AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782370730305
453 pages
Éditeur : Allary Editions (18/09/2014)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Deux enfants terribles de la politique racontent leurs parcours et leurs espoirs avec une honnêteté intellectuelle qui éclaire les cinquante dernières années.

Alors que la France et l’Europe manquent de repères, ces deux acteurs atypiques de la vie publique analysent l’après-guerre, leurs racines juives, le communisme, les guerres coloniales, Mai 1968, le conflit israélo-palestinien, la guerre d’Irak, les crises européennes et les récents événement... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bazart
  10 octobre 2014
Et si l'on révisait l'histoire géopolitique des cinquante dernières années en Europe et dans le monde ?
La fin de la deuxième guerre mondiale et le partage de l'Europe, l'espoir ou la crainte du communisme, la vie de chaque côté du rideau de fer. 1968, qui dans le monde ne se résume pas au mois de Mai. L'invention de Médecin sans frontières, la naissance du droit d'ingérence, les boat-people, la création de Solidarnosc, l'effondrement du mur de Berlin, l'espoir et la crainte de voir la grande Allemagne réunifiée, la renaissance des Balkans après une guerre terrible, et la lente et difficile construction de l'Union Européenne. L'après 11 Septembre, la guerre en Irak, la haine de l'autre, l'antisémitisme, toute une histoire si proche et déjà si lointaine, notre Histoire.

A l'Est, à ma gauche mais un peu à droite : Adam Michnick, 68 ans, icone de la dissidence dans la Pologne communiste depuis son adolescence, héros du syndicat Solidarnosc qui lutta contre l'oppression Soviétique, historien, journaliste, fondateur du plus important quotidien polonais « La Gazetta Wyborcza » et à l'Ouest, à ma gauche aussi, mais un peu à droite quand même, Bernard Kouchner,74 ans, French doctor, conseiller des plus grands, plusieurs fois ministre, et icone médiatique engagée que l'on ne présente plus.
Ces deux figures européennes emblématiques croisent leurs mémoires, comparent leurs parcours de vie intense et exaltant, s'accordent ou se désaccordent dans un entretien conduit par Jolanta Kurska et nous livrent ainsi un formidable manuel d'histoire contemporaine.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Jupiter999
  21 octobre 2014
La discussion est relativement bien menée par Jolanta Kurska, peut-être qu'un peu trop de sujets sont abordés, et le sont par conséquent de manière trop superficielle. le temps de parole semble pencher en faveur de Bernard Kouchner. Et pour un lecteur français, il est plus difficile de se faire un avis précis sur les propos de Adam Michnik car il est forcément moins médiatisé en France.
La quatrième de couverture annonce qu'il vont "reconnaitre leur erreurs", un voeu pieux, mais c'est malheureusement un échec, pour BK en tout cas. AM, dans l'ensemble, est plus posé que son interlocuteur et plus lucide sur la difficulté de juger des faits historiques.
On connait le BK de MSF, le ministre des affaires étrangères, l'adorateur de Sarte et plus récemment de Hessel. On connait aussi ses combats pour le droit d'ingérence, et ses diverses actions humanitaires. Mais BK aime toujours le Che car c'est romantique, pourtant AM lui rappelle bien que c'était un assassin. BK a fait mai 68 pour libérer la société, les moeurs et "pour rencontrer de belles jeunes filles" sic. Il aimait les Vietcongs parce qu'ils libéraient le Vietnam, il aimait les Khmers rouges parce qu'ils libéraient Phnom Penh. Bref, sa vie durant, il a milité pour un bon nombre de combats sans les mener et s'est très souvent fourvoyé. Ses seuls regrets sont de n'avoir pu participer à la guerre (la deuxième) pour défendre ses valeurs (qu'il aille dire ça aux millions de personnes qui ont perdu la vie) et de ne pas s'être assez occupé de "sa famille et de ses femmes" sic.
BK est d'une contradiction profonde et ce livre a le mérite de la souligner, on est face à tout un florilège de balivernes que peut débiter un bon nombre de commentateurs de sa sensibilité. Comme disait Georges Brassens dans la troisième strophe de "Mourir pour des idées":
Les Saints Jean bouche d'or
Qui prêchent le martyre
Le plus souvent, d'ailleurs,
S'attardent ici bas.
Mourir pour des idées,
C'est le cas de le dire
C'est leur raison de vivre,
Ils ne s'en privent pas
Dans presque tous les camps
On en voit qui supplantent
Bientôt Mathusalem
Dans la longévité
J'en conclus qu'ils doivent
Se dire, en aparté:
Mourons pour des idées
D'accord,
Mais de mort lente,
D'accord
Mais de mort lente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
thietelp
  08 novembre 2014
Vraiment agréable à lire. On peut assez facilement se laisser glisser et imaginer être présent et assister à la discussion. La forme m'a donc été bien agréable.
Je serai plus mitigé sur le fond. Même si finalement, je me suis laissé entrainer par la forme, le fond m'a tout de même un peu déçu. Bien sûr, la découverte du contexte Polonais m'a intéressé, mais il reste trop peu évoqué, je l'aurai aimé plus approfondi.
De plus, je ne peux m'empêcher d'avoir un certains sentiment de publicité pour Bernard Kouchner, de promotion de sa personne. Il est assez dommage que beaucoup, ou trop, tourne autour de lui et de ses réalisations car malgré tout, ce qu'il raconte est intéressant.
Les propos d'Adam Michnik, malheureusement moins en valeur, sont quant à eux beaucoup plus intéressants, et modestes aussi. C'est pour moi le vrai point positif de cet ouvrage, j'ai découvert une personne qui m'a réellement intéressé par son humilité et son abnégation. Ses propos m'ont donné envie d'aller plus loin sur l'Europe de l'Est, et la Pologne en particulier. Susciter la curiosité me semble une qualité merveilleuse d'un ouvrage, et celui-ci a rempli ce critère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
xy12
  29 octobre 2014
Je tiens à remercier BABELIO et les Editions ALLARY qui m'ont permis de lire l'essai 'MEMOIRES CROISEES". Il s'agit d'entretiens conduits par Jolanta KURSKA entre Bernard KOUCHNER, fondateur de Médecins sans Frontières et de Médecins du Monde, ancien Ministre et Adam MICHNIK, dissident polonais de renom , héros de Solidarnosc et fondateur du Journal GAZETA WIBORCZA.
Les auteurs passent en revue les évènements marquants des cinquante dernières années depuis les évènements de 1968 jusqu'à la crise ukrainienne récente.
D'origine israélite tous deux, ils parlent de leur enfance, très marquée par les persécutions raciales.
Il serait très long de passer en revue tous les sujets abordés par les deux auteurs : la chute du communisme, le conflit israélo-palestinien, la guerre d'Irak, les crises européennes. Cependant, tous deux partagent une adhésion sans faille à l'Union Européenne. Chez Michnik, qui n'est portant pas un ultra-libéral, je constate cependant un rejet vif du régime polonais d'avant 1989, qui, chez Kouchner, me semble plus modéré.
Au total, un livre intéressant, où les idées des deux auteurs sont souvent concordantes, avec parfois quelques différences, jamais bien marquées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BazartBazart   09 octobre 2014
"Mon grand père maternel portait la moustache en croc, comme Arsène Lupin, et se tenait bien droit, on l'appelait le Beau Léon" ( Bernard Kouchner).
Commenter  J’apprécie          160
Jupiter999Jupiter999   21 octobre 2014
AM: Pour terminer notre discussion sur l'examen de conscience, je voudrais dire qu'il est important que les peuples confessent leur propres péchés plutôt que ceux des autres. Autrement dit, qu'ils manifestent leur repentir pour les fautes qu'ils ont commises, sans montrer systématiquement du doigt celles des autres.
Commenter  J’apprécie          40
Jupiter999Jupiter999   21 octobre 2014
BK: Enfin... le catholicisme chez vous est une maladie...
AM: Comparée à votre maladie du philosoviétisme, notre maladie du catholicisme n'était rien!
BK: Bien répondu! Notre philosoviétisme nous a empêchés de voir ce qui se passait chez vous, je le reconnais.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Bernard Kouchner (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Kouchner
Les Matins de France Culture - Le Quai d'Orsay sert --il encore à quelque chose ?
autres livres classés : conflit israélo-palestinienVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2114 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre