AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2844208053
Éditeur : Thierry Magnier (10/02/2010)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 13 notes)
Résumé :

Le " grand Geddo Joseph " mesure près de deux mètres. Il règne avec une bonhomie discrète et bienveillante sur sa famille et souvent sa petite-fille Joumana lui rend visite

La vie pourrait couler ainsi, douce et joyeuse, mais la guerre éclate au Liban. Beyrouth n'est plus une ville sûre, Joumana et sa mère se réfugient à Paris.

Pour s'intégrer plus facilement, Joumana est tentée d'oublier d'où elle vient. Des années plus t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  20 septembre 2014
Ce "grand Joseph", c'est un grand-père, celui de la narratrice, et sans doute un peu celui de l'auteure, d'origine libanaise et émigrée en France en 1976, elle aussi. Il est grand par la taille, par son courage, sa force et sa volonté, par son calme et sa sagesse. Joumana, du haut de ses neuf ans, l'aime, le respecte, l'admire. Ce monsieur paraît d'autant plus grand et vénérable que sa femme est toujours en mouvement et en colère, franchement pénible pour l'entourage malgré sa bonté et sa générosité.
En 1975, la guerre éclate au Liban, Joumana a treize ans lorsque ses parents décident d'aller vivre en France.
La plupart des romans de Kochka sont inspirés de sa vie (l'autisme, le Liban, l'exil). Elle est douée pour parler de ce qu'elle connaît bien, elle exprime intensément ses émotions et ses "cris qui viennent de l'intérieur", tout en gardant un recul qui donne une portée universelle à ses propos.
On retrouve ici des thèmes qui lui sont chers : la sagesse des anciens, l'importance des différentes cultures - ne pas perdre les traditions familiales pour garder son identité, tout en s'ouvrant à d'autres cultures. On retrouve également dans ses romans l'importance des animaux domestiques pour les enfants, précieux compagnons dont la sensibilité et la réceptivité sont souvent supérieures à celles des adultes, plus 'physiques' en tout cas.
Dans cet ouvrage, Kochka évoque également la façon dont sont élevées les filles au Liban, destinées à devenir épouses (dociles) et mères. Il est question aussi d'exil, de la difficulté de s'intégrer dans un nouveau pays et d'être partagé entre deux cultures avant de parvenir à concilier les deux, a fortiori lorsqu'on quitte son pays à l'adolescence, période où l'on est aussi entre deux âges et où il est si difficile de s'affirmer, de se trouver, entre mimétisme et indépendance.
Joli roman. Mais, comme la plupart des textes pour adolescents de l'auteur, je pense qu'il séduit davantage les adultes que le public auquel il est destiné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
docidf
  17 novembre 2010
Le grand JosephKochka -
Thierry Magnier – Février 2010- 110 p.
ISBN : 978-2-84420-805-7 Prix : 8,50 €
Résumé :
Joumana est l'enfant unique d'un père français et d'une mère libanaise. Elle vit à Beyrouth. Non loin de chez elle, habitent Teta Soraya et Geddo Joseph, ses grands-parents, à qui elle rend souvent visite. Sa grand-mère est exigeante avec elle et son grand-père, le Grand Geddo qui mesure près de 2 mètres lui porte beaucoup d'affection. Celui-ci règne avec bienveillance sur toute la famille.
La guerre éclate. Avec les bombardements, tout le monde se réfugie dans les caves et la vie devient très difficile. Joumana s'installe à Paris avec sa mère. Se sentant étrangère dans un pays où elle n'a plus ses repères, elle est tentée d'oublier d'où elle vient…….
Mots- clé :
FAMILLE/ GRANDS-PARENTS/LIBAN/GUERRE/EXIL/ INTEGRATION/REPERES/SOUVENIRS/
Commentaires :
Ce livre autobiographique, nous entraîne d'abord à Beyrouth dans une famille libanaise où les personnages des grands-parents sont hauts en couleur. Puis c'est la guerre et l'exil : le lecteur comprend, au travers du personnage de Joumana la difficulté de s'intégrer quand on a perdu ses repères et la nécessité de s'adapter à son nouvel environnement.
À la lecture de ce texte court, le lecteur est touché par le rythme et la sensibilité du récit.
Pistes de discussion :
• L'influence des grands-parents
• La guerre au Liban
• L'exil et les difficultés de l'intégration dans un pays.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lire_pour_le_plaisir
  25 août 2011
Beyrouth, 1973. Joumana se souvient. Elle avait presque 10 ans ce matin-là. Sa grand-mère Téta Soraya lui avait demandé de la rejoindre dans sa maison de la rue Georges-Zaïdan pour l'aider à préparer le repas d'anniversaire de son oncle Bachir. Joumana se rappelle de cette Mamy, fumeuse invétérée, qui passait son temps à se plaindre de tout et de rien mais possédait au fond un coeur gros comme ça. Et que dire de Geddo Joseph, ce grand-père débonnaire mesurant plus de deux mètres. Une sorte de vieux géant qui ne pouvait presque plus marcher mais qui gardait pour sa petite fille une infinie tendresse. Une enfance heureuse dans ce Liban où il faisait bon vivre.
Mais à peine deux ans plus tard, la guerre a éclaté et Joumana a dû fuir le pays avec ses parents. Elle s'est retrouvée dans un collège français près de Versailles et là, le choc fut rude. Ne comprenant pas, au départ, le mode de vie à l'occidental de ses camarades, la jeune fille va peu à peu s'intégrer, quitte à oublier d'où elle vient.

Un récit touchant sur la perte d'identité et l'importance des racines. Une écriture magnifique à la première personne qui va droit au coeur. Comme quoi, la littérature de jeunesse n'a parfois rien à envier à la littérature tout court.
Lien : http://crdp.ac-amiens.fr/cdd..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sharon
  19 décembre 2010
Avec pudeur et grâce, Kochka narre l'enfance de son héroïne au Liban, la guerre, le départ vers la France, le rejet de l'identité libanaise et son besoin de l'affirmer. Elle rend un vibrant hommage à son grand-père et à sa grand-mère.
L'adulte raconte, mais elle respecte le point de vue de l'enfant qu'elle était, elle n'a pas oublié ses révoltes, ses frayeurs, et surtout ses grands moments de bonheur. Elle rend hommage à sa famille, sa culture, qui est constitué par les livres, la musique, mais aussi toutes ses traditions que les parents transmettent à leurs enfants.
Ce livre se lit comme un conte. Les rythmes, les pauses, les répétitions en font un texte à lire et à dire. le vocabulaire est simple, la syntaxe soignée : écrire pour les enfants ne veut pas dire choisir la facilité.
Un très beau texte, à partager avec ses enfants.

Lien : http://le.blog.de.sharon.ove..
Commenter  J’apprécie          50
Sousieuse18
  15 mai 2016
Très beau livre sur l amour d'un grand père envers sa petite fille mais aussi sur la situation de guerre
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ZilizZiliz   24 septembre 2014
Selon ma mère, plus on est loin de chez soi, plus il faut respecter [les traditions].
Sinon, non seulement, on a perdu son pays, mais en plus on a perdu son histoire. Résultat : on est deux fois dépouillé.
(p. 95)
Commenter  J’apprécie          150
SharonSharon   21 mai 2013
Dans mon pays, une fille doit faire tout ce qu'on lui dit. L'obéissance est une des premières choses qu'on lui apprend dans la vie. Elle doit être attentionnée et docile, si à l'âge adulte elle veut trouver un mari. Après, quand elle se sera mariée et qu'elle aura fait des bébés, elle pourra même devenir impossible. Mais avant, elle doit être exemplaire dans tout ce qu'elle fait, et en toutes circonstances, elle doit bien se comporter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ZilizZiliz   20 septembre 2014
[Liban, années 70]
- Pourquoi les garçons et les filles n'ont-ils pas la même vie au moins quand ils sont petits ? [...]
- En gros, m'a-t-elle expliqué, l'enfance sert à préparer la vie future, et la vie d'un homme est plus difficile que celle d'une femme. Car, adulte, c'est l'homme qui devra travailler pour nourrir sa famille. Alors, petit, on doit le laisser tranquille. Il doit pouvoir beaucoup s'amuser. Il doit apprendre à se battre ! Il faut qu'il se sente un roi ! La femme quant à elle est là pour l'honorer et le servir. Car, plus tard, c'est lui qui prendra soin d'elle ; elle lui sera redevable. Alors, dès petite, elle doit s'entraîner à cette tâche...
(p. 48)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
surleboutdelaplumesurleboutdelaplume   06 octobre 2019
Alors, que ceux qui ne craignent pas les escaliers en colimaçon qui descendent tout doucement au pays de l’enfance mettent leurs chaussures et me suivent…
Commenter  J’apprécie          00
Sousieuse18Sousieuse18   15 mai 2016
Touchant
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Kochka (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Kochka
Kochka, l'auteure de Frères d'exil, vous parle de l'importance du thème de l'humanité dans son roman et dans le monde.
Pour en savoir plus : https://www.flammarion-jeunesse.fr/Catalogue/flammarion-jeunesse-poche/freres-dexil
autres livres classés : libanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Citron, fraise et chocolat

Le grand père de Lucas fait le feu sans...

allumette
bois
journal
alluminium

7 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Citron, fraise et chocolat de KochkaCréer un quiz sur ce livre