AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782707317551
140 pages
Éditeur : Editions de Minuit (06/03/2001)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 230 notes)
Résumé :
Un trajet invraisemblable, un personnage mythique, un héros comme Samson ou Goliath, monstres de force, abattus finalement par un caillou ou par une femme.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  24 janvier 2018
C'est toujours déroutant de lire une pièce de théâtre.
Plus encore quand les personnages et les faits ne semblent obéir à aucune logique. A aucune rationalité. Ils se contentent d'être là, sur scène, et de se succéder dans la seule évidence de leur présence et de la chronologie.
Mais la pièce, à une lettre près, porte le nom d'un serial killer célèbre, Roberto Succo, dont le personnage - dans la pièce, Roberto Zucco- , reproduit fidèlement la trajectoire criminelle: il ne s'agit pas d'une fable.
Encore moins d'une tentative d'explication psychologique, d'un plaidoyer ou d'un "thriller" théâtral destiné à frapper de terreur l'imagination du spectateur.
Roberto "ne se connaît pas d'avance", comme disait Peter Handke. Ses meurtres adviennent presque sans qu'il y ait part.
Lui qui rêve d'être invisible, et refuse avec horreur d'être un héros dont les vêtements couverts de sang le rendraient par trop remarquable, revient pourtant sur ses scènes de crime, pour tuer encore, s'en prend avec la même violence aux policiers qui le poursuivent et aux enfants sans défense.
On l'aime, pourtant: la gamine qu'il a violée, la femme dont il vient de tuer l'enfant, sa mère qu'il a rendue veuve..
C'est qu'il y a, dans ce personnage aveugle à lui-même, meurtrier dans ses actes, une sorte de fraternité poétique avec le genre humain. Ses coups , étrangement, délivrent : l'une, de l'oppression familiale, l'autre, des servitudes maternelles, la troisième, du chagrin et de l'amour déçu.
Roberto Zucco est fascinant, transgressif et libératoire- et beau comme l'ange de la mort.
On pense au personnage étrange de Théorème, interprété par Terence Stamp, dans le film de Pasolini.
Dans Roberto Zucco, on est dans un univers symbolique, poétique, au-delà du bien et du mal. Quand l'existence humaine est d'une vue si courte qu'on serait bien en peine de lui donner un sens, comment en chercher un au destin? Et juger de son équité, de sa moralité ?
Tout le trouble, tout le scandale de la pièce vient de là. Et même la seule lecture -bien moins sans doute que la représentation- provoque malaise et interrogation.
A découvrir!


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
JulienDjeuks
  14 juin 2020
Koltès s'est inspiré ici d'un fait divers qui a choqué à cette époque : le tueur fou Roberto Succo qui tue ses parents, s'échappe de prison, tue au hasard des rencontres alors même qu'il noue une relation amoureuse, se fait filmer sur le toit de la prison, en caleçon, provoque l'hélicoptère et les gardes. le comportement de Roberto Succo est profondément inexplicable d'un point de vue moral (là où certains crimes peuvent être intéressés, ou bien conséquence de colère, vengeance ou autre sentiment négatif). Ce furieux surgissement de la violence, fait peur, paralyse la pensée d'incompréhension. de nombreux dramaturges et romanciers se sont inspirés de faits divers (Genet avec Les Bonnes, Flaubert avec Madame Bovary…). Marguerite Duras a traité deux fois un même fait divers (Les Viaducs de la Seine-et-Oise en théâtre, l'Amante anglaise sous forme romancée), et avoue avoir été guidée par le besoin de comprendre pourquoi, pourquoi cette violence inouïe.
Mais Koltès s'inspire aussi librement d'Hamlet. La première scène où les gardes aperçoivent Zucco qui s'échappe, apparition fantomatique comme celle du père d'Hamlet qui réclame vengeance dans la première scène de la pièce de Shakespeare. Comme dans Hamlet, le père de Zucco est déjà mort avant le lever de rideau. Hamlet est un questionnement sur la vengeance, l'appel du sang vengeur et destructeur contre la morale humaine, le compromis… C'est bien le questionnement qu'on pourrait retrouver dans ces faits divers où la violence semble avoir écarter toute morale. La violence est normalement une réaction contre autre chose, une injustice, une douleur, donc quelque part une vengeance. D'où cette référence.
Cependant, ici, c'est Zucco qui a tué son père. Contre quoi donc se vengerait-il encore ? Ses parents qui l'auraient rejeté (nombre d'éléments de la pièce pourraient faire penser à l'homosexualité du personnage ou à une relation incestueuse : la relation très ambiguë à la mère, le goût de Zucco pour la laverie automatique, l'avis des prostituées…) ? Vengeance contre la société, contre le monde entier ? Violence gratuite contre rien ? Choqué par les agissements de ce tueur en puissance, sans limites, sans pitié, Koltès interroge en mettant son personnage dans diverses situations. L'explication psychologique n'est bien-sûr pas satisfaisante. La mère semble se forcer à croire à une folie de son fils pour expliquer son action. Cette explication est trop souvent une excuse pour ne pas chercher de responsabilité, d'explication logique qu'on ne veut pas voir. La mère ne comprend pas ce qu'est venu chercher son fils, ses intérêts, et le dialogue est rompu. Ce refus de voir ce qui ne va pas, c'est peut-être ce qui fait réellement basculer Zucco dans le meurtre. Refuse-t-elle de voir l'image oedipienne de son fils qui a tué le père – était-il aimé de la mère ? – et qui semble entretenir des relations très douteuses avec sa mère ? Zucco a-t-il donc comme Oedipe l'envie de punir et se détruire ?
« Le monstre » est également une explication donnée couramment face à des crimes inexplicables moralement. Or le personnage de Zucco s'en prend-il pour autant à des bonnes personnes innocentes et irréprochables ? Non (il épargne les personnages qui ne le jugent pas). le monde y est décrit comme mauvais, sale, les valeurs sont le plus souvent inversées, à l'image du policier sortant d'une maison close, qui semble mépriser la vie, aspirer à la mort, à l'image de la famille de la jeune fille, le rôle protecteur-persécuteur du frère, à l'image des héros couverts de sang, à l'image du fils qui moque sa mère… Un monde où ce sont finalement les prostituées qui paraîtraient presque comme les plus honnêtes et innocentes, qui regardent Zucco comme un enfant inoffensif. Zucco est d'ailleurs à rapprocher de la jeune fille innocente qui sera vendue à la maquerelle par son frère, au prétexte qu'elle aurait été salie. La famille qui ne comprend pas, l'alcool, les disputes, le rôle social attendu et écrasant l'innocence, encore plus choquant que l'acte de détournement de la jeune fille par Zucco. Elle devient le miroir de Zucco, figure comme lui de révolte contre la famille, et pourtant va le perdre en donnant son nom.
Koltès lance différentes interprétations sans jamais trancher, sans jamais refermer son personnage, qui jusqu'à la fin de la pièce, sera hors d'atteinte bien que terriblement proche de tous les maux qu'on lui prête, paradoxe qui culmine dans la dernière scène où Zucco est surélevé, brillant face au soleil, intouchable et proche de la chute.
Si Zucco est sensible et ne tue pas les gens perdus et fragiles, c'est bien un personnage de sang, comme Hamlet. N'est-il pas en cela un héros, comme il le dit lui-même, un héros ayant toujours du sang sur les mains ? Il existe par ses actes et paroles. Il se recrée lui-même, ayant rompu avec la société qui lui avait imposé un rôle. le tueur aurait-il comme objectif de réécrire, de désécrire, de déformer la réalité qui est la sienne ?
Malgré la gravité des faits, le caractère de comédie semble l'emporter sur le tragique. Les dialogues font toujours surgir le quotidien, absurde rencontre entre le trivial et ce qui est peut-être le plus fort de l'intime, ces sentiments qui font naître la colère, l'amour, la folie et les actes les plus puissants et graves que sont le meurtre. le spectateur ne peut qu'être mis à distance (à la manière de Brecht) et suspendre ses émotions premières, peur, antipathie, contre le meurtrier. Toutefois, le but n'est pas d'en arriver à un jugement froid des actes de Zucco (rien, pas même le meurtre du mauvais flic est excusable). Au détour de ces dialogues anodins, de ces mensonges, et même derrière ceux-ci, surgit un sens fort, une charge émotionnelle, une charge d'intensité de vie.
Lien : https://leluronum.art.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          34
Marti94
  06 avril 2019
Souvent les novateurs dérangent parce qu'ils cassent les codes classiques auxquels on est habitué. C'est le cas de Bernard-Marie Koltès au théâtre notamment lorsque son nom est associé à celui de Patrice Chéreau.
Ils ne sont plus là ni l'un ni l'autre mais des pièces comme "Roberto Zucco" continuent à être montées et c'est bien. C'est dans une mise en scène de Rose Noël que je l'ai vu récemment au théâtre de l'épée de bois à la Cartoucherie de Vincennes.
Achevée en 1989, c'est la dernière pièce écrite par Bernard-Marie Koltès. Elle raconte la vie d'un tueur en série italien qui s'est échappé de prison, inspirée par la biographie réelle de Roberto Succo qui a sévit dans les années 80.
Assassin de son père, il retourne chez sa mère qu'il tue également. En cavale, il rencontre une adolescente qu'il va violée. Pourtant, elle tombera amoureuse de ce démon fascinant pour échapper au carcan familial. On se doute que, pris dans la spirale infernale de la violence, ça va mal finir. Mais Koltès sait se placer avec humanité et sans compassion du côté des marginaux et des fous. Parce que même les monstres comme Roberto Zucco peuvent se vouloir ange.
C'est donc une pièce terrifiante qui fait partie des classiques du genre.
Lu en avril 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
frandj
  01 octobre 2015
J'avais entendu parler de cette pièce sulfureuse qui avait fait grand bruit, au moment de sa création. Quoique je ne sois pas féru de théâtre, j'avais eu vaguement envie de la voir, mais je ne l'avais pas fait. Je viens enfin de la lire.
En fait, Roberto Succo (et non Zucco) n'est pas une invention de Koltès. Entre 1981 et 1988, ce tueur en série a réellement sévi en Italie, en France et en Suisse. Les premières personnes qu'il a tuées sont ses parents: déclaré « schizophrène », il fut interné en hôpital psychiatrique dont il s'enfuit en 1986. Il a ensuite commis de nombreux vols, viols et meurtres, avant d'être arrêté. Il s'est finalement suicidé en prison.
Il fallait avoir de l'audace pour choisir un tel homme comme "héros" d'une pièce. Le parcours que Koltès décrit est presque conforme aux faits réels. Indiscutablement l'homme est fou, d'une certaine manière, et en même temps il a des côtés attachants. Il commet ses crimes comme à l'improviste, incité par une obscure pulsion: le lecteur, quoique prévenu, se trouve surpris. A part ses actes répréhensibles, il nous apparait compliqué et obstiné certes, mais presque comme sympathique. Une scène tragi-comique le montre prenant en otage, au hasard, un jeune garçon (qu'il tuera) et sa mère; les témoins du drame se comportent involontairement de manière très comique. A noter aussi un personnage secondaire important, qu'on appelle la Gamine, violée par Zucco (auquel elle restera attachée). Comme il se doit, la pièce se termine par la mort du "héros".
Il est clair que la création du personnage de Zucco est une réussite. Mais, décidément, je crois que je n'apprécierai jamais le théâtre à sa juste valeur. Dans cette pièce pourtant courte, de longs passages m'ont semblé verbeux. En outre, je n'arrive pas à admettre certaines conventions usuelles, propres au théâtre. J'aurais sûrement bien mieux apprécié de lire un roman sur ce même sujet et avec le même personnage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
loveandsomeverses
  12 août 2011
Ce livre m'a totalement fait adoré le théâtre. C'est une pure merveille. Bernard Marie Koltès s'est inspiré d'une histoire vraie et nous raconte le parcours impressionnant de Roberto Zucco qui tue son père, sa mère, un inspecteur, dépucelle une gamine (qui va tombé amoureuse de lui) et tue un petit garçon. A chaque fois qu'il se retrouve en prison, il en ressort, on ne sait jamais comment. On assiste à l'évasion de Zucco, jusqu'à sa destination finale à travers des mots poignants et frappants, un livre que je ne suis pas prête d'oublier.
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
loveandsomeversesloveandsomeverses   12 août 2011
La Gamine. - Je t'ai cherché, Roberto, je t'ai cherché, je t'ai trahit, j'ai pleuré, pleuré, au point que je suis devenueune toute petite île au milieu de la mer et que les dernières vagues sont en train de me noyer. J'ai souffert, tellement, que ma souffrance pourrait remplir les gouffres de la terre et déborder des volcans. Je veux rester avec toi, Roberto; je veux surveiller chaque battement de ton coeur, chaque souffle de ta poitrine; l'oreille collée contre toi j'entendrai le bruit des rouages de ton corps, je surveillerai ton corps comme un mécanicien surveille sa machine. Je garderai tous tes secrets, je serai ta valise à secrets; je serai le sac où tu rangeras tes mystères. Je veillerai sur tes armes, je les protégerai de la rouille. Tu seras aussi mon agent et mon secret à moi, dans tes voyages, je serai ton bagage, ton porteur et ton amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
sparklywavesparklywave   16 mai 2013
Il t'est arrivé une petite histoire de gamine, tu as rencontré un garçon, il a été idiot comme tous les garçons, il a été maladroit, il t'a brusquée ? Je connais cela, mon pinson, j'ai été une gamine, j'ai été à des fêtes où les garçons sont des imbéciles. Même si tu t'es fait embrasser, qu'est-ce que cela peut faire ? Tu te feras encore mille fois embrasser par des imbéciles, que tu en aies envie ou pas ; et tu te feras mettre la main aux fesses, ma pauvre, que tu le veuilles ou non. Parce que les garçons sont des imbéciles et tout ce qu'ils savent faire, c'est de mettre la main aux fesses des gamines. Ils adorent cela. Je ne sais pas quel plaisir ils y trouvent ; je crois bien, d'ailleurs, qu'ils n'y trouvent aucun plaisir. C'est dans leur tradition. Ils n'y peuvent rien. Ils sont fabriqués avec de l’imbécillité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
loveandsomeversesloveandsomeverses   12 août 2011
La gamine rejoint Zucco caché sous la table.

La Gamine. - Toi, mon vieux, tu m'as pris mon pucelage, tu vas le garder. Maintenant il n'y aura personne d'autre qui pourra me le prendre. Tu l'as jusqu'à la fin de tes jours, tu l'auras même quand tu m'auras oublié ou que tu seras mort. Tu es marqué par moi comme par une cicatrice après une bagarre. Moi, je ne risque pas d'oublier, puisque je n'en ai pas d'autre à donner à personne; c'est fini, c'est fait, jusqu'à la fin de ma vie. C'est donné et c'est toi qui l'a.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Charybde2Charybde2   28 août 2019
LA MÈRE. – Je te donne de l’argent. C’est de l’argent que tu veux. Tu t’achèteras tous les habits que tu veux.
ZUCCO. – Je ne veux pas d’argent. C’est mon treillis que je veux.
LA MÈRE. – Je ne veux pas, je ne veux pas. Je vais appeler les voisins.
ZUCCO. – Je veux mon treillis.
LA MÈRE. – Ne crie pas, Roberto, ne crie pas, tu me fais peur ; ne crie pas, tu vas réveiller les voisins. Je ne peux pas te le donner, c’est impossible : il est sale, il est dégueulasse, tu ne peux pas le porter comme cela. Laisse-moi le temps de le laver, de le faire sécher, de le repasser.
ZUCCO. – Je le laverai moi-même. J’irai à la laverie automatique.
LA MÈRE. – Tu dérailles, mon pauvre vieux. Tu es complètement dingue.
ZUCCO. – C’est l’endroit du monde que je préfère. C’est calme, c’est tranquille, et il y a des femmes.
LA MÈRE. – Je m’en fous. Je ne veux pas te le donner. Ne m’approche pas, Roberto. je porte encore le deuil de ton père, est-ce que tu vas me tuer à mon tour ?
ZUCCO. – N’aie pas peur de moi, maman. J’ai toujours été doux et gentil avec toi. Pourquoi aurais-tu peur de moi ? Pourquoi est-ce que tu ne me donnerais pas mon treillis ? J’en ai besoin, maman, j’en ai besoin.
LA MÈRE. – Ne sois pas gentil avec moi, Roberto. Comment veux-tu que j’oublie que tu as tué ton père, que tu l’as jeté par la fenêtre, comme on jette une cigarette ? Et maintenant, tu es gentil avec moi. Je ne veux pas oublier que tu as tué ton père, et ta douceur me ferait tout oublier, Roberto.
ZUCCO. – Oublie, maman. Donne-moi mon treillis, ma chemise kaki et mon pantalon de combat ; même sales, même froissés, donne-les moi. Et puis je partirai, je te le jure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yaelleangelyaelleangel   26 septembre 2014
Je crois qu'il n'y a pas de mots, il n'y a rien à dire. Il faut arrêter d'enseigner les mots. Il faut fermer les écoles et agrandir les cimetières. De toutes façons, un an, cent ans, c'est pareil ; tôt ou tard, on doit tous mourir, tous. Et ça, ça fait chanter les oiseaux, ça fait rire les oiseaux.
Commenter  J’apprécie          100

Video de Bernard-Marie Koltès (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard-Marie Koltès
Extraits DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON (Théâtre 2010)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
521 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre