AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Denise Van Moppès (Traducteur)
EAN : 9782702135679
240 pages
Calmann-Lévy (13/04/2005)
3.74/5   35 notes
Résumé :
Printemps 1941.
Peter, jeune Hongrois fuyant son pays où il vient de passer trois ans en prison pour ses activités communistes, débarque clandestinement dans le port de Lisbonne. Perdu dans la foule des réfugiés espérant pouvoir refaire leur vie ailleurs, il veut s'enrôler dans les forces alliées et attend un visa pour l'Angleterre. Désœuvré, il croise Odette, une jeune Française dont il tombe éperdument amoureux.
Quand elle part brutalement pour l'Amé... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Allantvers
  23 décembre 2020
Où l'on apprend que tous les révolutionnaires sont des névrosés en puissance aux blessures d'enfance non guéries, que les idéologies de gauche étaient déjà dépassées au 20ème siècle et que, entre un visa anglais pour se battre pour ses idées et un autre pour les USA pour tracer son chemin individuel, mieux vaut lâcher l'affaire et s'occuper de son maigre jardin.
Toujours aussi réjouissant Arthur Kostler, après l'échec de l'expérience de la liberté de Spartacus et l'abomination totalitaire dans le zéro et l'infini... Il faut dire que le 20ème siècle ne prête pas à sourire pour cet homme engagé qui a profondément réfléchi sur son époque, et par-delà les écueils collectifs sur lesquels se heurte sans fin l'humanité.
Dommage que la forme romanesque de cet opus manque de tonus, le propos politique prend le pas sur l'intrigue et c'est au final lui que je retiens de cette lecture très riche mais un peu laborieuse.
Commenter  J’apprécie          270
lecassin
  25 novembre 2011
« Croisade sans croix » est le dernier volet de la trilogie d'Arthur Koestler après « Spartacus » (1939) et « le Zéro et l'infini » (1940).
Au printemps 1941, Slavek, un jeune hongrois, clandestinement débarqué dans le port neutre de Lisbonne, se mêle à la foule des réfugiés affluant de toute l'Europe en quête d'un visa pour l'Amérique, ou ailleurs. Il vient de purger trois ans de prison dans son pays pour des activités communistes et attend un visa pour l'Angleterre où il espère combattre avec les forces alliées.
C'est là qu'il croise le visage d'une jeune française et que naît un amour fulgurant qui ébranle ce qui lui reste d'idéal après que déceptions et désillusions politiques l'ont conduit à quitter le Parti. le voilà donc pris au piège de désirs violemment contraires, sous le regard inquiet et inquiétant d'une psy, qui s'emploie à réduire son engagement à des motifs de névrose...
A sa mise en garde contre l'utopie et son corollaire totalitaire, sa critique virulente du stalinisme en tant que « système clos de la pensée », Arthur Koestler ajoute ici celle du freudisme orthodoxe et du catholicisme.
Malgré un thème pertinent, "Croisade sans croix" est malgré tout à réserver aux amateurs inconditionnels de l'auteur, dont les quelques romans ne font pas partie des oeuvres majeures... Même si le thème vaut qu'on y réfléchisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
frandj
  09 février 2015
L'auteur est surtout connu pour son roman "Le zéro et l'infini", que je trouve particulièrement lucide compte tenu de l'année de sa parution. Par opposition, "Croisade sans croix" me semble une oeuvre mineure (même s'il y a peut-être quelques éléments autobiographiques dans ce roman).
Slavek, un jeune communiste hongrois, qui vient de sortir de prison, passe par un pays neutre pour continuer la lutte révolutionnaire contre les nazis et leurs alliés. Il fait la connaissance d'une jeune fille, dont il tombe amoureux, et aussi d'une psy avec lequel il commence une analyse. A. Koestler cherche à faire apparaitre l'origine psychologique de la motivation idéologique du jeune Slavek mais aussi, à travers lui, de tous les révolutionnaires. Mais la tentative pour désamorcer cet élan politique finit par un fiasco et Slavek repartira dans sa lutte (finale ?).
Pour ma part, j'ai été peu convaincu par cette confrontation entre la politique et la psychanalyse. de plus, A. Koestler écrit en intellectuel et ses personnages n'ont pas beaucoup d'épaisseur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
cardesan
  17 mars 2015
Enfin, j'ai pu mettre la main sur ce livre après avoir lu les deux autres il y a des années. Envie de reprendre la lecture de A K.
pour ma part, j'ai apprécié, son analyse tient encore la route,
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AllantversAllantvers   22 décembre 2020
Depuis la Renaissance, le rouge de notre raisonnement scientifique est parvenu à une perfection plus grande que le bleu de notre intuition et de nos croyances éthiques. Depuis quatre siècles le premier progresse, le second décline. Mais, avant cela, à l'âge gothique, les plateaux de la balance marquaient une position inverse ; et je crois qu'elle va se retourner de nouveau (...) L'âge des valeurs quantitatives touche à sa fin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
AllantversAllantvers   19 décembre 2020
Ce qu'il faut à la révolution, ce ne sont pas des héros mais des fonctionnaires d'acier, dit le petit homme, et sa voix évoquait l'idée d'un dossier qu'on ferme et qu'on met dans un classeur, parmi d'autres dossiers fermés.
Commenter  J’apprécie          70
cardesancardesan   17 mars 2015
Pg 223 ...quand on voit en oeuvre le bistouri et la seringue hypodermique de la révolution biologique, il faut bien adhérer à une ligue d'antivivisection même si ses statuts sont discutables et ses inspirations faibles.
Commenter  J’apprécie          10
AllantversAllantvers   21 décembre 2020
La souffrance a ses limites, pas la peur.
Commenter  J’apprécie          90
Louise1200Louise1200   13 mai 2021
Le sens d'une révolution n'apparaît que cinquante ans après. C'est comme une distillation, les fumées s'évaporent tandis que l'essence se concentre lentement au fond.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Arthur Koestler (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Koestler
La lie de la terre, Arthur Koestler
autres livres classés : littérature hongroiseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
941 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre