AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Justine Coquel (Traducteur)
EAN : 9782330169190
208 pages
Jacqueline Chambon (07/09/2022)
3.9/5   5 notes
Résumé :
Qu'est-ce qui a bien pu pousser Hilde, poétesse dans l'âme et spécialiste de la langue tchouktche, à assassiner son mari Walter, att eint d'une tumeur au cerveau, d'un coup de hache dans son sommeil, la nuit du Nouvel An ? Dans ce court roman à la fois drôle et désespéré, conte cruel et affûté, les morts scrutent depuis l'au-delà leurs anciens voisins, amis ou parents du village, cherchent à résoudre l'énigme de leurs existences, et c'est l'humanité entière qui semb... >Voir plus
Que lire après Le 34 septembreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Strip-tease en ex-RDA

C'est après l'assassinat de Walter, vieil homme aigri de tout, par sa femme que l'on découvre l'existence d'une vie après la mort. Cette renaissance s'avère plus morne encore que la vie passée mais donne l'occasion d'espionner les agissements des villageois occupés de façon toute aussi vaine les uns que les autres. Un roman aussi morbide qu'hilarant sur les existences entre parenthèses.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Walter ne retenait rien de ce qu'elle lui racontait, il écorchait les noms de ses connaissances et ne lui prêtait aucune attention quand elle le corrigeait. Si elle parlait d'inviter quelqu'un, il était contre, il refusait de jeter l'argent par les fenêtres et ne supportait pas les inconnus. Lorsque Hilde opposait qu'ils n'avaient pas nécessairement à rester des inconnus, il l'invitait à plus de jugeote, car alors ils ne seraient plus des inconnus et les non-inconnus, il les aimait encore moins. Il se plaignait de la nourriture, trop fade ou trop salée, mais il n'oubliait jamais leur anniversaire de mariage. Pour les vingt ans et comme tous les ans, il lui offrit un caoutchouc. Une affreuse petite forêt s'étendait désormais dans leur salon.
Vingt ans, dit-elle, l'âge qu'un cockatiel peut atteindre en cage.
Dans la mer il y a des éponges qui peuvent vivre jusqu'à dix mille ans, répondit-il.
Les deux n'ont pas le choix, dit Hilde, étonnée qu'il ne la contredise pas.
(p.42)
Commenter  J’apprécie          00
Mon Dieu, mon Dieu, dit la folle.
Et il est où ton dieu, répond Pede.
Il nous a quittés. Nous n'avons plus à être sauvés, dit Norbert.
Dieu est aussi utile ici que le dentifrice, rétorque la folle.
(p.109)
Commenter  J’apprécie          30
Walter ne s'était pas couvert, il avait du mal à respirer. Ses pieds étaient gros et osseux, ils pointaient vers l'extérieur quand il marchait. Il semblait éreinté. Elle se dit : ça doit tellement lui coûter toute cette gaieté. Il était devenu un vieil homme aimable. Elle le couvrit, toucha ses cheveux, fouilla sa mémoire à la recherche d'un sentiment à son égard, mais rien. Il commença à ronfler, émit de petits bruits tremblotants. Elle aurait pu prendre le fusil, mais opta plutôt pour la hache. Hilde la laissa tomber sur sa tête, comme pour fendre une bûche.
(p.17)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Angelika Klüssendorf (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Angelika Klüssendorf
Buchtipp von Angelika Klüssendorf: "Lügen über meinen Vater" von John Burnside (Knaus)
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus

Autres livres de Angelika Klüssendorf (2) Voir plus

Lecteurs (42) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
415 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre

{* *}