AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Masumi Shibata (Adaptateur)Maryse Shibata (Adaptateur)
ISBN : 287730471X
Éditeur : Editions Philippe Picquier (20/01/2000)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Le premier grand cataclysme s'abattit sur la région d'Osaka à 5 heures 11, le 30 avril.
A 8 heures 03, la chaîne de montagnes Togakure explosa. Les regards du monde entier étaient fixés sur " la mort du dragon ". Des dizaines d'avions appartenant à des télévisions de toutes les nationalités volaient au-dessus de l'archipel du Japon qui crachait du feu et des flammes. Les tremblements de terre qui secouent continuellement le Japon rappellent à tous les Japonai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
finitysend
  26 juillet 2016
Du fait du jeu des plaques tectoniques le japon va disparaître .
Au programme : raz de marées .. séismes .. volcanisme extrême .. drames individuels et familiaux ... héroïsme ... incendies .. gravats .. vues panoramiques … plongées dans les fosses océaniques ..
Du mont Fuji , aux masses d'eau noires et hostiles .
Les descriptions de désastres sont soignées et longues et on a l'impression de vivre la catastrophe en temps réel .
Le japon est un véritable personnage dans ce texte , à bien y réfléchir , il est un peu vivant , comme un Kami .
Donc à la clef de cette ballade , une vrai louche de japon , pour les amateurs c'est bien bon ….
De belles descriptions , diront certains , et envoutantes quelquefois ou bien de belles longueurs diront les autres .
Des personnages souvent sympathiques et crédibles dans l'ensemble et on acquiert donc assez vite l'impression de bien les connaître .
Il y a chez l'auteur un réel sens du spectaculaire ..
Mais il ne faut pas espérer un solide arrière-plan scientifique ( encore que ) , cependant la mayonnaise monte correctement ...
Ce livre est un déroulé , c'est un texte très descriptif et évocateur , c'est un paysage je dirais ( humain et naturel ) , la tragédie apparait comme incrustée dans ce tableau méticuleux aux détails exhaustifs . . .
Certains lui trouveront des longueurs ( pas à tort d'ailleurs ) , d'autres chausseront leurs charentaises et profiteront confortablement du caractère absolument exhaustif et systématique , de tous les aspects d'une catastrophe impitoyable , incroyable , mélancolique , tragique , aussi définitive que la mort , et aussi difficile à admettre que la faucheuse quand elle se présente à la porte ...
C'est de toutes les façons une ballade dans un japon qui est " made in Japan " avec un indéniable parfum d'authenticité .
Une leçon de morale aussi , à la japonaise , avec l'importance des choses de ce monde et le choix de sombrer avec elles ou bien celui de tourner la page .
Du droit de s'attacher aux choses , car elles ne sont pas sans valeurs et sans significations et tout de ce fait , ne tourne donc pas autour de manifestations égotiques .
C'est un bon roman de SF , très fonctionnel du point de vue romanesque , à tout point de vue .
Je ne saurais trop vous recommander de visionner le film « the sinking of Japan « de Shiro Moritani « qui m'avait littéralement hypnotisé il y a bien longtemps .
Le roman date de 1973 , avec le film , ce fut plus qu'un évènement , ce fut un raz de marée …
Un très bon moment d'imagination . Un moment dramatique , spectaculaire et confortable et une bonne lecture , authentiquement nipponne …
Sayonara .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
chocobogirl
  21 juillet 2010
le japon est un pays constamment agité de tremblements de terre et l'histoire du pays est parsemé de nombreuses catastrophes. Situé au niveau de plusieurs failles terrestres, il a du s'adapter aux caprices de l'écorce terrestre. Les constructions doivent aux normes sismiques et les enfants sont, dès leur plus jeune age, sensiblisés aux risques et à la conduite à tenir.
Aussi, la peur des catastrophes est bien ancré dans l'esprit japonais et la peur de l'engloutisssement bien réelle. La submersion du Japon dû à des cataclysmes est un thème récurent dans la culture japonaise.
Komatsu Sakyo a donc obtenu beaucoup de succès pour son roman de science-fiction "La submersion du Japon", sorti en 1973 et qui est un devenu un véritable best-seller au Japon.
Le roman met en scène un Japon, récemment perturbé par une recrudescence de tremblements de terre. Les températures sont excessivement anormales, des volcans endormis se réveillent, des failles apparaissent au niveau des batiments et les secousses se font de plus en plus violentes et destructrices. Nous allons suivre une équipe de scientifiques qui découvre que certains ilôts non ou peu habités ont littéralement disparus , et pour cause : ils ont été submergés ! Leur enquête, à base de plongée en eaux profondes et de calculs scientifiques, leur fait soupçonner une immersion totale du Japon dans un court délai.
Alors que ces derniers étudient la certitude d'une telle catastrophe, le gouvernement japonais s'organise en secret et cherche à sauver ce qui peut l'être...
Ce scénario catastrophe, digne des grands studios américains, s'appuie plutôt sur de nombreux faits scientifiques. Loin d'être une intrigue trépidante au suspens insoutenable, la narration débute par une présentation en règle des personnages principaux qu'on découvre en plein travail. Leur découverte, si elle les surprend, ne semble pas les affectuer énormément et seule le but de prouver les faits semblent primordial.
Les personnages sont assez peu décrit dans leur vie personnelle et on peine à s'attacher à eux.
Si on assiste à certaines catastrophes, la narration ne tombe pas dans du voyeurisme catastrophique et larmoyant à outrance. Au contraire, c'est surtout une sensation de froideur et de maitrise qui ressort de la lecture. Et c'est d'autant plus étonnant et frustrant lorsqu'on assiste à un évènement d'une telle ampleur.
On assistera aux tractations entre scientifiques et politiciens, à leur incrédulité puis à leurs manoeuvres secrètes avec d'autres états pour prévoir des solutions d'évacuation des habitants et du patrimoine. Les expositions d'oeuvres d'art à l'étranger se multiplieront, la politique extérieure sera fortement mis en avant, les exportations soutenues, des négociations pour obtenir des terres en Autralie et ailleurs seront tenues, ...
Bref, je dois dire que le récit se traine beaucoup en longueur et que le suspense n'est finalement pas au rendez-vous. le lecteur sera plus plongé dans des questions d'ordre intérieur qu'autre chose.
L'écriture, qu'il est difficile de juger ici à cause de la traduction, n'est pas très fluide et manque de dynamisme.
Pourtant, le roman se révèle malgré tout intéressant. A une époque de changement climatique, on peut se demander la part de véracité d'un tel ouvrage. Komatsu nous oblige à nous poser certaines questions. Que ferions-nous si demain le Japon disparait ? Ou une autre partie du monde ? Que deviendrait leurs habitants ? Quel accueil leur serait réservés par les populations locales ? Comment sauvegarder une culture identitaire si votre propore pays disparait et que les habitants soient dispersés à travers le monde ?
"En dehors de cet archipel et de sa nature, de ces montagnes, de ces rivières, de ces forêts, de ces herbes... les Japonais n'existent pas. Ils sont unis à eux. Ils ne font qu'un seul corps avec tout cela. Si cette nature délicate et les îles sont détruites et disparaissent, les Japonais n'existent plus."
Les questions sont nombreuses et il n'y a pas de réponses toutes faites.
Il faut rappeler que ce roman a été écrit en pleine époque de guerre froide et que le Japon, 3ème puissance mondiale, cherchait à revendiquer ses intérets et affirmer son statut vis à vis des autres puissances.
Finalement ce roman d'anticipation révèle plutôt bien l'esprit japonais : sa peur de l'engloutissement, l'absence de héros qui sauve le monde pour une action collective, l'absence de happy end, un esprit pragmatique et organisé,...
Si ce n'est pas un chef d'oeuvre d'écriture, si le lecteur français sera beaucoup moins passionné par cette question, "La submersion du Japon" reste malgré tout une oeuvre intéressante
Le roman a d'ailleurs connu de nombreuses adaptations dont :
- Une version manga chez Panini : La submersion du Japon.
- le film Nippon chinbotsu, réalisé par Moritani Shirô en 1973.
- le film Nihon chinbotsu, réalisé par Higuchi Shinj en 2006.

Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
QueLire
  12 août 2014
Chronique d'une catastrophe annoncée, LA SUBMERTION DU JAPON est un roman écrit par Sakyo KOMATSU en 1973. Roman pouvant paraître très « technique » tant les 100 premières pages sont truffées de termes relatifs au monde de l'étude sous-marine, il n'en est pas moins haletant.
Onodera est pilote de bathyscaphe, il travaille pour une entreprise qui étudie les fonds marins et plus particulièrement la fosse du Japon. de ses études, il en ressort qu'un grand cataclysme va se produire et entrainer la disparition du Japon. le premier tremblement de terre aura lieu le 30 avril à 5h11 et touchera la région d'Osaka, s'en suivra d'autres catastrophes (raz-de-marée, éruptions, volcaniques,…) qui sèmeront la panique au sein de la population nippone.
Ce roman, en plus de faire la part belle à la peur que peut ressentir l'être humain face aux forces de la nature qui se déchainent, met en avant une partie plus politique, où le gouvernement japonais tente de sauver son peuple et sa culture en organisant l'immigration de ses ressortissants et de ses biens culturels.
Un coup de coeur pour moi, surtout au vu du sujet très crédible en regard des événements similaires qui se sont produits à Fukushima il y a quelques années.
Roman qui m'a permis de découvrir Les Editions Picquier, spécialisées en littérature asiatique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Sharon
  12 août 2015
J'ai adoré ce roman d'anticipation, publié au début des années 1970. Pour quelles raisons ? Tout d'abord, il est très facile à lire, très accessible, même pour des personnes qui, comme moi, n'ont qu'une faible connaissance en géologie ou volcanologie. Ensuite, il nous questionne, bien au delà de ce que l'on peut regarder dans des films catastrophes à gros budget, dans lesquels la terre est détruite par des extraterrestres. La menace ne vient pas de l'extérieur, il n'y aura pas de super-héros pour sauver le monde, non. Ce n'est pas non plus « la terre qui se révolte » contre les abus qu'elle a subies, non, c'est une évolution, pas tout à fait imprévisible, mais pas vraiment attendue.
Que faire, alors ? Que faire pour sauver les cent dix millions de personne qui sont condamnées à plus ou moins brève échéance ? Où les emmener ? Comment les nourrir, leur trouver un travail ? Quel peuple, quel pays se sentirait prêt à absorber une telle quantité d'immigrants absolument pas clandestins, mais qui n'ont aucune chance de revoir un jour leur pays ? Et dans ce cas, comment répartir ces japonais – en tant compte aussi du fait des vieilles inimitiés, de la pauvreté de certains pays, des densités de population variables ? Puis, comment les évacuer, et comment l'annonce à la population ?
Autan de questions auxquelles les personnages principaux tentent de répondre, chacun à leur manière, chacun avec leur spécialité et leur sensibilité – sans oublier les moyens financiers. Il faut aussi parvenir à se faire entendre, et rien n'est simple non plus de ce point de vue, quand un scientifique, ou plusieurs, découvre quelque chose qui dépasse totalement l'entendement.
J'aimerai dire que le livre se termine sur une lueur d'espoir, ce n'est pas vraiment le cas – même si certains personnages ont eu raison de le conserver jusqu'au bout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ChtiSuisse
  18 juillet 2014
J'ai bien vu quelques films catastrophes. C'est mon premier roman catastrophe.
Il en reprend la même trame : présentation des personnages, approche du cataclysme, éventail de réactions, cataclysme.
Cependant à l'inverse d'un film, le roman permet bien plus de profondeur. Les personnages nous livrent en effet leurs doutes, leur angoissent, leur passé.
Ceci couplé à un éventail assez large de personnages : scientifiques, hommes politiques, hôtesses et tout simplement Japonais "ordinaire" permet de découvrir une multitude de réactions face à une perte incroyable.
Le roman ne parle pas que de la catastrophe, mais permet de (re)découvrir un peu quelques traits de la culture japonaise comme :
la pression de la société : passé un certain âge, il faut se marier. Et le mariage peut être arrangé
exprimer ou pas ses sentiments
sauver la face
la collusion politique / médias
la méfiance vis-à-vis de l'étranger
...
C'est un roman qui prend bien sur une autre dimension depuis le 11 mars 2011.
Coïncidence : le Premier ministre annonce la catastrophe au pays un 11 mars justement !
Ce qui transparaît en fait au travers du roman : l'amour des Japonais pour leur pays.
l'eBook
Lien : http://travels-notes.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ChtiSuisseChtiSuisse   17 juillet 2014
La faute en est à leur incrédulité. On veut d’abord être certain que cela arrivera vraiment. Si par bonheur, rien ne se passait, alors nous, nous serons crucifiés par le public. Mais si cela arrive réellement… Pendant que nous discutons entre crédules et incrédules, nous ne sommes toujours pas prêts et par la suite, une plus grande quantité d’hommes mourront.
Commenter  J’apprécie          130
finitysendfinitysend   29 juillet 2016
- Ce n’est pas grand-chose . Mais je dirais que le japon d’aujourd’hui tremble comme un tas de gelée .
Commenter  J’apprécie          330
KanelbulleKanelbulle   08 septembre 2011
L'océan Pacifique... Il était incroyable que cette mer tranquille et sombre cache en son sein une force monstrueuse, capable d'avaler en une nuit une île longue de mille cinq cent mètres. Mais dans la sombre profondeur de cette mer, "un arc de feu" de trois mille kilomètres du sud au nord, allongé comme un boa, se dissimulait, continuant de ronger furieusement la roche dure. Quelquefois, ses éclaboussures jaillissaient au-dessus de la terre et de la mer et étonnaient les regards humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
chocobogirlchocobogirl   21 juillet 2010
En dehors de cet archipel et de sa nature, de ces montagnes, de ces rivières, de ces forêts, de ces herbes... les Japonais n'existent pas. Ils sont unis à eux. Ils ne font qu'un seul corps avec tout cela. Si cette nature délicate et les îles sont détruites et disparaissent, les Japonais n'existent plus.
Commenter  J’apprécie          60
ZiaOZiaO   04 mai 2016
"Je me fous du Japon. Monsieur Yukinaga ! C'est le globe terrestre qui, pour moi, a donné naissance à tous les êtres vivants. Il n'est qu'un grain de sable dans l'Univers, mais il a engendré l'homme, enfant unique dans le système solaire. Pour moi, c'est le globe terrestre qui compte. Je me fous du Japon, cet archipel menu comme un bout de ficelle..."
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2121 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre