AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Roberto Zucco (suivi de) Tabataba - Coco (15)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Charybde2
  28 août 2019
La dernière pièce écrite par Koltès, et l'approche tangentielle du meurtrier en série et de sa folie. Vertigineux.

Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2019/08/28/note-de-lecture-roberto-zucco-bernard-marie-koltes/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          30
catchopedro
  16 août 2019
Bernard-Marie Koltès écrit en 1988 cette pièce sur Roberto Succo, un tueur en série qui à 15 ans a tué son père et sa mère. Il a été interné. Mais il était tellement normal qu'on l'a relâché, il a même fait des études à l'université. A 26 ans, il a tué 6 personnes, dans l'espace d'un mois, puis deux mois de cavale. Il finit en se suicidant dans l'hôpital psychiatrique, de la même manière qu'il avait tué son père.
Koltès a vu son arrestation à la télé, il était au milieu des gardiens et un journaliste lui a posé une question idiote. Il a répondu : "Quand je pense que je pourrais prendre cinq gardiens dans la main et les écraser. Je ne le fais pas, uniquement parce que mon seul rêve, c'est la liberté de courir dans la rue". Il a trouvé cette phrase sublime.Et , une demi-heure après il avait échappé aux mains de ses gardiens. Sur le toit de la prison, il se déshabillait et il insultait le monde entier. Koltès a trouvé ce personnage mythique, pendant sa cavale , son portrait était placardé partout, Koltès le trouvait très beau.
Dans sa pièce, Koltès prend ses distances avec le fait-divers: il fait exister Zucco grâce à ses rencontres, d'abord avec la gamine, un couple formé au hasard et aussitôt défait. Deux courses , deux évasions , comme des tentatives d'échapper à sa famille. le monde décrit est comme un labyrinthe dont on n'arrive pas à s'échapper. Ensuite la rencontre avec la Dame élégante dont Roberto Zucco tue le fils sur un malentendu. Et ce meurtre-là fait basculer dans une autre réalité où chacun, confronté à ce qu'il fait, dit ce qu'il pense, aux yeux du monde. Zucco devient l'ennemi public numéro 1 et finit dans la mort.
Dans la mise en scène de Richard Brunel au TNT en Janvier 2016, Pio Marmaï excelle tout en tant tension, violence et séduction.
Lien : https://deslivresetvous81.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marti94
  06 avril 2019
Souvent les novateurs dérangent parce qu'ils cassent les codes classiques auxquels on est habitué. C'est le cas de Bernard-Marie Koltès au théâtre notamment lorsque son nom est associé à celui de Patrice Chéreau.
Ils ne sont plus là ni l'un ni l'autre mais des pièces comme "Roberto Zucco" continuent à être montées et c'est bien. C'est dans une mise en scène de Rose Noël que je l'ai vu récemment au théâtre de l'épée de bois à la Cartoucherie de Vincennes.
Achevée en 1989, c'est la dernière pièce écrite par Bernard-Marie Koltès. Elle raconte la vie d'un tueur en série italien qui s'est échappé de prison, inspirée par la biographie réelle de Roberto Succo qui a sévit dans les années 80.
Assassin de son père, il retourne chez sa mère qu'il tue également. En cavale, il rencontre une adolescente qu'il va violée. Pourtant, elle tombera amoureuse de ce démon fascinant pour échapper au carcan familial. On se doute que, pris dans la spirale infernale de la violence, ça va mal finir. Mais Koltès sait se placer avec humanité et sans compassion du côté des marginaux et des fous. Parce que même les monstres comme Roberto Zucco peuvent se vouloir ange.
C'est donc une pièce terrifiante qui fait partie des classiques du genre.

Lu en avril 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Warrenbismuth
  30 août 2018
Dernière pièce de théâtre achevée par KOLTÈS en 1988 avant son décès du sida un an plus tard, ce « Roberto Zucco » est bien sûr, vous l'aurez sans doute deviné, une biographie du tueur délirant des 80's Roberto SUCCO.

S'attachant aux dernières heures du meurtrier avant son suicide, cette pièce stylisée fait intervenir pas mal de témoins, des proches aux quidams en passant par les gardiens de prison entre autres, une vingtaine de personnes se succédant ou dialoguant. le ton est brut et poétique à la fois, les situations parfois choquantes (la pièce a fait scandale à sa sortie), une biographie stylisée et sans concession, à l'écriture soigneuse, pointilleuse et exigeante. Oui ce Zucco est fou à lier : assassin de ses parents, d'un flic, interné en hôpital psychiatrique puis évadé, repris et incarcéré, la pièce commence alors qu'il est juché sur le toit de sa prison, c'est le dernier baroud d'honneur de l'italien. On va rapidement en savoir plus sur son parcours par ses proches, par celles et ceux qui l'ont côtoyé d'une manière ou d'une autre, mais aussi par ses propres rencontres avec l'un ou l'autre des protagonistes, assister même au meurtre de sa mère, protectrice et dépassée.

Dans cette pièce, KOLTÈS s'est inspiré du théâtre classique, même si l'on peut çà et là ressentir les influences du théâtre contemporain. Support ambitieux que celui de présenter une biographie par le truchement du théâtre où l'on peut imposer librement un ton, un rythme différents, en version brut de décoffrage, faire parler l'imaginaire sans suivre de fil, moins de deux heures pour résumer une vie qui se clôture en forme de naufrage, une manière bien singulière de redécouvrir ce Roberto complètement azimuté qui a fasciné l'opinion publique à la fin des années 80 (et fait s'interroger pas mal de professionnels de la psychiatrie).

La pièce fut écrite la même année que la mort de SUCCO (1988), donc en quelque sorte le nez dans le guidon. Dans ce livre, des bonus permettent de jouer les prolongations en compagnie de l'auteur : « Tabataba », un dialogue tendu entre une soeur et son frère cadet sur fond de Harley Davidson, « Coco », une esquisse de pièce de théâtre avec Coco CHANEL comme personnage central (que visiblement KOLTÈS ne portait pas dans son coeur), le recueil se terminant par « Un hangar, à l'ouest », interview où KOLTÈS parle de son travail (notamment pour les pièces « Quai ouest » et « Combat de nègres et de chiens »), son approche, sa perception du théâtre, etc. le tout est sorti en 2001 aux Éditions de Minuit, alors que la pièce « Roberto Zucco » fut montée en 1990 à Berlin.
https://deslivresrances.blogspot.fr/
Lien : https://deslivresrances.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Joad
  12 mars 2018
Du haut de son toit, Roberto maîtrise son art, celui de la flexion.
La réflexion est celle de Koltès: un mot échappe à Jung au sujet de l'atemporalité de la folie et du culte de Mithra et il n'en faut pas plus à l'auteur pour, à partir d'une citation initiale, tracer le destin de Zucco.
Quel est ce destin? Celui d'un personnage de Sade trop cuit à cause du soleil, d'une chanson vénéneuse mais heureuse de Bashung, d'une élégante déroute pasolinienne au milieu des champs de sueur.
Il peut sauter à l'élastique, se rater, recommencer en toute liberté et rire de ses éclats.
Il peut devenir céleste et contagieux car il est l'opium.
Il est attendu Zucco.

Commenter  J’apprécie          20
michfred
  24 janvier 2018
C'est toujours déroutant de lire une pièce de théâtre.

Plus encore quand les personnages et les faits ne semblent obéir à aucune logique. A aucune rationalité. Ils se contentent d'être là, sur scène, et de se succéder dans la seule évidence de leur présence et de la chronologie.

Mais la pièce, à une lettre près, porte le nom d'un serial killer célèbre, Roberto Succo, dont le personnage - dans la pièce, Roberto Zucco- , reproduit fidèlement la trajectoire criminelle: il ne s'agit pas d'une fable.

Encore moins d'une tentative d'explication psychologique, d'un plaidoyer ou d'un "thriller" théâtral destiné à frapper de terreur l'imagination du spectateur.

Roberto "ne se connaît pas d'avance", comme disait Peter Handke. Ses meurtres adviennent presque sans qu'il y ait part.

Lui qui rêve d'être invisible, et refuse avec horreur d'être un héros dont les vêtements couverts de sang le rendraient par trop remarquable, revient pourtant sur ses scènes de crime, pour tuer encore, s'en prend avec la même violence aux policiers qui le poursuivent et aux enfants sans défense.

On l'aime, pourtant: la gamine qu'il a violée, la femme dont il vient de tuer l'enfant, sa mère qu'il a rendue veuve..

C'est qu'il y a, dans ce personnage aveugle à lui-même, meurtrier dans ses actes, une sorte de fraternité poétique avec le genre humain. Ses coups , étrangement, délivrent : l'une, de l'oppression familiale, l'autre, des servitudes maternelles, la troisième, du chagrin et de l'amour déçu.

Roberto Zucco est fascinant, transgressif et libératoire- et beau comme l'ange de la mort.

On pense au personnage étrange de Théorème, interprété par Terence Stamp, dans le film de Pasolini.

Dans Roberto Zucco, on est dans un univers symbolique, poétique, au-delà du bien et du mal. Quand l'existence humaine est d'une vue si courte qu'on serait bien en peine de lui donner un sens, comment en chercher un au destin? Et juger de son équité, de sa moralité ?

Tout le trouble, tout le scandale de la pièce vient de là. Et même la seule lecture -bien moins sans doute que la représentation- provoque malaise et interrogation.

A découvrir!




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
R-Lectrice
  22 juin 2017
J'ai bien aimé ces trois courtes pièces de théâtre dans leur ensemble. J'ai eu la chance d'avoir pu étudier en profondeur Roberto Zucco mais si cela n'avait pas été le cas, mon avis aurait été tout autre. En effet, je pense que je l'aurais nettement moins appréciée pour l'unique et bonne raison que je n'aurais pas compris toute sa symbolique.

Roberto Zucco est l'oeuvre testament de Bernard-Marie Koltès. Les thèmes de la liberté, de la mort et de la violence y sont abordés dans une grande mixité et avec des aspects très personnels de l'auteur.

le personnage de Zucco est très complexe et le dramaturge nous le donne à voir selon deux points de vue; l'un plus négatif que l'autre. À nous de choisir lequel adopter. L'expression "la fin justifie les moyens" est ce qui le qualifierait le mieux selon moi.

de même, la fin est très libre dans son interprétation et je l'ai trouvée particulièrement intéressante.

Ce fut une lecture très enrichissante d'un point de vue narratif qui nécessite toutefois selon moi une analyse approfondie pour en comprendre toute sa signification et sa teneur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
clement_M
  03 mai 2017
Tout d'abord, j'ai appris a posteriori que Roberto Zucco était inspiré de faits réels. L'écriture de cette pièce est bonne, les didascalies sont utiles (j'ai par contre du mal à voir comment ces différentes scènes peuvent s'enchaîner sur scène). Toutes ces scènes, qui finissent par constituer une trajectoire, sont intéressantes. Le contexte, les liens entre les personnages ne sont pas expliqués et j'ai trouvé que cela manquait peut-être un peu pour gagner en ampleur et mieux comprendre le personnage de la gamine notamment ou l'univers du Petit Chicago.

À la suite de ce texte, on trouve deux fragments : Tabataba et Coco, l'écriture est bonne mais ces textes sont beaucoup trop courts ou parcellaires pour que je sois emporté ou intéressé.
Commenter  J’apprécie          10
Chixoo
  30 juin 2016
J'ai vu la pièce... et je n'ai pas accroché. Alors j'ai lu le livre... et ça m'est passé au dessus ! Mais je sens que c'est peut-être moi le problème. Trop de choses m'échappent: le choix du sujet, le personnage, le traitement des dialogues, les personnages annexes... Probablement un thème trop intellectualisé.
Commenter  J’apprécie          21
frandj
  01 octobre 2015
J'avais entendu parler de cette pièce sulfureuse qui avait fait grand bruit, au moment de sa création. Quoique je ne sois pas féru de théâtre, j'avais eu vaguement envie de la voir, mais je ne l'avais pas fait. Je viens enfin de la lire.
En fait, Roberto Succo (et non Zucco) n'est pas une invention de Koltès. Entre 1981 et 1988, ce tueur en série a réellement sévi en Italie, en France et en Suisse. Les premières personnes qu'il a tuées sont ses parents: déclaré « schizophrène », il fut interné en hôpital psychiatrique dont il s'enfuit en 1986. Il a ensuite commis de nombreux vols, viols et meurtres, avant d'être arrêté. Il s'est finalement suicidé en prison.
Il fallait avoir de l'audace pour choisir un tel homme comme "héros" d'une pièce. Le parcours que Koltès décrit est presque conforme aux faits réels. Indiscutablement l'homme est fou, d'une certaine manière, et en même temps il a des côtés attachants. Il commet ses crimes comme à l'improviste, incité par une obscure pulsion: le lecteur, quoique prévenu, se trouve surpris. A part ses actes répréhensibles, il nous apparait compliqué et obstiné certes, mais presque comme sympathique. Une scène tragi-comique le montre prenant en otage, au hasard, un jeune garçon (qu'il tuera) et sa mère; les témoins du drame se comportent involontairement de manière très comique. A noter aussi un personnage secondaire important, qu'on appelle la Gamine, violée par Zucco (auquel elle restera attachée). Comme il se doit, la pièce se termine par la mort du "héros".
Il est clair que la création du personnage de Zucco est une réussite. Mais, décidément, je crois que je n'apprécierai jamais le théâtre à sa juste valeur. Dans cette pièce pourtant courte, de longs passages m'ont semblé verbeux. En outre, je n'arrive pas à admettre certaines conventions usuelles, propres au théâtre. J'aurais sûrement bien mieux apprécié de lire un roman sur ce même sujet et avec le même personnage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
496 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre