AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2882503032
Éditeur : Noir sur blanc (07/03/2013)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Entre 1937 et 1938, les répressions atteignent un pic en URSS : Staline fait assassiner des centaines de milliers de personnes sur tout le territoire. Cette période, qui commence seulement à être documentée suite à l'ouverture partielle des archives, est aujourd'hui désignée comme la Grande Terreur.
De 2008 à 2011, Tomasz Kizny mène une véritable enquête sur cette vague de violence de l'État soviétique contre ses propres citoyens. En Russie, en Ukraine et en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
GabySensei
  11 mai 2017
Un livre de photos très impressionnant sur la répression sous Staline. Ces portraits sont un témoignage exceptionnel, exhumés des archives récemment, ils aident à faire un travail de mémoire indispensable. La plupart de ces prisonniers ont été photographiés la veille de leur exécution. Ils ont des regards et des expressions saisissantes qui laissent souvent mal à l'aise. La très grande taille du livre et des photos nous donne une sorte d'intimité avec ces inconnus. Sur la page de gauche une courte fiche d'état civile nous renseigne sur leur nom et leur fonction. Quand on sait que tous ces gens sont mort injustement très peu de temps après la prise de la photo, cela fait frissonner.
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (3)
LaViedesIdees   21 février 2014
Accordant une place importante à la photographie et à l’iconographie, le livre de Tomasz Kizny et Dominique Roynette revient sur le détail de cet épisode longtemps caché du stalinisme.
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
NonFiction   13 mai 2013
Un recueil de photographies et de souvenirs intimes pour réveiller la mémoire des "opérations répressives de masse".
Lire la critique sur le site : NonFiction
LeFigaro   11 mars 2013
Ce sont près de 80 portraits bouleversants d'hommes et de femmes pris par les agents du NKVD (bras de fer du Parti), quelques jours ou quelques heures avant leur exécution [...] . À côté de ces images, de précieux témoignages recueillis auprès de déportés survivants et de leurs proches.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
PATissotPATissot   06 novembre 2016
« Un homme ne devrait pas disparaître sans laisser de traces. Il devrait avoir une tombe.
Les êtres humains de distinguent en cela des papillons. Les papillons vivent brièvement et n'ont pas de mémoire, les hommes vivent longtemps et se souviennent. Ils devraient se souvenir.
La mémoire, c'est une des choses qui fait qu'un homme est un homme, qu'un peuple est un peuple, et pas uniquement une population »
Iouri Alekseïevitch Dmitriev

En accord avec la législation en vigueur dans la Fédération de Russie, il conviendrait de commémorer les endroits où il y a des fosses communes anonymes. En 1998, à Krasny Bor près de Petrozavodsk, nous avons donné une sépulture commune à ceux dont nous avons troublé le repos pendant les travaux d'exhumation. Les autorités locales avaient alors adopté une résolution pour la construction d'un monument, un concours avait été organisé dont on avait même désigné le projet gagnant – une sorte de monstre en béton – et tout s'était arrêté là. Huit années avaient passé, et rien. En 2006, les filles et les fils des personnes fusillées ont collecté un peu d'argent et sont venus me trouver pour que nous nous chargions de construire ce monument nous-mêmes. Cela m'a pris un peu plus d'un mois.
À Krasny Bor on peut voir à présent une composition de deux blocs en quartzite rouge portant l'inscription « Aux victimes de la Terreur rouge de la part de leurs enfants et petits-enfants » ; un verset tiré de l'évangile selon saint Matthieu est gravé sur une plaque en pierre : « Heureux ceux qui pleurent car ils seront consolés. » Le quartzite rouge est une pierre magnifique, rare et chère : lorsque j'ai dit pour quelle raison j'en avais besoin, à la carrière ils me l'ont donnée pour rien et, en plus ils ont transporté les blocs sur place gratuitement. Tout le monde nous a aidés. C'est ainsi que le monument a été érigé avec l'argent des orphelins.
Quand on veut faire quelque chose, on cherche des solutions ; quand on ne veut pas, on cherche des prétextes.

Iouri Alekseïevitch Dmitriev, né en 1956 à Petrozavodsk, militant, membre de l'Association Memorial de Carélie (1990-1997). Membre d'une Commission républicaine pour la Restitution des Droits des Victimes Réhabilitées des Répressions Politiques ; Iouri Dmitriev recherche les documents d'archives sur les victimes de la Terreur bolchévique, et les fosses communes de Carélie. A participé aux exhumations à Soulaj Gora (1989-92) à Petrozavodsk. Membre de l'expédition qui a retrouvé la nécropole de Sandarmokh (1997). A dirigé les travaux d'exhumation à Krasny Bor (1997-98). A découvert le grand cimetière des prisonniers du Goulag des camps du Belomorkanal Barsoutchia Gora (2003), les fosses communes des îles Solovki (2006), et bien d'autres lieux de répression. Initie et organise la commémoration de ces lieux. Coauteur du livre du souvenir « Pominalnye spiski Kareli. Ounitchtojennaïa Karelia. Bolchoï Terror 1937-38 », Petrozavodsk, 2002. A créé une base de données sur les personnes déportées en république de Carélie (34000 noms et données biographiques en 2009).

Interview du 12 avril 2009, Krasny Bor, Petrozavdsk.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Tomasz Kizny (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tomasz Kizny
La Grande Terreur en URSS, entretien avec Zinaïda Pavlovna Khoudiakova .Mediapart publie des photos du livre de Tomasz Kizny et Dominique Roynette, « La Grande Terreur en URSS ». Outre des victimes des purges staliniennes, ce portfolio rassemble des vidéos et des photos actuelles des lieux d'extermination.
autres livres classés : répressionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Tomasz Kizny (1) Voir plus