AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290018686
Éditeur : J'ai Lu (02/06/2010)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 75 notes)
Résumé :
Des quatre amies qui semblaient vouées à rester vieilles filles,Daisy Bowman est désormais la seule célibataire

.Impatient de rentrer en Amérique ou ses affaires l'apelent,son père lui lance un ultimatum:soit elle trouve dans l'urgence un riche époux,soit il la marrira à Matthew Swift,son associé.Daisy bondit.Quoi?

épouser ce Bostonien hautain et sans humour?Plutôt convoler avec le premier venu,ce qu'elle ne se prive pas de dire au prin... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
vilvirt
  02 septembre 2012
Me voilà arrivée au dernier tome, et ça fait quelque chose... Je peux presque considérer cette série comme un sans-faute depuis le départ ! J'ai vraiment passé un bon moment avec les Wallflowers de Lisa Kleypas. Tant de personnalités différentes, tant de belles histoires d'amour qui font soupirer, tant d'hommes robustes et virils prêts à tout pour leur moitié... une réussite à tout point de vue !
Ici, on fait la connaissance de Daisy qui est sûrement la personnalité la plus attachante parmi les quatre Laissées-pour-Compte. Daisy - la soeur de Lillian Bowman devenue à présent la comtesse Westcliff - est aux antipodes de sa soeur. Petite - voire verticalement désavantagée d'après ses dires ! - discrète, plus calme que "l'ouragan Lillian", Daisy est une douce rêveuse terriblement romantique qui vit au travers des romans qu'elle dévore à longueur de temps. Et quand son père lui pose cet ultimatum qui consiste à trouver un époux d'ici deux mois ou à épouser l'homme qu'il considère comme son second - et dont elle a gardé un souvenir plus que déplorable - c'est la panique ! Tout mais pas ce Bostonien arrogant, pince-sans-rire et qui, de surcroît, porte probablement de vieux costumes élimés (les Bostoniens étant réputés pour leur avarice, d'après l'auteur !) Les quatres amies décident alors de se réunir une nouvelle fois pour trouver une solution à ce problème. C'est de retour au manoir de Stony Cross Park qu'elles vont tenter de lui venir en aide à leur manière...
C'est toujours un réel plaisir de retrouver Annabelle, Lillian, Evangeline et Daisy sur le pied de guerre à la recherche d'un époux pour l'une d'entre elles ! Ici, la situation a bien évolué pour toutes. Lillian attend un bébé, Annabelle est déjà mère et prend un soin jaloux de sa petite fille, Evangeline vit toujours une histoire d'amour passionnelle avec St-Vincent (même si j'ai trouvé qu'on les voyait assez peu comparés aux autres) bref, toutes nos héroïnes sont à présent de bonnes mères de famille et des épouses comblées dont les préoccupations sont assez éloignées de celles de Daisy. Ça ne les empêche pas de prendre à coeur les intérêts de leur jeune amie dont chacun sait que sa propension à lire et à rêver ne fait pas d'elle la candidate idéale pour décrocher un parti avantageux !
Mais ça c'était avant que Matthew Swift entre en scène tout près d'un mystérieux puit qui semble à l'origine de biens des changements dans la vie de toutes ces jeunes filles... Bien sûr, on voit les choses arriver de loin. le jeune homme a bien changé depuis leur dernière rencontre, il est devenu un homme viril extrêmement séduisant et sûr de lui. Et le petit quelque chose en plus, c'est que Matthew voue une véritable adoration à Daisy depuis toujours. Pour lui, elle est l'incarnation de la femme idéale et tout ce qui rebute les autres ne l'attire que davantage. Mais ça, Daisy l'ignore encore. Et puis il y a un problème : Matthew cache un terrible secret (comme toujours !)
Alors que les mystères présents dans ses romans sont une partie récurrente du style de Kleypas, et qu'il est traité ici aussi cavalièrement que dans ses autres livres (comprenez : avec des coïncidences et des retournements de situation ma foi assez peu crédibles) j'ai trouvé l'histoire d'amour de Daisy parfaitement cohérente. En même temps, je ne lit pas ce genre de roman pour la qualité de son intrigue policière, nous sommes bien d'accord !
Je disais donc que son histoire d'amour avec Matthew était vraiment réussie. Alors qu'on se serait presque attendu à la voir s'amouracher d'un jeune noble aussi rêveur qu'elle, l'auteur prend le parti de lui choisir un homme au comportement radicalement différent. Pragmatique, réaliste, les pieds sur terre et ambitieux au-delà de la moyenne, Matthew fait figure d'ovni dans les parages de Daisy, et leur confrontation (notamment la fameuse scène du jeu de boules qui est extra) suscite des réactions inattendues chez la dame ! C'est ce qui fait toute la saveur de leur relation. Basée sur leurs différences, elle n'en devient que plus profonde et contrebalance les défauts de l'un et de l'autre.
L'équilibre est atteint et donne lieu à quelques belles scènes où l'érotisme est omniprésent. On pourrait reprocher à cette histoire de comporter un peu moins de passion que les autres, mais je l'ai justement trouvée exceptionnellement voluptueuse ! La tendresse entre eux est présente du début à la fin. Matthew est à tomber et Daisy est le personnage féminin par excellence qui ne sait pas faire grand-chose de ses dix doigts mais qui a l'avantage de ne jamais passer pour une gourde ! Daisy est légère, un peu naïve mais pleine de tendresse et de curiosité. Matthew est terriblement attachant : c'est un homme d'affaire froid et calculateur dont le comportement s'embrase au contact de la jeune fille et qui a bien du mal à se contenir quand il est avec elle ! (et les hommes à lunette, ça me fait quelque chose !...) Les scènes d'amour sont malheureusement toujours assez identiques avec cet auteur, mais quand on a laissé passer un peu de temps entre chaque roman, on apprécie beaucoup le récit.
Si vous avez envie d'apprendre à pêcher avec une oie, à imiter le cri de la vache (là j'ai beaucoup ri !), à livrer une partie de boules endiablée, ou tout simplement que vous rêvez de savoir ce qui peut se passer quand on s'enferme à deux dans une bibliothèque, plongez-vous dans ce livre !
En terme de romance, les histoires de Lisa Kleypas sont probablement ce que j'ai lu de meilleur jusqu'à maintenant. Alors si vous ne connaissez pas encore ce auteur, ne vous en privez pas et dévorez la série ! (ou celle des Hathaway qui est aussi bonne voire meilleure !)
Lien : http://tranchesdelivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MxlleAnaB
  19 juin 2013
Je n'ai pas tardé à dévorer ce tome 4 de la ronde des saisons, consacré à Daisy Bowman, la soeur de Lillian, et notre dernière "laissée pour compte". Alors qu'elle a échangé un baiser avec notre cher Cam Rohan dans le tome 3, ce n'est pourtant pas lui qui va faire battre le coeur de notre héroïne dans ce livre. En effet, Cam n'est pas destiné à Daisy, mais à Amelia, l'ainée des Hathaways qu'il rencontrera quelques années plus tard. Ainsi, Daisy n'a toujours pas de mari alors que toutes ses amies sont désormais des femmes accomplies. C'est alors que son père souhaite la marier à Matthew Swift, un jeune homme d'affaires qu'elle a rencontré bien des années plus tôt. Daisy, éternelle rebelle comme sa soeur, reste sur ses positions et ne veut pas donner raison à son père. J'ai adoré la rencontre, ou plutôt les retrouvailles imprévues entre Daisy et Matthew, devant la fontaine aux voeux. J'ai trouvé cette scène très romantique et très touchant la manière dont ils se redécouvrent. Matthew n'est plus le jeune homme quelconque, banal et inintéressant dont Daisy se souvient...C'est une homme nouveau qui se présente devant elle. Cependant, Matthew semble dissimuler un secret expliquant le fait qu'il mette volontairement Daisy à l'écart malgré ses sentiments. Waring est un méchant peu présent qui met pourtant, la vie de nos héros sens dessus dessous. J'ai trouvé l'histoire de Matthew et l'intrigue extrêmement bien menée. On comprend enfin pourquoi Matthew semble si différent après ces dix années passées en Amérique. Mais malgré son secret, ou devrais-je peut être dire grâce à son secret, Matthew est héros à la Lisa Kleypas. Il est attachant, courageux, torturé, séduisant et éperdument amoureux de Daisy depuis 10 ans. J'ai eu le sourire lorsqu'il lui avoue avoir gardé une mèche de ses cheveux depuis tout ce temps et tous les souvenirs qu'il a d'elle à l'époque. Les scènes de sexe entre nos deux héros sont à l'image de cette auteur de talent qu'est Lisa Kleypas: aussi passionnées que romantiques. Pour mon plus grand plaisir, j'ai adoré retrouver Annabelle et Simon avec leur fille Isabelle, Lillian et Marcus qui accueille leur fille Merritt, puis Evangeline et Sebstian qui vont également devenir parents. J'ai fondu lorsque Sebastian lui touche discrètement le ventre dans l'épilogue...Ahlala, notre cher Sebastian, je ne suis pas prête de l'oublier. Lillian m'a fait rire et m'a aussi exaspéré dans ce tome, lorsqu'elle critique Matthew, mais on la reconnait bien dans ce rôle et on ne peut que l'aimer au final. La suspense avec la mort de Matthew a renforcé les sentiments des deux héros et j'ai trouvé ce moment très fort, malgré la souffrance de Daisy qui nous brise le coeur. En tout cas, j'ai vraiment adoré ce tome, bien que pour ma part, le 3 restera mon préféré. La ronde des saisons est excellente série et j'ai hâte de lire le derneir tome, "Retrouvailles" qui est une sorte d'épilogue pour nos quatre héroïnes désormais comblées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nono19
  18 août 2014
C'est au tour de la dernière du club des "laissées pour compte" de trouver un mari et de vivre heureuse jusqu'à la fin des temps.
Daisy Bowman est une jeune femme rêveuse qui passe son temps le nez plongé dans ses livres. Son père désespère de lui trouver enfin un mari convenable et lui impose un ultimatum: elle a deux mois pour trouver un mari ou elle épousera Matthew Swift, son bras droit dans l'entreprise. Daisy est horrifiée! Epouser ce gringalet ambitieux! Mais voilà, le gringalet s'est étoffé (ben voyons :p) et il est plus intéressant que prévu. Très rapidement une attirance se crée entre eux mais Matthew cache des secrets qui pourraient mettre à mal leur idylle naissante...
J'ai passé un bon moment en compagnie de Daisy et de Matthew même si on n'échappe pas à quelques clichés (Matthew ne pouvait pas rester chétif évidemment, il a un secret mais qui une fois dévoilé, se résout vite, ...).
Mais Lisa Kleypas est douée pour nous faire rêver, sourire ( par exemple:les passages sur l'accouchement de Lillian par un véto ou le combat avec l'oie attachée :D), et espérer rencontrer quelqu'un qui nous aimera autant que ses héros :p.
Une page se tourne avec le mariage de Daisy et nous devons dire aurevoir aux laissées pour compte ce qui m'a un peu attristée. La présence d'Annabelle, Lillian et Evangeline ainsi que de leurs maris m'a fait plaisir et les rend unis, un peu comme une famille. D'ailleurs le comportement de Westcliff m'a beaucoup plu :).
Une saga romantique (et un peu érotique :p) à conseiller! :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DrunkennessBooks
  14 septembre 2017
Cette fois-ci c'est au tour de la fantasque Daisy Bowman de trouver un mari. Et ça part plutôt mal pour elle. Il faut dire que son père est furieux : la jeune américaine n'a pas réussi à se trouver un mari convenable parmi l'aristocratie anglaise. Son père lui lance donc un ultimatum : sont elle se dégote un mari rapidement soit elle épousera son associé, Matthew Swift. Mais, pour Daisy, il n'en est pas question !!! Elle est bien décidée à se marier avec un lord anglais et son séjour chez son beau-frère Westcliff est l'occasion parfaite. Cependant Swift, amoureux de la jeune fille depuis des années, est aussi de la partie…Et bien loin du souvenir que Daisy en a gardé. Mais alors qu'ils se rapprochent, l'ambitieux homme d'affaires va devoir faire face à son passé s'il veut un jour l'épouser.
Ma chronique sera plutôt courte pour éviter des répétions par rapport à celles des trois autres tomes. Il faut dire que l'intrigue, comme pour les autres livres et les romances historiques en général, est très prévisible et suit un schéma assez classique. Mais Daisy est un personnage extrêmement attachant. Vive et drôle, elle a le don de déconcerter ses proches avec ses remarques loufoques et sa passion pour les romans. Elle est aussi très têtue et prête à tout pour avoir ce qu'elle veut !! Trait de caractère qu'elle partage, sans aucun doute, avec sa soeur Lilian, l'héroïne du second tome Parfum d'automne. D'ailleurs celle-ci est très présente, à la différence d'Annabelle et d'Evangeline qui ne font que de rares apparitions et n'ont aucun rôle essentiel. C'est dommage car j'avais beaucoup aimé le personnage d'Evangeline ! C'est aussi ce que j'aime dans ce type de saga : on continue à avoir des nouvelles des personnages des précédents tomes qui continuent à évoluer au fil des tomes même s'ils n'en sont plus les personnages principaux. du coup, j'ai trouvé la scène finale, réunissant les quatre amies, touchante bien qu'un peu convenue.
Une fois encore, l'écriture de Lisa Kleypas est fraiche et sans prise de tête. Pour moi, La Ronde des saisons est la parfaite lecture de plage !! Bon c'est aussi vrai que les livres de Mme Kleypas ont aussi leur charme l'hiver, sous un plaid, avec une tasse de thé ou de chocolat chaud… Dans tous les cas, on se laisse facilement emporter par l'intrigue et les aventures sentimentales de nos héros.
Bref, s'il n'est pas mon tome préféré, Scandale au printemps achève les aventures des quatre laissées pour compte de Lisa Kleypas de manière très satisfaisante. Pour moi l'histoire était close, chacune ayant eu droit à son histoire. Mais, apparemment, il y a un cinquième livre, Retrouvailles, qui met en scène l'un des frères de Lilian et Daisy. A voir car j'ai peur d'être déçue !!
Lien : http://drunkennessbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
viedefun
  15 octobre 2016
Ce 4ème tome achève la saga amoureuse des quatre amies « Laissées-pour-compte » d'une manière on ne peut plus romantique et c'est donc un coup de coeur pour moi ! Alors, oui, je sais qu'il existe un 5ème tome de la ronde des saisons et même un tome 0.5, mais soyons clairs, pour moi, La Ronde des saisons concerne nos amies Annabelle, Lilian, Evangeline et Daisy. Je n'exclue pas du tout de lire les autres tomes, mais comme ce sont un peu – à mon sens – des spin-off de la saga, sur des personnages secondaires, leur lecture n'est pas forcément nécessaire puisqu'elle n'impactera en rien sur les aventures de nos quatre merveilleuses amies dont il était tout de même essentiel de lire les quatre tomes dans l'ordre pour avoir une certaine compréhension de l'histoire ! Pour revenir au couple de Scandale au printemps, j'ai autant adoré le caractère de Daisy – qui, de par sa nature de grande lectrice de romance et donc, de romantique rêveuse, ne peut que m'attirer une énorme empathie, que le caractère attachant et déterminé de Matthew. Son passé terrible, révélé au cours du tome m'a scotchée à mon livre et évidemment, j'ai tremblé avec nos amis et espéré vivement un happy end (en même temps, vu que nous sommes dans une romance historique et non dans un drame il n'y avait pas trop de risque à ce niveau-là !). Lisa Kleypas a réussi à tourner son histoire d'une manière subtile et intelligente afin que finalement, tout le monde y trouve son compte, que ce soit notre couple d'amoureux, mais aussi les autres personnes qui les entourent – je pense notamment au père de Daisy mais aussi au Comte Marcus Westcliff. Mine de rien, Matthew Swift a beaucoup de choses à cacher avec des secrets accumulés au cours des années…qui finissent par le rattraper….Ce 4ème tome restera mon préféré, avec évidemment le 2ème tome consacré à la romance entre Lilian et Marcus. Même si les personnalités des soeurs Bowman sont très différentes, je ne m'étonne pas tant que cela du fait que ce soit leurs deux romances respectives qui m'aient le plus comblée. Bravo à l'auteure et il va sans dire que maintenant que j'ai découvert sa plume, je ne vais pas me gêner pour lire ses autres oeuvres ! Bien évidemment, je vous recommande à 100% la saga La ronde des saisons si vous aimez les romances historiques très romantiques avec des scènes sensuelles qui font monter la température !
Ma note : 18/20
Lien : http://lespassionsdeviedefun..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Nono19Nono19   16 août 2014
- Les sœurs Bowman sont plutôt dangereuses à cet égard. Quand l'une d'elles capte votre intérêt, vous vous dites que c'est la créature la plus contrariante que vous ayez jamais rencontrée. Mais ensuite, vous découvrez que, si exaspérante soit-elle, vous ne vous tenez plus d'impatience à l'idée de la revoir. C'est comme une maladie incurable, cela se répand d'un organe à l'autre. Toutes les autres femmes commencent à vous paraître mornes et ternes en comparaison. Vous la désirez tant que vous avez l'impression de devenir fou. Vous vous retrouvez incapable de penser...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
viedefunviedefun   15 octobre 2016
-En fait, dit-il d'un ton égal, les chiffres disponibles indiquent que dès que le savon est produit en série à un prix abordable, le marché s'accroît approximativement de dix pour cent par an. Les gens de toutes classes souhaitent être propres, monsieur Mardling. Le problème, c'est que le savon de bonne qualité a toujours été un produit de luxe, et donc difficile à se procurer pour beaucoup.
-Production en série, répéta Mardling, songeur. Il y a quelque chose de choquant dans cette expression... Cela semble être un moyen de permettre aux classes inférieures d'imiter ceux qui leur sont supérieurs. Matthew jeta un coup d'œil aux visages qui l'entouraient. Il remarqua que le sommet du crâne de Bowman virait au rouge - ce qui n'était jamais bon signe -, et que Westcliff gardait le silence, son regard noir insondable.
-C'est exactement cela, monsieur Mardling, dit Matthew avec gravité. La production en série d'articles comme des vêtements ou des savons offrira aux pauvres une chance de vivre avec les mêmes critères de santé et de dignité que nous.
-Mais comment discernerons-nous qui est qui ? riposta Mardling. Matthew lui adressa un regard interrogateur.
-Je crains de ne pas vous suivre. Llandrindon se joignit à la conversation.
-Je crois que ce que Mardling demande, c'est comment nous réussirons à faire la différence entre une vendeuse et une femme de qualité si elles sont toutes deux propres et vêtues de la même façon. Et si un gentleman n'est pas capable de se fonder sur leur apparence pour dire qui elles sont, comment saura-t-il de quelle manière les traiter? Stupéfait par le snobisme qui sous-tendait cette question, Matthew prépara sa réponse avec soin.
-J'ai toujours pensé que toutes les femmes devaient être traitées avec respect indépendamment de leur condition.
-Bien dit, déclara Westcliff d'un ton bourru à l'instant où Llandrindon ouvrait la bouche pour protester. Personne ne souhaitait contredire le comte, toutefois, Mardling ne put s'empêcher de demander:
-Westcliff, ne voyez-vous rien de dangereux à encourager les pauvres à s'élever au-dessus de leur condition ? En leur permettant de prétendre qu'il n'y a pas de différence entre eux et nous?
-Le seul danger que je voie, répondit Westcliff avec calme, ce serait de décourager les gens qui veulent s'améliorer, par peur de perdre ce que nous percevons comme notre supériorité. Cette déclaration plut à Matthew, qui n'en apprécia que davantage le comte. Préoccupé par la question de la vendeuse hypothétique, Llandrindon dit à M. Mardling:
-N'ayez crainte, Mardling, quelle que soit la manière dont une femme est habillée, un gentleman sait toujours détecter les indices qui trahissent son véritable rang. Une dame s'exprime toujours d'une voix douce, bien modulée, alors qu'une vendeuse a une voix stridente et un accent vulgaire. En effet, approuva Llandrindon en riant. Ou comme de tomber sur une vulgaire Daisy dans un groupe d'Isabella, d'Elinor et de Marianne. Il avait parlé sans réfléchir, bien entendu. Au silence soudain qui s'abattit, Llandrindon prit conscience qu'il venait d'insulter par inadvertance la fille de Bowman ou, plutôt, le prénom de sa fille.
-Savez-vous que « Daisy » se dit « Marguerite » en français, et que c'est un prénom de reine? observa Matthew d'un ton posé. Personnellement, j'ai toujours trouvé la fleur qu'elle représente d'une fraîcheur et d'une simplicité charmantes. Tout le groupe bourdonna aussitôt de remarques approbatrices: «Certainement»... « Vous avez tout à fait raison»... Dans le regard que lord Westcliff lui lança, Matthew vit qu'il avait apprécié son intervention. Un peu plus tard, que ce fût prévu ou par suite d'un changement de dernière minute, Matthew découvrit qu'il avait été placé à la gauche de Westcliff à la table principale. Plusieurs invités ne cachèrent pas leur surprise en s'apercevant que la place d'honneur avait été dévolue à un jeune homme de condition obscure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
viedefunviedefun   15 octobre 2016
Vous n'approuvez pas les affaires de votre père?
-Non, parce qu'il leur a donné son cœur et son âme au détriment des gens qui l'aimaient.
-Elles vous ont permis d'accéder à de nombreux avantages, souligna-t-il. Entre autres, l'opportunité d'épouser un pair du royaume.
-Je n'ai pas demandé ces avantages ! Je n'ai jamais rien voulu d'autre qu'une existence paisible.
-À vous réfugier dans une bibliothèque pour y lire? suggéra Swift d'un ton un peu trop affable. À vous promener dans le jardin ? À jouir de la compagnie de vos amies ?
-Oui !
-Les livres coûtent cher. De même que les belles maisons avec jardin. Vous est-il venu à l'esprit que quelqu'un devait payer pour votre existence paisible ? Cette question se rapprochait tant de l'accusation de parasite lancée par son père que Daisy tressaillit. Quand il vit sa réaction, l'expression de Swift changea. Il commença à dire quelque chose, mais elle l'interrompit avec véhémence :
-La manière dont je mène mon existence ou dont celle-ci est financée ne vous regarde pas. Je me moque de vos opinions et vous n'avez pas le droit de me les imposer.
-Je l'ai, si mon avenir doit être lié au vôtre.
-Il ne l'est pas !
-Il l'est de manière hypothétique. Dieu que Daisy détestait les gens qui jouaient sur les mots quand ils discutaient !
-Notre mariage ne sera jamais autre chose qu'hypothétique, riposta-t-elle. Mon père m'a donné jusqu'à la fin du mois de mai pour trouver quelqu'un d'autre à épouser... et je réussirai. Swift l'observa avec un vif intérêt.
-Je devine le genre d'homme que vous recherchez. Blond, aristocratique, sensible, de caractère joyeux et disposant de loisirs suffisants pour s'adonner à ses distractions de gentleman...
-Oui, coupa Daisy en se demandant pourquoi sa description paraissait aussi niaise.
-C'est bien ce que je pensais, dit-il avec une suffisance qui l'exaspéra. La seule raison envisageable pour laquelle une fille dotée de votre physique a traversé trois saisons sans se fiancer est que vos exigences sont démesurées. Vous ne voulez rien d'autre que l'homme idéal. C'est pourquoi votre père est obligé de vous mettre au pied du mur. Daisy fut momentanément distraite par les mots « une fille dotée de votre physique ». Comme si elle était une grande beauté. Concluant qu'il ne pouvait s'agir que d'un sarcasme, elle s'échauffa davantage.
-Je n'aspire pas à épouser l'homme idéal, répliqua-t-elle entre ses dents. A la différence de sa sœur aînée, qui jurait avec une aisance confondante, elle éprouvait de la difficulté à parler quand elle était en colère.
-Je suis tout à fait consciente qu'il n'existe pas.
-Dans ce cas, pourquoi n'avez-vous trouvé personne alors que même votre sœur a réussi à décrocher un mari ?
-Que voulez-vous dire par « même votre sœur» ?
-«Épouse Lillian, c'est un million que tu gagnes. » Cette épigramme insultante avait provoqué de nombreuses railleries amusées dans les cercles huppés de la bonne société new-yorkaise.
-Pourquoi croyez-vous que personne à New York ne s'est jamais proposé d'épouser votre sœur malgré sa dot colossale ? Elle représente le pire cauchemar d'un homme. Ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase.
-Ma sœur est un joyau et Westcliff a eu le bon goût de s'en apercevoir. Il aurait pu épouser n'importe qui, mais c'est elle qu'il a voulue. Je vous mets au défi de répéter ce que vous pensez d'elle devant le comte ! Sur ce, Daisy pivota abruptement et poursuivit son chemin au pas de charge, marchant aussi vite que le lui permettait la longueur modeste de ses jambes. Swift se maintint à sa hauteur sans difficulté, les mains nonchalamment enfoncées dans les poches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Milka2bMilka2b   13 mai 2013
— Daisy, murmura-t-il, la plupart des existences ne se distinguent pas par de hauts faits.
Elles se mesurent à l'aune d'une multitude de petits gestes.
Chaque fois que vous faites preuve de gentillesse envers quelqu'un ou que vous amenez un sourire sur un visage, cela donne un sens à votre vie. Ne doutez jamais de votre valeur, ma jeune amie.
Le monde serait un endroit lugubre si Daisy Bowman n'existait pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
viedefunviedefun   15 octobre 2016
-Daisy est de toute évidence la pire de la portée, déclara Thomas Bowman tout en arpentant le petit salon attenant à sa chambre. Matthew et lui étaient convenus de se retrouver après le dîner, quand les autres invités se rassembleraient au rez-de-chaussée.
-Elle est frêle et frivole, continua M. Bowman. « Donne-lui un prénom solide et pratique », ai-je dit à ma femme quand elle est née. Jane, ou Constance, ou quelque chose de ce genre. Mais non! Elle a choisi Marguerite... Un prénom français, figure-toi ! D'une cousine du côté maternel. .. Et ça a dégénéré un peu plus quand Lillian, qui n'avait que quatre ans à l'époque, a appris que Marguerite était le nom français d'une misérable fleur. À partir de ce moment-là, Lillian n'a plus utilisé que l'équivalent anglais, Daisy, et ça lui est resté... Pendant que Bowman continuait de vitupérer, Matthew songea que ce prénom était parfait, surtout si l'on songeait à la plus petite des marguerites : la pâquerette. Une modeste fleur aux pétales blancs, si délicate et pourtant si remarquablement hardie. Il était significatif que dans une famille aux personnalités écrasantes, Daisy soit toujours restée fidèle à sa nature profonde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3025 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..