AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Nathalie Amargier (Traducteur)
EAN : 9782020477819
288 pages
Seuil (02/04/2004)
3.72/5   1613 notes
Résumé :
Traduit du russe (Ukraine) par Nathalie Amagier

Pour tromper sa solitude, Victor Zolotarev a adopté un pingouin au zoo de Kiev en faillite. L'écrivain au chômage tente d'assurer leur subsistance tandis que l'animal déraciné traîne sa dépression entre la baignoire et le frigidaire vide. Alors, quand le rédacteur en chef d'un grand quotidien propose a` Victor de travailler pour la rubrique nécrologie, celui-ci saute sur l'occasion. Un boulot tranquille ... >Voir plus
Que lire après Le pingouinVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (234) Voir plus Ajouter une critique
3,72

sur 1613 notes
cela faisait déjà longtemps que j'avais noté le nom de cet auteur, et que je me promettais de découvrir un jour un ou deux de ses livres ...
c'est maintenant chose faite, à la faveur d'un échange avec une autre personne de Babelio ! qu'elle en soit remerciée

ce livre n'est pas forcément réservé aux amateurs de pingouins, du monde arctique, de Linux (et son célèbre Tux) ou de Biboundé ... mais le pingouin prend quand même un statut de vrai personnage, assez étonnamment
Micha le pingouin semble vite devenir comme un double de Victor, énigmatique, un peu dépressif ... Victor, lui, est quadragénaire, il est aussi très seul
c'est un écrivain et journaliste un peu raté, un peu dépressif, qui semble ne plus avoir de prise sur la vie, et à qui on propose un jour d'adopter un animal, le zoo n'ayant plus les moyens d'entretenir ses pensionnaires ni ses employés ... par un hasard donc, Victor adopte un pingouin, Micha, et croisera un jour la route de Pidpaly, un scientifique auto-proclamé "pingouinologue", l'employé du zoo qui s'occupait de son protégé et des autres pingouins

par un autre hasard, un jour, Victor se met à écrire des "petites croix", articles nécrologiques pour des personnalités, à ce détail près que tous ses "clients" sont encore vivants ... mais le journal lui a "commandé" les nécros ... aventures mi-burlesques, mi-désabusées, dans une Ukraine post-soviétique qui semble ne jamais se remettre d'une gueule de bois carabinée (la vodka délie les langues, réchauffe les coeurs, mais ne fait rien avancer), dans un univers de plus en plus flou, kafkaïen et parfois inquiétant ...
quelques personnages apportent quand même un peu de chaleur et de fantaisie à l'univers de Victor : Sergueï, Micha ("pas le pingouin, l'autre"), Sonia puis Nina ...

une lecture intéressante, j'ai maintenant envie de lire la suite de ces aventures
Commenter  J’apprécie          10610
« Le Pingouin » (Smert Postoronnevo, c. à d. Mort d'un étranger) est un livre écrit en 1996 par Andreï Kourkov, écrivain russe né à Saint-Pétersbourg en 1961. Sous un format réduit (274 pages), l'auteur nous raconte l'histoire de Victor Zolotarev, ancien journaliste au chômage et nouvellement préposé à la rédaction de nécrologies pour le quotidien « Les Nouvelles de la Capitales » (Stolitchnye Vesti).

Victor peinait à survivre lorsque le patron de ce quotidien lui a proposé d'entreprendre, sur sa commande, ce travail de rédaction : pas bien folichon comme boulot, mais très rémunérateur (au salaire mensuel de 300 dollars, il faut ajouter les nombreuses enveloppes remises sous le manteau par le commanditaire) ! L'argent permet bien vite à Victor de s'acheter le nécessaire, et même de nourrir correctement Micha, un pingouin récupéré au zoo de Kiev, zoo qui était au bord de la faillite. La vie s'écoulerait tranquillement si les nécrologies fleuries et élogieuses, écrites pour des VIP encore en vie (curieux, vous ne trouvez pas ?), ne coïncidaient avec la disparition, souvent par mort violente, desdites personnalités. S'agirait-il de crimes commandés par la mafia locale ? de règlements de comptes politiques ? de banale, l'histoire de Victor et de son pingouin prend vite une toute autre tournure et le suspense va grandissant au gré du ballet des limousines, des visites nocturnes d'individus non identifiés dans l'appartement de Victor, et des enterrements auxquels on le convie 'manu militari'. La fin est incroyable …

Sous cette apparence d'histoire pour les enfants (un pingouin, c'est si mignon !), Andreï Kourkov nous conte en fait deux autres histoires, à savoir celle d'un monde post-soviétique déboussolé, sans règles, où domine la loi du plus fort, et celle d'une véritable aventure humaine. Victor écrit des nécrologies qui finissent dans des tiroirs, comme les manuscrits de nombreux écrivains au bon vieux temps de l'URSS ; la ville est grise, en suspens au-dessus du trottoir avec des passants qui se hâtent comme s'ils redoutaient que les immeubles s'écroulent soudain ou perdent leurs balcons. Bon, c'est pas méchant comme dénonciation, mais attendez la suite : les prostituées se font descendre pour avoir manqué de respect à leurs clients (« c'est la vie, tout simplement »), des notables se mettent de l'argent plein les poches dans des affaires de privatisations, de transferts de capitaux sales vers des banques occidentales, de vente de matières stratégiques, de liquidation (sous forme de troc) de complexes militaro-industriels, de transport d'émigrants clandestins, de disparition d'avions donnés en location, de trafic d'organes, etc. Parfois, certains VIP se font prendre et sont liquidés pour l'exemple : « c'est chacun sa merde ». Dans ce monde-là, mieux vaut éviter de poser des questions si on tient à sa vie. Et Victor tient à la sienne depuis qu'il a tout pour mener une existence normale : une femme (Nina, nounou de Sonia), un enfant (Sonia, la fille d'un ami, malheureusement « liquidé ») et un animal de compagnie (Micha, le Pingouin). Et puis il y a l'amour que porte Sonia pour Micha, comme il y a l'amitié imprévue qui lie Victor à Pidpaly, pingouinologue cancéreux en phase terminale, comme il y a ce semblant d'amour qui va aller grandissant entre Sonia et Victor, puis entre Victor et Nina. Illusion provisoire de bonheur ou fusion artificielle d'éléments qui font en sorte que la vie semble valoir la peine d'être vécue ? Cette aventure humaine devrait permettre à Victor de supporter le monde brisé et incompréhensible dans lequel il est obligé d'évoluer, un monde qu'il faudrait nettoyer, entreprise ô combien délicate et périlleuse. L'étranger, c'est lui, c'est Victor : il ne peut se fondre dans ce moule post-soviétique qui l'enferme et qui ne lui propose qu'un avenir médiocre. Une issue ? Boire « pour que ça ne soit pas pire ; mieux, ça a déjà été » (page 99). Mais c'est une issue désespérée, réservée aux ivrognes, et Victor compte bien rester lucide. Il bénéficie de l'aide de Micha, son miroir, qui en impose par sa réflexion, son silence, son ennui, sa tristesse et ses choix. Mais Victor sera victime de sa propre naïveté ...

Splendide, bien écrit, avec de l'ironie et des touches d'humour comme s'il en pleuvait, des personnages au profil ciselé et une addictivité certaine. Je mets cinq étoiles et je recommande ce petit bijou de littérature absurde et russe qui vous fera penser aux écrits de Gogol.

Commenter  J’apprécie          881
Pour seul compagnon un pingouin menacé de famine au zoo, à qui il offre généreusement bains froids et poissons surgelés, Victor après une carrière d'écrivain avortée est ravi de se voir confié un job dans un grand journal. Un travail lucratif et dans ses cordes qui va se révéler pas si tranquille que ça. En effet, par une coïncidence étrange, les personnalités dont il est chargé de rédiger par avance un papier pour la rubrique nécrologique meurent de mort violente peu de temps après...

Mêlant humour et tendresse, absurdité et réalisme, Andreï Kourkov n'a pas son pareil pour décrire la dérive violente et corrompue à l'extrême de la société ukrainienne post-soviétique, où seule la loi du plus fort semble subsister. Une situation laissant la population dans une grande déprime, que beaucoup pour survivre soignent par une alcoolisation qui parait sans limites.

« A chaque époque sa "normalité". Ce qui, auparavant, semblait monstrueux, était maintenant devenu quotidien, et les gens, pour éviter de trop s'inquiéter, l'avaient intégré comme une norme de vie, et poursuivaient leur existence. Car pour eux, comme pour Victor, l'essentiel était et demeurait de vivre, vivre à tout prix. »

Challenge MULTI-DEFIS 2022
Commenter  J’apprécie          844
Par ces temps de canicule implacable, j'aurais bien suivi Victor Zolotarev, "le pingouin" en Antarctique !
Le "pingouin" est le surnom donné à Victor, un écrivain raté, qui va se trouver en contact de façon tout à fait inopinée avec la mafia ukrainienne car il est le propriétaire d'un véritable pingouin (plutôt un manchot d'ailleurs) dont se sont entichés un certain nombre des membres de cette organisation pour accompagner leurs défunts lors des enterrements.
Beaucoup de morts, en effet, dans de roman ! Et pas de mort naturelle... Tous ceux déjà pour lesquels Victor a rédigé une nécrologie sur la demande du directeur d'un journal de Kiev, qui va l'instrumentaliser pour couvrir une activité beaucoup moins recommandable : le "nettoyage" de certaines personnalités jugées "encombrantes" !
Cette intrigue est l'occasion pour l'auteur de dresser un tableau assez consternant de la société ukrainienne post-soviétique : corruption généralisée, surveillance permanente et souvent indécelable, délabrement de la médecine et des hôpitaux, violence sociale, pessimisme collectif qui ne trouve d' exutoire que dans l'alcool.
Voilà le cadre de vie de Victor, le prototype même de l'anti-héros, tellement il est difficile d'imaginer un homme qui soit moins acteur de sa vie. Uniquement préoccupé par sa survie, il accepte avec fatalisme le piège dans lequel il est tombé tout simplement pour le bonheur de se sentir vivant ! Et personne autour de lui, ni Sonia -une petite fille qui va lui "tomber du ciel", ni Nina, la jeune fille chargée de s'en occuper ne parviendront à le faire sortir de sa lucidité désespérée et de son auto-aveuglement. On a d'ailleurs l'impression dans tout le roman que toute relation affective est spoliée soit par la peur de mourir soit par la préoccupation constante de la survie au quotidien. Terrible constat !
J'ai pourtant regretté que le style de l'auteur ne soit pas toujours à la hauteur de son réquisitoire. S'il a effectivement un sens aigu des situations cocasses voire absurdes, notamment toutes celles avec le pingouin (le vrai) , le phrasé ne suit pas. J'aurais aimé plus de mordant, plus d'auto-dérision, plus de phrases qui font mouche...
J'ai aussi été un peu déçue par le déroulé de l'intrigue. A la moitié du roman, il y a du mou, des scènes trop répétitives qui font que l'action n'avance plus.
C'est dommage, car l'idée du pingouin était excellente et la dénonciation de cette société ukrainienne post-soviétique en déliquescence fort intéressante.
Commenter  J’apprécie          743
D'une situation burlesque et iconoclaste au commencement le livre vire à une comédie dramatique amère, avec une famille se construisant grâce et autour du pingouin Micha.
Son adoptant, un écrivain désabusé et de piètre qualité recueille une gamine abandonnée par hasard, et recrute pour s'en occuper une jeune femme, qui s'incruste et devient sa compagne, le tout s'agrémentant d'amis de rencontre, qui passent et disparaissent ; puis se mèlent les accents inquiétants et tragiques.

Le pigouin de compagnie, objet de toutes les curiosités, traîne son spleen au long du roman, sucite l'empathie, puis devient une star des cimetières gagnant ainsi de puissants protecteurs, argent et traitements médicaux pointus.

Sous ces airs légers au départ l'auteur dénonce la corruption des élites ukrainiennes,les clans et compromissions politico-mafieux, la difficile vie quotidienne de la population et l'argent occulte facile pour certains.
En parallèle le geste s'assombrit, le personnage principal, stoïque et fataliste, évolue à la marge de cercles très opaques qui le dépassent, sans se sentir impliqué, à l'instar un héros kafkaïen subissant les événements qu'il n'appréhende pas, mais qui glissent sur lui sur lui telle l'eau sur une veste hydrophobe.

On aurait pu en attendre plus dans l'absurde de ces situations pingouinesques farfelues, mais le roman s'étiole quelquefois lors de transitions du loufoque à l'inquiétant, perdant un peu de sa tonicité initiale, mais rien de rébarbatif.

La fin en queue de poisson ( certes appréciable pour un pingouin, bon cest facile) laisse perplexe jusqu'au moment de comprendre qu'il y a une suite, " Les pingouins n'ont jamais froid" que je me suis empressé de commander pour découvrir la fin des pérégrinations du sympathique Micha.
Commenter  J’apprécie          681

Citations et extraits (145) Voir plus Ajouter une citation
C’était comme s’il avait trouvé le secret de la longévité. Il résidait dans le calme. Le calme était source de confiance en soi, et la confiance en soi permettait d’évacuer les soucis et les revirements inutiles. Il permettait de prendre des décisions qui rallongeaient l’existence. Elle conduisait vers l’avenir.
Commenter  J’apprécie          40
Le silence lui soufflait des pensées romantiques, et il se prit une fois de plus à rêver aux livres qu'il n'avait pas écrits, et à son passé. Il eut soudain l'impression d'être à l'étranger, hors de portée de son ancienne existence. Son étranger à lui était ce coin tranquille, cette Suisse de l'âme reposant sous la neige de la sérénité. Ici, tout était empreint de la crainte de déranger, au point que les oiseaux s'abstenaient de chanter ou de pépier, même s'ils en avaient très envie.
Commenter  J’apprécie          380
Une brise fraîche, étonnamment douce, l’effleura ; mêlée à la tiédeur précoce, encore fragile, comme enfantine, du soleil, elle lui procura une délicieuse sensation, une impression surprenante, brise passagère sur fond de soleil. Chaleur et fraîcheur. C’est ce qui fait naître la vie, ce qui l’appelle à la surface de la terre.
Commenter  J’apprécie          421
[...] Ils trinquèrent et burent leur cognac.
- Tu sais, poursuivit Igor Lvovitch, en veine de confidences, j'ai déjà plusieurs confrères qui m'ont appelé. Ils sont jaloux, ces parasites ! Ils disent que j'ai inventé un genre !
Il pouffa de satisfaction.
- C'est à toi qu'en revient tout le mérite, naturellement ! Mais ton existence doit rester secrète, et donc, je prendrai sur moi toutes les retombées, positives ou négatives, d'accord ?
Victor acquiesça, mais fut intérieurement peiné de ne pas pouvoir se montrer sous les projecteurs de la gloire, fût-elle journalistique. Le rédacteur en chef dut remarquer quelque chose dans ses yeux, car il ajouta :
- T'en fais pas, un jour, tout le monde connaitra ton vrai nom, si tu le veux ... Mais pour l'instant, et dans ton intérêt, il vaut mieux que tu restes un "Groupe de Camarades" anonyme."
Commenter  J’apprécie          130
[...] Micha, le pingouin, se promenait dans le couloir sombre, cognant de temps à autre à la porte fermée de la cuisine. Victor finit pas se sentir coupable et lui ouvrit. Il s'arrêta près de la table. Haut de presque un mètre, il parvenait à embrasser des yeux tout ce qui s'y trouvait. Il fixa d'abord la tasse de thé, puis Victor, qu'il examina d'un regard pénétrant, comme un fonctionnaire du Parti bien aguerri. Victor eut envie de lui faire plaisir. Il alla lui préparer un bain froid. Le bruit de l'eau fit immédiatement accourir le pingouin, qui s'appuya au rebord de la baignoire, bascula et plongea sans attendre qu'elle soit pleine.
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Andreï Kourkov (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andreï Kourkov
Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/
N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie.
Vous voulez une comédie à l'humour absurde et piquant ? Connaissez-vous ce petit bijou qui met en scène un écrivain fauché et un pingouin ?
« le Pingouin », d'Andreï Kourkov. C'est à lire en poche chez Liana Levi.
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature ukrainienneVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (3188) Voir plus



Quiz Voir plus

Avez-vous bien lu les Abeilles grises d'Andreï Kourkov?

Avant d'être retraité, Sergueïtch était...

syndicaliste
ingénieur
inspecteur des mines
instituteur

9 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : Les Abeilles grises de Andreï KourkovCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..