AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2908024381
Éditeur : Éd. Circé (30/11/1992)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Ce roman de Vladimir Korolenko plonge dans la société rurale de la Petite-Russie au début du siècle dernier.
Pierre est né aveugle. Sa famille l'accueille comme tous les enfants qu'elle a déjà accueillis. Son éducation va lui apprendre les choses de la vie qui lui sont hélas inaccessibles, les couleurs par exemple, c'est la musique qui le guidera.
L’analogie sons couleurs revient souvent dans son discours (on pense aux Correspondances de Baudelair... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
Eve-Yeshe
  21 mars 2017
première critique sur cette nouvelle, je vais donc essuyer les plâtres...
Un récit plein de poésie, sans trémolos qui nous raconte l'histoire de Pierre alias Petroussia, aveugle de naissance qui va apprendre à s'orienter, se mouvoir, reconnaître les visages, grâce à l'amour bienveillant de sa mère Anna et de son oncle Maxime, homme qui a beaucoup bourlingué, dans sa jeunesse rejoignant Garibaldi, à la recherche d'un idéal.
« En ces moments, le guerrier mutilé songeait que la vie est une lutte où il n'y a pas de place pour les invalides. Il se disait qu'il était sorti à jamais des rangs, et qu'il était une charge pour autrui ; il se faisait l'effet d'un cavalier désarçonné par la vie et gisant sur le sol. »
Un soir, en s'endormant, il entend des sons différents qui échappent à l'oreille maternelle et comme cela se reproduit, elle comprend que cela provient du chalumeau de Jokhime et la musique va faire son entrée dans l'univers de l'enfant.
Pétroussia utilise ses autres sens pour tenter de percevoir et comprendre ce que ses yeux ne peuvent pas voir.
La découverte du piano que sa mère a acheté car elle en jouait autrefois : mais l'enfant est plus attiré par le chalumeau. Les chansons cosaques l'émeuvent plus que la musique classique. La façon dont la mère entre en compétition avec le paysan est touchante, car dénuée d'animosité.
« Oui, l'instrument viennois avait de la peine à vaincre le chalumeau du petit-russien. Une minute ne s'était pas encore écoulée que l'oncle Maxime frappa tout à coup rudement de sa béquille contre le plancher. »
Vladimir Korolenko livre une réflexion profonde sur la souffrance physique (comme celle de l'oncle Maxime dont le corps est usé) et la souffrance morale : Pétroussia souffre de ne pas être comme les autres, de son hypersensibilité qui fait de lui une véritable éponge et peu à peu le fait sombre dans la mélancolie quand il approche de l'adolescence. L'entrée dans sa vie d'une petite voisine de son âge, Eveline, va encore enrichir la palette de ses émotions.
Les réflexions sur les sons pour exprimer les couleurs, les vibrations sont très belles (le texte a été écrit en 1886) ou lorsqu'il sent par la peau l'évolution de la course du soleil ou de la lune…
Ce récit romantique ne sombre jamais dans le pathos, les mots sont simples mais percutants, une fois le livre commencé, on n'a plus envie d'en interrompre la lecture.
Cet auteur est classé dans les auteurs russes alors qu'il est en fait Ukrainien (le petite Russie disait-on à l'époque où elle faisait partie de la Russie tsariste… J'aime bien l'expression « Petit-Russien » pour parler des Ukrainiens
Un auteur qui m'a beaucoup plu alors que je n'en avais jamais entendu parler et dont j'ai envie de continuer à explorer l'oeuvre.
Challenge XIXe siècle 2017
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
Eve-YesheEve-Yeshe   21 mars 2017
C’est ainsi que les sons constituaient pour lui la principale et immédiate expression du monde extérieur ; les autres sensations ne servaient qu’à compléter les impressions de l’ouïe, dans lesquelles, comme dans des moules, se fondaient toutes ses images.
Commenter  J’apprécie          170
SZRAMOWOSZRAMOWO   23 février 2015
Le son faible d’une corde résonna, indécis. Le garçon écouta pendant longtemps les vibrations déjà abolies pour l’ouïe de la mère ; puis, avec l’expression d’une attention extrême, il frappa la touche suivante. Ensuite, promenant sa main sur tout le clavier, il arriva aux notes élevées. À chaque son il s’arrêtait un peu de temps ; et un à un, ils vacillaient, vibraient et mouraient dans l’espace. Le visage de l’aveugle exprimait, avec une tension excessive, un plaisir extrême ; il était évident qu’il admirait chaque son en particulier ; et déjà, dans ce délicat souci des sons élémentaires, parties constituantes d’une future mélodie, se révélait comme un tempérament d’artiste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Eve-YesheEve-Yeshe   22 mars 2017
Il semblait que, sous l’influence de la paix extérieure, il surgît des profondeurs de son âme des bruits perceptibles pour lui seul, et auxquels il paraissait prêter l’oreille avec une attention extrême. En le voyant dans ces moments-là, on pouvait croire que la pensée indistincte qui venait de naître dans son esprit commençait à résonner en lui comme une vague mélodie.
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Vladimir Korolenko (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vladimir Korolenko
Vladimir KOROLENKO – Une jeune fille étrange
autres livres classés : musiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
253 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre