AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264063068
Éditeur : 10-18 (07/05/2014)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 183 notes)
Résumé :
Grosse tuile en vue pour le Dr Marc Schlosser. Après le décès d'un de ses patients, le Conseil de l'Ordre l'a convoqué pour discuter d'une possible erreur médicale.
Ennuyeux, certes, mais pas dramatique : les membres du Conseil, il les croise tous les week-ends sur les terrains de golf. Que risque-t-il, une tape sur la main ? Au pire, une petite suspension ?

Sauf que le patient en question n'est autre que Ralph Meier, célébrissime acteur, idole... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
nameless
27 juin 2017
Étrange, déstabilisante et rarissime expérience de lecture au terme de laquelle je suis incapable de dire si j'ai adoré ou détesté un roman ! J'ai préalablement beaucoup apprécié le dîner, dont on retrouve dans Villa avec piscine, le thème principal : jusqu'où des parents sont-ils prêts à aller pour leurs enfants ?
Marc Schlosser est un médecin sûr de sa supériorité médicale et intellectuelle qui méprise ses patients et les considère souvent comme de la viande avariée. L'intrigue s'ouvre sur la convocation de Marc par le Conseil de l'Ordre à la suite du décès de l'un de ses malades et néanmoins ami, Ralph Meier. Herman Koch revient ensuite sur les relations troubles qui ont lié les Schlosser et les Meier, notamment sur les vacances passées ensemble dans une villa avec piscine en bord de mer, au cours desquelles un événement grave se produit.
Jusque-là, tout va bien. Humour noir, cynisme, analyse subtile des motivations intimes des personnages, style brillant. À partir de là, rien ne va plus. Après avoir ri, puis ri jaune, je n'ai plus ri du tout quand l'auteur par l'intermédiaire du professeur de biologie de Marc, élabore une pseudo-théorie médico-philosophico-politico fumeuse et idéologiquement glauque. Le récit de la visite d'un patient homosexuel malade du sida, illustré de considérations anales et homophobes sur la survie de l'espèce est particulièrement écoeurant. Enfin, justifier la loi du talion m'a semblé être une idée dangereuse même pour venger un proche.
Mais ce qui m'a le plus perturbée, c'est que je n'ai pas compris l'intention de l'auteur, jamais claire. A-t-il voulu dénoncer des idées moyenâgeuses en utilisant l'outrance et la provocation ? Ou au contraire, y adhère-t-il ? À chaque lecteur de forger son opinion sur un roman qui laisse planer un doute dans mon esprit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          523
zwyns
07 août 2016
Marc est un médecin généraliste misanthrope et cynique .Il est apprécié de ses patients ,il s'en occupe ,il est à leur écoute , mais voilà il déteste la chair : ces corps vils , blanchâtres , obèses , mal lavés , mal soignés . le corps humain n'est que fluides et humeurs nauséabonds , déjections ,purulence , infections . Il soigne surtout des gens du showbiz ,des gens qu'il n'apprécie guère . Enfin ; des artistes sans véritable envergure ,pas des stars . Des cinéastes ,des peintres ,des acteurs de théâtre ,des écrivains .
Il les laisse parler de leurs problèmes ,de leurs besoins , de leurs névroses ,de leur mal de vivre ,de leur peur devant la maladie . Il les aide aussi en leur fournissant nombre de béquilles chimiques ;drogues ,amphétamines ,calmants , antidépresseurs...
Un jour , Ralf ,acteur de théâtre assez connu , vient consulter pour ce qu'il croit être un cancer . Marc , grand ami de Ralf ,enfreint la loi et ponctionne un échantillon de tissu , alors qu'il aurait dû envoyer Ralf chez un spécialiste . Il a décidé d'envoyer lui-même cet échantillon au laboratoire d'analyses . Sitôt Ralf sorti du cabinet ,il balance le flacon à la poubelle .
Pourquoi cette réaction ? Que c'est-il passé entre lui et Ralf ? Pourtant Ralf est un ami avant d'être un patient...
Il faut se reporter plusieurs mois auparavant ; Ralf a invité Marc et sa femme Caroline à une première théâtrale , et là après la représentation , ses yeux n'ont plus quittés l'épouse de Marc...Un regard plein de concupiscence...
Quelques jours plus tard , Ralf ,n'y tenant plus , invite Marc , Caroline et leurs deux filles adolescentes , Julia et Lisa à venir passer quelques jours de vacances dans le sud de la France dans sa villa avec piscine .
Dès cet instant , tout doucement les éléments du drame vont se mettre en place....
C'est en cours de lecture que j'ai vraiment accroché .Il faut dire que l'action jusqu'à la page 200 était aussi plate qu'un polder de Zélande .
De plus l'intrigue est parsemée de théories philosophico-psycho-biologiques...
Mais j'ai eu le courage d'aller jusqu'à la fin et je n'ai pas été déçu , ce roman de Herman Koch m'a vraiment plu . Un Herman Koch cynique , dérangeant ,cynique , nauséeux mais qui tient le lecteur en haleine jusqu'au bout .
J'irai bien faire un tour du côté de son roman le Dîner dont on dit le plus grand bien .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
traversay
08 août 2013
Malin, Herman Koch ? Bien plus que cela, roublard. Villa avec piscine confirme l'impression laissée par le dîner, le romancier néerlandais a trouvé son créneau : le cynisme et la misanthropie en bandoulière et comme d'autres auteurs, dans des registres très différents (Coelho, Nothomb), il ne lui reste qu'à concocter une bonne petite histoire et un personnage particulièrement amoral, mais diablement humain, ce qui renvoie le lecteur à ses propres failles, à sa petitesse voire à ses perversités cachées sous le vernis social. La recette est efficace : le personnage principal est d'abord présenté comme un type antipathique au possible, médecin qui a la détestation des corps et se contente de gérer un business lucratif avec un mépris souverain pour les petits et grands maux de ses contemporains. Koch le présente ensuite comme un père de famille prêt à tout pour défendre son cocon. Bon sang, mais c'est bien sûr, sous-entend l'auteur, ce type n'est pas un monstre, il y a un coeur qui bat sous le cuir de l'aigreur et de la méchanceté rance. Moyennant quoi, les actes abominables qu'il commet,, s'ils ne trouvent pas une justification, ont tout du moins une explication. Tout cela est d'une grande ambigüité, où est Koch dans cette vision très noire de l'âme humaine et du jeu social ? Il flirte et même davantage avec la misogynie et l'homophobie et semble considérer la loi du talion comme une pratique absolument naturelle quitte à se tromper de cible. Bien entendu, c'est plus compliqué que cela et chacun réagira selon son propre vécu et ses valeurs. le livre de Koch est déplaisant, fascinant, provocateur, glauque et, comme il est construit comme un thriller, difficile à lâcher même quand la nausée est proche. Ah oui, il est drôle aussi, souvent, d'un humour noir qui provoque un rire très jaune. En définitive, un corps à Koch avec les zones les plus sombres de l'humain difficile à avaler mais qui a le mérite de n'être jamais tiède ou mièvre. Il est tout de même heureux que la plupart des livres ne ressemblent pas à Villa avec piscine. Après une telle lecture, on peut toujours se plonger dans Barbara Cartland. Enfin, on n'est pas obligé non plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
LaBiblidOnee
25 mai 2014
Marc est un médecin de famille désenchanté, que des années de pratique ont dégouté du corps de ses patients. Aujourd'hui, il est convoqué par le Conseil de l'Ordre pour avoir commis une erreur médicale, complètement improbable, ayant entrainé la mort de l'un de ses patients : Un acteur nommé Ralph. Mais contre toute attente, Marc espère que l'erreur médicale sera bel et bien confirmée… Parce que la seule autre explication serait d'imaginer qu'il l'ait fait exprès ! Est-ce envisageable ? Avait-il des raisons pour cela ?

« Parfois, vous rembobinez votre vie, pour vérifier à quel moment elle aurait pu prendre une autre tournure. Là ! Dites-vous. Là, regarde... Là, quand je dis que, pendant les vacances, nous serons nous aussi dans la région et que c'est peut-être ("effectivement. Oui. Pourquoi pas ? Qui sait.") une bonne idée de passer. C'était au moment de prendre congé, tout à la fin de la soirée. La nuit était déjà tombée depuis longtemps et Ralph, tout comme Judith, ont évoqué pour la première fois la maison de vacances. (...) Une villa avec piscine. »

C'est en laissant Marc nous raconter, au fil de ses pensées, comment il en est arrivé là, que l'on apprend que le défunt patient est un acteur de théâtre qui avait récemment pris Marc en amitié : Avec sa famille, ce dernier était régulièrement invité à ses représentations puis, très récemment, dans leur maison de vacances… S'est-il passé quelque chose entre les deux hommes ou entre les deux familles qui puissent laisser penser que Marc, un médecin réputé, ait commis l'irréparable ?

*****
C'est dans ce brouillard le plus total que démarre le livre, raconté par Marc lui-même, un Marc désabusé dont nous tentons de suivre le cours des pensées. Et quelle bonne surprise ! J'ai craint au départ que ce roman soit un peu sombre ou glauque à cause du ton complètement désenchanté du héros ; finalement, ce récit ressemble en cela au roman « La gifle » que j'avais adoré : le début était très cru, mais c'était pour mieux entrer dans les têtes et vies des personnages, et c'est ce qui donnait tout le relief au roman. C'est la même chose ici.

Celui-ci est construit comme un thriller dans la mesure où, si dès le départ nous savons qu'il s'est produit quelque chose de grave, il faut attendre la fin pour en comprendre les tenants et les aboutissants. En effet, il s'est déroulé beaucoup de choses en vacances entre les deux familles : des flirts innocents entre les enfants, des oeillades entre les couples, des jeux au bords de la piscine, des photos souvenirs d'adultes et d'enfants offrant des portraits de vacances apparemment classiques, mais a priori rien qui puisse pousser au meurtre… Et puis à un moment une action choc : ce serait un bon mobile si le patient en était responsable, mais l'est-il ? Vous n'en saurez rien jusqu'au bout, et c'est délicieux !

Voici donc un roman très prenant, que j'ai dévoré en une journée tellement je ne voulais plus le lâcher ! Ecrit et construit avec maestria du début à la fin, il aborde le rapport au corps humain, les relations physiques entre les hommes et les femmes (adultes et enfants) poussées aux limites de la décence. Il aborde également les préjugés. Bref, je suis enchantée par ce roman qui, une fois passée l'adaptation aux premières pages, est rapidement devenu un coup de coeur. La couverture de son premier livre m'avait fait l'effet d'un roman kitch, mais cette couverture, plus attirante, m'a permis de faire connaissance avec l'auteur : A présent, j'ai hâte de lire « le dîner » qui s'annonce savoureux
Lien : http://onee-chan-a-lu.public..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Krout
15 mars 2016
BOF ! Cette histoire, platement écrite, de médecin généraliste hollandais en vacances en France confronté à ses bas instincts primitifs et à un drame familial, ne me laissera pas plus de traces qu'un rond dans l'eau. Juste bon à être lu à la plage ou au bord de la piscine, voire durant une convalescence, mais point important pour des hollandais, vous trouverez facilement pour moins cher bien mieux ailleurs. Si vous êtes d'humeur joueuse, la forme vous permettra de faire quelques pâtés dans le sable avant de vous ennuyer.
Commenter  J’apprécie          228

Les critiques presse (2)
LesEchos29 mai 2013
Herman Koch nous choque et nous exaspère, mais il cultive un tel art du suspense qu'on est forcé de le suivre jusqu'au bout de sa descente aux enfers.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Culturebox22 mai 2013
Son précédent roman, "Le dîner", avait rencontré un succès international. Le Néerlandais Herman Koch revient avec "Villa avec piscine". Toujours dérangeant. Toujours diablement bien construit.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations & extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless24 juin 2017
Parfois, le contraste entre un homme et une femme est si grand qu'on se demande quels facteurs ont pu les réunir. Des facteurs financiers par exemple. Ou liés au statut ou à la célébrité. Le mannequin d'une vingtaine d'années aux côtés du millionnaire sexagénaire. La beauté éblouissante aux côtés du footballeur le plus laid qu'on puisse imaginer.
P. 137
Commenter  J’apprécie          302
patatarte2001patatarte200104 octobre 2015
D'ailleurs vivre sainement est un facteur de stress majeur. Regardez autour de vous. Tous ces artistes qui ont atteint l'âge de quatre-vingt ans, voire plus, alors qu'ils ont toujours mené une vie dissolue ! Je vois déjà mes nouveaux patients se détendre. Un sourire apparaît sur leur visage. Je leur dis ce qu'ils ont envie d'entendre. Je cite un nom. Pablo Picasso, dis-je. Pablo Picasso ne crachait pas dessus, lui non plus. Citer un nom sert un double objectif. En associant dans un même souffle mes patients à un artiste mondialement connu, je leur offre l'impression le temps d'un instant d'être eux-mêmes Pablo Picasso. Je pourrais leur formuler autrement. Vous êtes un plus grand poivrot que Pablo Picasso, pourrais-je leur dire, sauf que vous n'avez pas le dixième de son talent. Tous bien considéré, ce n'est que du gaspillage. Un gaspillage d'alcool, j'entends. Mais je ne le fais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
patatarte2001patatarte200104 octobre 2015
La simplicité : voilà l'astuce. La simplicité, c'est dire à une belle femme qu'elle est belle. Il ne faut jamais dire : Savez-vous que vous êtes belle ? Une belle femme le sait déjà. En règle générale, c'est seulement à une femme laide qu'il faut dire : Savez-vous que vous êtes très belle ? Une femme qui ne l'a encore jamais entendu. Une femme à qui on ne l'a encore jamais dit. Sa gratitude ne connaîtra pas de limite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
patatarte2001patatarte200109 octobre 2015
Ces dernières années, le vieillissement du visage de l'écrivaine s'était accéléré. Le vin rouge draine la peau par en dessous. C'est comme lorsque le niveau de la nappe phréatique diminue. L'hydratation ne se fait plus qu'en dessous de la surface de la peau qui,elle, est laissée à l'abandon. La vie disparaît. Les animaux s'en vont chercher un autre endroit où l'eau est moins rare. Les plantes dépérissent et meurent. Le soleil et le vent ont le champ libre. La terre se fissure. Érosion. Du sable très fin continue de raviner le sol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
namelessnameless23 juin 2017
Un regard en dit plus long que des mots. C'est un cliché. Mais un cliché en dit aussi plus long que des mots.
P. 87
Commenter  J’apprécie          330
Videos de Herman Koch (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Herman Koch
Herman Koch : "Je peux comprendre les auteurs qui sont..."
autres livres classés : littérature néerlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
12731 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
. .