AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782754818438
96 pages
Futuropolis (24/08/2017)
4.1/5   156 notes
Résumé :
Je me présente, Alexandrin de Vanneville, poète des campagnes et des villes. Par le vent et par la pluie, je survis en proposant ma poésie. Sachez cependant, madame, monsieur, que je ne pends pas les chèques et ne fais pas la carte bleue.
Que lire après Alexandrin ou L'art de faire des vers à piedVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
4,1

sur 156 notes
5
25 avis
4
8 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis
Un long pardessus à carreaux bleu, une sacoche sur les épaules, une allure longiligne, Alexandrin de Vanneville sillonne les rues, le pas léger et le sourire aux lèvres. Ce poète des campagnes et des villes vient clamer, à qui veut bien l'entendre, ses quelques vers. Quelques poésies écrites au gré des routes et des rencontres. Quelques pièces récoltées au gré des humeurs de chacun. À la supérette, il achète du jambon, des champignons et des bonbons. Et c'est toujours en rime qu'il s'exprime faisant ainsi sourire la jolie caissière. Arrivé au parc, il s'installe au bord du fleuve afin de déguster ce repas qui s'avère plutôt déprimant. C'est alors qu'il remarque un jeune garçon faisant les poubelles afin d'y trouver de quoi manger. Alexandrin lui offre aussitôt son sandwich et, le jeune garçon ayant quitté son foyer, lui propose de l'accompagner...


Assurément, il y a de la poésie, des rimes, des césures, des hémistiches, des anacoluthes et des Alexandrin(s) dans cet album. Non pas seulement au niveau du texte mais aussi au niveau du graphisme. Pascal Rabaté décrit avec une certaine mélancolie, beaucoup de finesse et de chaleur cette rencontre entre ce vieil homme, un brin suranné et triste, bienveillant, amoureux de la rime et qui vend ses poèmes, et ce jeune garçon en fugue qui veut retrouver sa liberté. Une rencontre magique et étincelante entre deux âmes esseulées, deux doux rêveurs. Une complicité aussitôt ressentie malgré cette différence d'âge. L'auteur nous plonge dans une ambiance chimérique, poétique, douce et sensible. Une rencontre émouvante et belle, magnifiquement illustrée par Alain Kokor, qui, de son trait léger et délicat et de ses couleurs tendres au ton pastel, apporte douceur et légèreté à ce roman graphique d'une grande subtilité.
Commenter  J’apprécie          794
« Je me présente, Alexandrin de Vanneville, poète des campagnes et des villes, arpentant les chemins de terre ou le bitume, par le vent et par la pluie, sans me taire et sans amertume, je survis en proposant ma poésie. »
Ainsi s'exprime le vieil homme.

« C'est mon phrasé normal, comme ma vie ne rime à rien je fais sonner les mots, c'est devenu primordial. »
Ainsi justifie-t-il sa façon de parler.

Autrefois 'dans les lettres', Alexandrin est aujourd'hui mendiant ou, plus joliment, 'vendeur de poèmes' rétribué selon le bon vouloir de chacun. Sa situation est précaire, il (sur)vit dehors, doit affronter les rebuffades quand il propose ses textes, et le mépris de certains passants (« Se mettre dans des états pareils, quelle honte »).

Il est seul, aussi, jusqu'au jour où un enfant épris de liberté le rejoint. La vie prend un sens nouveau, s'éclaire, parce qu'à deux c'est (souvent) mieux, et parce qu'Alexandrin devient passeur, initiateur.

Il m'a fallu quelques pages pour lâcher prise et accepter cet univers feel good, ces bons sentiments, le quotidien sucré-salé / doux-amer du vieil homme et de l'enfant.
Le dessin m'a d'abord rebutée : les adultes sont plutôt moches avec leurs traits anguleux. Mais la douceur du visage rond du jeune garçon et sa gestuelle délicate m'ont conquise.*
J'ai fini par être séduite également par l'histoire, par l'amitié et les beaux moments partagés, ensemble ou avec d'autres au gré des pérégrinations.
En postface, chacun des deux auteurs explique brièvement ce qui l'a mené à cet album. Ultimes moments d'émotion de ce roman graphique.

Outre l'éloge des mots, de l'amitié, du respect, de la liberté et de la lenteur, on trouve également ici un thème récurrent chez Rabaté : la sexualité des seniors.
D'ailleurs je finis par ces mots du vieux monsieur :
« Je fais du charme avec les mots pourtant c'est son silence qui m'a conquis, on communique parfois plus avec la peau, et je l'apprends à l'automne de ma vie. »
_____

* http://canelkili.canalblog.com/archives/2020/02/26/38057467.html
Commenter  J’apprécie          380
Alexandrin ou l'art de faire des vers à pied, c'est un album dans le genre qui fait du bien. C'est la meilleure traduction que j'ai trouvé à l'expression anglaise « a feel good book ». Une histoire mignonne, apaisante, un brin tristounet mais qui donne de l'espoir et des ailes. Bravo à Pascal Rabaté pour cette charmante histoire et à Alain Kokor qui a su la mettre en images et en couleurs. le protagoniste, justement appelé Alexandrin de Vanneville, est un vieil homme, grand, tout en longueur, dans son manteau bleu carreauté. Il marche sa ville, s'arrête devant un appartement et sonne. Il réajuste son collet, question de se présenter dignement. Quand on ouvre, il décline son identité et propose sa poésie, dans un flot de paroles sympathiques et, surtout, rimées.

Ce bonhomme a tout de suite gagné ma sympathie. D'abord, avec son habitude de s'exprimer toujours (ou presque) en rimes. Il y croit, à sa poésie. Il l'assume entièrement, la vit. Ce n'est pas qu'un hobbie ou une astuce pour gagner de l'argent. Avec sa bonhommie, son air distingué (mais sans snobisme), sa gentillesse, son empathie, il est impossible de ne pas sentir quelque chose à son endroit. C'est d'autant plus poignant quand on découvre qu'il vit pauvrement, dans la rue. Et même là, il partage le peu dont il dispose (c'est-à-dire presque rien, le peu qu'il gagne en vendant ses feuillets de poésie) avec un garçonnet de dix ans, enfui de chez lui. Une belle relation s'installe entre les deux. Faite de confiance, de partage, de transmission de valeurs, d'entraide. D'humanité! Mais je ne vous raconte pas toute l'histoire.

Au-delà de l'histoire poignante, il y a les dessins, que j'aime beaucoup. Leur belle simplicité permet de viser juste, d'aller à l'essentiel. On dirait presque qu'ils s'effacent au profit des personnages. Alexandrin avec son manteau bleu, le jeune Kevin avec son kangourou rouge-orangée et sa frange, en quelques traits, on les cerne. Et les paysages? Ils peuvent paraitre un peu monochromes et flous. J'ai décidé que c'était volontaire. Mais monochromes, vraiment? Non, c'est injuste. Parfois, les pages prennent des teintes de rouge flamboyant (quand les personnages mangent autour d'un feu improvisé), d'un bleu vif pendant certaines nuits ou encore d'un vert généreux pendant une cueillette de pomme. Dans tous les cas, c'est toujours approprié avec l'action ou l'émotion que les auteur et dessinateur tentent de véhiculer.

Bref, Alexandrin ou l'art de faire des vers à pied a réussi à m'émouvoir avec son histoire sans grande prétention mais qui va droit au coeur, ainsi que ses personnages attachants. C'est le genre d'album qu'il ne me déplairait pas du tout de relire de temps à autre et je suis persuadé qu'il en sera de même pour tous ses lecteurs. Je le recommande.
Commenter  J’apprécie          350
Alexandrin de Vanneville voyage léger.
Ivre de liberté et de rimes, il vogue au gré du vent, vendant pour moult pièces les quelques poèmes couchés sur le papier, généreusement marchandés par une clientèle un brin déconcertée par sa démarche prospective, il est vrai.
Alexandrin est un doux rêveur, un contemplatif.
Affranchi d'une société mercantile dont il n'a que faire, l'homme vit de sa prose et de tous les petits plaisirs fugaces dont il se délecte quotidiennement.
Solitaire volontaire et épanoui, il allait cependant réviser son jugement en prenant sous son aile un petit moineau égaré prénommé Kevin.

Mais qu'il est touchant cet album !
Ode à la poésie du quotidien, au temps qui passe, à l'élégance surannée d'un homme qui ne s'exprime qu'en rimes.
On y entre à pas feutrés, sans rien en attendre, puis l'on en ressort le coeur lesté d'un peu de vague à l'âme.
Hymne à l'amitié, à la liberté et à la transmission, cet Alexandrin vous cueille, sans y toucher, avec grâce et candeur.

Un trait aux couleurs pastel qui va à l'essentiel, ce duo atypique rime sans frime, foulant ce monde d'un même allant en vous faisant vibrer le palpitant.
Commenter  J’apprécie          382
Rimer, voilà la raison de vivre d'Alexandrin.
Clochard il est,
Mais pour autant avec dignité il arpente les rues.
Accompagné de son apprenti,
Il dispense ses vers.

Un bout de chemin avec eux,
Vous sera bénéfique
Plus jamais, la vie ne vous semblera triste
De belles rencontres vous ferez,
Mais des difficiles aussi.

Comme une étoile filante,
Alexandrin disparaîtra dans les limbes,
Mais ses rimes resteront à tout jamais,
Dans le coeur de Kevin.

Rimer pour survivre,
Rimer pour aimer
Rimer pour laisser une trace.

A mettre entre toutes les mains…

Commenter  J’apprécie          407


critiques presse (6)
ActuaBD
10 octobre 2017
Comment vivre selon ses idéaux dans un monde qui en est dénué? C'est une question à laquelle ce récit initiatique tente d'apporter en partie une réponse.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LaLibreBelgique
04 octobre 2017
Un bijou de tendresse et une question majeure sur le vivre autrement.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
BDZoom
05 septembre 2017
Que voilà un bel album consacré à la marginalité sociale, tout en rime, en finesse et en subtilité.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest
31 août 2017
Avec cette très jolie élégie, il est extrêmement rafraîchissant et rassurant de constater que la rhétorique et la richesse de la langue attirent et inspirent toujours. Pourvu que cela dure !
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi
25 août 2017
Pascal Rabaté écrit ici une histoire toute simple, pleine de sentiments sincères et de jolis mots. Au rythme de dialogues rimés, on suit ce duo de personnages pas forcément très originaux mais parfaitement campés, immédiatement attachants.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario
10 août 2017
Je reste encore sous le coup de cette très touchante lecture qui, malgré la dernière partie plus mélancolique, fait du bien !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
- Qu'un Dieu vous bénisse, mais ce n'est pas moi que ces petits gestes enrichissent, c'est la poésie et elle vous remercie. Mais, pour être franc, je n'ai pas sonné au hasard, j'ai aperçu par la fenêtre des livres et des toiles de maître, j'ai su que j'avais affaire à un homme de l'art. Peintre, encadreur ? Écrivain, traducteur ?
- On peut dire ça, je fais de la bande dessinée.
- Ah ! du commercial...Sur ce, permettez que je remballe. Bonne journée, je vous laisse à vos petits Mickey.
Commenter  J’apprécie          260
Partout se trouve la beauté
Dans un marteau, un clou, un cageot, un trait
La beauté est dans l'œil qui contemple
Et qu'importe le sujet observé
L'émerveillement s'apprend et se transmet
Commenter  J’apprécie          410
Je vais écrire des poésies sur l'amour mais j'utiliserai le mot court plutôt que toujours...
Rien ne dure, on voudrait dire encore et c'est trop tard, il est déjà dehors...
Reste l'empreinte de l'amour sur le cœur du troubadour...
Commenter  J’apprécie          231
- Pourquoi as-tu quitté ton foyer ? Tes parents te battaient, des coups tu recevais ?
- Non, m'sieur... Je voulais être libre ! Ça te fait rire ?
- Juste sourire. Liberté, liberté… Vous n’avez que ce mot à la bouche. Liberté de crever de faim, de froid, d’être sales à attirer les mouches. C’est un mot bien trop grand pour un si jeune enfant. Retourne chez tes parents tant qu'il est encore temps.
(p. 14-15)
Commenter  J’apprécie          110
Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux sages !
Immortel Archimède, artiste, ingénieur, qui de ton jugement peut priser la valeur ?
Pour moi ton problème eut de sérieux avantages !
(Nombre de lettres par mot = les 30 premières décimales de Pi, emprunté à Maurice Decerf)
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Kokor (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Kokor
Alain Kokor - Rocking Chair
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (255) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5302 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..