AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782701191799
160 pages
Éditeur : Editions Belin (22/03/2015)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
La question des origines interroge les ressorts les plus profonds de l être humain. Il faut s avoir d où l on vient pour savoir qui l on est. D où le besoin individuel de s ancrer dans une lignée ; d où le besoin collectif de se créer un mythe fondateur ; et d où le besoin universel d expliquer l origine du monde. Les réponses à ces questions de la psychologie, avec Sophie Marinopoulos (1re partie), de la sociologie, avec Michel Wieviorka (2e partie) et de la cosmol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
virgidoc2virgidoc2   08 août 2016
L'origine se trouve ainsi de plus en plus présentée comme l'essence même de l'individu, comme ce qui le définit. L'origine se transforme en marqueur principal de nos différences. (...)
Mais peut-être est-ce précisément le fait de savoir que nous avons une origine commune qui conduit à ces réactions. Le fait de savoir que nous sommes les mêmes nous pousse à chercher notre singularité dans les détails et dans un passé si lointain : nous remontons au plus à quelques siècles, du temps où nos ancêtres connus se sont installés sur une terre, se sont convertis à une religion... C'était dans tous les cas il y a très peu de temps au regard de notre origine commune d'Homo sapiens qui remonte à 200 000 ans. Bref, nous cherchons nos origines, mais les situons toujours à la toute fin de l'histoire. C'est une sorte de paradoxe.C'est comme si nous cherchions à nous désolidariser des autres humains.
Nous voulons montrer à tout prix que nous n'avons pas la même histoire que tout le monde, peut-être parce que, plus ou moins secrètement, nous ne voulons pas d'un destin commun.
Etienne Klein
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
virgidoc2virgidoc2   08 août 2016
Pour accepter de sacrifier du temps personnel au nom d'un futur collectif, il faut un rattachement symbolique au monde, à son histoire, à son avenir. Il faut en fait une philosophie de l'histoire. Ce rattachement fut longtemps perspectiviste. Il ne l'est plus. Nous avons perdu en profondeur temporelle. Le présent est désormais "sans épaisseur" et os rattachements sont plus horizontaux, plus fluides, plus réversibles. C'est d'ailleurs le réseau des télécommunications qui incarne le mieux ce nouveau rapport at temps : les nœuds qui le constituent ne sont que des nœuds de passage qui ne nécessitent aucune direction ni aucune finalité. Se trouvent ainsi abolies toute idée du récit, et même toute idée de filiation qui, jusqu'à présent étaient seules capables de donner du sens au collectif et au politique. En fait, le récit parvenait à vaincre l'aporie du temps en "inventant une histoire". le temps mondial, lui, veut la vaincre en arasant le temps historique. Du coup, le futur s'absente progressivement du présent (..) comme si l'urgence et "la Crise", la Crise avec un grand C, la crise transcendantale, avaient partout répudié l'avenir comme promesse. Nous entrons dans le règne d'un "présent omniprésent", d'un présent limité à lui-même, qui absorbe en quelque sorte le passé aussi bien qu'il annule les perspectives d'avenir.
Etienne Klein
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
virgidoc2virgidoc2   08 août 2016
une mère est quelqu'un qui est capable de se retirer de sa relation avec l'enfant et de se revenir à temps. "A temps" pour l'enfant, ce qui revient à dire qu'elle a des capacités d'empathie qui lui permettent de comprendre les besoins de son enfant. C'est à la fois simple et complexe à organiser. Le plus beau cadeau d'une mère à son enfant est de l'autoriser à se passer d'elle. Un laissez-passer pour une vie "sans mère", là est le programme Mère...
(...) une vie "sans mère" n'est pas une vie qui exclut la mère, bien au contraire. C'est une vie où la mère à toute sa place dans les pensées de l'enfant, et ce, quel que soit son âge.
Sophie Marinopoulos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
virgidoc2virgidoc2   08 août 2016
Coller à la mère, puis coller aux objets, c'est ce que propose notre société de consommation, sans être capable de supporter le manque et de l'inscrire dans le destin de l'enfant. Cet enfant sans espace pour grandir finit le plus souvent non pas par se séparer, mais par s'arracher de la mère. "J'm'arrache" disent les ados se propulsant alors dans un ailleurs, comprenez "hors" de la mère. Excessifs et boulimiques de liberté et d'indépendance, ils s'élancent à corps perdu dans un "tout vouloir", "tout pouvoir" qui, loin de les rendre libres, les rend addicts "du plein". Ils passent de la mère à des "objets mères" - des objets qui les nourrissent à l'infini, objets qui se consomment, comme la mère, livrée à elle-même, les a consommés avant eux.
(...) C'est la méta-position parentale portée par notre pensée collective, qui est aujourd'hui à questionner en ouvrant le difficile débat des besoins fondamentaux des enfants pour grandir.
Sophie Marinopoulos
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
virgidoc2virgidoc2   08 août 2016
s'intéresser à ses origines personnelles ou à ses origines collectives, devient à mes yeux utile et intéressant si l'on renverse la démarche, si ce que l'on sait aujourd'hui sur soi-même, ou sur la société apporte un éclairage sur le passé dont on procède, donne envie de mieux le connaître, et non l'inverse, comme chaque fois que l'on croit éclairer le présent par le passé. Ainsi c'est la connaissance du présent qui éclaire le passé. Et c'est ce mouvement qui peut aider à mieux se projeter vers le futur. Mais pour cela il ne faut pas rester prisonnier des mythes.
Michel Wieviorka
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Étienne Klein (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Étienne Klein
Qu'est-ce que l'ultracrépidarianisme ?
autres livres classés : origine du mondeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
336 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre