AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370550902
Éditeur : Le Tripode (21/04/2016)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Accident ou attentat ? Une explosion dans une mine de graphite italienne provoque l’apparition d’un immense nuage qui menace de s’enflammer au contact des lignes à haute tension. Pour éviter la catastrophe, une coupure électrique générale est décidée dans toute l’Italie, plongeant le pays dans le chaos. Le nuage se déplace vers le nord, et la France décide à son tour de procéder à un black-out sur son propre réseau. Le gouvernement part s’installer sur l’île de Sein... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
motspourmots
  10 juin 2016
En ces temps mouvementés où les blocages peuvent dégénérer et les grèves s'éterniser, ce livre tombe fort à propos. Loin du traitement sous forme de polar catastrophe de Black-out, la panne d'électricité est ici l'opportunité de jeter un regard amusé sur notre société et de s'interroger sur le sens du progrès sans en faire un débat manichéen. Replonger dans le noir pour mieux retrouver la lumière ?
Il faut quand même se concentrer un peu pour ne pas perdre le fil quand l'auteur nous balade dans le temps et dans l'espace. Entre Paris, l'Italie et l'île de Sein, avec des bons de dix ans sans crier gare (au point qu'on se surprend à revenir jeter un coup d'oeil à la date en tête de chapitre). Il faut dire que passé et présent sont tellement imbriqués que la tentation est grande de les réunir. Bref. Dans le présent, suite à une explosion dans une mine de graphite désaffectée en Italie, un nuage fait des ravages à chaque fois qu'il rencontre une ligne à haute tension, provoquant incendies et dévastations. L'Italie a donc décrété le black-out mais le nuage, poussé par vents et courants se déplace vers la France qui se prépare à son tour à couper l'électricité sur tout le territoire. Une cellule de crise pilotée depuis l'Elysée est chargée d'anticiper les risques, sans pour autant être parfaitement exhaustive sur la question. Voleurs, arnaqueurs et activistes en tous genre pourraient très bien tenter de profiter de la situation. Pour plus de sûreté, le gouvernement est installé provisoirement sur l'île de Sein, le bout de la France...
Ce qui fonctionne dans ce bouquin c'est que chaque situation est juste un brin décalé créant ainsi un point de vue inattendu. Les arcanes du pouvoir transposées sur un mini territoire, c'est un peu comme ces parcs à thèmes, la France ou l'Italie miniature où l'on passe de la Tour Eiffel au Château de Versailles en deux pas. Sur Sein, Matignon est dans l'école et l'Elysée dans un hôtel, tandis que les membres des différents cabinets se prennent à rêver de transposer une fluidité retrouvée lorsqu'ils réintègreront leurs palais respectifs. On a beau être en situation de crise, la vie continue, les histoires sentimentales aussi. Autre bonne idée, ce journaliste qui décide pour l'occasion de pallier l'absence d'internet et de recréer un journal à l'ancienne, imprimé sur ronéo et alimenté par pigeons voyageurs. A travers ses articles quotidiens, la vie des français sans électricité se suit avec passion et intérêt avec pas mal d'effets bénéfiques comme celui de retrouver le goût des livres. On croise également un révolutionnaire qui rêve de refaire la Commune sur les collines de Belleville, des énarques un peu déboussolés, des jeux d'espions, un Président de la République cyclothymique, une guerre des polices et un écrivain en mal d'inspiration. Autant dire que l'on ne s'ennuie pas.
Pas de catastrophe donc, mais des personnages qui prennent un peu plus de temps pour explorer le passé et en tirer de l'inspiration pour l'avenir. Une réflexion sur les chemins que chacun emprunte sans trop savoir où ils le mèneront, sur l'importance de voir clair en soi même lorsque la lumière est éteinte.
La grande panne ne donne ni dans le gadget, ni dans la terreur mais propose un habile renversement de panorama sur les faibles êtres humains que nous sommes. Ce qui ne peut nous les rendre que plus sympathiques.
Je ne peux que vous encourager à vivre l'expérience, à éteindre la lumière et à vous plonger dans cette grande panne à la lueur d'une bougie. Pour votre plus grand plaisir.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
zazy
  17 janvier 2017
Imaginez la France privée, sur toute l'immensité de son territoire, d'électricité pendant une longue fin de semaine !! Scénario catastrophe que décrypte, jour après jour, Hadrien Kent.
En Italie, un incendie criminel dans une mine de graphite met le feu aux poudres et, petit à petit, avec le vent, le nuage de graphite détruit toutes les lignes électriques italiennes. Pour une fois, le nuage ne s'arrête pas à la frontière française, ce qui pousse le gouvernement a agir de façon drastique et couper le courant pour laisser passer le nuage dévastateur.
Facile d'appuyer sur un bouton pour tout couper, mais les conséquences… « Nous sommes à la fois maîtres de la décision, je veux dire du moment où l'on va appuyer sur le bouton, et incapables de prévoir les conséquences de cette décision. En l'occurrence, nous ne pouvons nous appuyer sur aucun plan préétabli. Nous sommes au croisement d'Orsec, de Biotox, de Piratox et Piratom ».
Le gouvernement doit s'exiler ou rester à l'Elysée. C'est la première option qui est choisie et l'île de Sein parait être le meilleur repli. Ce qui est dit est fait.
La grand panne fait un heureux, Jean-René Hunebelle journaliste de son état qui va offrir à sa ronéo une nouvelle naissance avec la publication de son journal, diffusé à l'ancienne..
Un roman polyphonique avec beaucoup d'intervenants ce qui rend nécessaire et pratique la datation et la localisation en début de chapitre. Quel foisonnement, un peu trop parfois. Petit à petit les pièces du puzzle s'imbriquent.
L'île de Sein devient le lieu du gouvernement et tant de monde sur peu d'espace donne un aspect décalé qui m'a plu, avec un président cyclothymique. Nous sommes en direct du lieu de pouvoir, de décision. Je les regarde s'activer comme je regarde une fourmilière, avec curiosité, comme un pastiche du gouvernement de Vichy en 1940
Je suis heure par heure, ce challenge, ce défi. Au milieu de tout ça, il y a les anciens étudiants d'une même promo genre Voltaire qui entourent le président. Leurs petites histoires d'amitié, d'amour, de jalousie émaillent le livre. Il n'y a qu'à la toute fin que je comprends leurs relations, pour certains des idéaux bafoués.
Plusieurs histoires dans ce livre peut-être trop fourmillant, quand je vous parlais de fourmilière, nous y revoilà !!
Une fiction politique maîtrisée qui pourrait avoir des prolongements réalistes à travers les craintes actuelles d'attentats ou de catastrophe naturelle.
Petit sourire un brin ironique. Les media nous tannent avec la vague de froid et.... si elle engendrait une grande panne ! Sus aux bougies !

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
r1
  06 juin 2016
Étonnant roman, qui voit un gouvernement français en exil sur l'île de Sein, des amis d'enfance qui se retrouvent, des idéaux bafoués ou oubliés, des spin doctors qui tournent en rond, des conspirateurs qui ne spirent guère. L'exercice polyphonique était casse-gueule et l'auteur tient très bien la distance.
Commenter  J’apprécie          30
yv1
  12 juillet 2016
Très bien sur le papier, je suis très tenté, mais je déchante vite, pour diverses raisons. D'abord, le texte est très dialogué, trop à mon goût, d'autant plus que ces paroles échangées n'ont rien d'exceptionnel et tournent même à vide, n'apportant rien à l'histoire, l'alourdissant même par des formules un peu faciles et légères. Ensuite, il y a beaucoup de personnages qui déboulent tous en même temps, trop pour mon petit cerveau étriqué, et même la liste du début de roman, pour utile qu'elle soit, ne m'aide pas plus que cela. Enfin, la mise en place des la situation, des différents lieux et des différentes histoires est longue,très longue. Je m'embrouille et je m'ennuie. Je passe mon tour.
Commenter  J’apprécie          00
lireetcourir
  08 juin 2016
Que ferions nous sans téléphone portable, sans radio, sans journaux... Et oui! Si tout s'arrêtait que ferions nous? Nous, qui sommes aujourd'hui dépendants de toutes les nouvelles technologies. C'est sur chemin que nous emmène Hadrien Klent.
A travers de petits chapitres, légers, savoureux et une écriture sans répit, nous sommes plongés à l'intérieur des cabinets ministériels en plein coeur des décisions, puis aussi vite dans une enquête de police. Des rotatives presque centenaires du seul journal encore publié à un nid d'espion américain, d'un chef d'état déprimé voir proche de la folie à un groupe d'anarchiste préparant un nouveau grand soir .
Jour après jour, on se prépare à la Grande Panne, plongé dans les arcanes du pouvoir et à la préparation du grand chambardement. C'est depuis l'ile de Sein que sera lancé le top de l'écran noir.

Un roman à la fois catastrophe, d'espionnage et d'anticipation, un livre qui se lit sans déplaisir.
Hadrien Klent parfois de manière encyclopédique, nous plonge dans la méandre du pouvoir et des contrepouvoirs, accompagnant les équipes travaillant dans l'ombre ou auprès de conspirationnistes.
Au final, si l'aspect catastrophique est vite oublié et le quotidien du citoyen lambda à peine survolé, j'ai bien aimé cette histoire divertissante.
Lien : http://dunlivrelautre.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
motspourmotsmotspourmots   10 juin 2016
Ça fait quatre jours qu'on est privés d'électricité en Italie, et c'est génial. Tu les verrais, tous ces êtres mal dessinés, tous ces désirants de la consommation, tu les verrais : on dirait des enfants privés de dessert, de jouets, d'activités. Il sont tous perdus, tu les vois dans la ville, avec leurs smartphones éteints, leurs frigos vides, leurs télévisions noires, on dirait des fantômes.
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : anticipationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Hadrien Klent (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2126 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre