AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Nathalie Amargier (Traducteur)
EAN : 9791034906208
448 pages
Liana Lévi (26/03/2022)
3.74/5   232 notes
Résumé :
De retour chez lui après un séjour mouvementé en Antarctique, Victor n’a qu’une idée en tête: retrouver Micha, son pingouin d’adoption. Un jour à Kiev, le lendemain à Moscou, le jour suivant dans les recoins les plus sombres de la Tchétchénie en guerre, Victor traverse sans jamais s’étonner de rien une région déboussolée, livrée à la corruption et aux situations les plus rocambolesques.
En funambule virtuose, Andreï Kourkov retrouve ses personnages fétiches p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 232 notes
5
5 avis
4
6 avis
3
8 avis
2
0 avis
1
2 avis

Fortuna
  06 avril 2022
A la fin du roman précédent, le Pingouin, Victor avait abandonné ce dernier, Micha, pour partir à sa place en Antarctique, histoire de sauver sa peau. Or une opportunité s'offre à lui de rentrer à Kiev : un banquier rencontré dans ces confins du monde, lui confie avant sa mort – il a été empoisonné – une carte de crédit et une lettre à remettre à sa femme à Moscou. Plus un billet de retour…Retour qui s'avère compliqué pour Victor dont l'appartement est occupé par sa fille d'adoption, la petite Siona, la nounou de cette dernière Nina, et l'amant de Nina, un sinistre individu…Ne se sentant pas chez lui, il ère dans Kiev et atterrit au cimetière où il lui semble apercevoir Micha…Enlevé par un malfrat, le riche Sergueï Pavlovitch qui veut se lancer dans la politique, il accepte de devenir son conseiller et de rédiger son programme…avant de partir à la recherche de son pingouin…
Recherche qui va le mener de Moscou où il rencontre la veuve du banquier et apprend que Micha est dans les mains d'un certain Khatchaïev, en Tchétchénie. Il n'hésite pas à s'embarquer dans un bus de passeurs pour rejoindre ce pays en guerre. Et pour continuer dans le domaine du funéraire, il est employé comme esclave dans une entreprise de crémation qui marche à plein rendement et même parfois un peu trop…
Du loufoque dans le macabre, mais toujours ce souci de mettre en lumière les failles profondes de la société post-soviétique gangrenée par la corruption, la violence et la guerre, un système dans lequel celui qui dérange doit disparaître. Et si finalement risquer sa vie et payer une fortune pour récupérer un pingouin peut sembler complètement absurde et invraisemblable, c'est peut être une des choses les plus sensées à accomplir dans un monde déboussolé. Car on ne peut trahir une promesse faite à une enfant. Ni résister au regard mouillé d'un pingouin reconnaissant…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
KOLIATHI
  24 juin 2019
Je viens de terminer cette géniale saga racontant les péripéties de Victor et de son pingouin Micha tentant de survivre dans cette période post soviétique entourés de mafieux, de politiques corrompus et même de mercenaires tchétchènes... mais qui toujours devoilent, in fine, un fond d'humanité. C'est un livre sur l'amitié, la tendresse. Kourkov nous dit qu'il ne faut pas désespérer de l'homme malgré ses lâchetés ou ses violences. Lisez cette saga et vous ne regarderez plus les pingouins de la même façon !
Commenter  J’apprécie          221
Woland
  26 décembre 2007
Le lecteur qui avait laissé Viktor (Vitia) Zolotarev s'embarquant pour l'Antarctique à la place de son pingouin Micha - de son manchot, pour être exact - parce qu'il était poursuivi par une bande de malfrats, assiste à son retour à Kiev, muni d'une commission importante et d'une carte de crédit que lui a confiées un banquier rencontré sur le navire polaire.
Quand il téléphone à son appartement, c'est pour apprendre, par l'entremise de la petite Sonia - laquelle voit la chose d'un mauvais oeil - que Nina s'est mise en ménage avec un parfait abruti. Et le médecin qui a opéré Micha a une nouvelle encore plus mauvaise à lui apprendre : suite à l'un de ces concours de circonstances à la fois farfelu et très logique qu'affectionne l'auteur, le pingouin a été emporté par l'un des créanciers du "bienfaiteur" qui avait fourni l'argent pour l'opération.
A partir de là, Viktor n'aura de cesse de récupérer Micha. Pour ce faire, il n'hésitera pas à se vendre comme "esclave" en Tchétchénie et à y affronter le redoutable Khatchaïev. Mais c'est en définitive grâce à l'aide de ce dernier que Viktor comme Micha - mais à quinze jours d'intervalle l'un de l'autre - parviendront à rentrer en Russie.
Cette suite du "Pingouin" n'est pas d'un comique aussi absurde que le premier volume. Sous le sourire et la gaieté dont Kourkov ne se départ jamais, se dévoile une Russie où la pègre s'allie impunément à l'Etat pour remporter les élections et où l'on peut regretter non pas l'URSS mais l'ordre relatif qu'elle avait instauré. La guerre en Tchétchénie est traitée avec pudeur mais sans complaisance et Kourkov renvoie les combattants dos à dos, raillant au passage l'orgueil insensé des rebelles Tchétchènes. Bref, la Russie de Kourkov est une jungle où il faut savoir fermer les yeux si l'on veut survivre.
A la fin du roman, Viktor quitte Kiev, laissant cette fois-ci Nina et Sonia à la charge de son ami Liocha mais dans son appartement. Mais Micha l'accompagne et l'épilogue voit enfin le pauvre manchot rejoindre l'Antarctique. Une fin douce-amère car de Viktor ou du lecteur ayant suivi ses aventures, qui pourra dire qui s'était le plus attaché à ce curieux compagnon, muet certes mais dont les yeux parlaient si bien ? ... ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JeanLibremont
  14 juillet 2022
Six ans (1996 - 2002) séparent les parutions du premier roman de l'auteur, "Le Pingouin", et de cette suite, "Les pingouins n'ont jamais froid". Alors meme que dans la fiction quelques mois seulement séparent les deux parties du récit, Victor - le personnage humain principal dans les deux - a sensiblement évolué: il a perdu de son anxiété chronique, mais il est désormais surtout moins préoccupé de lui-meme et plus des autres. Bien plus. On peut supposer que les changements psychologiques de Victor refletent ceux de l'auteur pendant les années séparant l'écriture des deux parties du roman puisque, entre temps, il a connu le succes international et donc ce qui est assurément la sécurité et aussi une forme du bonheur pour un écrivain.

C'est un récit prenant mais souvent oppressant aussi car son univers - Kiev, Moscou et la cambrousse d'une Tchétchénie en guerre - est plutot cafardeux, violent et impitoyable. La violence y est rarement "consommée" mais toujours présente en filigrane. En contrepartie, il y a aussi la tendresse, celle en particulier entre Victor, la petite fille Sonia et Micha le pingouin. C'est a la fois un roman d'aventure et le portrait d'une Ukraine urbaine - en l'occurrence Kiev - post-communiste. Les personnages sont typés - il y a notamment l'homme de main, le politicien, l'affairiste et l'homme ordinaire qui tente de survivre dans cette jungle humaine - et tous évoluent dans cette zone grise entre légalité et criminalité dont l'emprise caractérise les pays de l'ancien bloc soviétique. Bien que typés, l'auteur se refuse a enfermer ses personnages dans les cadres "bon" ou "mauvais", préférant leur donner des personnalités dans lesquelles grandeur et petitesse, égoisme et générosité, violence et tendresse sont melées comme dans la réalité.

Le roman tourne autour de Micha le pingouin qui est en fait bien autre chose qu'un animal mignon destiné a attendrir le lecteur. Dans ma perception du récit Micha en est le vrai héros et il est un etre quasiment surnaturel représentant... le destin. C'est un role similaire a celui que j'ai percu du caméléon dans le roman précédent au titre éponyme. le destin emmene Victor d'aventure en aventure, d'espoirs en déceptions, de joie en tristesse, jusqu'a rencontrer le bonheur a la fin de ce grand parcours d'obstacles. Selon mon interprétation, ce magnifique roman - a la fois sombre et lumineux - nous souffle que la vie est une invitation a la danse et que c'est seulement en acceptant pleinement cette invitation - il y faut souvent du courage et des sacrifices - que l'on donne au destin la possibilité de nous récompenser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
holley
  25 juin 2012
Avant d'être des polars où des satires de la décomposition politique de l'urss, "le pingouin" et sa suite" les pingouins n'ont jamais froid", d'Andrei Kurkov sont d'abord les témoins d'une vision du monde, d'une "weltanschaung" très particulière de l'auteur. Pourtant point de fumeuses références littéraires ou de constructions alambiqués, un simple point de départ : un journaliste à la peine dans son travail et dans un désert affectif récupère un pingouin dans le zoo délabré de Kiev qui n'a plus les moyens d'entretenir ses pensionnaires.
C'est là l'extrême gageure de ce livre c'est qu'on ne sort pas cet axiome : sa première responsabilité c'est de s'occuper de cet oiseau, coûte que coûte. Dans un univers de délabrement morale, psychique et politique, où le dollar est la seule loi, c'est MIscha le pingouin qui devient le centre névralgique de toute l'histoire. Là où la vie des hommes ne vaut plus rien, celle de l'oiseau austral prend paradoxalement une plus grand valeur. C'est à l'aune de ses sentiments (oui Misha a des sentiments) que se mesure le sentiment des quelques reliefs d'humanité que croise victor dans son chemin et avec qui il constitue une communauté justement autour de l'oiseau.
Souvent j'ai remarqué dans les livres russes, il y a cette référence à une communauté fraternelle cachée du fond des âges : celle peut être des vieux croyants que des siècles de persécution ont renforcé dans leur pratique et dans leur certitude.
Chalamov en parle dans les souvenirs de la Kolyma où ils croisent quelques spécimens réfugiés en sibérie. Il dit d'ailleurs que ce sont ceux qui ont le mieux résisté à l'oppression.
Pour revenir à Kourkov, le langage est au service de l'histoire, ni trop ni trop peu. On prend donc un plaisir, grand, teinté tout de même d'une forte mélancolie, une amertume proprement slave qui est comme la première gorgée d'une bière sombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
FortunaFortuna   31 mars 2022
Il sortit aussitôt son portable et composa un numéro.
- Où on en est pour ma campagne ? demanda-t-il d'un ton sévère.
Il écouta la réponse durant plusieurs minutes, raccrocha et rangea son portable.
- Deux cent mille tracts avec ton programme et ma profession de foi ont été remis aux électeurs, quatre-vingt-dix mille colis de nourriture distribués à des retraités, on a établi une liste de tous les nécessiteux qui toucheront une aide après ma victoire, trois écoles ont été équipées en ordinateurs, sans parler d'un tas d'autres petits trucs ! Et sans oublier tes prothèses, d'ailleurs ! Tu trouves que ça ne suffit pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BMRBMR   03 février 2010
[...] Chaque pays est une sorte d'immense corps composé de milliers d'organes et de millions de petites cellules qui s'agitent en tout sens, les humains. Plus le corps est grand, moins il est sain. Il faut en permanence le traiter, l'opérer, anesthésier certaines parties en espérant ne jamais avoir besoin de recourir à une anesthésie générale. Cette crainte contribue à multiplier les anesthésies locales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   08 janvier 2022
Chaque pays est une sorte d’immense corps composé de milliers d’organes et de millions de petites cellules qui s’agitent en tous sens, les humains. Plus ce corps est grand, moins il est sain. Il faut en permanence le traiter, l’opérer, anesthésier certaines parties en espérant ne jamais avoir besoin de recourir à une anesthésie générale. Cette crainte contribue à multiplier les anesthésies locales. Tous les organes et toutes les cellules concernés adoptent alors un comportement étrange, en fonction de la puissance du produit. Pour entrer ou sortir de ces zones, il faut être soi-même anesthésié, totalement, afin de ne ressentir ni douleur ni émotion trop vive en passant la frontière, et rester indemne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleilpetitsoleil   23 septembre 2013
Le seul endroit où l'on pouvait se détendre un moment était le bar, au rez-de-chaussée du bâtiment d'habitation.
Mais même là, tout était glacial.
On n'y vendait pas à boire et il n'y avait jamais eu de serveur.
Commenter  J’apprécie          144
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   15 décembre 2021
Victor pensa tout à coup que ce serait bien de vivre éternellement et de mourir jeune. Que la vie soit infinie, distincte du temps, isolée par une sorte de cloche transparente. Que tout reste naturel, que les arbres du boulevard Chevtchenko continuent à pousser, que les chiens continuent à lever la patte sur eux, que les jeunes filles deviennent des femmes, sans que lui, Victor, ne change.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Andreï Kourkov (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andreï Kourkov
Comment apaiser l'Ukraine : Andreï Kourkov 1 févr. 2022 Andeï Kourkov, écrivain ukrainien de langue russe, est notre invité pour son nouveau roman "Les abeilles grises" édtions Liana Levi.
autres livres classés : ukraineVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
378 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre