AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781034900559
Liana Lévi (20/09/2018)
3.97/5   32 notes
Résumé :
C’est la fin des gardes-frontière et des contrôles de passeports, un immense espoir pour un pays minuscule: le 21 décembre 2007, à minuit, la Lituanie intègre enfin l’espace Schengen. Comme beaucoup de leurs compatriotes, trois couples se lancent dans la grande aventure européenne. Ingrida et Klaudijus tenteront leur chance à Londres. Barbora et Andrius à Paris. Et si Renata et Vitas restent dans leur petite ferme à Anykšciai, eux aussi espèrent voir souffler jusqu’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 32 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

traversay
  18 octobre 2018
Les lecteurs français ont découvert l'ukrainien Andreï Kourkov (qui écrit en russe) en mars 2000 avec la parution du Pingouin, un roman loufoque et absurde. Tiens, s'est-on dit, voici un Paasilinna d'Europe de l'Est ! Depuis, sans oublier son sens de la fantaisie, l'écrivain a donné une tonalité plus "sérieuse" à ses livres de Laitier de nuit au Concert posthume de Jimi Hendrix. Vilnius, Paris, Londres est peut-être le plus ambitieux de ses romans, un pavé impressionnant de près de 650 pages qui, cette fois, quitte l'Ukraine pour la Lituanie. 4 récits alternent, avec 3 jeunes couples dont 2 ont choisi de partir hors du pays au moment de l'ouverture des frontières en décembre 2007. Et Kourkov suit également un très vieil homme, lesté d'une jambe de bois, qui parcourt l'Europe des fins fonds de la Lituanie à Dunkerque, à pied et en stop. Il faut un temps d'adaptation qui dure une centaine de pages mais ensuite on s'attache énormément à ces lituaniens en exil (à Paris puis dans le Nord de la France ; à Londres puis dans le Kent) ou restés en Lituanie, dans un village à peine répertorié sur les cartes. A travers ces différents destins, Kourkov ausculte l'idée d'un "rêve européen" en montrant également la part de chimères et de désillusions qu'il recouvre. Au demeurant, le livre s'attachant au quotidien de ses personnages semble s'ancrer dans une narration empreinte de réaliste. Ce qui est loin finalement d'être le cas tant l'onirisme contamine de plus en plus le roman en lien avec une évocation du passé guerrier de l'Europe (c'est là où le personnage du voyageur prend toute sa signification). L'exil, même sans frontières, revêt pour Kourkov des formes plutôt surprenantes avec les métiers exercés par ses héros : clown à l'hôpital ou encore fabricant de cages à lapin. Quant à ceux qui sont restés en Lituanie, ils se lancent dans la teinture pour animaux. Mais finalement, ce sont bien la mélancolie et le désenchantement qui dominent dans ce roman qui prend tout son temps, et c'est loin d'être un reproche, pour nous familiariser avec des personnages complexes mais décidés à profiter de toutes les opportunités offertes par l'espace européen. On a été très heureux, en tous cas, d'avoir fait ce bout de chemin avec eux.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
Rodin_Marcel
  08 mars 2019
Kourkov Andreï (1961-) – "Vilnius, Paris, Londres " – Ed. Liana Levi, 2018 (ISBN 979-10-349-0055-8) – format 21x14cm, 637 p.
– traduit du russe par Paul Lequesne
–cop. 2016 pour l'édition originale (NB : l'auteur est présenté comme "un écrivain ukrainien d'expression russe")

Un très très bon roman !
Certes, il compte 637 pages (sans la moindre ligne inutile), qui abritent de fait quatre romans menés de front. En effet, suite à l'entrée de la Lituanie dans l'espace Schengen le 21 décembre 2007 à minuit, trois jeunes couples lituaniens décident de tenter leur chance dans l'un de ces pays qu'ils croient être des Eldorados.
Ingrida et Klaudijus prennent le chemin du Royaume-Uni en commençant par Londres, Barbora et Andrius choisissent la France en commençant par Paris, Renata et Vitas rêvent de l'Italie, mais vont finalement rester dans leur pays.
En contrepoint, tissé dans ces trois séquences initiatiques, le vieillard Kukutis traverse l'Europe de part en part, en auto-stop, lui qui dispose de la mémoire historique de notre continent dévasté par deux guerres effroyables...

Les cheminements parallèles (parfois croisés) de ces sept personnages, le regard qu'elles et ils portent sur ces pays dont ils rêvaient, leurs désillusions, constituent à eux seuls un ressort narratif puissant, déjà suffisant pour inciter à "tourner les pages" sans lâcher cet ouvrage palpitant.
S'y ajoute l'aisance de l'écriture (bravo au traducteur !), la maîtrise des fils des différentes intrigues, l'épaisseur des personnages et tant d'autres qualités littéraires, que nous avons enfin là un vrai grand roman, une fresque au sens le plus classique du terme. Aussi incroyable que cela paraisse, le texte ne contient aucune de ces scènes violentes, sanglantes ou pornographiques qui sont aujourd'hui infligées au lecteur dans tout roman "contemporain" couronné de prix divers et variés, ce qui donne une grande force à ce récit qui renouvelle avec grand talent le "Bildungsroman".

de cet auteur, j'avais lu "Le pingouin" (voir recension), qui ne m'avait pas franchement enthousiasmé. Ce "Vilnius, Paris, Londres" m'amène en revanche à me procurer dès que possible un autre roman de cet auteur...
Un roman à lire, à recommander, à offrir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Mariecognat
  31 août 2020
A la veille de l'entrée de la Lituanie dans l'espace Schengen, trois jeunes couples décident de tenter l'aventure et de s'expatrier vers l'Europe de l'Ouest pour s'offrir une vie qu'ils rêvent meilleure maintenant qu'ils ont la liberté de circulation. Vitas et Renata renonceront finalement à ce projet car celle-ci ne peut se résoudre à laisser seul son grand-père adoré. Ingrida et Klaudijus se décident pour Londres alors que Barbora et Andrius tentent leur chance à Paris. Dans le même temps, Kukutis, un très vieil homme unijambiste qui a connu toutes les guerres, s'en va à pied sur les routes porter secours à un lituanien inconnu de lui mais dont il sent l'appel au secours dans son coeur. Les chemins des uns et des autres seront semés d'embuches, et leurs rêves vont se heurter à la dure réalité d'une Europe loin d'être enchantée.
Le lecteur suit les aventures des uns et des autres avec beaucoup de plaisir tant le ton adopté par l'auteur est délicat, chargé d'empathie et de tendresse pour ses personnages dont la psychologie est merveilleusement travaillée et suggérée. Parfois drôle, souvent mélancolique voire dramatique, ce roman m'a beaucoup touchée. le personnage de Kukutis, truculent et inventif, apporte un côté magique au récit presque comme dans un conte. Je n'ai d'ailleurs pas réussi à décider si il était réel ou non…
Encore une fois merci au journal le Monde qui m'a fait découvrir Andreï Kourkov. le talent qu'il manifeste dans ce livre me donne envie de lire son roman « Le Pingouin » qui avait beaucoup fait parler de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Chevechette
  18 décembre 2021
j'ai acheté ce livre lors d'un bref séjour à Vilnius, à la librairie française de la ville (oui, il y a une librairie française à Vilnius, c'est l'info de cette critique ;-) ).
J'avoue que j'ai eu un peu de mal à entrer dans ce livre mais, petit à petit, je me suis attachée à plusieurs des protagonistes. Notamment à Andrius, qui pense pouvoir gagner sa vie en France en faisant le clown, dans les rues ou dans les hôpitaux. Il fait montre de générosité et d'empathie et fait de belles rencontres, et lui et sa compagne parviennent à faire un bout de chemin en France, avec l'espoir d'une vie meilleure. Deux autres couples ont des destins différents, l'un part en Grande-Bretagne et s'y perd quelque peu. Celui qui reste en Lituanie passe par des péripéties déroutantes et j'avoue qu'au début j'ai eu du mal à supporter le. personnage de Vitas et ses idées absurdes comme de teindre en couleurs les animaux familiers. Et puis le personnage évolue et mon opinion a évolué avec lui. J'ai beaucoup aimé le personnage de Renata, soucieuse des autres, de son grand-père, du chien de celui-ci…
Ce serait trop long (et en dirait trop sur l'intrigue) d'en dire beaucoup plus mais ce roman mérite d'être lu pour la vie dans la campagne (souvent enneigée) de Lituanie, pour le personnage énigmatique de Kukutis le voyageur missionnaire, et pour tous les espoirs souvent déçus qui constituent un tableau contemporain d'une partie de l'Europe.
Bref, j'ai bien aimé ce livre, à partir du moment où j'ai adopté les personnages et leur (fréquente) mélancolie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
clodermer
  07 avril 2019
La Lituanie vient d'adhérer à l'Union Européenne. Trois jeunes couples, réunis à l'occasion des fêtes de fin d'année dans une ferme d'un coin perdu de ce petit pays balte, décident avec enthousiasme de tenter leur chance dans ce vaste continent qui s'ouvre à eux. Un couple ira à Londres, l'autre à Paris, le troisième à Rome. À partir de là, trois histoires différentes commencent en parallèle. Je devrais plutôt dire quatre, car il y a aussi cet étrange personnage à la jambe de bois et plein de ressources qui voyage également. Je n'en dirai pas plus, mais ce dernier personnage est vraiment savoureux et plein de mystères.
Andreï Kourkov nous raconte ces migrations avec beaucoup de talent. Ses personnages, que l'on suit dans leurs rêves, leurs rencontres, leurs doutes sont attachants mais se fracassent parfois aussi à la dure réalité. Les retournements de situation ne manquent pas. Et si la vraie réussite était de rester en Lituanie ?
J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre !
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Liberation   04 octobre 2018
Dans ce roman fort et onirique, l’Ukrainien Andreï Kourkov entremêle quatre histoires aux portes de Schengen.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
mimo26mimo26   03 octobre 2018
Šeštokai. 20 décembre 2007
La Terre n’est pas aveugle, même la nuit, elle garde les yeux ouverts. Elle contemple de ses immenses pupilles – lacs, mers et océans – les ténèbres et le ciel. Elle voit et reflète tout. Seulement, personne ne sait très bien si elle garde en mémoire ce qu’elle a vu. Et si oui, de quelle manière ? Et où sa
mémoire est-elle cachée ? Peut-être ces questions sans réponse expliquent-elles que l’homme se prend souvent pour les yeux de la Terre et tente de retenir ce qu’il voit, de le raconter, de le consigner dans des archives. Et ainsi croit-il écrire l’histoire du monde, alors qu’en réalité il ne rend compte que de l’infime part qu’il en entrevoit.
Mais le regard humain est une chose, celui de la Terre en est une autre, immense et insondable. La Terre a toujours le sien levé en l’air, braqué sur le ciel, alors que l’homme ne regarde qu’autour de lui. Parfois il scrute l’horizon, parfois la voûte céleste, quand il se sent observé de là-haut, mais la Terre ne regarde toujours que le ciel. Elle se moque de tout, sauf de
ce qui se trouve au-dessus d’elle. Or au-dessus d’elle, ce n’est toujours que du bleu, du noir ou du gris. Et aussi du soleil de temps à autre, et aussi des nuages, le feu clignotant d’un avion de ligne ou quelque point scintillant en mouvement parmi les étoiles, lancé par les hommes, espion cosmique fait
de métal brillant qu’on appelle « Spoutnik ». Ces Spoutniks – « compagnons de route » en russe – sont l’unique tentative de l’humanité pour tourner son regard vers le bas. Sans doute les premiers savants rêvaient-ils que le regard de la Terre et celui de son compagnon de route finissent un jour par se croiser. Et que le spoutnik parvînt à photographier la réaction de notre
planète à cette plaisanterie d’hommes de science. Les premiers savants sont morts déjà. Et leurs successeurs ont tout oublié ou bien n’ont jamais rien su de leur projet. Ils ont bien essayé, au moyen des spoutniks, de repérer tous les sentiers dans les forêts, et tous les navires, surtout de guerre, sur les océans.
Et il n’y avait pas pour eux de plus sérieux obstacle à leur observation que les lourds nuages chargés de neige, pressés d’emmitoufler la Terre d’une pelisse immaculée pour qu’elle pût hiberner au chaud.
Ainsi, le spoutnik qui survolait cette nuit-là la Lituanie orientale ne pouvait rien en distinguer. Il n’avait même pas remarqué que depuis un mois déjà, les premières neiges étaient enfouies sous des couches nouvelles.

Le 20 décembre 2007, à minuit moins le quart, un vieil homme s’approchait sans hâte d’une barrière, près du village de Šeštokai perdu quelque part entre Kalvarija et Lazdijai, juste à la frontière du territoire lituanien, bien loin de la forêt d’Anykščiai. D’un pas assuré, mais curieusement chancelant,
il s’approcha et fit halte à cinq ou six mètres, au beau milieu de la route dont l’accès était défendu par une flèche bicolore.
Une maisonnette peinte en vert se dressait à côté, dont deux fenêtres étaient éclairées. Une lumière, légèrement tamisée, presque intime, s’en échappait. Et même la barrière scintillait, éclaboussée par ricochet par cette lumière jaune dont l’éclat, frappant d’abord la neige, s’éparpillait sur toutes les vitres alentour.
La porte grinça. Un garde-frontière parut dans l’encadrement de bois. Il leva la tête, regarda l’ampoule pendue sous l’auvent. Elle doit avoir gelé, songea-t-il. Empoignant la douille d’une main et l’ampoule de l’autre, il les fit tourner dans les deux sens. Et, réveillée par les mains du garde-frontière, la
lampe se ralluma. Le soldat, manifestement content de lui, sourit, inspira l’air glacé et l’expira sous forme de vapeur.
Il s’appliqua pendant trente bonnes secondes à ne pas remarquer le vieil homme que la soudaine lumière de l’ampoule ressuscitée forçait à cligner des yeux. Puis, mal à l’aise, il finit par adresser un signe de la tête à l’étranger. L’homme, qui l’observait, opina à son tour, tira de la poche de son manteau gris au col relevé une montre de gousset à l’ancienne mode et
en ouvrit le couvercle. Minuit moins huit.
« Peut-être voulez-vous entrer ? demanda poliment le garde-frontière.
– Peut-être, oui, répondit le vieillard sans pour autant bouger.
– Eh bien, venez. Nous avons du thé, et même un truc un peu plus fort !
– Comment ça ? s’exclama l’autre, surpris. Vous êtes prêts à inviter tout le monde à la file ? Et puis, est-il bien permis de boire à la frontière ?

– Aujourd’hui, on peut, soupira le soldat. Aujourd’hui, c’est une journée comme ça, où c’est possible. »
Il s’engouffra dans la maisonnette. À sa suite, le vieux gravit les trois marches en posant avec précaution sa jambe droite dont le genou ne pliait pas et qui se terminait non par une lourde bottine, comme la gauche, mais par une rondelle de caoutchouc clouée à un talon de bois.
Dans la grande pièce régnait une odeur de cannelle et de clou de girofle. Sur une plaque électrique, une petite bouilloire émaillée soufflait par son bec des nuages de vapeur.
Une bouteille trapue de Žalgiris trônait sur l’appui de fenêtre entre deux pots d’aloès guère plus grands qu’elle. À côté, plusieurs verres à alcool. Et sur le mur, au-dessus du bureau, était accroché un portrait du président Adamkus.
Le vieillard considéra tour à tour le président et les trois gardes présents dans la pièce.
« Est-ce ainsi qu’on surveille une frontière ? demanda-t-il, perplexe.
– Nous fermons, expliqua le plus gradé, d’une voix pleine
de tristesse, en écartant les bras en signe d’impuissance.
– Vous fermez la frontière ?
– Au contraire. Nous l’ouvrons. Mais nous fermons le postefrontière,
dit le deuxième.
– Et où va-t-on vous affecter ?
– Ce sera différent pour chacun, soupira le troisième. Mais moi, je m’en irai sûrement de l’autre côté, à l’étranger. »
Il jeta un regard désabusé par la fenêtre.
« Oui, il y a sans doute des pays qui manquent de gardesfrontière, déclara le vieil homme d’une voix songeuse après un bref silence. Mais ces pays-là ou bien sont malades ou bien sont trop grands… Si ce n’est pire ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
clodermerclodermer   07 avril 2019
Si Dieu, créateur de la Terre, avait été allemand, la Terre serait carrée. Tous les angles seraient droits, et il serait beaucoup plus facile de s'y déplacer. Il y aurait beaucoup plus de gisements de fer et de charbon. Et toutes ces précieuses ressources reposeraient à une profondeur commode, au voisinage d'une route permettant d'y accéder.
Commenter  J’apprécie          40
Maou88Maou88   23 octobre 2021
Seulement, personne ne sait très bien si elle [la Terre] garde en mémoire ce qu'elle a vu. Et si oui, de quelle manière ? Et où sa mémoire est-elle cachée ? Peut-être ces questions sans réponse expliquent-elles que l'homme se prend souvent pour les yeux de la terre et tente de retenir ce qu'il voit, de le raconter, de le consigner dans des archives. Et ainsi croit-il écrire l'histoire du monde, alors qu'en réalité il ne rend compte que de l'infime part qu'il en entrevoit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MelleFifiMelleFifi   27 août 2018
Le poste de radio diffusait de la musique de Debussy, si légère et si douce, qu’on pouvait l’attraper et la porter à son oreille sur le bout d’un petit doigt.
Commenter  J’apprécie          50
KOLIATHIKOLIATHI   03 mai 2019
- Et à quoi croyez-vous ?
- A Dieu, au bien, et au fait que le but de tout voyage est de sauver un être en détresse.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Andreï Kourkov (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andreï Kourkov
33EME FÊTE DU LIVRE DE BRON 6—10 MARS 2019 HIPPODROME DE PARILLY + LIEuX PARTENAIRES
Au fil des grands romans, essais, bandes dessinées, recueils poétiques ou livres jeunesse publiés dans l'année, nombreux sont les auteurs qui explorent les liens entre nature et culture, animalité et civilisation, instinct et normes sociales, urbanité et sauvagerie.
De Serge Joncour à Nicolas Mathieu, Prix Goncourt 2018 pour Leurs enfants après eux, en passant par la brillante essayiste Marielle Macé, l'écrivain David Diop ou le grand anthropologue Philippe Descola, cette interrogation sur la part animale se double d'une réflexion profonde sur les enjeux de notre monde contemporain – l'urgence environnementale, la violence sociale, la pauvreté, les migrations – autant de thèmes que la littérature et les sciences humaines permettent d'éclairer et de mettre en perspective.
Mais La Vie Sauvage, c'est aussi la vie vivante, électrique, désobéissante, audacieuse et imaginative, cette part de rêve et de poésie, de subversion et d'invention que les livres continuent de porter envers et contre tout.
La littérature aussi est une forme de vie sauvage !
Avec DOMINIQUE A · NINE ANTICO DIDIER CORNILLE · GAUTHIER DAVID PHILIPPE DESCOLA · DAVID DIOP · FABCARO · JÉRÔME FERRARI · JÉRÉMIE FISCHER · RAPHAËLE FRIER · CLAIRE GARRALON · PIERRE GUYOTAT · SERGE JONCOUR · ANDREÏ KOURKOV · OLIVIA DE LAMBERTERIE · RÉGIS LEJONC · NICOLAS MATHIEU · LAURENT MOREAU · FRANÇOIS MOREL · JEAN-CLAUDE MOURLEVAT · FRANCK PRÉVOT · VÉRONIQUE OVALDÉ · ATIQ RAHIMI · DELPHINE DE VIGAN · ÉRIC VUILLARD · VALÉRIE ZENATTI.
Festival en entrée libre. Programmation complète sur www.fetedulivredebron.com.
Suivez la Fête du Livre de Bron : facebook.com/fetedulivredebron twitter.com/FeteBron instagram.com/fetedulivredebron
Réalisation : François Leconte/Agence Tintamarre ©2019
+ Lire la suite
autres livres classés : LituanieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
360 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre

.. ..