AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782330129170
176 pages
Actes Sud (25/09/2019)
3.79/5   14 notes
Résumé :
Le vide, comme le temps ou la matière, a hanté l’histoire de la philosophie et celle de la physique. Mais les philosophes et les physiciens parlent-ils de la même chose ? Les premiers considéraient que le vide n’existe pas vraiment, alors que les seconds prouvent son existence au milieu du XVIIe siècle. Étienne Klein nous montre que la vie du vide est contre toute attente une vie dense… Et de plus en plus dense à mesure que la physique progresse. Au XXIe siècle,le v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
PatrickCasimir
  05 mars 2020
Etienne Klein est un formidable pédagogue ! En convoquant les meilleurs philosophes et les meilleurs physiciens, il nous initie, non sans humour, sérieux et style, à la difficile distinction entre le Néant et le Vide.
Le premier apparaît comme la négation absolue de l'être, à telle enseigne qu'il ne devrait même pas être objet de pensée sous peine de n'être plus tout à fait néant, puisque appréhendé par un être pensant qui en définitive le substantialise en objet mental. Au fond, dès qu'un être pense le néant, celui-ci cesse de l'être tout à fait.
Attention, ce Néant qui n'a ni contour ni étendue ni rien en définitive n'est en rien un Rien lequel, est déjà un petit quelque chose ; le Néant n'est donc pas Rien.
Cependant, je ne peux m'empêcher de me demander : Puisqu'il y a quelque chose, à quoi bon réfléchir sur le Néant "ontologique" qui de mon point de vue semble plutôt correspondre à l'angoisse de la finitude de l'être humain pensant et conscient de son retour au néant à l'issue de son existence.
Je n'ai pas été là, comme vous d'ailleurs, durant les 13, 5 Mds d'années qui se sont écoulées jusqu'à ce que j'existe et vous aussi.
Soit 13,5 Mds d'années de néant personnel, alors qu'il y a toujours eu quelque chose !
Pas compliqué à comprendre, le néant, est un sujet personnel, subjectif et non objectif, c'est la conscience que j'ai de ma propre réalité qui n'a pas été, qui est, et qui ne sera plus.
Du reste, plutôt que de parler de l'être et le néant, on devrait considérer l'être et SON néant, inséparable comme les deux faces d'une pièce puisqu'il n'a pas été, est advenu et disparaîtra dans un immense quelque chose qui s'appelle L Univers qui lui, EST.

Le Néant n'existe donc que pour le vivant provisoire que je suis, et non de façon absolue, car de toute éternité il y a quelque chose indépendamment de moi, et de vous...
De plus, ce néant ne saurait se confondre avec le Vide qui ne se conçoit que dans une étendue, c'est-à-dire l'espace ; le Vide, est concret, il est l'expression d'un contenant sans rien dedans.

Mais en est-on si sûr ? Les physiciens ont été obligés d'admettre que le Vide, surtout le vide quantique, contient toujours quelque chose, des petits riens qui traversent fugacement la réalité.
Le Vide, virtuellement plein, révèle ses minuscules secrets à la moindre excitation ; ce qui amène une foule de questions et de débats infinis chez nos grands Cerveaux de la physique et des mathématiques.
Il y a tant de mystères dans cet univers, à la fois vide et empli d'objets, que les savants se perdent en conjectures sur ses origines, son sens, son but. Pourquoi est-il là ? "Pourquoi y a t-il quelque chose plutôt que Rien ?"
Bon, je ne sais pas si vous m'avez suivi, en tout cas, je vous recommande chaudement la lecture de ce petit bijou de réflexion.
Pat
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
marilyngillaizeau
  31 août 2021
Avec ce petit livre « léger », façon de parler, disons que le ciel redevient bleu dans l'imaginaire…
Le vide est un « cabinet de curiosités ».
« Dans notre langage est déposée toute une mythologie. » (Ludwig Wittgenstein).
Si vous voulez tout savoir sur le vide, faites le dans votre tête et emplissez la de ce qu'Étienne Klein, qui excelle dans l'art d'expliquer simplement, nous raconte à son propos en faisant le tour de ce « néant », ce « chaos », ce « vide », ce « non-être qui est » décliné en philosophie « en une palette baroque » passant par de nombreux noms des plus célèbres et persiste en physique : « vaste désert géométrique, arrière-monde empli d'entités nomades et léthargiques qui serait la matrice de la matière, sorte d'éther dépourvu de toute matérialité mais pleinement existant, quintessence cosmique dynamisant en sourdine l'expansion de l'Univers… (…) avec ses multiples concepts appelés « temps », « espace », « vide », « matière », « énergie », sans que les mêmes mots recouvrent les mêmes réalités… »
Le voyage d'Aristote à Wittgenstein – en me limitant par ordre alphabétique aux premières lettres du premier et du dernier des philosophes, poètes et scientifiques cités, dont les idées ont traversé et imbibé nos connaissances de ces temps fossilisés à nos jours : Parménide, Levinas, clément Rosset, Artaud, Diderot, Bergson, Démocrite, Platon, Procrus, etc., la liste est longue – est évidemment copieux et savoureux, disséquant notre connaissance sous tous ses impacts sociologiques pour le dire brièvement.
« Les avatars du vide contemporain, au double sens du terme – aventures ou mésaventures, et pluralité d'incarnations – , sont les marqueurs d'un inaboutissement conceptuel : à l'évidence, le « fond du fond des choses » n'a pas été dévoilé, identifié, compris, tant s'en faut. »
Pour ma part j'ai jubilé, je crois bien que le mot n'est pas trop fort, à la découverte du modèle du vide quantique proposé par Paul Dirac (aujourd'hui délaissé) « Une mer inobservable gorgée d'électrons d'énergie négative. » Mais son remplaçant plus « vivant » n'en est pas moins tout aussi jubilatoire me faisant imaginer dans celui-ci les traces de cet inconscient collectif qui nous tiraille… Bien évidemment, cette longue histoire du vide nous transporte vers les trous noirs dont les bords sont gris et d'où s'échappent parfois « des ombres fantomatiques surgissant dans le monde réel. »
« le vide quantique est, nous l'avons dit, un espace empli de paires de particules et d'antiparticules virtuelles qui sans cesse se matérialisent et s'annihilent aussitôt. Mais au bord de la surface d'un trou noir, l'énergie du champ gravitationnel est si intense que les particules et les antiparticules virtuelles qui forment ces couples furtifs (électron/positron) peuvent emprunter une part de cette énergie et se matérialiser pour de bon. »
J'ai également vivement apprécié qu'Etienne Klein pointe du doigt sur l'énorme problématique de la sémantique :
Ces avatars du vide indiquent également la nécessité de revoir certains modes de désignation : trop de significations dispersées sont données à un seul et même mot… Or, comme l'avait déjà noté Antoine Laurent de Lavoisier, l'inventeur de la chimie moderne, la science réclame, lorsqu'elle progresse, que le langage lui-même soit perfectionné : « On ne peut perfectionner le langage sans perfectionner la science, ni la science sans le langage, et quelque certains que fussent les faits, quelque justes que fussent les idées qu'ils auraient fait naître, ils ne transmettraient encore que des impressions fausses, si nous n'avions pas des expressions exactes pour les rendre. » de tels propos, tenus au moment de la Révolution française, demeurent d'une grande justesse, alors même que la production des connaissances s'accélère. Irréductiblement, un déphasage s'accroît entre ce qui est communément dit et ce qui est nouvellement su. […]
Une telle continuité sémantique en dépit des métamorphoses du signifié interroge : provient-elle de ce que les concepts physiques fondamentaux sont toujours solidaires de catégories plus générales de la pensée qui, elles, ne varieraient quasiment pas ? Ou bien de jeux de langage peu évolutifs qui orienteraient systématiquement nos façons de dire, par conséquent de réfléchir ?
Conclusion qui s'achève sur l'excellent rappel du Procès de Kafka quand l'homme bloqué par une sentinelle stupide « a attendu en vain, et finit par mourir, sans rien savoir de plus. »
Lien : https://zoegilles.net/des-li..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Passemoilelivre
  02 août 2020
On retrouve le style Klein, avec des phrases alambiquées à tiroirs et apories en tous genres se succédant à un rythme soutenu. On s'estime satisfait, quand on a compris une phrase complète ! L'auteur aime jouer avec les mots et en disséquer le sens premier, ce en quoi il n'a pas tort !Il s'appuie sur de nombreuses références philosophiques et dans la deuxième moitié du livre, on renoue avec l'essentiel des théories physiques actuelles qu'il essaie d'exposer aussi pédagogiquement que possible.
Commenter  J’apprécie          10
Deidre
  12 décembre 2020
Qu'est-ce que le vide, de quoi est-il "constitué", comment le définir, l'appréhender, pourquoi nous attire-t-il tant ?
En s'attaquant au concept de "vide", il invite dans un premier temps les grands philosophes à disserter avec lui sur cette notion si difficile à caractériser tout en le distinguant du néant. Il évoque ses implications dans l'art, les émotions, et même l'alpinisme. Il joue avec ce concept et en extrait sa substance intrinsèque, celle qui nous fascine et nous effraie à la fois.
Dans un second temps, il se recentre sur les concepts physiques qui régissent la notion de vide et nous offre une leçon d'histoire des sciences passionnante.
Ce qui est sans être tout à fait est un livre qui se lit avec une immense facilité, et grâce auquel l'auteur nous imprègne de son érudition avec générosité.
Lien : https://unspicilege.org/inde..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
PassemoilelivrePassemoilelivre   02 août 2020
“S’il est vrai qu’une grosse pierre se meut, par exemple, avec huit degrés de vitesse et une plus petite avec quatre degrés, que s’ensuivra-t-il si on les attache l’une à l’autre [c’est moi qui souligne]89 ?”

Pour comprendre la démarche, tentons de raisonner comme Galilée : l’ensemble formé par les deux pierres étant plus lourd que la seule grosse pierre, il devra tomber plus vite qu’elle. Toutefois, pendant la chute, la petite pierre chutant moins vite que la grosse va tendre la corde qui la rattache à elle et ainsi faire “parachute”, de sorte que l’ensemble tombera moins vite que la seule grosse pierre. Conclusion : les deux pierres attachées l’une à l’autre tomberont à la fois plus vite et moins vite que la plus lourde… Une contradiction s’était donc dissimulée dans la loi d’Aristote, contradiction que Galilée découvre sans faire d’expérience concrète et qu’à son époque l’observation seule ne pouvait révéler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   02 novembre 2020
Le vide, c’est à la fois toute une histoire et tout un monde, à la couture de la philosophie et de la physique.
Commenter  J’apprécie          30
marilyngillaizeaumarilyngillaizeau   31 août 2021
Une telle continuité sémantique en dépit des métamorphoses du signifié interroge : provient-elle de ce que les concepts physiques fondamentaux sont toujours solidaires de catégories plus générales de la pensée qui, elles, ne varieraient quasiment pas ? Ou bien de jeux de langage peu évolutifs qui orienteraient systématiquement nos façons de dire, par conséquent de réfléchir ? (p. 165).
Commenter  J’apprécie          00
PassemoilelivrePassemoilelivre   02 août 2020
l’essentiel de l’atmosphère ne constitue qu’une très fine peau dont l’épaisseur représente moins d’un millième du diamètre de la Terre. Cela ne devrait-il pas nous inciter à davantage en prendre soin ? La mince couche de gaz dans laquelle nous respirons est physiquement impossible à remplacer.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Étienne Klein (62) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Étienne Klein
Grande Soirée La Procure - Étienne Klein et François Euvé : partie 1/2
autres livres classés : physique quantiqueVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
366 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre