AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9780141024530
576 pages
Penguin (01/05/2008)
4.47/5   240 notes
Résumé :
Qu'y a-t-il de commun entre le coup d'Etat de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l'effondrement de l'Union soviétique, le naufrage de l'épopée Solidarnosc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l'Afrique du Sud post-apartheid, les attentats du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami qui dévasta les côtes du Sri Lanka en 2004, le cyclone Katrina, l'année suivante, la pratique de la torture partout et en tous li... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
4,47

sur 240 notes

Celkana
  04 avril 2015
Un livre a surtout mettre entre toutes les mains!
Naomi Klein nous décrit comment les grandes institutions (FMI, Banque mondiale) censées aider les pays pauvres ou en difficultés ne font finalement que les enfoncer encore plus dans la misère en leur imposant des mesures terribles et contraires à une économie stable et juste; comment nos hommes politiques sont à la botte des industriels et autres entrepreneurs qui n'en veulent qu'à l'argent public mais pour leurs propres poches; comment les stratégies du choc et de l'effroi ont servis les intérêts personnels au détriment d'une population qui n'avait rien demandé...
Ce livre est lui-même un choc, mais indispensable à parcourir pour enfin ouvrir les yeux sur ce qu'on ressent, qu'on peut deviner, mais sur lequel nous n'avions pas vraiment d'exemples et recherches faites. Naomi Klein l'a fait pour nous et cela devrait permettre de mettre en branle une riposte populaire. Celle-ci existe déjà dans les pays qui ont du subir ces terribles moments de dictatures ou de guerre, mais il faut aussi qu'elle se mette en place dans les pays plus épargnés, si l'on peut dire...
C'est pour cela que ce livre doit être mis entre toutes les mains, en parler, en débattre mais le diffuser!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
Louise1200
  21 mai 2021
Les livres de Naomi Klein sont des pavés (861 pages avec les notes et les références pour La stratégie du choc) qui expliquent de manière claire et bien documentée les problèmes économiques et sociaux de la fin du XXème siècle et du début du XXIème siècle.
Après No Logo (1999) qui décortiquait la mondialisation et le phénomène des "marques", La stratégie du choc (2008) démonte le néo-libéralisme, qui s'impose de manière brutale dans le monde depuis le coup d'Etat de Pinochet au Chili en 1973 jusqu'à la guerre en Irak et les suites de l'ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans aux Etats-Unis, en passant par le Royaume-Uni de Margaret Tatcher et la Russie d'Elstine (entre autres).
Plus de 10 ans après sa parution, ce livre n'a rien perdu de sa pertinence et de son importance pour comprendre notre société et notre époque.
Commenter  J’apprécie          261
ChatDuCheshire
  06 juillet 2015
Quel est le point commun entre la technique de reconditionnement psychologique par la voie de chocs (utilisée notamment par des services de renseignement) et les énormes mutations économiques de ces quarante dernières années voyant l'hyper-capitalisme financier se répandre partout sur la planète ? Réponse dans ce livre de Naomi Klein, cette excellente journaliste canadienne récompensée par le Prix Pulitzer.
Ayant eu accès à des documents longtemps classés top secret, la journaliste met en évidence comment les USA ont fait en sorte de répandre dans le monde les idées de l'Ecole de Chicago (Milton Friedman et consorts), lesquelles se sont imposées petit à petit à la fin des "trente glorieuses" et, particulièrement, à partir du choc pétrolier et des soubresauts subis par le dollar au cours des années 70. Bien sûr les deux ambassadeurs "par excellence" de ces idées furent, à cette époque, Ronald Reagan aux USA et Margaret Thatcher au Royaume-Uni, ces deux pays ayant une histoire et une culture commune de même que, last but not least, les marchés financiers les plus puissants de la planète qu'il importait de développer plus encore.
Par conséquent un aspect de la politique que d'aucuns dépeignent de "vassalité" des USA a consisté à faire en sorte, notamment via son allié (certains disent: son caniche) britannique en Europe mais aussi par des méthodes nettement moins avouables (rôle de la CIA dans l'instauration de dictatures hyper-capitalistes en Amérique latine, notamment), d'imposer un régime économique qui ferait du monde son "marché", tout en protégeant leur propre économie par des barrières protectionnistes (faut pas déconner quand même...).
A cet égard la thérapie du choc fut transposée sur le plan économique, avec des succès très discutables, dans divers pays, notamment en Amérique latine (déjà évoquée) mais aussi dans l'Afrique du Sud post-apartheid et dans les pays d'Europe sortant de décades de communisme et d'économie planifiée.
Au rang des méthodes plus douces la dispersion de la "bonne parole" étasunienne fut également assurée par la formation de milliers d'étudiants étrangers bénéficiant de bourses fédérales.
Klein montre que, prudents, les étasuniens se gardèrent, dans un premier temps, d'appliquer ces méthodes de choc chez eux mais n'hésitèrent plus à le faire au cours des années plus récentes, notamment à l'occasion de l'ouragan Katrina à New Orleans, qui permit de mener à bien une politique de gentrification de la région dont on réussit à chasser une bonne part des habitants noirs ou à revenus modestes.
Je l'ai lu en anglais en vacances et je ne le conseillerais pas car ce livre vous accroche comme un roman mais, en même temps, tout ceci est tellement déprimant (le cynisme, la cupidité du genre humain qui ne connaissent décidément pas de limites) que cela vous gâche une partie du plaisir de vos vacances.
Néanmoins à lire absolument pour comprendre, du moins selon une perspective (one view on the cathedral, comme aiment à le dire les étasuniens), ce qui nous arrive aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
tolbiac
  07 mars 2013
Tiens aucune critique pour cet essais?
Étonnant, puisqu'on est face à 50 ans de notre histoire contemporaine. Ce n'est pas prise de tête, ni gonflant. .Ok ça parle d"économie. Mais ça raconte bien la mise en place du néo-libéralisme. C'est une enquête captivante du fonctionnement de notre monde moderne. Klein fait oeuvre d'humanité en déposant à nos pieds ce poignant témoignage qui l'ensemble des mouvements sociaux et libérales de la planète. C'est facile à lire, fascinant, révoltant, surprenant. On sort de là changé. Différent et notre regard à jamais ouvert d'une autre manière... Et pour info je ne connais rien à l'économie... Et là, j'apprends, je comprends... Et c'est limpide, fou, génialement bien expliqué... Presque le livre de la dernière décennie... Mais je n'irais pas jusqu'à là... Quoique j'hésite...
Commenter  J’apprécie          190
CharlesEdouard
  22 janvier 2019
"Ordo ab chao : l'ordre naît du chaos" si l'on devait écrire une seule phrase concernant "la stratégie du choc" ce serait peut-être celle-çi
Un livre d'une grande richesse au niveau des recherches, analyses..
au même rang que ceux de Noam Chomsky, ce n'est pas par hasard s'ils ont collaboré pour ce livre : "11 septembre 2001, La fin de « La fin de l'histoire »".
L'enquête commence avec les expériences qu'on effectué des agents de la CIA : privation sensorielle, etc. Cela doit peut-être continuer en notre époque, voir pour info : "KUBARK le manuel secret de manipulation mentale et de torture psychologique de la CIA."
Naomi Klein (journaliste canadienne) expose ensuite sa théorie avec comme exemples pour étayer ses écrits, des événements historiques. (catastrophes naturelles, changements de régime, attentats), qui conduisent à des chocs psychologiques, permettent aux capitalistes d'appliquer leurs lois.
Après les 700 pages lus, j'ai eu envie de me documenter un peu plus sur le sujet, et je suis "tombé" sur des livres tels que "Gouverner par le chaos - Ingénierie sociale et mondialisation" (Anonyme). "L'insurrection qui vient" (Comité invisible). ou encore l'excellente bande dessinée : "Une histoire populaire de l'empire américain". (Paul M. Buhle et
Howard Zinn).
Je recommande cette lecture pour ceux et celles, souhaitent comprendre un peu mieux les rouages de la géopolitique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
PumpkinPumpkin   22 août 2010
Voici quelques chiffres qui donnent une idée de l'ampleur de la transformation : en 2003, le gouvernement des Etats-Unis passa 3.512 marchés avec des sociétés chargées d'exécuter des fonctions liées à la sécurité ; au cours de la période de 22 mois ayant pris fin en août 2006, la sécurité intérieure au sens large - d'une importance économique négligeable avant 2001 - vaut aujourd' hui 200 milliards de dollars. En 2006, les dépenses du gouvernement des Etats-Unis dans le domaine de la sécurité se chiffraient à environ 545 $ par foyer.
Et il n'est ici question que de la guerre au terrorisme en sol américain. Les gros bénéfices viennent des guerres menées à l'étranger. Sans tenir compte des fournisseurs d'armement, dont les profits ont monté en flèche grâce à la guerre en Irak, la prestation de services à l'armée des Etats-Unis est aujourd' hui l'une des économies tertiaires qui connaît la croissance la plus rapide du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
DavidManiiDavidManii   28 septembre 2021
Les affrontements directs se concentrèrent surtout en Thaïlande, où moins de vingt-quatre heures après le déferlement de la vague, des promoteurs chargèrent des gardiens armés de clôturer des terres où ils espéraient depuis longtemps aménager des hôtels de villégiature. Dans certains cas, les gardiens interdirent même aux anciens résidents de chercher les dépouilles de leurs enfants. Pour faire obstacle aux spéculateurs, on convoqua à la hâte les membres du groupe des survivants du tsunami et de leurs amis en Thaïlande (Tsunami Survivors ans Supporters), qui, dans l’une de ses premières déclarations, affirma : « Le tsunami offre une chance inespérée aux hommes d’affaires et aux politiciens dans la mesure où il a pratiquement débarrassé les zones côtières des communautés qui, auparavant, s’opposaient à la construction de leurs projets d’aménagement de centres de villégiature, d’hôtels, de casinos et d’élevages de crevettes. À leurs yeux, ces régions côtières représentent désormais des terres en friche ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          95
DavidManiiDavidManii   24 septembre 2021
Vladimir Mau, conseiller de Boris Eltsine au cours de cette période, expliqua que « la condition la plus favorable à la réforme » est « une population en proie à la lassitude, épuisée par ses luttes politiques antérieures. [...] C’est pourquoi le gouvernement, à l’aube de la libéralisation des prix, était certain qu’un grave affrontement social était impossible, qu’il ne risquait pas d’être renversé par un soulèvement populaire ». La vaste majorité des russes - 70% - s’opposait à la libéralisation des prix, ajouta-t-il, mais « nous voyions bien que les gens, autrefois comme maintenant, se préoccupaient surtout du rendement de leurs jardins potagers et, de façon plus générale, de leur situation économique personnelle ».
Joseph Stiglitz, qui était à cette époque économiste en chef à la banque mondiale, résume bien la mentalité des apôtres de la thérapie de choc. Les métaphores qu’il emploie devraient à présent être familières : « Seule une attaque éclair lancée pendant la « conjoncture favorable » créée par le « brouillard de la transition » permet d’apporter les changements avant que la population n’ait eu le temps de s’organiser pour protéger ses intérêts. » En d’autres termes, la stratégie du choc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
DavidManiiDavidManii   13 septembre 2021
Qu’en est-il, cela étant, de la croisade menée pour la libération des marchés ? On n’a jamais qualifié de crimes capitalistes les coups d’État, les guerres et les massacres qui avaient pour but d’installer et de maintenir en place des régimes favorables à la libre entreprise. Pour les expliquer, on invoque plutôt les excès de dictateurs trop zélés ou les « fronts chauds » de la Guerre froide et, aujourd’hui, de la guerre contre le terrorisme. Quand les plus fervents opposants sont éliminés systématiquement, comme ils l’ont été en Argentine dans les années 1970 et comme ils le sont à présent en Irak, on fait allusion au sale boulot que suppose la lutte contre le communisme ou le terrorisme - et presque jamais à la lutte en faveur de l’avancement du capitalisme à l’état pur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
alzaiaalzaia   03 septembre 2014
F.D Roosevelt lorsqu'il rencontrait des organisations sociales ou syndicales qui proposaient des mesures sociales écoutait longuement puis répondait : Descendez dans la rue et obligez moi à le faire. En 1937 année charnière pour le New Deal, combien eut-il de grèves ? 4740 ... Combien eut-il de grève en 2007 ? 21 !

Celà nous enseigne que si nous voulons des réponses à cette "crise" économique pour un monde plus sains, plus juste, plus pacifique, il va falloir descendre dans la rue et les obliger à le faire.

(extrait de sa conférence que je retranscris en "citation")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81

Videos de Naomi Klein (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Naomi Klein
« Je suis Naomi Klein. J'écris sur la crise climatique depuis 15 ans et je viens de publier mon premier livre dédié aux jeunes lecteurs. Je l'ai fait pour une raison simple. Les jeunes sont l'âme et le coeur du mouvement climatique. » N. K.
VAINCRE L'INJUSTICE CLIMATIQUE ET SOCIALE de Naomi Klein avec Rebecca Stefoff, en librairie le 21 avril 2021 : https://www.actes-sud.fr/catalogue/vaincre-linjustice-climatique-et-sociale
>Systèmes et théories>Systèmes économiques>Economie libérale, Capitalisme (42)
autres livres classés : capitalismeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
662 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre