulent réquisitionner le lieu. Ils finis­sent par placer une mitrailleuse devant le théâtre et dévalisent sa garde-robe le temps de s’en re­mettre à l’homme fort de Tallinn, Viktor Kingissepp. Ce dernier confirme l’usage exclusif du bâtiment aux comédiens, en justifiant son choix par une parenté spirituelle qu’il partage avec eux. Andrus Kivirähk, dans un dialogue monumental, expose la liaison dangereuse entre l’art et le pouvoir. Kingissepp se justifie de lutter, lui aussi, contre la réalité. Or, si les comédiens le font dans un espace clos, l’espace d’un temps limité, lui veut « tout refaire, changer les décors et redistribuer les rôles », sauf que son théâtre serait total, où l’on meurt « de la vraie mort et l’on pleure de vraies larmes », le sien n’est pas « une attraction de fête foraine ».
Enfin, cette mise en garde contre la tyrannie des pouvoirs est, comme le dit justement l’éditeur, d’une inquiétante actualité à l’heure où la Russie réaffirme ses ambitions géopolitiques dans les pays Baltes, et plus largement dans le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
blamblinou
  02 février 2017
Andrus Kivirähk (pas facile à écrire décidément, ce nom, je suis obligée de vérifier à chaque fois que je le tape ^^') est un auteur que j'ai découvert il y a quelque temps avec un autre roman, déjà publié au Tripode. C'est une amie libraire, lors d'un stage, qui m'avait recommandé L'homme qui savait la langue des serpents (je vous en avais parlé ici) et j'avais déjà remarqué son caractère quelque peu inclassable : entre le côté fantastique qui s'approche de la littérature pour adolescents, et le côté historique, ainsi que la plume magnifique de l'auteur, qui font que tous les adultes peuvent y trouver leur compte, on ne savait pas trop où le ranger. Quoiqu'il en soit, cela démontrait le talent d'un auteur à faire découvrir, et à promouvoir ! Alors quand j'ai appris la traduction du premier roman de cet auteur estonien, le Papillon, je me suis dit qu'il fallait que je guette cette sortie !
Entre le Papillon et L'homme qui savait la langue des serpents, on n'est pas du tout dans le même genre de roman. En effet, dans L'homme qui savait la langue des serpents, on retrouve une aventure moyenâgeuse, empreinte de fantastique, et qui fait souvent frissonner. Dans le Papillon, on est dans quelque chose de beaucoup plus doux, même si on retrouve toujours la belle plume de l'auteur, ainsi que le côté malicieux qu'il peut donner à sa narration. Ici, l'intrigue se déroule au XXème siècle, entre les deux Guerres Mondiales : une des rares périodes historiques pendant laquelle le peuple estonien n'était pas sous oppression. Une période heureuse, pendant laquelle ce peuple méconnu a découvert ce qu'était la liberté, et a pu s'émanciper, notamment sur le plan culturel. Et c'est un peu ce que raconte ce roman : les personnages centraux de l'histoire font tous partie d'une troupe de théâtre montée durant cette période. On y croise divers personnages, avec leurs tranches de vie. Des vies simples, des rêves nourris en montant sur les planches d'un théâtre qu'ils participent à bâtir, des amours déçues, d'autres plus heureuses... La simplicité de tous ces personnages, mêlée à la grandiloquence de leurs vies fait sourire tout au long du roman, et on a envie de rester plus longtemps en leur compagnie. En effet, au-delà d'une troupe de théâtre, il s'agit aussi d'une belle bande de copains qui partagent mille facéties (et pas seulement sur scène), qui se soutiennent dans les moments plus difficiles, qui savent se dire les choses lorsqu'il le faut... Ils font plaisir à voir, et on s'attache réellement à eux, comme s'ils faisaient partie de notre vie, réellement.
Et pourtant, le narrateur n'a de cesse de nous mettre en garde contre la véracité de ses propos. Ce narrateur, August, fait partie de cette fameuse troupe de théâtre, et il se souvient de tout ce qu'il a vécu, les belles choses comme les plus difficiles, pendant toute cette période. Il nous raconte tout cela, alors qu'il est mort. Et il n'a rien perdu de son rôle de comédien : il enjolive les choses quand il le faut, il a l'art de détourner la conversation lorsqu'il veut retrouver la saveur d'un moment vécu, ou bien lorsqu'il sait que nous, lecteurs, voulons à tout prix savoir la suite des événements... Il apporte tout le côté malicieux de ce roman, qui nous fait à la fois rager et sourire ! Dès le début, on sait que la fin de l'histoire ne sera pas très gaie, et on sait à peu près de quoi il va nous parler. Mais il a l'art de faire durer le plaisir, et d'en rajouter quand il veut se montrer sous son meilleur jour. On le devine fanfaron dans sa jeunesse, jeune premier qui veut épater les femmes, et surtout la belle Erika, qui a rejoint la troupe peu de temps après lui, le "papillon" qui a donné son âme au théâtre, selon son directeur, Pinna...
On est charmés par la délicatesse de ce roman et la finesse de l'écriture. Andrus Kivirähk nous invite également, discrètement, à réfléchir sur le rapport fiction / réalité. August, dans sa narration nous met souvent en garde contre les mensonges qu'il inclut dans son histoire. Régulièrement, après une scène visiblement mémorable, il nous prend à parti en nous disant de ne pas faire la bêtise de croire tout ce qu'il raconte, qu'une part de son histoire n'est que mensonges. Résultat, on se prend au jeu, et on s'interroge sur ce qui est vrai dans son histoire, et ce qui ne l'est pas... quitte à en oublier qu'en fait rien n'est vrai, puisqu'on est dans une fiction ! Trop occupés à tenter de déjouer les pièges du narrateur, on tombe donc dans le piège de l'auteur ! Mais avec délices, tellement cette histoire est belle !
Lien : http://chroniqueetudiantelet..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
traversay
  21 janvier 2017
Auteur prolifique et trésor national vivant en Estonie, Andrus Kivirähk a conquis les lecteurs français avec son merveilleux roman L'homme qui savait la langue des serpents. L'opération séduction s'est poursuivie avec une deuxième livraison sous le titre Les groseilles de novembre. La toute dernière publication en date, le papillon, est chronologiquement son tout premier roman paru en 1999 du côté de Tallinn. Et c'est un Kivirähk différent que nous découvrons : moins sûr de son style, plus timide sur le plan de l'imagination et, globalement, moins inspiré. Néanmoins, il serait dommage de faire l'impasse sur ce livre qui ne manque pas d'attraits. Il délivre un bel hommage au théâtre à travers la vie d'une troupe de comédiens qui se donnent corps et âme à leur métier et constituent une famille passablement allumée, qui se chamaille et se réconcilie dans la gaieté et l'insouciance malgré la dureté des temps (l'action du livre se déroule des premières années du XXe siècle à 1917). le narrateur, August, est mort depuis belle lurette et c'est d'outre-tombe qu'il livre ses souvenirs de cette époque. Mais attention, il nous prévient d'emblée, il est menteur professionnel et tout ce qu'il raconte peut être inventé, en partie ou totalement. Moins versé dans la fantaisie, répétons-le, que ses deux futures oeuvres connues en France, le papillon n'en est pas moins totalement dépourvu. A travers le personnage d'Erika, par exemple, aimée passionnément par August et, de manière plus sombre, via le chien gris créature symbolisant la mort et qui ne cesse de rôder auprès du théâtre Estonia où se produit la joyeuse troupe. Relativement court, le papillon laisse un petit goût de frustration et ne donne qu'une envie : attendre avec impatience une nouvelle traduction d'Andrus Kivirähk.
Au passage, soulignons la très belle mise en page du livre, imaginée par Diane Malatesta pour les Editions le Tripode.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   26 février 2017
"S'il n'y avait que cela......Vous trompez le monde! Les gens viennent vous regarder et ils découvrent que le monde n'est pas du tout comme ils l'avaient imaginé jusqu'alors, que l'amour peut-être plus fort que la mort -ridicule! -, que les méchants sont toujours punis, et je ne sais quoi d'autre ! De quel droit vos payez-vous ainsi la tête de ces malheureux? Ils ont leur vie toute tracée, ils naissent, travaillent, font des enfants, meurent, sans autre issue à espérer, pas comme Othello, ce type qui n'existe même pas, et qui se fiche un coup de poignard soir après soir, comme si mourir était aussi banal que boire une tasse de café et pouvait se répéter à loisir, pour peu que l'envie vous en prenne. Eux, votre public, ils ne peuvent pas se permettre une chose pareille. Ils perdent à tous les coups.....ils n'ont aucune chance.Pouquoi les tromper ainsi?
-Nous leur donnons de l'espoir , répondis-je." p.129
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
michfredmichfred   11 février 2017
"Je l'ai haïe, comme je vous hais tous, déclara-t-il, mais elle tout particulièrement. Un papillon! Et puis quoi, encore? Sans elle, je n'aurais pas mis longtemps à défoncer ces murs de pierre, comme une vulgaire boîte vide, mais avec son arrivée le théâtre s'est mis à vivre; le papillon a été l'âme de cette maison, son cœur, qui battait derrière les murs de pierre et faisait respirer les briques. Les autres, aussi forts qu'ils aient pu être au commencement, n'en auraient pas été capables, il leur fallait trouver une âme ici même, ils ne pouvaient pas l'apporter avec eux. Vous avez eu une veine insensée. Et maintenant, plus de papillon, et avec ceux qui restent cela va être facile, ils sont vides, comme des puits qui se seraient coupés de la source qui les alimentait et ne la retrouveraient plus quand ils en ont besoin. Ils sont sans force, ils ont fait leur temps, et personne de neuf ne viendra prendre la relève, car le monde travaille pour moi, occupé qu'il est à faire la guerre, à renverser les gouvernements et à faire couler le sang à pleins tonneaux, au lieu de penser au théâtre et à la satire."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
KirsikkaKirsikka   17 avril 2017
Le présent, voilà ce dont chacun était obsédé : où trouver de la farine meilleur marché, comment réunir l'argent du loyer, c'est tout ce qui occupait les esprits. On ne prenait plus le temps de rêver lorsqu'on rencontrait quelque part une jeune fille à peu près regardable, et on ne se mettait certainement pas à lui raconter des histoires romantiques ou à perdre son temps en sérénades inutiles : le soupirant lui demandait tout de go si elle était d'accord pour partager son pain et lui donner une demi-douzaine d'enfants, ce à quoi la fille répondait généralement oui sans trop hésiter, puisque de toute façon il fallait bien se marier, comme tout le monde, et qu'au fond les hommes devaient se valoir les uns les autres, eux qui vivaient et pensaient tous de la même manière et portaient tous des casquettes identiques, au poins que souvent, à la faveur de l'obscurité, maris et femmes se mélangeaient et mettaient un bout de temps à se rendre compte qu'ils vivaient aux côtés d'un parfait étranger. Et quelle importance, après tout, puisque tous les mariages avaient le même but — faire des enfants —, et qu'on en faisait, peu importe avec qui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BookycookyBookycooky   25 février 2017
Tandis que sur les champs de bataille, les soldats tombaient, déchiquetés par les bombes, chez nous Arbénine empoisonnait Nina avec une créme glacée, et le public voyait que la mort peut aussi être belle. Et quand à la fin du spectacle, Nina venait saluer devant le rideau, il comprenait qu'elle n'est pas définitive-qu'elle peut être aussi un simple jeu. p. 75
Commenter  J’apprécie          190
Erik35Erik35   07 février 2017
Oui, en vérité, j'aimais mentir, et si vous voulez le savoir, je vous ai déjà raconté pas mal de salades depuis le début de cette histoire... Alors tâchez d'être un peu plus attentifs, si vous ne voulez pas vous rendre ridicules. Ne croyez pas tout ce que je vous racontes ! Ou au contraire, croyez-y ! Quelle différence y a-t-il, au fond, entre la vérité et le mensonge ? Pas la moindre - et qui pourrait mieux le savoir que moi, un comédien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Andrus Kivirähk (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrus Kivirähk
Jean-Pierre Minaudier vous présente l'ouvrage qu'il a traduit "L'homme qui savait la langue des serpents" aux éditions Le Tripode. Auteur : Andrus Kivirähk. Traduit de l'estonien. Illustrations Denis Dubois.
autres livres classés : littérature estonienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
344 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre
. .