AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266216341
Éditeur : Pocket (29/11/2012)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 13 notes)
Résumé :

Rejetés par leurs clans et par les esprits, " les hommes sans nom " sont les yao. Condamnés à la solitude, confrontés à l'hostilité des chasseurs, harcelés par les plus jeunes, ils errent aux abords des camps, en quête de quelque nourriture, avant de se résigner à quitter le monde des vivants. Tsinaka, " celui qui ne voit que des ombres ", Oïgur, " l'estropié " et Kia, " la femme au ventre plat "... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
finitysend
  23 janvier 2013
Touchant - poignant - évocateur ....
Ce dernier tome vient clôturer la trilogie préhistorique de l'auteur , des histoires qui se lisent séparément d'ailleurs .
J'ai trouvé ce dernier tome excellent en toute sincérité . J'avais adoré Ao et vraiment beaucoup moins le tome deux ...
Le style de l'auteur est puissamment évocateur dans ce texte et l'environnement préhistorique est aussi palpable que grandiose .
C'est un plaisir d'entendre le bruit du vent dans les feuilles , les pas dans la neige , et celui des ruisseaux par exemple , mais il y a aussi d'autres bruits très inquiétant dans ce roman , car c'est un monde dangereux et assez impitoyable .
Les personnages de cette fiction sont crédibles . Ils sont adaptés à cet univers et même s'ils payent le prix de cette âpreté environnementale , car rien n'est facile , et même si tout est si difficile , ils parviennent du fait de leurs indéniables acquis culturels et techniques à relever le redoutable défi que représente la vie dans ce monde aussi magnifique que dangereux . Cette donne culturelle comprend également un volet « religieux « qui est assez magistralement mobilisé par l'auteur . Cette fiction est aussi et heureusement exempte du moindre pathos agaçant ou pénible .
Le pire et le meilleurs dans ce monde comme dans le nôtre , sont souvent en rapport avec l'homme d'une façon générale , et c'est donc aussi le cas dans cette fiction absolument prenante à cause de cet univers réussi et dense , mais aussi à cause du rythme et des nombreuses péripéties crédibles qui emailent la trame narrative de ce texte soigné .
Il y a une certaine dimension dramatique dans cette histoire , à la fin entre autre .
Une fin qui est notamment assez frustrante , parce que pour parler franchement : je trouve que l'on a carrément « les boules » que ce soit le dernier tome !
Manifestement l'auteur est bien documenté et ses choix fictionnels ne sont pas en contradiction avec ce que l'on croit savoir du paléolithique supérieur mais l'auteur exploite plus des données ethnographiques je trouve que de la paléoanthropologie , pour soutenir sa fiction et pour évoquer talentueusement cette époque lointaine en se tenant à l'écart des clichés et des poncifs potentiellement aussi risqués que ridicules et décevants .
Les aspects documentaires pour ce qui est du fond , sont aussi palpables que discrètement intégrés à la trame narratives et ce regard flouté de l'auteur sur les aspects scientifiques est tout sauf désagréable ..
Pour conclure disons que ce monde est aussi beau et grandiose que dure et impitoyable .
Que les hommes y sont déjà des hommes , quellle que soit l'espèce à laquelle ils appartiennent , et ce n'est pas le moindre des aspects plaisants de ce monde évocateur , aussi poignant que touchant .
Une prose bien rythmée et un récit qui assez palpitant finalement , sans être pour autant un roman d'action stricto sensu ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Parthenia
  07 avril 2015
Cette fois, on suit les aventures d'un Homo sapiens parmi une tribu de Néandertals, et l'histoire est écrite au passé tandis que dans les tomes précédents, l'auteur utilisait le présent. Je ne sais pas si ce changement de temps a joué dans mon ressenti, mais j'ai trouvé moins de magie dans l'écriture de ce tome, même si le récit en lui-même est toujours passionnant.
Nous suivons donc l'histoire dramatique de Tsinaka, qui a été rebaptisé Akil pour marquer le mépris à son égard. Il est en effet devenu "yao" suite à la découverte de son handicap : la myopie qui le rend de ce fait inapte à la chasse. le jeune homme, ostracisé par les siens, est condamné à une mort certaine jusqu'à ce que le yao d'une autre tribu, Oïgur, privé de l'usage de son bras droit, l'approche et l'invite à le suivre dans la grotte où il s'est réfugié avec Kia, une femme stérile. Même si la survie est difficile du fait de leurs handicaps, la solidarité dont ils font preuve les uns envers les autres les aide à surmonter les obstacles.
Mais un jour, Tsinaka se voit obligé de suivre les anciens hommes, des Néandertals qui mènent une vie de nomades, sans savoir si ceux-ci épargneront sa vie.
Comme dit plus haut, le charme n'a pas agi avec autant d'efficacité cette fois-ci, même si j'ai lu le livre avec beaucoup de plaisir mais sans retrouver la poésie et la magie des deux premiers tomes. Pourtant, la quête de la tribu d'adoption de Tsinaka a été captivante : faire face au massacre des tribus néandertaliennes par la cruelle tribu des Hommes-oiseaux (dont le comportement barbare avait déjà été mis en scène dans le tome 1).
Leur résolution pour retrouver leur dignité d'hommes s'avère en fait désespérée et s'apparente plus à un baroud d'honneur. Ce qui rend leur destinée si dramatique et poignante...
Pour conclure, une suite passionnante mais beaucoup plus pessimiste que les premiers tomes : on sent que l'on arrive vraiment à la fin de cette odyssée du dernier Néandertal, dont l'espèce est vouée à disparaître !

Lien : http://parthenia01.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Valmont_49
  11 mars 2018
Troisième et dernier volet de cette série qui ne m'a pas déçu. Tsinaka mis au ban de son clan parce qu'il est myope comme une taupe et parce qu'il n'arrive pas à surmonter une épreuve initiatique.
C'est auprès de nouveaux amis et d'un clan d'hommes "anciens", qu'il va acquérir sagesse et esprit de meneur de groupe.
Affrontements, techniques de chasse, culture, nous en apprenons beaucoup sur la vie et les différents rituels de ces anciens.
Un petit moment de confusion à cause de la multitude de personnages et un instant d'émotion à la disparition de certains.
Je vous conseille cette lecture.
Commenter  J’apprécie          00
meknes56
  31 mai 2019
Dommage...Que cette sage se finisse..C'était vraiment "trop bien" comme dirait mon petit fils
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
finitysendfinitysend   16 août 2012
Munis de longues perches , les deux hommes et la femme avancaient d'un pas vif , courbés dans le crépuscule du matin . Quelques corbeaux obstinés et bavards accompagnerent leur progression en tournoyant au-dessus de leurs têtes . Les brins d'herbes crissaient sous leurs pas . Des lagopèdes s'égaillerent sur leur passage . Au loin , des chevaux prirent le galop dans un nuage de givre .
Commenter  J’apprécie          140
PartheniaParthenia   07 avril 2015
Rien ne les arrêtait dans leur quête incessante de gibier, ni les fleuves, ni les gorges profondes, les marais ou les montagnes abruptes. Harassés, après une longue course vaine, à peine dépités, la vue du moindre gibier les remettait d'aplomb, et les voilà repartis, infatigables sur leurs jambes courtes et robustes. Et partout où leurs pas les menaient, retentissait leur rire. À la façon d'Oïgur, ils riaient pour chasser l'angoisse et les mauvais esprits, tromper la mort qui rôdait, oublier la faim et le froid, assurés qu'ils étaient d'être des chasseurs, prêts à tous les exploits pour inscrire leurs noms dans la mémoire du clan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Valmont_49Valmont_49   20 juin 2018
Pressé d'en finir, il poursuivit son discours.
- Les chamans demeureront dans les falaises blanches qui surplombent la toundra, à la frontière entre la plaine et la grande vallée, là où se trouve l'une des entrées du monde souterrain. En contact avec les forces invisibles, ils veilleront à maintenir les équilibres dans cette partie de la toundra et les Ouyams retrouveront leur pouvoir. Les acclamations de l'assistance déchirèrent les tempes du chaman comme autant d'élancements. Une profonde lassitude s'empara de lui. Dans son dos, il sentit Tara vaciller. Zéé l'attrapa discrètement par le bras. Il était temps d'en finir. L'illusion ne durerait plus très longtemps. Il leva à nouveau les mains pour réclamer le silence.
- Chaque année, lorsque le grand gel se retirera vers le nord, les jeunes Ouyams viendront se faire reconnaître des esprits. Ils recevront leurs noms et pourront chasser les rennes aux côtés de leurs aînés. En retour, les chamans percevront leur part de gibier de la main des Ouyams. Alors les esprits seront satisfaits et l'ordre régnera dans la grande vallée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Valmont_49Valmont_49   20 juin 2018
A chaque arrêt, Baâ ranimait le feu qui couvait dans la cage. Le vieux chasseur veillait à renouveler régulièrement sa réserve de combustible. Grâce à lui, en tous lieux et par touts les temps, les flammes jaillissaient en quelques instants. Le feu était un membre à part entière du clan. La veille Aza le consultait souvent.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : préhistoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1851 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre