AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Fabienne Gondrand (Traducteur)
EAN : 9782702448526
384 pages
Éditeur : Le Masque (02/10/2019)
3.9/5   49 notes
Résumé :
« Habituellement, je ressentais la présence d’un cadavre comme une absence, mais dans ce cas précis, j’avais l’impression qu’un trou noir s’ouvrait devant moi. »

Tournant le dos à sa vie d’avant, indifférent à son avenir, l’inspecteur Aidan Waits s’est résigné à intégrer la patrouille de nuit – cycle sans fin d’appels insignifiants et de solitudes insolubles. Jusqu’à ce que lui et son coéquipier, l’inspecteur principal Peter Sutcliffe, soient dépêch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
3,9

sur 49 notes
5
10 avis
4
17 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

tutesvuquandtaslu
  15 mars 2021
Un polar, un vrai. Tout y est.
Des flics loin d'être parfaits, si ce n'est parfois l'inverse.
Des victimes qui ne sont jamais ce que l'on croit.
Une enquête chronophage mais passionnante.
Un policier, ancien junkie toujours sur la voie de la guérison, un homme solitaire. Seul mais accompagné de ses souvenirs, de ses démons, marqué par une enfance cauchemardesque et violente. Et pourtant, un homme drôle, bourré d'humour acerbe et d'ironie qui, avec sa vie pleine de désillusions, a si peu peur de mourir qu'il en provoque les méchants.
Une histoire, une enquête très addictive. Plusieurs tenants pour un seul aboutissant. Plusieurs fils à suivre, à ne pas lâcher pour éviter de se perdre en chemin.
C'est l'acharnement de cet enquêteur, son courage et sa ténacité ou plutôt sa folie et son inconscience, qui le mèneront au dénouement de son enquête et à la résolution de ses mauvais rêves..
J'ai apprécié les personnages qu'il fallait et détesté les autres. Notre héros a un tel passif qu'il est logique que si peu des protagonistes lui fassent confiance et donc se méfient de lui.
Une très bonne lecture, pas de temps mort, des explications quand il en faut et des personnages suffisamment travaillés pour réussir à s'attacher ou à les détester.
Ce livre est un deuxième tome mais cela ne gêne en rien la bonne compréhension de l'histoire.
Une sympathique surprise que la découverte de cet auteur.

L'avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
RChris
  12 novembre 2019
L'inspecteur Aidan Waits patrouille la nuit avec son supérieur Peter Sutcliffe mais entre eux ce n'est pas du tout l'entente. Un appel à une heure du matin les amène dans la chambre 413 du Palace Hôtel désaffecté où l'alarme s'est déclenchée et où ils découvrent un cadavre anonymisé.
Joseph Knox dessine le portrait d'une sorte d'anti-héros qui mène ses enquêtes envers et contre presque tous et surtout contre son passé évoqué en pointillés qui resurgit.
La nuit est glauque, les couloirs faiblement éclairés sentent le renfermé. le jour, Aidan poursuit ses enquêtes, dans la chaleur et la moiteur de Manchester !
L'écriture est soignée et donne une atmosphère singulière à ce second roman de Knox.
L'auteur développe une foultitude d'histoires dans lesquelles je me suis perdu... mais faisons confiance aux Babéliotes, les récits s'assemblent et s'expliquent mutuellement à la fin.
Commenter  J’apprécie          360
celine85
  18 mars 2021
« Chambre 413 » est le deuxième tome de la série Aidan Waits. le premier étant « Sirènes » que je n'ai pas lu puisque j'ai découvert ce 2ème roman et l'auteur dans le cadre du prix des lecteurs 2021 organisé par le livre en poche.
Pendant leur patrouille de nuit, l'inspecteur principal Sutcliffe et l'inspecteur Aidan Waits ont reçu un appel pour le Palace Hôtel. L'alarme s'est déclenchée et l'agent de sécurité a disparu. En fouillant le bâtiment abandonné, ils ont retrouvé l'agent inconscient au 3ème. Il a été victime d'une agression, frappé à la tête à l'aide d'un extincteur. Pendant qu'Aidan Waits s'occupait de lui, il a aperçu un intrus prenant la fuite. Il l'a pris en chasse jusqu'au quatrième étage mais il a réussi à s'échapper par la sortie de secours. Lorsqu'il a rebroussé chemin dans le couloir, il a constaté qu'une des chambres était ouverte. En entrant dans celle-ci, il a découvert un cadavre. Vu son état, impossible de l'identifier dans l'immédiat. Interrogé, l'agent de sécurité a entendu une dispute entre deux personnes avant le début de sa ronde. Que s'est-il passé ?
3ème livre de la sélection pour le mois de mars pour le prix des lecteurs 2021 dans la catégorie polar et là contrairement au deux autres proposés ce mois ci, on comprend sa sélection dans cette catégorie. Ce n'ai pas un roman inoubliable, il n'a pas déclenché de coup de coeur pour moi mais il répond très bien à mes attentes pour ce genre de lecture (enquête avec plusieurs pistes, suspense, personnages bien particuliers…) Une enquête qui n'est pas toujours facile à suivre car les investigations partent dans tous les sens mais tout va prendre forme et sa place au fil des pages. En conclusion, un roman qui ne m'a pas emballé plus que ça, mais qui répond aux critères de la catégorie polar. Ce roman m'aura également permis de découvrir la plume de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Patience82
  27 mars 2021
Livre lu dans le cadre du prix des lecteurs du Livre de Poche.
Il s'agit de la deuxième enquête de l'inspecteur Aidan Waits. Je n'ai pas lu sa première enquête, mais ce n'est pas vraiment dérangeant. On cerne très rapidement les personnages. Aidan est un ancien drogué, borderline, toujours sur le point de déraper, socialement peu intégré. Il est néanmoins un bon flic qui fonctionne à l'instinct, mais ses méthodes peu conventionnelles n'inspirent pas confiance à sa hiérarchie. Il est accompagné d'un coéquipier assez détestable et vulgaire qui ne le ménage pas.
Les personnages présentent donc peu d'originalité. du côté de l'enquête, rien qui ne sorte de l'ordinaire non plus : un meurtre résolu en posant des questions et en fouillant dans le passé des suspects.
Malgré les personnages et l'intrigue très communs, j'ai beaucoup aimé cette lecture. L'auteur a su tisser une toile complexe entre tout ça, mêlant habilement une enquête secondaire et a vie privée d'Aidan. Personnellement, je n'ai pas besoin d'originalité pour passer un bon moment de lecture.
Lien : https://www.facebook.com/Les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Pat0212
  07 mai 2020
Aidan Waits est policier à Manchester, il est peu apprécié de sa hiérarchie et a été relégué à la patrouille de nuit suite à des soupçons de corruption et vol de stupéfiants dans les pièces à conviction, même si la plainte a été retirée ensuite. Il n'aime pas son boulot et encore moins son coéquipier et supérieur Peter Sutsclife, dit Sutty. Ce dernier se plait dans la patrouille de nuit, il est flemmard, fait rédiger ses rapport par Aidan et très colérique. Les deux hommes se détestent et savent que leur poste est une voie de garage avant le licenciement, ils ne se voient pas d'avenir dans la police. Ils sont surtout relégués à de petites enquêtes peu motivantes pour lesquelles ils ne font pas de zèle, comme une série d'incendies de poubelle au centre ville. Un samedi soir vers minuit, ils sont appelés pour une alarme qui s'est déclenchée dans un hôtel désaffecté suite au désaccord des propriétaires au sujet de sa vente. le gardien a été assommé avec un extincteur et Aidan voit une ombre qui s'enfuit par une porte de secours, avant de trouver un cadavre anonyme dans la chambre 413.
Peu de temps après, ils sont appelés par un étudiant dont l'amie a été menacée, par un homme plus âgé avec qui elle a passé la nuit, de diffuser la vidéo de leurs ébats sur le net si elle refuse de le revoir. Cette enquête-là n'intéresse pas le moins du monde Sutty qui laisse Aidan s'en occuper. L'homme est un journaliste d'ultra droite influent et Aidan s'en occupera à sa façon malgré l'opposition de ses chefs.
Tandis qu'un fantôme surgi de son enfance vient tourmenter Aidan, les deux policiers se lancent dans une enquête très complexe, alors que leur chef les incite à élucider la série des incendies de poubelles, seules énigmes à leur niveau selon lui.
Il s'agit d'un polar anglais très bien écrit et palpitant, il y a beaucoup de suspense et on ne voit pas du tout la solution avant les toutes dernières pages. Aidan est le personnage principal et Sutty joue un rôle nettement moins important; malgré la méchanceté perpétuelle de son coéquipier et toutes les menaces qui planent au-dessus de sa tête, Aidan a le dessus. C'est un personnage très noir, qui évolue dans un milieu glauque et qui n'hésite pas à violer gravement la loi pour faire régner un semblant de justice ou se venger, malgré cela, il est très attachant. L'enquête n'est vraiment pas linéaire, elle est très complexe mais on ne s'y perd jamais et l'intérêt du lecteur est entretenu par une écriture rapide et cinématographique. Très longtemps, on ne voit les investigations des deux policiers comme une suite d'actes isolés qui ne les conduiront nulle part et confirmeront la mauvaise opinion de leur hiérarchie, jusqu'à ce que le puzzle s'emboite enfin.
J'ai beaucoup aimé ce polar très rythmé et noir que je recommande chaleureusement. Un tout grand merci à Netgalley et aux Editions du Masque pour cette magnifique découverte.
#Chambre413 #NetGalleyFrance
Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
mimo26mimo26   25 octobre 2019
Ils habitaient une bâtisse solide, de taille moyenne, style Tudor, conçue pour résister à tout, apparemment, sauf à la pluie. À travers l’imposte en verre fumé de la porte d’entrée, le garçon distingua deux ou trois seaux dans le vestibule, qui recueillaient les gouttes d’eau, ce qui expliquait peut-être qu’ils ne l’aient pas entendu la première fois. Il frappa encore, recula et jeta un coup d’œil à la maison. Elle semblait trop grande pour un couple âgé, mais elle avait quelque chose qui la distinguait des pièces exiguës, aux parois minces, qu’il avait toujours connues : de la personnalité.

Il fallait bien ça, au beau milieu de nulle part.

La vieille dame arriva à la porte en premier. Lorsqu’elle l’ouvrit, elle appela aussitôt son mari. Il avait l’air encore plus âgé qu’elle et donnait l’impression de se mouvoir avec difficulté. Quand, en passant la tête par-dessus l’épaule de sa femme, il aperçut le garçonnet qui frissonnait sur le seuil de leur maison, il rajusta ses lunettes, surpris. L’enfant avait la peau sur les os, le regard vitreux, le teint pâle. Seulement un T-shirt et un pantalon, détrempés par la pluie. Les deux vieux regardèrent autour de lui, mais il semblait seul.

La femme, sourcils froncés, s’accroupit.

« Tout va bien, mon petit ? »

Il resta planté là, tout tremblant.

Les yeux plissés, elle scruta de nouveau l’obscurité, puis le prit par le poignet, le tira doucement à l’intérieur et ferma la porte.

« Il est gelé », dit-elle à son mari en entraînant le garçon jusqu’au salon.

Le vieil homme referma la porte à clé, remit le verrou en place et les suivit, les yeux rivés sur les traces de pas humides sur le carrelage.

Le garçon était pieds nus.

« Je m’appelle Dot, annonça la vieille femme. Et lui, c’est Si. »

Comme le garçon ne disait toujours rien, Dot haussa les épaules. Elle dégotta une couverture et alla mettre de l’eau à chauffer. Si prit place sur le canapé, l’air inquiet. À vue de nez, le garçon devait avoir sept ou huit ans, mais à cause des cernes sombres qui encerclaient ses yeux, il faisait plus. Il ne prêtait pas attention à la pièce, ni même aux objets qui se trouvaient devant lui. Il regardait dans le vide. Quand Dot réapparut avec une bouillotte, Si posa affectueusement une main sur le bras de sa femme. Le regard du garçon fila soudain vers eux, comme si ce geste lui était étranger.

« Peux-tu nous dire comment tu t’appelles ? » interrogea Dot en soulevant la couverture pour déposer la bouillotte contre lui.

Il se mit à frissonner de plus belle, à tel point que ses dents s’entrechoquant produisaient le bruit d’un hochet. Il s’obligea à fermer les paupières et serra la mâchoire pour la maîtriser. Dot sonda son mari :

« On devrait peut-être appeler la police ? »

Il avait acquiescé en silence et se levait déjà, bien content d’avoir quelque chose à faire. Pendant qu’elle attendait, elle frotta la tête du garçon. On aurait dit que son sang bouillonnait.

« Dot… »

Si l’appela depuis le vestibule.

« Ne bouge pas », dit-elle.

Quand elle quitta la pièce, le garçon retira délicatement la couverture qui l’enveloppait et s’approcha de l’interrupteur à côté de la porte. Il l’alluma et l’éteignit, l’alluma et l’éteignit encore. Il passa la tête dans le couloir et les observa. Si et Dot, sourcils froncés, venaient de se rendre compte que le téléphone était hors service. Le garçon s’avança sur la plante des pieds jusqu’à la porte d’entrée, souleva le loquet, tira le verrou, et l’ouvrit.

Une forme se détacha de l’obscurité pour se glisser lentement vers lui. Comme il ne pleuvait plus, on distinguait des étoiles que le garçon n’avait encore jamais vues en ville. En se rapprochant, la forme finit par se découper contre le ciel, comme si elle était plus sombre encore que la nuit.

« Brave garçon », dit la forme, l’homme, avec un hochement de tête.

Son visage était plat et anguleux comme une lame, et il arborait une inexpression étudiée. C’était son corps qui disait tout, dans le jaillissement chaotique d’un réseau de muscles et de veines enchevêtrés ; on aurait dit un appareil à stocker toute la haine du monde. Dans sa main droite gantée, il tenait un marteau arrache-clou et de la gauche il lui ébouriffa les cheveux.

Il interrompit son geste, retira sa main, ébahi.

Il avait sorti une pièce de monnaie de derrière l’oreille du garçon et la lui tendit.

« Qu’est-ce qu’on dit, Wally ?

— Merci, Bateman », récita-t-il en prenant la pièce d’un air solennel.

Il s’assit sur le perron tandis que Bateman passait devant lui, dans la maison.

« Hé… »

C’était le vieil homme.

« Qu’est-ce que vous… »

Il y eut un bruit humide et sourd et quelque chose heurta lourdement le sol.
La vieille femme se mit à crier.

« Non, hurla-t-elle. Non… »

Un autre bruit humide et sourd, quelque chose d’autre heurtant lourdement le sol. L’oreille tendue, le garçon perçut un gémissement étouffé qui venait de l’intérieur. Un gargouillis obstiné et un autre mot, peut-être. Peut-être le prénom de son mari. Puis deux claquements de pas, le coup de grâce et le silence total.

Le garçon replia le poing autour de la pièce de monnaie que lui avait donnée Bateman et plongea les yeux dans l’obscurité. La salive lui vint à la bouche et des taches solaires se mirent à défiler devant ses yeux. Au départ, elles scintillaient à peine, puis elles grossirent, accélérèrent, jusqu’à vrombir devant lui comme des rideaux de pluie. Comme s’il regardait fixement une lumière vive au lieu de la nuit noire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BazartBazart   13 décembre 2019
« C’était comme si son cœur, à force de cogner, sortait de sa poitrine. L’odeur était suffocante, à présent. Au milieu de la pièce gisait l’impensable. Une jeune femme noire, aux traits pales. Elle était attachée à une chaise et sa gorge avait été presque à moitié tranchée, répandant son sang, sa vie, à travers toute la pièce. En un éclair, le garçon vit que sa mère avait dit vrai sur la vie après la mort. Il n’y avait pas de paradis, pas de Dieu ni rien de tout ça. Il reconnut l’odeur métallique comme étant celle de la mauvaise haleine de sa mère. Les jets de sang dégageaient les mêmes relents que les trous dans ses dents. Il éteignit la lumière, avec la sensation qu’elle venait de l’avaler tout cru. Tout devint noir. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
vero35vero35   16 octobre 2019
Je savais bien que tu n'étais pas totalement inutile. Malheureusement la légiste n'est pas de cet avis. ( ...)
- Elle veut me virer de l'affaire.
- Elle veut te virer de la planète, fiston.
- Je peux vous demander ce que vous lui avez dit, monsieur ?
- J'ai dit que je compatissais, sincèrement, mais que toi et Sutty étiez comme ces déguisements d'âne qui se portent à deux. Si je me débarrasse de toi, je vais me retrouver avec un gros cul qui tourne en rond sur scène. " - ça tenait du compliment-
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
manue14manue14   25 novembre 2019
Le garçon replia le poing autour de la pièce de monnaie que lui avait donnée Bateman et plongea les yeux dans l’obscurité. La salive lui vint à la bouche et des tâches solaires se mirent à défiler devant ses yeux. Au départ, elles scintillaient à peine, puis elles grossirent , accélérèrent, jusqu’à vrombir devant lui comme des rideaux de pluie. Comme s’il regardait fixement une lumière vive au lieu de la nuit noire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LUKE59LUKE59   29 août 2020
Ses mensonges étaient imparables parce qu'il y croyait dur comme fer, de sorte que lorsqu'il était démasqué et qu'il voyait le vrai Zain Carver dans le regard de l'autre, il était tout aussi choqué que le reste du monde. A partir de là, sa solution n'était pas de se corriger, d'éprouver des regrets ou des remords, mais de corriger les gens qui avaient entrevu sa vraie nature. ( p 366 )
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Joseph Knox (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Knox
Dans ce nouvel épisode, nous continuons notre visite des coulisses du genre en compagnie de Fabienne Gondrand, traductrice littéraire, qui nous raconte ses débuts dans le métier et sa passion pour les éditions du Masque, héritage d'un grand-père italien fan des polars d'Agatha Christie et de Simenon. Au fil de la conversation, on évoque sa traduction "jubilatoire" de Meurtres à Kingfisher Hill de Sophie Hannah, l'héritière de la Reine du crime, ainsi que les romans noirs électriques de Joseph Knox, où la ville de Manchester se dresse comme un personnage. Pour finir, Fabienne nous parle en avant-première de la nouvelle aventure de l'inspecteur John Rebus, par l'immense Ian Rankin, auteur phare de la maison. Bonne écoute !
CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche Générique : Longing - Joachim Karud
+ Lire la suite
autres livres classés : manchesterVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2216 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..