AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2815906449
Éditeur : L'Aube (16/08/2012)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 137 notes)
Résumé :
Voici le récit lumineux d'une initiation amoureuse, vibrant de naturel et de sensualité malgré la haine et la mort. Nìkos, un adolescent, et Gioconda, une jeune fille juive, s'aiment d'un amour absolu jusqu'à la déportation de celle-ci à Auschwitz, en 1943.« C'est le livre que je préfère au monde. C'est une histoire magnifique, à la fois poétique et super sensuelle... »
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
latina
  24 janvier 2018
Il est jeune, c'est encore un adolescent.
Il habite dans un joli quartier de Thessalonique.
Il aime à la folie Gioconda.
Elle est un peu plus jeune que lui.
Elle est belle.
Elle habite à côté de chez lui, de l'autre côté du terrain vague où ils se réunissent avec leurs amis.
Cela a été la plus belle période de leur vie.
Ils se connaissent depuis l'enfance, et l'amour était déjà là, tapi dans l'ombre, prêt à exploser.
Le seul amour qui transporte, qui unit, qui transcende tout.
Une petite ombre au tableau : nous sommes sous l'Occupation allemande.
Et elle est juive...
Une petite précision : c'est une histoire vraie.
Nikos Kokantzis raconte sa propre histoire, dont il ne se remettra jamais totalement. Il s'en est délivré dans ce tout petit livre plein de sensibilité et de poésie. C'est une ode à l'amour, au vrai, où les corps et les coeurs s'allient dans la tendresse et la passion. Des regards plus appuyés au premier baiser, des caresses furtives à l'union totale, ce livre nous révèle le début d'un grand amour qui perdurera à travers les années, malgré les camps, malgré les douches, malgré les fours, malgré la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          578
nadejda
  28 août 2012
Livre unique pour un amour unique inoubliable. Nikos Kokantzis né à Thessalonique en 1930 s'éveille à l'amour en compagnie d'une de ses compagnes de jeux, durant la guerre en 1943. La découverte de l'amour avec cette jeune voisine l'éblouit mais ce souvenir restera d'autant plus fort que Gioconda est juive et sera déportée à Auschwitz d'où elle ne reviendra pas. le savoir dès le début n'enlève rien à la lecture de ce beau et émouvant petit livre, hymne à Gioconda et hymne à la vie vécue avec d'autant plus d'intensité que les menaces environnantes en font goûter toute la fragilité et la beauté. Ce texte se lit comme un conte car on a l'impression que cet amour lumineux les enveloppe et les protège si bien qu'ils seront épargnés. C'est sans doute dû au désir de l'auteur qui réussit à lui donner un parfum d'éternité. Elle est devenue pour lui 30 ans après comme un rêve qu'il ramène à la réalité en écrivant.
«Et nous, qui ressentions l'horreur, l'exaltation de cette chose énorme qu'est la guerre, tous deux ensemble, nous vivions ces journées avec une intensité particulière, liée à notre amour, à notre découverte de la vie et de nous-mêmes. Nous sortions de chez nous le soir en cachette après l'heure du couvre-feu (certains pour l'avoir fait, s'étaient vus tirer dessus par les patrouilles allemandes), et nous nous retrouvions dans le terrain vague entre nos deux maisons, cachés par les hautes herbes et les buissons. (...) ce que nous faisions nous semblait passionnant, magique. Il n'y avait là rien d'excessif : l'heure la plus calme, pendant toute cette guerre, fut plus forte et bouleversante que le moment le plus intense en période de paix. »
«Quelque part en Allemagne de l'Est, des parcelles de ce qu'elle fut subsistent peut-être dans l'écorce d'un arbre, dans une motte de terre. (...) Les vents qui ont soufflé toutes ces années l'ont peut-être ramenée en Grèce et je l'ai respirée, qui sait, sans le savoir, en une union amoureuse. Les grands yeux gris, les lèvres douces, la peau si lisse, la voix rauque... le rire, le chagrin, l'amour, tout ce qu'Elle était.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
Marple
  06 juin 2015
C'est sur les conseils d'une libraire que j'ai découvert Gioconda et son amoureux Nikos. Sans elle, jamais je ne me serais arrêtée sur ce livre si petit d'un auteur et d'un éditeur inconnus, au titre improbable et à la drôle de couverture bleue. Mais elle m'a dit que c'était un des plus beaux livres qu'elle avait lus, et je l'ai suivie.
Je ne sais pas si j'irais aussi loin qu'elle dans l'éloge, mais c'est sans contexte une magnifique et poignante histoire d'amour, et probablement les scènes d'amour les plus belles, les plus innocentes et les plus sensuelles que j'aie jamais lues. Il ne s'agit pas d'un roman, mais du récit par Nikos (Kokàntzis, l'auteur) de son histoire lumineuse et passionnée avec Gioconda.
C'est un destin à la Roméo et Juliette qu'ils vont connaître. Non pas que leurs familles, voisines et amies, s'opposent à leur relation. Mais on est en Grèce pendant la Seconde Guerre Mondiale, et Gioconda est juive... Pour oublier, pour conjurer, les deux adolescents s'aiment aussi fort et aussi souvent qu'ils le peuvent. de tout leur coeur, de toute leur âme, mais aussi de tout leur corps qui découvre le désir et le plaisir.
Challenge Petits plaisirs 20/xx
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
Under_the_Moon
  12 septembre 2015
Nikos Kokantzis a décidé de prendre la plume pour honorer Gioconda. Gioconda, était sa voisine à Thessalonique. C'est aussi son amour de jeunesse, celle avec qui il a goûté pour la première fois à l'ivresse de la tendresse, de la sensualité et de la sexualité. Gioconda et Nikos : c'est l'amour absolu. Seulement voilà, dans les années 1940 la Seconde Guerre mondiale fait rage aussi en Grèce, et Gioconda est juive.
En une petite centaine de pages, l'auteur nous fait revivre cette histoire, sa grande histoire fauchée trop tôt et injustement par un envahisseur inhumain, qui n'est ni Allemand ni Grec car s'il l'avait été peut-être auraient-ils vu que des ados qui s'aiment ne peuvent être une menace pour personne.
J'ai retrouvé dans ces pages l'atmosphère et la chaleur des Grecs, leur optimisme utopique et déroutant. Ainsi, le jeune Nikos préfère se souvenir des moments passés avec Gioconda que de ceux passés dans les fils avec les tickets de rationnement et autres moment où la dignité humaine est parfois un vague souvenir. de la simplicité du lexique de l'auteur se dégage une intensité d'émotions bouleversantes et une sincérité très touchante. Je l'avoue, à la fin du livre j'ai pleuré. Les 30 années où Nikos Kokantzis a gardé ses souvenirs enfouis et sa peur de l'oubli sont palpable à un point que je ne sais comment décrire. Comment ne pas avoir le souffle coupé lorsqu'on voit la façon dont il parle d'elle ? Qui oserait dire qu'il ou elle n'aimerait pas aussi que quelqu'un se rappelle de nous ainsi ?
Bien sûr, il y a sans doute une part d'idéalisation car l'auteur semble avoir conserver toute sa candeur d'adolescent dans son récit. le contraste entre la conscience qu'ont ces ados de la vie et de la mort et tout ce qu'ils ignorent de leur corps est d'ailleurs saisissant. Et peut-être un peu attendrissant aussi.
Involontairement, Gioconda est un récit qui interroge sur le courage et ce que la guerre a rendu acceptable. Ce qui m'a frappé aussi c'est le sentiment de culpabilité qui a dû marquer si longuement Nikos Kokantzis. D'abord lorsqu'il traite le cousin de Gioconda de "sale juif" par jalousie. Puis lorsqu'il raconte une scène d'humiliations en place publique d'hommes juifs (de 8h à 14h sous un soleil de plomb) et où personne dans la masse de gens autour n'ose s'interposer ni même crier au scandale. Et enfin, lorsqu'il Gioconda lui annonce qu'elle refuse d'être cachée, préférant rester avec ses parents et frères et soeurs ; le jeune Nikos, plein de sentiments contradictoires tente de rassurer la jeune fille :
"Tu as plus de courage que n'importe qui. Alors que moi, qu'est-ce que je fais ? Je reste ici, impuissant, lamentable, à vous regarder partir. Moi, qui me pardonnera ? "
Nikos Kokantzis est mort en 2009, et j'espère qu'il a pu retrouver Gioconda auprès du Seigneur qu'il a imploré lorsqu'il a été mis au courant du sort de celle qu'il n'a jamais oubliée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
saphoo
  05 février 2018
Récit court, intense et bouleversant. Au-delà du drame, c'est avant tout une très belle histoire d'amour.
Le récit est tout en contraste, entre la beauté de la jeunesse qui se découvre et les premiers ébats, la puissance de leur amour, et d'un autre, la guerre qui gronde, s'avance, frappe et emporte, on est complètement transis. Tant de beauté et tant de drame.
Le récit est très sensuel mais décent, la force des sentiments nous foudroie et les dernières pages nous plongent dans un abîme sans fond, noir, froid, impuissant face à ce destin tragique.
C'est puissant et extrêmement poignant.
Commenter  J’apprécie          341
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
krzysvancokrzysvanco   29 janvier 2016
Gioconda n'est plus qu'un rêve. Parfois je me demande si elle a existé, j'interroge mes parents, mes cousins, pour m'assurer que oui. Quelque part en Allemagne de l'Est, des parcelles de ce qu'elle fut subsistent peut-être dans l'écorce d'un arbre, dans une motte de terre. Des gens l'ont peut-être sentie dans une fleur, bue dans leur vin. Les vents qui ont soufflé toutes ces années l'ont peut-être ramenée en Grèce et je l'ai respirée, qui sait, sans le savoir, en une dernière union amoureuse. Les grand yeux gris, les lèvres douces, la peau si lisse, la voix rauque... Le rire, le chagrin, l'amour, tout ce qu'Elle était.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
GabySenseiGabySensei   14 octobre 2014
Ce que très peu de gens trouvent dans toute leur existence, alors que tous le recherchent obstinément, m'avait été donné, par faveur spéciale, dès le début de ma vie. Depuis je n'ai pas cessé, je crois, de vouloir la retrouver dans chacune des femmes que j'ai approchées. Voilà ce qui explique sans doute cette recherche sans fin, ces innombrables visages nouveaux, cette solitude.

(P76)
Commenter  J’apprécie          180
Under_the_MoonUnder_the_Moon   09 septembre 2015
Tu sais depuis combien de temps j'attendais, sans savoir ce qu'il y avait dans ton coeur ? Quand nous comprenons tout d'un coup que la réalité correspond à nos désirs, que nos peurs sont injustifiées, que ce qui n'arrivait pas vient d'arriver, tout devient parfaitement beau, on ne se soucie plus de rien. Comme quand on n'a rien mangé depuis longtemps, qu'on a très faim et qu'on pense ne rien trouver à manger : alors le moindre bout de pain est bon comme du gâteau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Under_the_MoonUnder_the_Moon   12 septembre 2015
Personne, bien entendu, n'eut à m'affronter, et encore moins à me tuer, pour mettre la main sur elle ; quand l'heure fut venue, personne ne se soucia de mon existence. Et moi je ne résistai pas, je ne luttai pas - à quoi résister, contre quoi lutter, comment un enfant seul peut-il se battre contre le Mal absolu ? Je me contentai d'être témoin, incapable d'agir, condamné à faire partie du cauchemar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Under_the_MoonUnder_the_Moon   12 septembre 2015
Je crains parfois qu'arrive un jour où je commencerai d'oublier les détails. Cette idée me terrifie. Je veux garder en mémoire à jamais tout ce qui s'est passé entre nous, l'instant le plus infime - toutes les fois où elle m'a dit " je t'aime ", toues les fois où elle m'a touché de cette façon qu'elle seule, d'instinct, connaissait. Me souvenir à jamais de sa voix quand elle chuchotait, le contact de ses lèvres, l'odeur de son corps. Me souvenir non seulement de ce qui dit, mais de tous nos silences. Les gens meurent seulement quand nous les oublions. Gioconda doit rester vivante aussi longtemps que vivrai - et plus longtemps que moi. Vivante ainsi que je l'ai connue, s'épanouissant sous mes regards, mes caresses, mes baisers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Nikos Kokantzis (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nikos Kokantzis
Bienvenue ! Les infos sont en dessous, déroulez !
La chaine d'Hélène Ptitelfe : https://www.youtube.com/user/ptitelfe1982
La chaine de Kiatoulu : https://www.youtube.com/channel/UCIYo05siH0SkwElfF2_rHgQ/videos
Les livres présentés : Gioconda - Nikos Kokantzis Mr Ibrahim et les fleurs du coran - E.E Schmitt Le livre de perle - Thimothée de Fombelle
Le cycle de l'invisible d'E.E Schmitt 1997 : Milarepa 2001 : Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran 2002 : Oscar et la Dame rose 2004 : L'Enfant de Noé 2009 : le Sumo qui ne pouvait pas grossir 2012 : Les Dix Enfants que madame Ming n'a jamais eus
Soufi mon amour - Elif Shafak Mon blog : http://www.treky.fr Ma page facebook : https://www.facebook.com/trekylivres Ma page Livreaddict : http://www.livraddict.com/profil/treky/
----------------------------------------------------------
Music - "Goodbye To Spring" by Josh Woodward. Free download: http://joshwoodward.com/song/GoodbyeToSpring
Music - "Crazy Glue" by Josh Woodward. Free download: http://joshwoodward.com/song/CrazyGlue
Music - "I'll Be Right Behind You, Josephine" by Josh Woodward. Free download: http://joshwoodward.com/song/IllBeRightBehindYouJosephine
Music - "Cherubs" by Josh Woodward. Free download: http://joshwoodward.com/song/Cherubs
Intro de Laurent Caccia : http://www.laurentcaccia.com/
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature hellénique. Littérature grecque>Littérature grecque moderne (56)
autres livres classés : littérature grecqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3446 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..