AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782298108200
624 pages
France loisirs (01/01/2016)
3.31/5   29 notes
Résumé :
Il y a 18 mois, le mari de Saffron a été tué, son meurtrier n'a jamais été retrouvé. Pourtant, Saffron connaît son identité. Alors pourquoi garde-t-elle le silence ?
La vie reprend difficilement son cours pour la jeune femme, qui veille désormais seule sur ses deux enfants, Phoebe, 14 ans, et Zane, 10 ans. Mais un nouveau choc l'attend lorsque sa fille lui avoue son bouleversant secret. Et quand Saffron reçoit une lettre du meurtrier, elle sait qu'elle est pi... >Voir plus
Que lire après Signé AVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,31

sur 29 notes
5
0 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis
Difficile de définir ce roman. La couverture et le thème inclinent vers le thriller mais la narration n'est pas vraiment empreinte de l'angoisse et de la tension qui caractérisent le genre.

Saffron est une quadra anglaise, jeune veuve en charge de deux enfants et d'une vieille tante qui s'est fait virer de sa maison de retraite (pour avoir copulé avec un résident sur le bureau de la directrice). Ne pas sombrer quand votre mari a été assassiné, ce n'est déjà pas simple, mais quand en plus votre fille de quatorze ans se retrouve enceinte sans vouloir révéler qui est le père, ça se complique franchement. Ajoutez à cela la cohabitation avec une vieille femme aux perruques fluo, un gros problème d'anorexie-boulimie, des beaux-parents qui vous haïssent, un N+1 qui vous harcèle, une voisine qui vous casse les bonbons et une meurtrière qui vous envoie des lettres de menaces, admettez que ça fait beaucoup.

C'est un peu ce que je reprocherais à Dorothy Koomson : avoir voulu trop en faire. A force de vouloir complexifier la dimension psychologique de son roman, elle amène le lecteur à l'overdose ; trop d'ingrédients dramatiques tuent le drame.

Paradoxalement, malgré un tel cumul de troubles comportementaux, émotionnels, alimentaires, sécuritaires, etc., je n'ai pas réussi à m'attacher à Saffron (qui est la narratrice) et je n'ai jamais adhéré à ses opinions ou approuvé ses décisions. C'est toujours dommage de passer plus de 600 pages avec une héroïne qui ne vous inspire ni empathie ni affection...

Côté style, malgré une regrettable propension à accumuler les adjectifs, l'auteur tire son épingle du jeu. Le rythme est soutenu, l'action très présente, la structure temporelle en puzzle fonctionne à défaut d'être originale. Un lecture pas désagréable mais pas assez prégnante pour me marquer durablement.


Challenge ABC 2016 - 2017
Challenge PAVES 2016 - 2017
Challenge MULTI-DÉFIS 2017
Commenter  J’apprécie          390
Une mère de famille, doit continuer à vivre avec ses deux enfants, assumer le quotidien alors que sa vie s'est écroulée, suite à l'assassinat de son mari 18 mois plus tôt.

Le meurtrier est vite dévoilé, sans aucun doute sur sa culpabilité. Si vous cherchez une enquête policière, elle n'apparaît qu'en filigrane le long de cette lecture, mais sans être le sujet principal.

Malgré l'absence de l'aspect "thriller", j'ai aimé cette lecture pour l'aspect humain.

L'auteur réussit le tour de force de nous faire entrer dans la tête de cette femme complètement paumée, qui apprend à dissimuler ses failles, ses doutes, pour affronter sa vie, sa relation conflictuelle avec sa fille de 14 ans. L'apprentissage peu à peu de ce qu'elle veut et ne veut pas, de ce qu'elle est prête à accepter ou non notamment dans son travail, sa famille et ses relations.

L'auteur décrit avec merveille les sentiments de Saffron, ses doutes, ce qu'elle ressent, cette angoisse de se noyer par le trop plein d'émotions, de haine, de peur. Les sentiments sont tellement bien décrits que nous vivons avec Saffron ses échecs, ses conflits avec sa famille, ses angoisses, ses craintes les plus profondes, ajouté à tout cela ses troubles alimentaires.

Peu à peu, au fil des pages, Saffron renaît, la vie reprend ses droits malgré la douleur, elle reprend courage et prend des décisions en s'émancipant de celles des autres et c'est tout cela qui lui fera prendre conscience et lui ouvrira les yeux sur ce qui est bon pour elle et ses enfants. Nous assistons à une naissance, je ne dirais pas renaissance, car après un décès on ne renait pas, on vit différemment.

C'est une femme qui doit accepter le deuil pour pouvoir avancer.

Dans ce pavé de 608 pages, plusieurs thèmes sont abordés, sans ennuie malgré quelques longueur. Je m'attendais à lire un thriller mais le style narratif ne fait ressortir aucune angoisse ou tension que l'on retrouve dans le genre. Je trouve dommage que la 4ème de couverture axe ce livre sur le thriller, alors que ce n'est pas le cas.


Lien : https://julitlesmots.wordpre..
Commenter  J’apprécie          100
Je ne m'attendais pas du tout à cela en lisant ce livre. le résumé laisse présager qu'il s'agit d'un roman à suspense un peu thriller alors que c'est plutôt un roman psychologique. Mais je n'ai pas du tout été déçue !
Les personnages sont tous intéressants et bien travaillés. L'auteur nous laisse le soin de nous faire notre propre opinion tout en nous donnant les outils nécessaire à la perception de leur personnalité.
Saffron est un personnage complexe, tiraillée par plusieurs sentiments contradictoires : deuil, colère, protection, justice, secret, sexe...
De même il est aussi question des apparences, ce qu'on laisse percevoir aux autres pour qu'ils se fassent une certaine idée de nous. L'auteur met en avant également les troubles du comportements alimentaires en décrivant bien pourquoi cela est vital pour Saffron de se faire "souffrir", "plaisir", il n'y a pas de jugements, au contraire, la guérison ne se fait pas comme par miracle d'un seul coup. C'est un moyen pour elle de mieux gérer les angoisses, la perte de contrôle ....

Ce livre regroupe plusieurs sujets importants et la narration, bien qu'un peu lente à certain passage, est sincère et donne envie de connaître le pourquoi du comment.
Commenter  J’apprécie          70
Merci à Netgalley et aux éditions Belfond grâce auxquels j'ai pu découvrir ce roman
Lecture numérique !
Ici il est question d'une mère de famille dont la vie s'est écroulée quelques mois plus tôt quand son mari a été assassiné. Elle se retrouve seule avec sa fille adolescente et son fils, à devoir surmonter plusieurs épreuves et notamment le fait que le meurtrier n'a été ni découvert ni arrêté.
Autant le dire de suite, ce roman m'a posé un souci : sa couverture comme son résumé donnent à penser que nous sommes face à un thriller. Or, ce n'est pas vraiment le cas, et vous le savez maintenant, je n'apprécie pas du tout les 4èmes de couverture qui survendent ou qui ne sont pas honnêtes. D'un autre coté cette histoire est belle, elle se laisse lire avec plaisir et on sent que l'auteur maîtrise ses personnages, d'où de très bons points. Je vais donc vous donner un double avis, en fonction de ce que vous recherchez comme lecture
Si je dois juger l'aspect « polar » du livre, je le trouve très faible, sans vraiment d'intérêt ni de surprise, car finalement le responsable du meurtre est très vite sous-entendu, puis révélé, sans beaucoup de doute sur sa culpabilité réelle. L'enquête policière en elle-même est selon moi quasiment absente, ou en tout cas très en retrait durant les 600 pages. Soyons clair : cet aspect du roman ne répond absolument pas à mes attentes de lectrice régulière de policiers, et j'aurais pu très vite l'abandonner s'il n'y avait pas eu le vrai intérêt du roman, et là on arrive sur mon autre vision.
Car il a un réel intérêt si vous oubliez la partie polar pour vous intéresser à l'histoire de cette femme complètement paumée qui se bat pour reconstruire sa famille et sa propre vie. Car c'est vraiment ça la force de ce roman et de son auteur : réussir à nous faire entrer dans la tête de cette femme et maman complètement perdue, qui va devoir gérer ses doutes, ses peurs, ses relations conflictuelles avec sa fille adolescente, et tout le reste (belle famille, amis, relations, travail, …). Dorothy Koomson (dont je n'avais rien lu avant) sait parfaitement décrire les sentiments de Saffron, les sensations qui la submergent et menacent de la noyer durant des pages et des pages. Elle arrive à nous faire ressentir ses pires craintes, ses échecs répétés, ses rapports catastrophiques avec son entourage, puis petit à petit son espoir qui renait, le courage qui revient, les décisions qu'elle réussit à prendre sans plus se laisser imposer celles des autres. C'est à une vraie renaissance qu'elle nous convie en fait.
Mon conseil : vous cherchez un polar avec enquête, énigme, rebondissements, et découverte progressive du meurtrier et de son mobile, passez votre chemin, ce livre ne sera pas fait pour vous. Si vous voulez découvrir l'histoire d'une femme qui doit repenser sa vie et sa famille suite à un terrible deuil, avec un chouia de fond policier, alors allez-y, ce roman vous plaira. Mais bien sûr ce n'est que mon humble avis !

Lien : http://desmotssurunepage.ekl..
Commenter  J’apprécie          30
18 mois se sont écoulés depuis le meurtre de Joel, le mari de Saffron. 18 mois de douleurs, d'incompréhension, de doutes, de désespoir et pourtant Saffron se doit de garder la tête hors de l'eau, elle se doit de tenir le coup pour ses deux enfants Phoebe et Zane. Et dieu sait qu'elle a tellement envie de baisser les bras, d'exprimer sa douleur et sa souffrance. 18 mois et encore aujourd'hui rien ne lui sera épargné.

Tout d'abord, ce lourd très lourd secret qu'elle doit porter sur ses épaules, ce lourd secret qui lui a été révélé par sa fille juste après la mort de Joel. J'ai eu à ce propos beaucoup de mal à comprendre Saffron qui va se laisser dicter la ligne à suivre par une gamine de 12 ans! Aujourd'hui, plus qu'un autre jour ce secret va faire des dégâts terribles dans le quotidien de ce famille meurtrie.

Depuis la révélation de Phoebe, rien ne va plus entre elle et sa mère. Et la révélation annoncé par l'école va être un véritable tsunami qui va tout dévaster. Les relations vont se ternir encore plus. Saffron ne saura plus comment se comporter envers sa fille. Elle sera très laxiste compte tenu de la situation. Certes, cette situation est délicate mais je trouve qu'en tant que mère, elle n'est pas assez ferme envers Phoebe.

Une révélation plus un secret sur le meurtre de Joel et c'est la descente aux enfers pour Saffron. Elle va devoir gérer sa fille et la terrible menace qui plane au-dessus de sa famille. Elle va se battre contre tous en s'oubliant et je dis tout de même chapeau! Quel courage, même si elle est trop conciliante envers son aînée.

On va se balader à travers les années: la rencontre et la relation entre Saffron et Joel - l'événement "ça" qui a été le début de l'enfer - et le présent. Cela va nous permettre de comprendre les événements et les réactions de Saffron. C'est une mère courageuse, qui se fait souffrir physiquement, qui souffre psychologiquement mais qui se bat constamment pour ses enfants! Elle découvrira également que les gens ne sont pas forcément comme ils paraissent et qu'il faut surtout se méfier de l'eau qui dort!
Lien : http://chezcookies.blogspot...
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
[...] je pensais que j'étais amoureuse. Ou pour être exacte, j'ai fait comme si je pensais que j'étais amoureuse, afin de pouvoir le faire sans trop le regretter. Je me souviens d'être rentrée avec lui dans son appartement miteux du centre de Londres après avoir quitté le grand magasin où nous travaillions tous les deux. Cela faisait des semaines que je courais après lui, et j'avais fini par me convaincre que c'était de l'amour, et que, par conséquent, c'était bien de lui rendre ses baisers, de le laisser me déshabiller et de le regarder enfiler un préservatif. Mais ce qui m'est le plus resté, c'est l'idée de faire comme si. Je ne peux pas dire que ça ait été douloureux, d'être physiquement pénétrée pour la première fois, mais, pour lui comme pour moi, j'ai fait comme si j'éprouvais quelque chose. Comme si j'avais trouvé cela génial, comme si j'avais ressenti autre chose que le néant quand il bougeait au-dessus de moi et comme si je pouvais mourir si je ne le refaisais pas avec lui. Faire comme si, c'est une chose pour laquelle j'ai toujours été très douée.
Commenter  J’apprécie          160
- Tu n'as pas besoin de perdre du poids. Tu n'as jamais eu besoin de perdre du poids.
- Tu dis ça parce que tu ne m'as pas connue quand j'étais plus jeune. C'est pour ça que je ne te montre jamais de photos. J'étais énorme.
- Tu étais ronde ? Et alors, je ne vois pas ce qu'il y a de mal à être ronde ?
- Tu ne vois pas ce qu'il y a de mal à être ronde ? Tu te fiches de moi ? Il n'y a que du mal à être ronde. Les gens te regardent de haut, ils pensent que tu es feignante, goinfre, moche. Tu ne rentres pas dans tes vêtements, et tout le monde te sort tout le temps des statistiques pour t'expliquer que tu vas mourir jeune parce que tu es une feignasse qui passe son temps à se goinfrer.
- Les gens qui sont minces ne sont pas épargnés par la mort.
Commenter  J’apprécie          180
Je n'arrête pas de penser : ELLE EST ENCEINTE.
Je n'arrête pas de penser : ELLE A EU DES RAPPORTS SEXUELS.
Je n'arrête pas de penser : ELLE NE ME L'A PAS DIT.
Deux mois plus tôt, ma petite fille me demandait encore de lui acheter des peluches. Six mois plus tôt, elle courait avec son frère pour être la première en haut du toboggan du parc, et elle criait de joie en glissant dessus. Trois mois plus tôt, elle avait treize ans et était encore une petite fille. Ma petite fille. Ma petite fille a une vie sexuelle. Elle est tombée enceinte comme une adulte.
Commenter  J’apprécie          130
Je déteste avoir la nausée plus encore que je ne déteste vomir, parce que, au moins, quand on vomit, on extirpe le contenu de notre estomac, et, hormis la douleur au niveau des côtes ou de la gorge, il ne reste plus rien ; c'est réglé. La nausée, en revanche, s'installe au creux de votre être, remonte de temps à autre, menace de déborder avant de s'apaiser à nouveau, comme si quelqu'un cherchait à l'amalgamer et l'incorporer, l'incorporer et l'amalgamer, sans jamais vraiment y parvenir.
Commenter  J’apprécie          141
- Par ailleurs, j'aimerais revenir sur une règle qui a déjà été fixée : plus de portable ou d'appareil électronique à table.
Tollé général. J'attends que les protestations de mon fils et de ma fille aient diminué en intensité avant de reprendre : "C'est une règle que nous avons définir il y a déjà longtemps, mais pour une raison que je ne parviens pas à m'expliquer, on dirait que tout le monde se croit autorisé à la transgresser. Au cours des repas, je voudrais que chacun puisse se concentrer sur ce qu'il a dans son assiette et profiter de la compagnie des autres personnes à table. Il s'agit là des seuls moments de la journée où nous sommes tous réunis [...]."
Commenter  J’apprécie          80

Video de Dorothy Koomson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dorothy Koomson
Bande annonce de la série The Ice Cream Girls, adaptation du roman de Dorothy Koomson.
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (106) Voir plus



Quiz Voir plus

Les pétales de sang

Anansy a 8 ans mais elle est ambitieuse.

Elle veut faire carrière dans la médecine
Elle veut faire le tour du monde
Elle veut aller aux JO

15 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Les pétales de sang de Dorothy KoomsonCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..