AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782755640663
Éditeur : Hugo et Compagnie (07/02/2019)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Le mal ne connait pas de frontières.

Roumanie, décembre 1989. Le peuple prend les armes, décidé à se soustraire de la dictature de Ceaușescu. Tandis que Bucarest se voile de rouge, la Securitate – sa garde rapprochée – abdique devant ce désir de liberté.

Paris, juin 2015. Dans un appartement aux allures de chapelle, une femme s'est tailladé les veines. Avant de commettre l'irréparable, elle a cherché à s'arracher les yeux. Plus ét... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
RChris
  10 mars 2019
Manifeste-t-on des traits de la personnalité du donneur stocké dans la mémoire cellulaire quand on est greffé des cornées? le trafic d'organes est au coeur de l'enquête de Raphaël Bertignac. Ex journaliste, il en a gardé la fibre. Il croisera le cannibalisme, Nosfératu, les restes de la dictature de Ceausescu et des enfants recrutés jeunes et dressés pour la securitate...
Raphaël renoue avec l'enquête, avec l'horreur comme il renoue avec la vie de manière forcenée. On suit sa quête tendue par un fil qui déroule une histoire linéaire mais complexe de Paris à Prague puis de Prague à Bucarest.

Mickaël Koudero sait donner de l'intensité à son récit. Les descriptions sont glauques et torturées comme les crimes. La documentation apportée au roman sur le régime de Ceausescu et ses pratiques nous laisse abasourdi.
Commenter  J’apprécie          310
clairesalander
  28 mai 2019
Un auteur que je ne connais pas du tout, une quatrième de couverture alléchante : allez, je tente ce livre arrivé tout juste dans ma bibliothèque.
Un roman qui semble noir à souhait, incluant trafic d'organes, d'êtres humains, de vampires et de cannibalisme..
Le début m'a bien happé puis c'est devenu lent et laborieux, trop alambiqué, mal construit, pas fluide. J'ai eu du mal à le finir car ça partait dans tous les sens.
Un bon sujet mais mal amené.
Commenter  J’apprécie          220
Sangpages
  06 février 2019
Mickaël Koudero, c'est une de ces belles rencontres. de ces auteurs qui marquent ton coeur et y laissent une trace indélébile. Que ce soit lui-même, par sa personne, ou par son énorme talent.
Son premier livre," des visages et des morts" m'avait littéralement percutée,(qui avait été auto édité sous le nom: "Les enfants d'Erostrate").
Ce fut alors le début de quelque chose de très spécial et je ne peux que, pour cette chronique, m'adresser à lui directement en te laissant voir par le trou de la serrure 😜
Cher Mickaël,
Ton deuxième livre je l'attendais au tournant. Comme aux 24 heures du Mans, il ne suffit pas de réussir à faire un tour de piste, mais de véritablement tenir les tours suivants. J'étais donc très impatiente de lire ce petit dernier et voir si tu étais capable d'endurance.
Tu m'as fait confiance et donné la chance de pouvoir lire "La faim et la soif" il y a plusieurs mois déjà et j'ai clairement compris, à ce moment-là, que tu étais non seulement capable de tenir les tours, de garder l'endurance, mais, aussi, que tu pouvais sortir grand vainqueur !
Pas facile de parler de la Faim et la soif tant c'est un livre complexe. Il m'a fallu, je te l'avoue, m'accrocher un peu comme dans tous les livres super bien torchés, d'ailleurs. J'ai presque dû prévoir un peu de glace ou de neige à mes côtés pour éviter la surchauffe 😁
Ton Raphaël Bertignac, grand reporter qui travaille désormais pour une entreprise de nettoyage de scène de crime, je l'ai adoré de suite.
Un début qui m'a happée direct avec cette scène de crime d'une jeune femme qui s'est suicidée et où Raphaël fait une bien étrange découverte qui changera clairement le cours de sa vie et l'emportera dans les abysses du mal, mais ça il ne le sait pas encore...
Tu m'as emmenée de la France à la Roumanie en passant par Prague la magnifique, que j'adore et j'ai clairement apprécié le voyage. Tu m'as fait suivre Raphaël pas à pas dans son enquête. J'ai tenté avec lui de comprendre et j'ai, moi aussi, rencontré l'histoire d'un pays, la folie d'une nation.
Ton récit est riche et complexe. Il a fait mouliner mon cerveau et frissonner mon échine, dans le bon sens du terme. En lectrice exigeante, j'y ai trouvé la substance.
Tu m'as surprise avec cette histoire beaucoup plus axée sur les personnages, sur le héros en lui-même et j'ai trouvé ça bien.
Tu as su créer des personnages fabuleux, taillés sur mesure avec une précision d'horloger suisse. Profonds, riches, ils se sont imprimés sur ma rétine comme s'il étaient assis à mes côtés. Peu d'auteurs sont capables de créer des personnages avec autant de charisme, mais tu sais le faire.
Ton récit m'a emportée dans un émotionnel puissant et ravageur. Il est rondement mené et sans aucune anicroche.
Tu m'as encore une fois épatée avec ce très gros travail de documentation. Tout sonne tellement juste. Tu as réussi à incorporer toute la notion historique réelle avec une grande habileté. le lien à la Securitate est, d'ailleurs, saisissant.
Je n'ai plus très bien su si j'étais dans la fiction ou dans la réalité et ça a été forcément très flippant. Et puis, j'ai appris, découvert et ça, c'est clairement un plus.
Ton excellente plume doublée d'un style vif et percutant m'a emportée dès la première page. Sans temps mort, sans répit à 200 kilomètres/heure.
Les images, les odeurs sont venues titiller mes yeux et mes narines tant elles étaient puissantes et réalistes. J'ai adoré cette ambiance noire de noire presque étouffante, mais plus encore cette fin comme je les adore. Juste parfaite.
Je sais, parce que tu es humble, que tu ne me crois qu'à demi-mot quand je te dis être le digne successeur de Grangé, mais tu m'as prouvé avec ce deuxième livre que c'était vrai et juste. Je sais que tu iras très loin.
Ton oeuvre est, pour moi, EXCELLENTISSIME et j'espère de tout mon coeur que les autres lecteurs le verront sous ce même oeil.
Merci pour ta confiance, Mickaël. Merci pour tout et bon vent à "La faim et la soif" 💓
*********************************************************************
La faim et la soif, sort aujourd'hui, 7 février 2019. Enfile ta doudoune, enfourche ta fraiseuse si tu te trouves dans des mètres de neige ou alors chausse tes skis, mais quelle que soit la manière, fonce chez ton libraire pour te le procurer illico ! Ouais c'est presque un ordre 😁 mais c'est satisfait ou remboursé et je sais que je ne prends aucun risque parce je sais que j'ai raison (comme toujours 😜)
T'es pas encore convaincu ? Alors, lis et tu verras !
Lien : https://sangpages.com/2019/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Maks
  19 février 2019
Noir, sombre, tranchant, effrayant, angoissant et captivant sont les mots que l'on peut poser sur ce roman. Cette histoire est une pure descente vers la folie, vers les abîmes de l'âme humaine.
Le contexte historique m'a littéralement captivé, j'ai découvert plein de choses sur cette période sombre de la Roumanie, tellement intéressant que je pense me renseigner davantage sur le sujet et ce grâce à « La faim et la soif » sans quoi je n'aurais peut-être pas eu envie d'en savoir plus sur les agissements de « Nicolae Ceausescu » et sur la « Securitate ».
Au niveau de l'enquête elle-même, c'est aussi captivant que le contexte du livre, « Mickaël Koudero » nous emporte sur les traces des légendes vampires (Vampyrs) dans des lieux de perdition, de Paris aux bas-fonds de Prague en poursuivant vers la Roumanie et ses lieux inconcevables comme le centre de détention de « Pitesti », bastion du lavage de cerveaux sous le régime de Ceausescu, nous sommes confrontés à la barbarie humaine du début à la fin et cela fait froid dans le dos.
Les personnages sont très bien construits psychologiquement parlant, « Raphael » le journaliste que nous suivons tout au long du récit est un homme torturé, enfermé dans la spirale de ses propres démons et donne du cachet à l'histoire, les autres intervenants qui même s'ils n'apparaissent pas énormément sont eux aussi intéressants.
« La faim et la soif », un titre qui va bien pour le récit qui y est conté, où le sang coule littéralement des pages au fur et à mesure de la lecture. J'ai refermé le livre avec une sensation amère après cette fin géniale, en sachant qu'il y a du vrai dans les faits historiques relatés et avec une seule envie, lire une autre histoire sombre écrite de la main de Mickaël Koudero.
Lien : https://unbouquinsinonrien.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
polacrit
  18 mai 2019
La Faim et la soif a été publié par les éditions Hugo Thriller en février 2019. C'est à coups de machette que l'auteur se fraie un chemin dans la jungle des mots avec pour résultat une alternance de style quasi télégraphique immergé dans des passages plus classiques: "Les cours enrichissent sa culture générale, dopent ses qualités rédactionnelles, cisèlent la structure de ses phrases, approfondissent son esprit critique, apportent rigueur à ses analyses et synthèses." (Page 20)..."On se bat, se déchire, pour un peu de maïs. Des pluies tombent du ciel. Des clous glacés qui perforent les peaux et le paysage. Transforment le décor en boue." (Pages 22-23)..."Trottoirs brûlants, touristes en sueur. le sombres battaient la retraite. Il marcha d'un pas pressant vers sa camionnette, indifférent à ces rues pavées..." (Page 80).
Le ton est désabusé, parfois cynique, les dialogues sont explosifs, les formules lapidaires: "...de la guillotine aux urnes, de la rage aux mirages, on avait aboli les privilèges, mais oublié les privilégiés." (Page 111)...jusque dans les descriptions: "A présent, la Skoda traversait un agencement de prairies fleuries, d'où s'étiraient des arbres fracturant la perception de l'espace. le soleil mordait la terre, se réfléchissait sans réserve sur des panneaux..." (Page 234).
Thèmes: le trafic de drogue, le trafic d'organes humains, le satanisme, la prostitution, =>La Faim et la Soif propose une descente dans les tréfonds des noirceurs humaines. Tout un programme !!
Une enquête dont les ramifications nous mènent dans le passé trouble et douloureux de la Roumanie de Ceucescu sur fond de prostitution, de trafic de drogue et d'organes humains.
Raphaël, bien qu'il entame juste ses vacances d'été, est appelé par son patron afin de nettoyer une scène de suicide, le troisième en une semaine. La jeune Mathilde a tenté de s'arracher les yeux puis s'est tranché les veines avec un crucifix. Raphaël est aussitôt interpellé par ces circonstances pour le moins inhabituelles et peu cohérentes avec la personnalité de la jeune femme. Suite à ce qu'il découvre dans son bureau, il décide d'en savoir plus.
Il découvre que trois mois plus tôt, Octavian, un jeune réfugié roumain âgé de vingt-deux ans, a été retrouvé dans un parking en construction pendu par les pieds, énucléé, sauvagement torturé. Raphaël prend contact avec le commandant Toussaint, une vieille connaissance, dont l'enquête n'a pas avancé d'un pouce. S'agit-il d'une vengeance? D'un meurtre rituel? de vampirisme? Raphaël envisage toutes les hypothèses, même les plus farfelues. Poursuit-il un vampire? Un cannibale? Ou les deux? Afin de percer ce mystère, il demande à Valérie Auteuil, une ancienne employée à qui il a appris son métier, de lui apporter un soutien logistique. La jeune femme accepte à la condition expresse que BFM TV aura l'exclusivité des résultats de son enquête. Persuadé que la clef qui relie les deux affaires réside dans le mot NOSFERATU et les Commerces du Diable situés dans la capitale de la République Tchèque, il se rend à Prague, sans se douter un seul instant qu'il y trouvera bien plus que les réponses à ses questions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   27 août 2019
Scénariste et romancier, le Montréalais Mickaël Koudero s’est inspiré des affres du comte Dracula, des dérapages du régime totalitaire en Roumanie et des vampires contemporains pour créer un deuxième thriller fascinant, dérangeant et vraiment glaçant : La faim et la soif.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
RChrisRChris   03 mars 2019
Raphël n'avait jamais porté dans son cœur les politicards, énarques et autres cols blancs...
Il le sentait, l'espérait secrètement. Tôt ou tard, l'accumulation de conneries et le cynisme latent finiraient par faire sauter le couvercle de la tolérance. Le citoyen s'arracherait à sa chique. Les trop-pleins de promesses jamais respectées et les tromperies en tout genre amèneraient inexorablement une cassure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
polacritpolacrit   18 mai 2019
Les psychologues et sociologues le savent, la génération Y est celle du "tout, tout de suite". On la dit impatiente, peu aimable, impertinente, en manque de repères. Des enfants rois sans cesse connectés, sollicités à coups de pushs et parasités par des images venues du monde entier. Ils ne tolèrent pas l'attente et encore moins la frustration qui peut en découler. Tout leur est dû, que ce soit sur le plan personnel ou professionnel. Abreuvée d'émissions de télé-réalité, elle se berce d'illusions, convaincue que la réussite existe sans travail ni courage. Les enfants de la médiocratie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ktylauneyktylauney   28 mars 2019
Lycée de Bréquigny : le déclic.
Le temps des sorties, des premières cigarettes, des murs et des alcools.
Et son cœur qui se serre.
Gaëlle.
Une élégance attirante, encadrée par des boucles couleur sable dansant sur son visage de poupée. Des années plus tard, sa mémoire savoure ce sourire plein de malice, porté par des prunelles vertes, enivrantes.
Commenter  J’apprécie          20
ktylauneyktylauney   28 mars 2019
Cinq années qu’il explore le monde, qu’il témoigne de son atrocité. Il est devenu une masse compacte, solitaire, à l’avenir incertain. Ses jours sont comptés. L’étau de la mort se resserre sur chacun de ses pas. Cette compagne se glisse jusque dans ses draps. Un jour, on le retrouvera victime d’un attentat ou d’une vengeance pour un mot mal placé ou une vérité trop gênante.
Commenter  J’apprécie          10
ktylauneyktylauney   28 mars 2019
Il interviewe des célébrités fabriquées dont tout le mérite vient d’être restées enfermées des semaines dans une maison, sous les yeux des caméras. Des gamines perchées sur des talons compensés, maquillées à coups de truelle, façonnées par des lames de bistouri et prêtes à s’adonner aux plaisirs de la chair.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Mickaël Koudero (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mickaël Koudero
Vidéo de Mickaël Koudero
autres livres classés : cannibalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Mickaël Koudero (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1955 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..