AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de ManedWolf


ManedWolf
  10 décembre 2018
C'est avec beaucoup d'impatience que j'ai découvert Deaf, après l'excellent souvenir laissé par Mute et Blind (les deux premiers volets de cette trilogie totalement barrée). Je ne m'attendais à rien, parce que je sais qu'avec Joseph Kochmann, on ne peut qu'être surpris, mais je savais d'avance que ça allait me plaire. Et j'avais bien raison !

Il est très difficile de chroniquer ce genre de roman, tant il repose sur des procédés stylistiques et scénaristiques qu'il serait bien dommage de dévoiler. Pour le dire simplement : ce livre est fou ! Plus qu'une histoire, c'est une expérience de lecture que l'auteur nous propose, et comme toute expérience, je peux imaginer qu'il y aura deux écoles avec des avis bien tranchés. Je me range sans hésitation dans la catégorie de ceux qui aiment être bousculés, surpris et malmenés par un livre, la trilogie des Singes de la Bêtise est donc une valeur sûre pour moi et Deaf la clôt magistralement.

Je n'entrerai pas dans le scénario, qui démarre de manière un peu moins abrupte que les deux premiers mais qui part beaucoup plus loin. Si tu as aimé les personnages et la folie douce de Mute et Blind, tu peux te lancer sans crainte. Par contre, il y a trois points que j'ai vraiment envie de souligner :
- La construction du récit. C'est dans ce dernier tome que toutes les histoires se rejoignent et que les liens se tissent, allumant des dizaines d'ampoules dans nos cerveaux de lecteurs chamboulés. Je suis fascinée par la multitude de symboles, d'échos, de références qui relient ces livres, et qui restent bien cachés jusqu'au dénouement. J'en ai probablement raté un paquet, et je pense que certains de ces signes ne parleront qu'à l'auteur, mais c'est très ludique et impressionnant de s'amuser à relier les points.
- La plume. Dans ce tome en particulier, l'auteur a fait un boulot monstrueux sur le style et je ne peux que l'en féliciter. C'est globalement un livre qui parle de l'écriture, et qui défait les codes en les singeant, qui nous met le doigt sur les défauts récurrents des écrivains sans chercher à s'extraire de ce panier. Entre les jeux de langage, les passages volontairement mal écrits et le second degré qui m'a fait rire plusieurs fois (la note de bas de page, très bien trouvé), on se régale, tout simplement.
- le courage de l'auteur. En publiant ce livre, il se livre énormément et dévoile beaucoup de choses sur son vécu. C'est toujours plus ou moins le cas, d'après ce qu'on dit, mais c'est rarement aussi transparent et assumé qu'ici : chapeau donc, je n'ose imaginer le courage qu'il a fallu pour franchir le pas, et le stress de voir son roman entre les mains de lecteurs inconnus. Je suis en tout cas ravie qu'il ait osé, c'est une magnifique façon de clore cette trilogie et je n'aurais pas pu espérer meilleure fin.

Bref, attends-toi à des thèmes très durs, mais présentés avec beaucoup de poésie, à un ovni littéraire encore plus audacieux que les précédents et à un final de haute voltige. J'ai terminé ma lecture avec regret, mais avec un sentiment de satisfaction du travail bien fait et de la page qui se tourne. Je félicite Joseph Kochmann d'être venu à bout de sa saga, et de la plus belle des manières. Merci pour ces heures de lecture folles et inédites, je ne manquerai pas de suivre son actualité de près.
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr