AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782754810784
128 pages
Éditeur : Futuropolis (05/06/2015)

Note moyenne : 3.15/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Récit romantique et insolite, où l’humour se conjugue à la grâce, Au-delà des mers est un roman dessiné avec fraîcheur et l’envie amusée de dérouter le lecteur. Dans le sillage de Supplément d’âme, ce nouvel album raconte une belle rencontre humaine où se distille la petite musique du bonheur… Alain Kokor est un auteur rare qui de livre en livre dessine le vivre joyeux, l’aspiration à la sérénité. Il y a des millions d’années, un couple de poissons sort pour la prem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
MonsieurHyacinthe
  15 mai 2018
Alain a Kokor frappé ! Et je pense que cette fois-ci, il ne fera pas unanimité. Car nous sommes en présence d'une véritable oeuvre d'art à mes yeux. Ça fait prétentieux, hein ? Et pourtant, c'est bien une oeuvre d'art, avec les zones d'ombre et de flou que cela implique, cette part d'inconnue, de libre interprétation laissée au lecteur, et donc, autant de visages possibles que de lecteurs. "Au-delà des mers" sera votre livre, votre histoire, votre voyage intérieur, nous n'aurons pas lu le même. C'est fort, ça ne parle pas qu'au corps, Kokor, mais à l'esprit, à la raison, à l'âme, à l'Homme, par-delà les générations.
A l'instar de "Balade, Balade", c'est donc une sorte de cheminement que nous offre Alain Kokor. Cette fois, il ne court pas le monde, non, il s'installe, il s'implante, il prend racine au Havre, ma ville natale. Un vrai plaisir gratuit à retrouver mon fief sous les traits d'un autre, reconnaître les rues, bâtisses, monuments et artistes qui fondent cette ville portuaire, noter ce qui marque un artiste tel que lui. Rien que pour ça, pour un Havrais, ou un touriste havrais, le livre vaut la peine d'être dégusté autour d'une moule/frites. Mais évidemment, le dessinateur a beaucoup plus à nous offrir dans ces pages.
Cet auteur a une marotte que j'adore et attends goulûment sous un angle nouveau, livre après livre : replacer notre époque dans l'ensemble de notre ère, l'humain dans l'humanité, parler de l'Homme, de ses origines, questionner notre présence sur Terre, notre place dans le règne animal. Ça n'est pas rien ! C'est colossal et ambitieux. Nous avons affaire à un vrai ethnologue de la bande dessinée. Chacun de essai couve un angle d'attaque original, une variété dans la mise en scène et les thèmes. Ici, tombent pêle-mêle l'adolescence, Raymond Queneau, la sexualité, la parentalité, Raymond Queneau, la médiatisation, la communauté, Raymond Queneau, etc. Et vous ai-je parlé de Raymond Queneau que j'aime par-dessus tout ? Parce qu'en plus, on l'y trouve en filigrane...
Blablater davantage serait vous offrir MON livre, celui lu avec mon bagage culturel, mes références, mon chemin de vie, mes failles. Je préfère vous laisser fantasmer le vôtre, en façonner les rugosités, vous approprier l'offrande. Car "Au-delà des mers" est un véritable cadeau. Déballez vite votre présent, acceptez de ne pas tout comprendre de suite, prenez le temps, sirotez, observez, détaillez, laissez-vous portez, valser, brinquebaler jusqu'au bout, c'est noble, et ça en vaut la peine. C'est du Kokor. On voudrait l'homme éternel. Et nous avec, pour jouir de ses travaux jusqu'à la fin des temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
alouett
  08 juin 2015
La vie est un éternel chassé-croisé entre ceux qui arrivent et qui partent. Ceux qui arrivent pour prendre un nouveau départ, ceux qui partent parce qu'ils ont fait leur temps sur cette terre, ceux qui partent parce qu'ils souhaitent panser leurs blessures, ceux qui arrivent pour accueillir tous ces voyageurs en transit.
Alain Kokor, c'est avant tout un univers, une sensiblerie et un coeur énorme lorsqu'il donne vie à un personnage. Il le prend au berceau, le berce lorsqu'il est fragile et le repose délicatement après lui avoir tenu compagnie plusieurs pages durant. « Balade balade », « le commun des mortels », « Les voyages du Docteur Gulliver »… voici autant de voyages que ce conteur hors-normes nous a déjà offerts.
Un artiste rare, à la fois poète, philosophe et magicien de l'image, il propose à son lecteur des récits d'une tendresse incroyable. Amoureux de la vie, profondément altruiste, il injecte dans ses scenarii des réflexions contenant à la fois une sublime profondeur et une naïveté troublante. Enfin, Alain Kokor excelle dans l'art de la métaphore et « Au-delà des mers » n'y échappe pas… loin de là. Il me semble même que cet album soit celui qui regorge le plus de métaphores dans ceux qui composent la bibliographie de l'auteur.
« Au-delà des mers » est un prolongement de « Supplément d'âme », album où de mystérieux personnages marins avaient fait leur apparition. On les sentait désireux de nous emmener découvrir leurs profondeurs et c'est logiquement dans les grands fonds marins que cet ouvrage commence. le lecteur est accueilli par une scène muette de 12 pages où nous tenons compagnie à deux inséparables bestioles aquatiques, fascinées par la lumière du soleil. Leur course folle vers la surface nous fait tournebouler dans les remous avant d'être happés par un horizon à perte de vue, ivres de pouvoir respirer à pleins poumons.
Puis ce préambule se referme. L'histoire peut commencer. Nous sommes au Havre. Quoi de mieux qu'un port pour servir la métaphore de nos vies. le nouvel arrivant porte tous ses espoirs dans cette nouvelle vie qui s'offre à lui. Celui qui part en fait tout autant, regardant loin devant, espérant y voir peut-être la silhouette de jours meilleurs. le port est le témoin de ces petites transhumances à taille humaine, de ces ruptures volontaires ou forcées, de ces accueils chaleureux ou méfiants.
Un ouvrage qui parle de la vie et de la mort, de départs et d'arrivées, de deuils et de naissances, de joies et de tristesses… et d'une certaine forme de solidarité humaine, celle qui réchauffe et permet de donner du sens à la vie.
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AenoraL
  10 août 2020
Alain Kokor nous plonge dans un univers loufoque et poétique.
L'introduction muette, du fin fond des mers aux premiers pas sur terre, est très belle. Nous sommes ensuite entrainés au Havre, ville portuaire, dans une mission de protection rapprochée et découvrons le personnage principal du récit. Arrive alors la rencontre entre deux êtres que tout semble éloigner, mêlée de poésie. On les suit le temps d'une tranche de vie.
J'ai encore une fois beaucoup aimé l'univers que nous offre Alain Kokor avec de très belles planches.
Commenter  J’apprécie          30
LaDimensionFantastique
  13 juillet 2015
Au Havre, une petite poignée de voisins gardent un secret : ils connaissent le plus vieil homme du monde, il a plus de 200 millions d'années et vient régulièrement les voir, eux ses amis, pour fêter son anniversaire. Mais la venue d'une nouvelle famille dans le quartier va bouleverser les choses. Poétique, absurde, Au-delà des mers enchante par son dessin épuré et rêveur et emporte son lecteur dans un tourbillon de poésie, d'humour et de réflexions autour de l'amitié et de la mort.
Commenter  J’apprécie          00
kerfany54
  27 février 2020
Au-delà des mers me laisse aussi perplexe que supplément d'âme du même auteur. C'est poétique, les dessins sont très beaux, mais je reste hermétique au(x) message(s). le tableau procure une certaine émotion mais est un peu trop abstrait pour moi.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
BoDoi   10 septembre 2015
Etrange album qu’Au-delà des mers, entre conte fantastique et récit initiatique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
FunamBulleFunamBulle   16 mai 2018
"(...) - L'origine, l'origine ! C'est ça ton truc ! Retournez d'où on vient tous ? (...)"
Alain KOKOR, Au-delà des mers, 2015, Futuropolis (p. 77).
Commenter  J’apprécie          00
PegLutinePegLutine   28 juin 2018
Je ne sais pas ce que je donnerais pour que la terre entière m'oublie de temps en temps.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Alain Kokor (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Kokor
Second volet du Vidéo-Blog Grif''GRAPHE sur le salon BD de Montargis: 3 interviews-dédicaces de dessinateurs talentueux et polymorphes, qui ont le vent en poupe: -Christian de Metter dont on connait les adaptations de polars très noirs chez Rivages-Casterman : pour l'heure, il abandonne le picturalisme pour faire retour sur le trait : un trait incisif comme à la pointe d'un couteau - l'occasion également de renouveler le genre Western. -Kokor qui rend hommage à Beuville, Morris et Gus Bofa ('Excusez du peu!) : le critique n'a plus rien à faire: l'auteur est entré en osmose avec ses pairs et pourtant en parallèle, il propose la caméra un trait vif et Kokoresque à nul autre pareil -même si on le décrypte mieux...- -Riff Rebs' ou la "Défense et illustration" de l'adaptation littéraire, à condition que cette "re-création" soit l'occasion de propositions visuelles fortes, donc faite avec ses tripes et pas sur injonction éditoriale.Sabre de Bois, frères de la côte, buvons à la santé de Jack London et Pierre Mac Orlan ! Ca bouge, ça s'agite et ça cogite dans la BéDé : Montargis le Festival animé par Arnaud Floc'h le reflète bien !
+ Lire la suite
autres livres classés : le havreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
887 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre