AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782251447681
144 pages
Éditeur : Les Belles Lettres (16/01/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 8 notes)
Résumé :
«Les phénomènes impensables de la perception extra-sensorielle (télépathie, prémonition, clairvoyance) paraissent moins absurdes à la lumière des propositions impensables de la physique moderne.»
Tel est le thème de ce nouveau livre d’Arthur Koestler, excursion à la frontière qui sépare, à peine deux domaines fondamentaux de la recherche : la physique quantique, infra-atomique, d’une part, la parapsychologie, d’autre part.
En montrant comment la paraps... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Apikrus
  27 avril 2018
Selon l'auteur, certains phénomènes "paranormaux", comme la télépathie ou la prémonition, ne doivent pas être exclus a priori du champ de la recherche scientifique, d'autant moins que certaines études confirmeraient leur réalité. Ces phénomènes peuvent sembler absurdes mais il en est de même de certains concepts de la physique quantique (principe d'incertitude, dualité onde/matière…) dont la pertinence explicative est pourtant reconnue par la communauté scientifique.
Wofgang Pauli (1900–1958), "inventeur" du neutrino, découvreur du principe d'exclusion qui porte son nom, et Nobel de physique en 1945, a d'ailleurs travaillé sur le concept de synchronicité avec le psychiatre Carl Gustav Jung (qu'il avait d'abord consulté pour une tendance à l'alcoolisme). Ensemble, ils tentèrent d'en trouver des explications.
Koestler nous résume leurs travaux communs, admettant la confusion de leurs explications. Celles de Koestler dans cet ouvrage m'ont aussi paru parfois très confuses.
Je n'ai donc que moyennement apprécié cet essai d'un écrivain que je considère comme un grand penseur du XXe siècle. Je trouve que son oeuvre d'essayiste est très inégale, comme son oeuvre de romancier, d'ailleurs.
De cet auteur, j'ai apprécié (par ordre décroissant) :
- 'Les somnambules', essai historique sur le redécouverte de l'héliocentrisme, avec une réflexion sur les processus de découverte scientifique)
- 'Un testament espagnol', récit autobiographique de son séjour dans le prisons de Franco ;
- 'Spartacus', récit historique avec en toile de fond une réflexion intéressante sur les processus révolutionnaires et leurs issues ;
- 'L'étreinte du crapaud', essai sur Kammerer, biologiste partisan de l'hérédité de caractères acquis, passionnant même si les thèses qui y défendues me semblent contestables ;
- 'Janus'

Son célèbre roman 'Le zéro et l'infini' présente un intérêt historique indéniable sur les dérives du stalinisme, mais n'est pas le plus agréable à lire, tandis que 'Les hommes ont soif' m'a paru plutôt pénible à la lecture.
L'évolution de la pensée politique d'Arthur Koestler a beaucoup marqué l'ensemble de son oeuvre, et est très intéressante. Ancien communiste, il a renié cette idéologie après avoir pris conscience des dérives qu'elle générait.
Si l'auteur et son oeuvre vous intéressent, je vous invite à aller faire le tour des billets de Lecassin qui l'a beaucoup chroniqué sur Babelio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
lanard
  25 novembre 2020
Ceux d'entre-nous qui ont découvert les essais d'Arthur Koestler avec les Somnambules doivent se réjouir de l'initiative des éditions de Belles Lettres d'avoir réédité ses grands essais comme le Cri d'Archimède ou le Cheval dans la locomotive qui étaient depuis longtemps devenus introuvables en dehors du marché de l'occasion. Quant à celui-ci, je ne l'attendais vraiment pas. Je n'en avais pas entendu parler. A la lecture de la quatrième page de couverture, j'ai eu un mouvement de rejet : Koestler défend les recherches de parapsychologie de J.B. Rhine et trouve dans la physique quantique des encouragements à prendre au sérieux la télépathie, la télékinésie et les pouvoirs psi ! Je ne m'attendais vraiment pas à cela. Puis me ravisant à la pensée qu'il s'agissait d'Arthur Koestler, cette petite lecture de moins de 130 pages en valait peut être la peine. Nous avons peut-être à apprendre en écoutant un grand esprit s'égarer.
Il commence par un éloge de la psychologie scientifique de Rhine. En 1973 (années de publication de ce livre) on est excusable de s'être laissé abuser par un chercheur dont les principes méthodologiques se basaient (très légitimement) sur la statistique et la loi des grands nombres pour mettre en évidence les phénomènes psi. Rhine est décrit par ses détracteurs les plus modérés comme un chercheur sincère qui se serait probablement abusé lui-même. Toujours est-il qu'aujourd'hui la parapsychologie scientifique, n'ayant fait nul progrès, est de moins en moins scientifique et n'abuse plus grand monde hormis ceux qui sont convaincus de l'existence des phénomènes en question. La fâcherie entre les croyants et les sceptiques perdure encore dans l'espace médiatique mais elle a quitté les laboratoires subventionnés. C'était beaucoup moins clair en 1973.
Ensuite, Arthur Koestler interroge la troublante efficacité des concepts de la physique quantique. A la suite de George Gamow, il la compare au « Pays des Merveilles » tant il est vrai que dans cette physique des notions aussi familières que celles de trajectoire ou de causalité prennent une tournure aussi étrange qu'un sourire du chat du Sheshire. Encouragé par l'opinion de nombreux prix Nobel qui vont dans ce sens, il entrevoit dans la refondation conceptuelle des notions de masse, d'energie, d'espace et de temps par la physique moderne une ouverture vers la compréhension des phénomènes psi que les travaux de Rhine et de ses émules entendent placer dans l'ordre factuel.
La physique n'est d'ailleurs pas la seule porte d'entrée vers la compréhension de ces mystérieuses facultés mentales. L'esprit y ayant la part belle comment ne pas impliquer la psychologie ? Là encore, Koestler nous indique de prestigieux devanciers au royaume de la psychanalyse. Ainsi, la troisième partie nous invite à prendre en considération les réflexions de Carl Gustav Jung sur son concept de synchronicité ainsi que les obsessions sur les lois des séries (les coïncidences en série) du biologiste (aujourd'hui déchu de tout crédit) Paul Kammerer. le premier avait de surcroit collaboré avec Wolfgange Pauli (le père du principe d'exclusion) sur la pensée de Johannes Kepler (qui figure un subtil mélange de pensée ésotérique et scientifique). Quand au second, Paul Kemmerer, il avait déjà retenu l'attention de Koestler et faisait l'objet d'un de ses autres livres (alors en cours d'écriture) « L'étreinte du crapaud ». Paul Kammerer fut l'un des derniers défenseurs de l'hérédité des caractères acquis : il était convaincu de l'avoir mise en évidence avec des expériences sur des batraciens qu'aucun de ses confrères, hélas, ne parvint pas reproduire… Koestler reconnaît les faiblesses des travaux de Kammerer mais il semble prendre au sérieux ses objectifs scientifiques. En tous cas, dans le chapitre du conclusion, Koestler souligne une analogie selon lui non fortuite entre deux attitudes hostile de la « science officielle » : 1) hostilité de la science officielle envers les derniers représentants d'un lamarckisme attardé 2) hostilité de la science officielle envers la parapsychologie scientifique.
Mais le coeur de cet essai n'est pas là. Il ne s'agit pas mettre en scène l'éternelle querelle entre des adversaires qui se renvoient mutuellement leurs limites intellectuelles. Bien sûr, pour Koestler ceux qui résistent aux phénomènes psi sont comme dans le petit apologue de Wells « Le pays des aveugles » : ils ne conçoivent pas l'existence d'un sens (la vue) qui permette d'appréhender les choses à distance. Mais l'essayiste attend surtout de son lecteur qu'il raccroche la question des phénomènes psi aux concepts qu'il a développé dans son gros essais « Le Cheval dans la locomotive ». Nous sommes tous des holons. L'univers est composés de holons. le holon n'est pas vraiment une monade ; elle serait plutôt une sorte de structure dans une système qui est lui même un holon à l'intérieur d'un autre système (holon encore). Un système gigogne, comme une particule est dans un atome, lui-même élément d'une molécule, elle-même partie d'une cellule, partie d'un végétal, partie d'un écosystème etc. le holon est un janus : il a deux visages qui regardent deux univers qui ont chacun leur logique propre : l'un se voit comme un tout qui manifeste son intégrité et son autonomie mais l'autre face de lui-même participe de quelque chose qui le dépasse. Et c'est peut-être dans ce quelque chose qui le dépasse que Koestler cherche un avenir la recherche parapsychologique.
En tout cas, il me semble que chaque livre d'Arthur Koestler est lui-même un holon qui participe d'une oeuvre encyclopédique dont l'exploration dans son entier semble promettre de belles aventures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lecassin
  23 mai 2012
Avec « Les racines du hasard », et fort des travaux d'illustres prédécesseurs sur des concepts qualifiés de surnaturels, il n'y a encore pas si longtemps, Arthur Koestler tente un pont entre la physique quantique et la parapsychologie. Pour ce faire, il convoque Einstein, Planck, Heisenberg… des concepts aussi fous que la masse négative, les trous noirs, le temps renversé ; et surtout son fabuleux esprit de synthèse.
Très influencé par les travaux de Carl Young et par son concept de synchronicité, Arthur Koestler esquisse ici l'hypothèse toute personnelle de l'existence de liens entre des éléments de la mécanique quantique, et des phénomènes paranormaux comme les perceptions extra-sensorielles, la télépathie, la psychokinèse…
Après une retraite de militant politique parfois contesté , on voit que Koestler se lance dans une nouvelle carrière qui ne lui vaudra pas que des amis. Ajoutez à cela une réputation naissante en 1972 et avérée depuis, de « philosophe des sciences » … Passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lecassinlecassin   23 mai 2012
La moitié de mes amis m'accuse de scientisme pédant ; l'autre moitié m'accuse d'avoir des pensées antiscientifiques pour des problèmes absurdes tels que la perception extra-sensorielle, qu'ils rangent dans le surnaturel. Mais je me console en songeant que l'on porte les mêmes accusations contre des savants authentiques qui seront pour moi une compagnie fort honorable au banc d'infamie.
Commenter  J’apprécie          50
lecassinlecassin   23 mai 2012
Aujourd’hui, l’hypnose est devenue si courante et si respectable que nous risquons d’oublier qu’elle reste inexpliquée.
Commenter  J’apprécie          90
lecassinlecassin   23 mai 2012
L’être humain est un holon à tête de Janus. Il peut se regarder comme un tout unique et autonome mais s’il ouvre les yeux il se voit comme une partie dépendante de l’environnement naturel et social. Ses tendances d’affirmation de soi sont les manifestations dynamiques de son expérience de totalité ; sa tendance d’intégration manifeste sa partiellité.
Commenter  J’apprécie          20
lecassinlecassin   23 mai 2012
L’histoire des sciences ne cesse de le répéter : qu’une théorie fonctionne et donne des résultats tangibles, cela ne prouve pas que ses hypothèses soient justes.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Arthur Koestler (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Koestler
La lie de la terre, Arthur Koestler
autres livres classés : parapsychologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
348 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre