AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de tiptop92


tiptop92
  29 juin 2019
Arthur Koestler - le Zéro et l'infini - 1941 : " le zéro et l'infini" s'inspirait des procès de Moscou (1936-1938) qui permirent à Staline de purger les deux tiers de l'appareil soviétique par la mort ou la déportation. Il est prouvé que cette épuration fut la cause des défaites catastrophiques de 1941 et 1942 contre l'Allemagne nazi. En effet, le pays et l'armée se trouvèrent brusquement sans encadrement de valeur pour faire face aux exigences d'une guerre et seul l'hiver en immobilisant les forces ennemies leurs permis de gagner du temps pour faire émerger de nouveaux cadres et une nouvelle organisation. le titre du roman était censé définir la doctrine soviétique, le "zéro" pour signifier que l'individu n'était rien par rapport à "l'infinie" qui représentait le système. Tout cela bien sur était un leurre, l'appareil n'ayant été mis en place que pour satisfaire la mégalomanie de Staline. Roubachof est un dignitaire communiste, un de ceux qui ont fait la révolution au côté de Lénine et de Trosky, un de ceux qui pourrait se considérer comme intouchable. Pourtant, sans en connaitre les raisons il se retrouve emprisonné sous l'accusation de haute trahison. Aillant lui-même déjà mené des purges au nom du parti, il sait très bien que la machine est mise en place pour le broyer et que sa défense sera dérisoire. Arthur Koesler était un communiste qui petit à petit avait perdu la foi dans une doctrine qui loin d'émanciper les peuples les rendaient encore plus dépendants et serviles qu'au temps des tsars. A la suite d'un voyage en union soviétique, dégoutté par ce qu'était devenu son idéal, il décidait d'écrire ce livre accablant d'authenticité. C'était un véritable documentaire sur l'appareil répressif soviétique, un chef d'oeuvre qui connut un immense succès à sa sortie au Royaume-Unis en 1941 et, ce qui est plus étonnant, en France en 1945 alors que les communistes, acteurs principaux de la résistance, se désignaient comme le parti des cent milles fusillés. Ce livre est à recommander à tous car il atteint l'universalité de certain livre de Soljenitsyne sur le sujet et reste malgré les années un témoignage vivant et toujours actuel des exactions que commet une dictature pour survivre...
Commenter  J’apprécie          506



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (50)voir plus