AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226251022
Éditeur : Albin Michel Jeunesse (30/10/2013)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Le trio du manoir Vrastock va bientôt devoir faire le deuil d’un de ses plus grands plaisirs : le courrier. Le bureau de poste de Livid City est sur le point de fermer et Ignace, Lester et Adèle seront bientôt coupés de tout contact avec leurs fans. Une nouvelle invention appelée "vexto", menace de remplacer non seulement les lettres, mais aussi les livres, les sèche-cheveux et même les portes de garages ! Le mystérieux propriétaire de la boîte postale n°5 pourra-t-... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
murielan
  16 mars 2014
A Livid City, c'est la panique : le bureau de poste va fermer définitivement ses portes, remplacé par VORTEX, un nouveau système de communication. Mais notre cher trio d'auteurs, Les, Adèle et Ignace, ne compte pas se laisser faire, d'autant plus qu'ils reçoivent depuis quelques temps des lettres de menaces...
J'aime beaucoup cette série de romans épistolaires pour la jeunesse.
Cette famille atypique est vraiment très attachante et, à chaque fois, les personnages secondaires sont originaux et farfelus.
Ici, l'histoire nous présente la jeune Wynonna "Wy" Fee qui doit vaincre sa dépendance à son téléphone portable, Paul Tergeist le ministre des postes et des télécommunications, Justine Titlett la factrice et puis le mystérieux fan(tôme) qui hante le bureau de poste...
J'avais peur de me lasser mais chaque nouveau tome apporte son lot de surprises et d'humour. J'adore !
Commenter  J’apprécie          110
Sharon
  16 novembre 2013
"Je n'ai jamais eu de téléphone de toute ma vie et je n'ai pas l'intention d'en avoir un dans l'au-delà non plus." C'est avec ces propos pour le moins péremptoire d'Adèle Vanstrock que j'ouvre mon billet. Adèle est morte depuis plus de cent ans, et avec Ignace, elle forme un couple de parents et d'écrivain plutôt hors-norme pour Lester, leur fils adoptif. Lui qui est un enfant du XXIe siècle, souffre de n'avoir ni ordinateur, ni téléphone portable, ni téléphone tout court – encore moins de télévision ! Les seuls écrans plats admis dans la maison sont les tableaux qui ornent le salon. Et même si Les est heureux avec ses parents, son chien, son chat et ses chatons, il aimerait vivre avec son temps.
De l'autre côté, nous avons Wilma, nièce du bibliothèque, complètement accro à son téléphone portable, qui envoie des SMS (en style SMS) à tout bout de champ. Aussi son oncle lui confisque-t-il son téléphone, et fait avec elle le pari qu'elle sera capable de s'en passer pendant un mois. Bref, l'horreur absolu pour elle.
Pour couronner le tout, le ministre des télécommunications s'est mis en tête de supprimer la poste et de la remplacer par le Vexto, un système révolutionnaire et couteux. Devinez où il a décidé d'expérimenter ce système ? Dans notre petite ville préférée de l'Illinois ! Autant dire que la receveuse des Postes n'a pas l'intention d'abandonner son poste – et Adèle compte bien mettre son grain de sel dans l'histoire ! Elle est persuadée qu'aucune amitié, aucune histoire d'amour ne peut naître par les moyens de la technologie moderne, et entend bien le démontrer.
Un peu réac, l'auteur de 43, rue du cimetière ? Pas tant que cela. Si elle montre les excès d'une technologie déshumanisée, proposée par un homme politique totalement coupé des préoccupations des gens ordinaires, elle démontre aussi à quel point la technologie change nos vies, l'améliore même, comme un rappel pour tous les ronchons adeptes du "c'était mieux avant". Même Adèle, en se replongeant dans ses souvenirs (et nous en apprenons ainsi beaucoup plus sur elle) convient que le passé était loin d'être rose.
A noter, l'hommage appuyé à Gaston Leroux, auteur du Fantôme de l'Opéra. Que demandez de plus ? Sinon une suite.
Lien : http://deslivresetsharon.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
c.brijs
  08 décembre 2013
C'est la révolution à Livid City : le bureau de poste va bientôt fermer ! En cause, le VEXTO, un nouvel outil technologique révolutionnaire ! Les habitants du manoir Vranstock sont bien embêtés. Comment vont-ils désormais pouvoir livrer les chapitres de leur livre ? Si Lester, le fils, se laisserait bien tenter par la modernité et Ignace, son père adoptif, serait prêt à se laisser convaincre, c'est loin d'être le cas d'Adèle, sa mère adoptive. Il faut dire que quand on est un fantôme, mort de surcroît en 1911, on reste attaché aux moyens de communication à l'ancienne ! Et comme si cela ne suffisait pas, voilà qu'ils reçoivent d'étranges lettres de menaces d'un fan...
Ce titre m'est tombé un peu par hasard entre les mains. Je cherchais le 1er tome et c'est celui-ci que j'ai déniché. Et, comme toujours, le hasard fait bien les choses puisqu'il me permet d'allier plaisir et boulot.
Je m'explique... le thème de ce livre tourne autour du débat courrier traditionnel versus nouvelles technologies et, plus loin, écrit versus virtuel. Une lecture idéale pour aborder avec mes petits élèves les notions de thème, thèse, arguments, contre-arguments, avis positif, négatif, mitigé, etc.
En effet, dans cette histoire, chacun y va de son opinion. Il y a les adversaires farouches de toute modernité qui campent sur leurs idées et restent persuadés que rien ne vaut l'écrit pour nouer de véritables amitiés. Ceux qui restent attachés à l'expression écrite mais sont conscients des avantages qu'apportent ces outils modernes que sont le téléphone, l'ordinateur, etc.. D'autres encore qui sont accros à ces moyens de communication virtuels, au point d'en oublier parfois de vivre. Et puis, il y a les extrémistes qui veulent faire table rase du passé, quitte à jeter le bébé avec l'eau du bain. Heureusement, tout ce beau monde va finir par évoluer et trouver un compromis...
Toute l'intrigue se développe autour d'un échange épistolaire. Chaque protagoniste a son style et on reconnaît la patte de chacun grâce à son écriture. Entre les lettres, on a droit aux reproductions des éditions de la Gazette de Livid City qui regorgent de renseignements sur l'évolution de l'affaire...
Celle-ci se complique encore avec l'apparition d'un deuxième fantôme, d'un grippe mystérieuse et la non moins mystérieuse disparition de la lettre "f".
Ce dernier événement ne phacilitera pas la tâche de Lester et de sa phamille pour le moins atypique. (Ouille ! Me voilà atteinte moi aussi !)
Au charme désuet d'Adèle qui prône les vertus de la correspondance à l'ancienne répond celui, piquant, de Wynonna Fee, accro à son GSM, qui ne parle qu'en langage SMS. Un grand écart qui fait sourire et permet d'alimenter le débat.
Si l'écrit a son importance, la lecture n'est pas en reste non plus. Pour "désintoxiquer" sa nièce, le bibliothécaire lui propose de lire le fantôme de l'opéra de Gaston Leroux. Un roman qui permettra aux deux ados de l'histoire de se rapprocher et de dénouer cette intrigue.
En conclusion, une histoire amusante où chacun va tirer le meilleur de son époque. On y plonge avec délice, comme on le ferait dans une vieille boite remplie de lettres qu'on aurait déniché au grenier. La mise en page illustrée rend la lecture bien bien agréable.
Un titre qui donne envie de prendre la plume, le stylo ou le bic...
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Jangelis
  03 février 2014
C'est toujours un moment de plaisir et de détente de se plonger dans un tome de cette série.
Les lettres succèdent aux extraits de journal, aux documents divers, aux transmissions par "Vexto"
On ne s'ennuie pas et on sourit beaucoup.
Ce tome en plus insiste sur l'importance du courrier, face à tous les moyens de communications modernes.
Et on y découvre "Le fantôme de l'opéra", ça devrait donner envie de lire Gaston Leroux !
J'avoue avoir eu tout de même un peu de difficulté à lire les pages où le F a disparu.
L'idée est drôle et fait réfléchir, mais quand on a l'habitude de lire rapidement, c'est un peu gênant à mon avis.
Je ne l'ai pas encore testé avec des enfants, je me demande si ça les ennuie dans leur lecture ou pas.
Commenter  J’apprécie          30
Biancabiblio
  28 octobre 2015
Paul Tergeist, le tout nouveau ministre des postes et Télécommunications a décidé de frapper fort (je sais le jeu de mot est facile mais je n'ai pas pu résister) pour fêter sa prise de fonction : il a décidé d'abolir le courrier traditionnel. Exit, les bureaux de poste, et place au Vexto, une cagoule objet à tout faire qui sert à lire des livres, envoyer des textos, surfer sur internet…
Et pour mettre en place la révolution Vexto, Paul Tergeist a choisi comme ville pilot Livid City. le bureau de poste fondé en 1837 doit être démoli le 1er mars et remplacé par un centre Vexto, chargé de vendre ce nouveau système de communication pour la modique somme de 999,99 $ !
Adèle, Ignace et Les ne veulent pas que le bureau de poste ferment, eux qui ont érigé la correspondance en art de vivre et qui ont besoin de la poste pour livrer les chapitres de leur livre à leurs abonnés.
Les est maintenant un adolescent et même s'il est heureux avec ses parents adoptifs, son chat et son chien, il aimerait bien vivre avec son temps mais Adèle, morte en 1911, ne veut aucun objet moderne dans sa maison ! La famille ne possède ni télévision, ni ordinateur, ni téléphone fixe ni téléphone portable et Les aimerait bien que ça change…
La nièce du bibliothécaire Tom Set doit venir passer le mois de février à Livid City. le but de ces vacances pas comme les autres : désintoxiquer Winona Fee de son portable et retrouver le goût de la lecture. Wy Fee est totalement accro à son Smartphone et n'écrit qu'en langage SMS !
Cette série est décidément un vrai bonheur de lecture et j'ai retrouvé avec plaisir les habitants de Livid City, la ville fantôme préférée des américains, et plus particulièrement ceux qui logent au 43 rue du Vieux-Cimetière : Les Perrance, le jeune illustrateur adopté par Ignace Bronchon, l'auteur à succès victime du syndrome de la page blanche et Adele I. Vranstock, l'écrivain fantôme le plus célèbre du monde qui hante la maison.
Lire la suite...
Lien : https://deslivresdeslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Ricochet   16 janvier 2014
Au fil des tomes, l'espiègle et fantaisiste série se renouvelle autour du thème de l'écriture, affirmant tranquillement sa place sur les étagères de toutes les bibliothèques.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DoVerdorieDoVerdorie   29 août 2014
Désormais, un nouvel outil technologique du nom de VEXTO est sur le point de remplacer toutes les formes de communication écrite. Le VEXTO est un système de messagerie vidéo fonctionnant grâce à une cagoule sans fil.
[...]
:| Justine Titlett [préposée PTT] : Ça...eh bien, hum.
:\ Paul Tergeist : Comment ça, "sale bonhomme"?
:- Justine Titlett : Non, monsieur. J'ai juste dit "ça", "eh bien" et "hum".
:\ Paul Tergeist : je n'aime pas tellement qu'on me traite de sale bonhomme.
:( Justine Titlett : Monsieur, je crois que vous ne m'entendez pas bien. Ces cagoules ne sont pas très fiables. J'ai seulement dit
:\ Paul Tergeist : Sale bandit ? On ne parle pas comme ça à un nouveau ministre des Postes et Télécommunications. Enfin, je vais faire comme si je n'avais rien entendu et vous demander de... Mais que faites-vous ? Tournez-votre cagoule vers le Nord magnétique. Quoi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
JangelisJangelis   03 février 2014
Vous pourrez communiquer plus vite et plus ephicacement grâce au VEXTO. A titre de phaveur, je vais vous le phournir GRATUITEMENT ET SANS PHRAIS pour la première année.

Alors, phaites l'ephort de passer échanger votre clé de boîte postale contre une cagoule VEXTO. Phaites-moi conphiance, vous allez adorer cette phabuleuse nouvelle phaçon de communiquer.
Commenter  J’apprécie          20
SharonSharon   15 novembre 2013
Je n'ai jamais eu de téléphone de toute ma vie et je n'ai pas l'intention d'en avoir un dans l'au-delà non plus.
Commenter  J’apprécie          50
c.brijsc.brijs   08 décembre 2013
N'est-ce pas amusant, ces choses que l'on trouve essentielles quand on est vivant ? En ce qui me concerne, c'est une fois morte que j'ai pris conscience des choses qui comptaient pour moi, et ce ne sont justement pas des choses. Ce sont ma famille et mes amis. (Adèle I. Vranstock, écrivain fantôme)
Commenter  J’apprécie          10
c.brijsc.brijs   08 décembre 2013
- Lester chéri, tu vas peut-être juger cela difficile à croire mais, un jour, tu voudras sûrement partager des moments privilégiés avec l'élue de ton cœur. Et là, tu auras envie de lui faire la lecture sur un bon vieux livre. (...)
- Quand je serai plus vieux, il n'y aura plus de livres...
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : posteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

43, rue du vieux-cimetière

Comment s'appelle le fantôme de la maison ?

Monique
Adèle
Ignace Bronchon

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : 43, rue du vieux cimetière : Trépassez vote chemin de Kate KliseCréer un quiz sur ce livre