AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266258966
Éditeur : Pocket (19/05/2016)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.18/5 (sur 168 notes)
Résumé :
Mettre de l'ordre dans votre intérieur afin d'améliorer votre quotidien et changer littéralement votre vie : voilà de quoi il s'agit ! Vous êtes dubitatif ? Laissez-vous surprendre par la méthode de Marie Kondo qui a déjà séduit plus de 2,5 millions de lecteurs dans le monde.
Pourquoi un tel intérêt pour le rangement ? Parce que la vie commence seulement (véritablement) une fois que l'on a fait du tri. Dans cet essai pratique déjà best-seller, l'auteur nous e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (52) Voir plus Ajouter une critique
nameless
12 mars 2015
En voilà une, Marie Kondo, qui a su sauter dans le train pourtant lancé à toute vitesse du minimalisme, de la décroissance, de la simplicité volontaire, de la consommation maîtrisée, en nous offrant “La Magie du rangement” sous-titré “la vie commence après avoir fait du tri”, qui revendique sur une pastille dorée incrustée dans sa couverture 2,3 millions d'exemplaires vendus (+ 1, le mien).

Si l'intention peut intéresser de plus en plus de lecteurs conscients que consommation insatiable ne rime pas nécessairement avec bonheur, la méthode qu'emploie cette jeune femme japonaise me laisse perplexe. Son but avoué, et râbaché à longueur de pages comme l'aurait fait Emile Coué, c'est de jeter tout ce qui est inutile dans nos appartements et maisons. Sauf que Marie Kondo se montre extrémiste dans sa démarche, et se comporte en éboueur. Ce qui m'a gênée, c'est que son unité de compte est le sac poubelle de 45 litres, et qu'elle établit un palmarès de ceux qui en ont le plus remplis : tel client a réalisé 100 sacs poubelles, tel autre 200 de tout ce qu'il désirait jeter. Dans ces sacs, l'on trouve indistinctement des vêtements neufs desquels les étiquettes n'ont pas encore été ôtées, des livres qu'on n'a pas lus, des garanties d'articles achetés et des bulletins de salaire, des stocks alimentaires qu'elle juge superflus. Nulle trace de recyclage, aucune évocation d'associations caritatives, aucune intention de faire des dons. Pour Marie Kondo, exit tout ce qui ne correspond pas à son modèle de rangement radical. Son analyse s'arrête au nombre de sacs poubelles.

Les vêtements, les livres, les papiers personnels ou administratifs sont ses secteurs de prédilection. En lisant cet ouvrage qui ressemble à un bon coup éditorial, je me disais comme ça dans ma Ford intérieure, que Marie Kondo n'a pas de compagnon ou mari qui s'adonne au bricolage en transformant le garage de la maison conjugale en annexe de Castorama, ni d'enfants qui mettent à sac leur chambre avec une créativité illimitée, ni d'animaux indomptables qui acceptent mal d'être remisés sur une étagère en étant priés de ne pas perdre leurs poils n'importe où. Un livre qui s'adresse surtout à des célibataires donc, qui en rentrant du boulot le soir disent “bonsoir” à leur logement, retirent leurs chaussures et rangent leur porte-monnaie en les remerciant pour le travail accompli dans la journée, avant de se préparer du thé, d'écouter de la musique, en vidant leur sac à mains (tous les jours). Un monde aseptisé.

Cette méthode vendue comme infaillible, avec un bagout de bonimenteuse et illustrée d'invérifiables témoignages de gratitude de ses clients, ne m'a pas convaincue. Je préfère et de loin, Dominique Loreau et son approche plus pragmatique et nuancée du désencombrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          556
QueLire
03 août 2016
Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler du phénomène sans précédant qui relègue la ménagère d'antan au placard : la méthode KonMary que vous pouvez découvrir grâce à son livre qui s'est vendu (et se vend toujours) à plus de 2.4 millions d'exemplaires.
Grâce aux éditions Audiolib, j'ai eu accès à « La magie du rangement » de Marie Kondo en livre audio. Ce qui est bien pratique parce que pour ranger, pas de secret, il faut se bouger.
Si vous ne l'avez pas remarqué, la tendance actuelle dans les méthodes de développement personnel liées à l'organisation est au minimalisme. Dans cet article, je vais donc vous parler de comment « La magie du rangement » a :
•changé ma vision des choses sur les objets
•eu une influence sur ma façon de gérer le quotidien
•donné l'envie au reste des membres de la famille de prendre part au désencombrement
•rendu ma maison plus agréable
•...
Qu'est-ce que le minimalisme ?
Le minimalisme est un art de vivre qui vous fera prendre conscience que l'accumulation d'objets dans votre quotidien vous est néfaste. Plus vous possèderez de choses, plus le bazar risque de régner chez vous. Partons du principe que le désordre rend anxieux. le minimalisme, l'art d'apaiser sa vie en désencombrant son habitation de tout ce qui n'est pas utile, nécessaire et apprécié est la première étape pour un mode de vie plus zen.
Après avoir écouté le livre audio « La magie du rangement », j'ai regardé plusieurs vidéos parlant de la méthode Konmary et au fil des vidéos et des articles, j'ai commencé à voir que le minimalisme rencontrait un réel engouement auprès de personnes pourtant très différentes.
•En première ligne parmi les accros au less is more (traduisez par moins c'est mieux), les gens qui privilégient un retour aux valeurs anciennes et qui rejettent, du moins en partie, la société de consommation. Dans cette catégorie, de nombreux « radicaux », dont je vous rassure tout de suite, je ne fais pas partie.
•Ensuite, viennent les personnes qui ont envie de gaspiller moins, en accumulant des choses, ils oublient ce qu'ils possèdent et se retrouvent avec des armoires qui débordent d'objets ou même de nourriture qu'ils n'utiliseront pas. Je me retrouve très bien dans ce cas !
•Et pour terminer, viennent ceux qui ont une vie très remplie et pour qui l'ordre et le minimalisme leur permettent de gagner du temps. Ces personnes cherchent surtout une méthode d'organisation pour se libérer plus de temps libre en diminuant le temps de gestion de leur habitation
En quoi « La magie du rangement » a-t-elle influencé mon regard sur les objets ?
Marie Kondo, l'auteure de « La magie du rangement », nous apprend à poser un regard sur ce qui nous entoure en nous posant une question essentielle.
Cet objet me rend-il heureux ?
Alors, oui, si dans la forme, ça peut paraître un peu bêta, dans le fond, c'est une bonne base pour commencer à trier ou à réorganiser un coin de votre maison qui ne correspond pas à la fonction que vous aviez envisagée pour lui. Un endroit qui quand vous passez devant, vous donne envie de faire demi-tour. Par exemple, ça peut-être un placard qui déborde de choses et que vous refermez pour ne plus les voir. Ne serait-il pas mieux de s'y mettre ?
Je tiens à préciser que je n'ai pas suivi la méthode à la lettre, car si elle est pratique pour les surfaces réduites (un studio par exemple) qui peuvent se ranger en une seule journée, elle ne convient pas à mon habitation sur 3 étages et pour une famille de 5 personnes, dont 3 jeunes enfants.
J'y vais donc à mon rythme, en procédant pièce par pièce, voire, armoire par armoire.
Un conseil bon ivre venant de la magicienne du rangement, c'est toujours trier et jeter quand vous êtes seul ! Et là, j'avoue qu'elle a raison. Vous risquez fort de passer plus de temps à parlementer avec votre famille pour vous débarrasser d'un objet qu'à désencombrer. le résultat sera moins efficace.
Alors, je m'y suis prise (et je m'y prends toujours) de la façon suivante. Je me sépare de l'objet si :
•Il est cassé, taché, abimé
•Il n'est d'aucune utilité dans notre vie
•Il n'a jamais été utilisé et prend la poussière depuis son achat ou sa réception
•Il fait partie de choses dont on possède de multiples exemplaires
•Il ne sera jamais plus utilisé
•Il m'encombre et ne me procure aucun plaisir
Par où commencer ?
Marie Kondo vous explique qu'il faut procéder par catégorie d'objet. de rassembler tous les objets d'une même catégorie et de les disposer au centre d'une pièce afin de procéder au tri. Voici quelques exemples où je vais vous expliquer comment j'ai réellement agi chez moi
Les denrées alimentaires :
Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai toujours peur de manquer de quelque chose et surtout je suis très mal organisée lorsque je vais faire mes courses. J'ai donc tendance à ne pas réellement savoir ce que j'ai dans mes placards et me retrouve avec des armoires pleines tout en ayant l'impression que je n'ai pas de quoi faire un bon repas. de mon cas Marie Kondo dit : " Pour les personnes qui constituent des stocks,je pense qu'aucune quantité minimale ne peut les rassurer". J'ai donc pris l'habitude de faire une liste après avoir vérifié si je n'ai pas déjà un article dans mon réfrigérateur et surtout en pensant à mes recettes. En allant faire mes courses, 2 à 3 fois par semaine, je réduis le gaspillage alimentaire et donc fais des économies. Je ne suis pas encore 100 % au top, il m'arrive de m'arrêter au magasin pour 3 packs d'eau et d'en ressortir avec un sac de marchandises en plus. Eh oui, le fameux syndrome du « on en a presque plus » me touche encore régulièrement.
Bref dans la cuisine, j'ai procédé comme ceci :
Les aliments :
J'ai commencé par le réfrigérateur. Bye bye tous le spots de sauce, je n'ai gardé que Ketchup, mayo et moutarde, au revoir à tout ce qui était dans le congélateur depuis un certain temps et que je ne mangerai pas. La gestion de l'armoire à épices a été assez difficile, car on mange beaucoup d'épices et d'herbes aromatiques.. Par contre avais-je réellement besoin de 3 pots de thym, 2 pots de paprika, idem pour la cannelle, 6 sortes de gros sel et des sachets d'épices étranges provenant de mes voyages et qui nous ont semblé pas terribles une fois testés. Clairement, j'avais des épices pour les dix prochaines années, j'ai donc tout jeté pour ne garder qu'un seul pot par épice. J'ai gagné une étagère entière en faisant cela ! Idem pour la farine, le sucre, tout le nécessaire à pâtisserie... je n'ai gardé que l'essentiel et ça me suffit !
La vaisselle :
J'ai fait partir tout ce qui était ébréché, inutilisé depuis longtemps parfois depuis toujours. Ce fût le cas pour les verres à thé (on n'en boit pas), les vieilles tasses et verres qui prenaient la poussière depuis que j'avais acheté une vaisselle toute blanche, les boîtes en plastiques sans couvercles ou les couvercles sans boîtes, je n'ai gardé que les quelques modèles en verre que j'avais et les boîtes en plastique pouvant servir pour le goûter des enfants. Adieux donc, bac de glace, boîtes abimées par le lave-vaisselle, etc., etc. J'ai procédé de la même façon pour tout ce qui était assiettes et autres ustensiles, adieu les petites assiettes à fondues sur lesquelles on pestait sans cesse, l'ouvre bocal à élastique, l'ustensile à façonner des raviolis, le presse-purée rouillé, les baguettes chinoises du resto (je n'ai gardé que les belles pour un diner de 6 personnes), les pics à fondue qui dataient de l'ancien appareil à qui on a dit au revoir aussi d'ailleurs, la poêle en téflon qui me rendait dingue car les aliments accrochaient, le chauffe-biberon... la liste est encore longue
Les vêtements :
Pour les vêtements, j'ai moins de scrupule, car je fais régulièrement des tris et dépose les pièces dont je me sépare dans les containers gérés par les ONG. J'ai jeté tout ce qui était taché, abimé, usé.
Pour les filles, j'ai jeté tous les collants troués (les fameux trucs « pour jouer »), les culottes aux élastiques qui font la gueule, les chaussettes solitaires, les pulls qui grattent et qui nous valaient de grosses prises de tête le matin avant l'école, les chaussures de cet hiver usées et qui ne seront plus à la bonne taille dans 6 mois, les trucs trop petits ou que je trouve moches.
Pour mon mari, bye bye les t-shirts devenus trop petits, les caleçons vieillis, les chemises qui ne sont plus à la mode, les trucs trop troués et que Mr voulait que je recouse (non, mais chéri, tu me connais pourtant ! Pourquoi perds-tu ton temps à me demander quand je vais recoudre ton jeans qui date d'avant notre rencontre, il y a 15 ans ?). Dans mon dressing, j'ai fait la chasse au démodé, aux pièces conservées « en cas de travaux sales », j'ai gardé une tenue de travail ça suffit, aux pièces qui attendaient de moi que je perde 5 kilos, à celles qui voulaient que je fasse un 4e enfant (je passe mon tour), aux chaussures sur lesquelles j'avais craqué et qui m'ont toujours fait mal aux pieds, à la lingerie qui parle d'elle même (chéri pas ce soir), aux sacs trop vieux...
C'est dans cette partie du livre de Marie Kondo que vous trouverez les astuces pour vous mettre au pliage vertical. Je ne le pratique pas, car ce qui s'applique dans un magasin ou dans le dressing d'un adulte célibataire ne convient pas forcément à notre style de vie familiale. Les filles sont encore trop petites pour faire attention à ne pas tout faire tomber...
Les jouets:
LOADING.... 7 % (impossible à faire quand les filles sont à la maison)
Les livres :
Je vous vois déjà vous dire, mais non une blogueuse littéraire ne se sépare pas de ses livres. Et bien si ! Et avec plaisir en plus. Je garde les classiques et ceux que je sais que je relirai un jour (Harry Potter, le trône de fer, le clan des Otori, les oiseaux se cachent pour mourir [on ne rit pas... il y a pire], le Nord et le Sud [celui-là, je ne peux pas me résoudre à m'en séparer]), certains prix littéraires.
Le reste des livres est évacué de la sorte :
Les nouveautés que je reçois sont données à la bibliothèque où je suis bénévole, les livres enfants après avoir fait quelques semaines à la maison sont donnés aux écoles du coin en fonction de l'âge des élèves. le reste part dans les 2 boîtes à livres du coin. Certains trop vieux et très jaunis partent à la déchetterie. Une bibliothécaire m'a dit un jour, le livre que tu ne prendrais pas dans ton lit, ne le laisse pas dans les collections ! J'applique ce principe aux boîtes à livres aussi. Si on veut qu'elles plaisent, il faut que les livres soient corrects.

Et maintenant ?
Il me reste encore pas mal de boulot. La cave, une pièce « débarra » (qui je l'espère deviendra bon débarra), le garage. J'ai certaines grosses pièces à vendre (une voiture, une moto [non chéri tu ne la garderas pas, ELLE NE ROULE PLUS !], un relax bébé, un vélo d'appartement...) Et puis surtout, il faut éviter de replonger. Pour sa Marie Kondo nous dit bien que l'important c'est de savoir dire NON ! Non merci, mais je ne suis pas intéressée par l'encyclopédie Universalis pour ma fille de 6 ans, oui oui je suis certaine même s'il y a de belles photos. Non mamy, ton service en cristal du Val St-Lambert ne sera pas du plus bel effet dans ma vitrine, d'ailleurs, je n'ai pas de vitrine... Dire non, c'est tout un art de vivre et ça fait un bien fou ! Alors, à ceux qui me disent, mais comment tu jettes ? Je dis que ce qui ne me convient plus d'un point de vue qualitatif, je ne le propose pas aux autres.
J'ai encore beaucoup de choses à faire, mais cette méthode m'a permis de mettre le pied dans l'engrenage et surtout m'a donné l'envie de continuer dans cette voie. Si je ne suis pas allée jusqu'à communier avec mes objets pour savoir si je ressentais le plaisir qu'ils me procuraient (le côté psychologique émotionnel du roman), j'ai tout de même une meilleure approche qu'avant.
Si je trouve Marie Kondo un peu trop extrémiste à mon goût, sa méthode a eu au moins l'effet déclencheur escompté.

Merci à Audiolib pour cette découverte ! C'est une méthode de développement personnel qui donne de vrais résultat ! Mon mari vous remercie :)

Lien : http://que-lire.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
claireo
12 janvier 2017
Une fois refermé, je m'interroge sur l'utilité de publier ce livre.
Il est vrai que la méthode est radicale, on jette énormément avec elle, mais sans aucune référence à un quelconque recyclage.
Quelques conseils sur le rangement sont bienvenus, j'en ai même trouvé certains intéressants au point de les appliquer, mais ils pourraient tout à fait être résumés dans un court article. On a là beaucoup, beaucoup de répétitions, ce qui ne rend pas la lecture agréable.
Commenter  J’apprécie          352
chloezygomatics
14 août 2015
Je reste un peu sur ma faim en refermant ce livre. Peut-être que mes attentes étaient trop élevées? Je m'attendais vraiment à des conseils *MAGIQUES* et j'avoue que je suis un peu déçue...
La 4e de couverture m'a refroidie dès le début: "Le livre qui changera votre vie de manière spectaculaire". Malheureusement, ce livre n'a pas changé ma vie…
J'ai eu l'impression que Marie Kondo s'adressait plutôt à ceux qui n'ont jamais fait de tri de leur vie dans leur maison. Etant maniaque (mais je me soigne),il y a peu de conseils que je n'appliquais pas déjà avant de lire ce bouquin.
Il y a quelques chapitres intéressants, notamment celui où elle parle de notre attachement à nos souvenirs, même si je n'adhère pas à cette vision de balancer presque tout notre passé à la poubelle (je ferai comment sans mes souvenirs si je suis atteinte d'Alzheimer un jour?).
Il y a des conseils à garder comme ranger verticalement, jeter tout ce qui ne nous met pas en joie, trier par catégories, mais je trouve que ce livre manque cruellement de plusieurs choses:
- des illustrations concernant les méthodes de pliage (moi la théorie, ça ne me parle pas)
- une check-list à photocopier pour se rappeler par quoi commencer
- un chapitre sur le nettoyage (c'est bien beau de ranger sans nettoyer!)
- des photos avant-après (oui, je veux des preuves)
- un chapitre sur le recyclage, les différentes oeuvres caritatives…
Finalement, je suis contente de ne pas l'avoir acheté et de l'avoir loué à la biblio!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Farandar
06 septembre 2016
Marie Kondo est folle. Pas simplement japonaise comme s'amuseraient à dire certains, sa nationalité expliquant un mode de pensée exotique au notre, composé de shintoïsme animiste, d'une rigueur traditionnaliste et d'un extremisme dans une activité (le rangement) plus communément vu chez certains otakus s'adonnant au cosplay ou aux jeux vidéos (des activités hautement recommandables).
Non. Marie Kondo est folle. Une folie qui lui a permis de vendre plusieurs millions d'exemplaires de cet ouvrage, d'en écrire un autre qui va probablement suivre le même chemin, et de fonder une société très florissante d'aide au rangement au Japon.
N'empêche : elle est folle. Ou terriblement bête. Sa méthode de rangement est tout à fait censée : ne garder que les objets qui vous apportent de la joie, malgré la formulation "new age", est très raisonnable. Un intérieur qui ne comporte que des choses qui vous feront plaisir à leur simple vue, devrait faciliter votre vie et réduire votre stress, en effet.
Rassembler tous les objets d'une même catégorie (tous les vêtements, par exemple), en un seul immense tas à trier en une fois sur le principe "m'apporte-t-il de la joie ?" fonctionne, à n'en pas douter. Ranger ces mêmes objets d'une même catégorie à un endroit unique, organisé avec soin et simplicité, vous facilitera la vie dans l'usage et le rangement de ces objets, facilitant un environnement clair sur le mode "chaque chose à sa place, et vas-y tout de suite, ce sera ça de fait".
La méthode et ses conséquences sont efficaces à n'en pas douter, il faut juste s'y atteler une bonne fois, sur un temps assez court comme elle le recommande. Et par conséquence, oui, j'imagine qu'un rangement radical comme elle le propose peut entraîner des changements d'importance chez ses clients - ou les lecteurs de son livre, changement allant de la réduction de stress à un nouveau plan de carrière en passant par la perte de poids.
Alors pourquoi dis-je qu'elle est folle (ou bête) ? Parce qu'elle confond cause et moyen. Toute la méthode KonMari (ne garder que les objets qui procurent de la joie, jeter tout le reste - parfois jusqu'à 200 sacs poubelles de 50 l, le tout sur un temps très court - une à deux journées), se fonde sur une succession de chocs psychologiques. Pourquoi pas ? C'est l'essence du zen de reconnaître qu'il y a un temps pour chaque chose, que chacun a besoin de peu et qu'une sélection rigoureuse permet d'aller à l'essentiel - Okakura Kazuko l'écrit parfaitement dans son classique, "Le livre du thé". Effectuer cette sélection dans un intérieur moderne, à l'ère de la consommation galopante, implique de se séparer de beaucoup de choses inutiles. le faire sur un temps très court génère logiquement beaucoup de stress - et pourquoi pas du bon stress. Réorganiser le soir même ou le lendemain l'intérieur pour qu'il héberge cette sélection provoque tout aussi sûrement un dépaysement important. Puisque les gens qui se sont livrés à cet exercice sont volontaires, la satisfaction s'exprime instantanément. Ce doit être formidablement gratifiant mais épuisant, comme après avoir couru un marathon au milieu d'un champ de mines émotionnelles (Kondo parle elle-même de la honte qu'elle a ressentie quand elle a jeté certaines acquisitions qui ne lui procuraient plus de joie, par exemple).
Bref, toute cette "magie" dont l'auteur nous parle a des raisons tout à fait explicables et rationnelles (épuisement physique et moral suite à l'exercice tout aussi physique et psychologique de sélection, euphorie de la réussite et de la découverte du tas à jeter et du "nouvel" intérieur). Pourquoi ne pas les invoquer ? Pourquoi rester dans un gloubiboulga basé sur "l'élimination des toxines accumulées durant des années", sur "la brise légère" qui parcourt désormais la maison, sur "l'énergie des objets jetés qui reviendra sous la forme d'un autre objet précieux, d'une relation heureuse, ou d'un événement agréable" ? (Ces notions entre guillemets ne sont pas des citations exactes, mais sont abordées dans le livre avec beaucoup d'insistance et à de nombreuses reprises.)
Marie Kondo s'adresse à un public japonais et donc sensible à ces notions de cycle, inscrites dans la spiritualité japonaise, encore très présente dans la société nippone. Pour des occidentaux, a fortiori des gens rationnels ou agnostiques (voire, les deux), c'est une douleur à lire. Je passe sur les considérations sexistes (où une femme ne saurait porter de pyjama autre qu'une jolie nuisette pour dormir, au risque de fusionner avec son jogging - et c'est la moins alarmante), ou racistes (les généralisations sur le ressenti de tout un peuple sur tel ou tel comportement).
La Méthode KonMari est sans doute efficace, mais son livre nécessite d'appliquer ses principes durant sa lecture-même : faites beaucoup de tri, et jetez sans remords. Une sorte d'inception du tri, comme l'a très justement dit une amie.
Sur ce, je vais relire les Choses, de Perec.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51

Les critiques presse (1)
LePoint27 février 2015
Au fil des pages, vous apprendrez [...] à trier, regrouper, replacer, plier... [...] La méthode est-elle la bonne ? À croire que oui, dix pays ont déjà succombé à la méthode KonMari, et 17 autres devraient la traduire d'ici peu.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations & extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil29 mars 2015
Mes clients s'aperçoivent toujours qu'ils possèdent déjà les contenants du type dont ils ont besoin, ce qui leur évite de sortir en acheter.
Sur le marché, il existe bien entendu plein d'éléments de rangement conçus par de grands designers, mais, pour l'heure, l'essentiel est de finir de mettre votre maison en ordre le plus vite possible.
Plutôt que d'acheter quelque chose qui fera momentanément l'affaire, attendez d'avoir terminé tout le processus, puis prenez le temps de rechercher des éléments de rangement qui vous plaisent vraiment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
petitsoleilpetitsoleil29 mars 2015
Le rangement doit consister essentiellement à restaurer l'équilibre entre les êtres humains, leurs biens et la maison dans laquelle ils vivent.
Commenter  J’apprécie          230
petitsoleilpetitsoleil29 mars 2015
Nos affaires illustrent avec une grande précision l'historique des décisions que nous avons prises dans notre vie.

Ranger est un moyen de faire le point sur ce que nous aimons vraiment.
Commenter  J’apprécie          150
ladyogaladyoga11 mai 2017
Comme les humains, les vêtements se détendent mieux en compagnie de congénères qui leur ressemblent. Par conséquent, en les classant par catégories, vous les aidez à se sentir plus à l'aise et n sécurité.
Commenter  J’apprécie          83
locustalocusta03 août 2015
J'ai pointé du doigt les chaussettes en boules. Regardez-les attentivement. Quand elles sont dans le tiroir, c'est le moment où elle doivent se reposer. Pensez-vous vraiment qu'elles peuvent le faire dans cette position ?
Commenter  J’apprécie          71
Videos de Marie Kondo (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Kondo
Marie Kondo nous parle de sa passion pour le rangement et de la méthode KonMari. Découvrez la méthode de rangement qui va changer votre vie !
A découvrir en librairie le 26 février : La Magie du rangement, Marie Kondo, éditions First http://ow.ly/JCP5C
autres livres classés : rangementVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
230 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre
. .