AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Apocalypse (Koz) tome 3 sur 3
EAN : 9782266337786
384 pages
Pocket (12/10/2023)
3.77/5   64 notes
Résumé :
Alors qu’une violente tempête se prépare près de Nantes, les météorologues redoutent la conjonction de ce phénomène avec la grande marée d’équinoxe, promesse de crues exceptionnelles. Rapidement, leurs prédictions se révèlent justes et la montée conjuguée des eaux maritimes et de la Loire devient totalement incontrôlable. Mais, plus inquiétant encore, les hôpitaux de la région se retrouvent subitement submergés par des cas d’encéphalite fulgurante qui poussent les m... >Voir plus
Que lire après BleuVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 64 notes
5
10 avis
4
17 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis
Avec Bleu, j'ai pris le train en cours, Koz ayant déjà écrit Noir et Rouge.
Si cela ne m'a pas gênée, je suis restée mitigée sur ce roman policier qui manquait un peu de consistance.
Avec le réchauffement climatique, des phénomènes météorologiques occurent et un terrorisme écologique les met à profit. La cellule Nouvelles Menaces s'occupent de gérer ces crises.
Maya une super tempête arrive. L'équipe dont l'un des agents est malade va devoir trouver la cause de suicides en masse.
On s'intéresse aux différentes cellules policières à leurs interactions, beaucoup de flics en action, un peu comme une série policière.
Il y a énormément de dialogues. Je ne me suis pas attachée aux personnages. L'enquêtrice enceinte jusqu'aux dents m'a paru peu crédible.
Et par moment, c'est peu invraisemblable.
C'est certainement trop « High Tech » pour moi et de plus j'ai eu beaucoup de mal à retenir les différentes abréviations.
Ceci dit, je l'ai lu jusqu'au bout même si je me doutais de certains détails. C'est pourquoi je vous conseille de le lire et de vous faire votre propre opinion.
Bleu sort le 18.08.2022
Merci aux éditions Fleuve
#Bleu #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          377
Bien que Bleu soit le troisième tome de la trilogie apocalypse, la lecture n'a pas été entravée.

•'H₂O ce symbole court de l'eau, celle que nous apprivoisons dans la vie quotidienne mais aussi celle qui va vous faire vibrer tout au long de votre lecture.
•'En parallèle nous allons suivre l'enquête de Hugo Kezer et Anne Gilardini en charge de la cellule Nouvelles menaces.
Des clandestins nigériens retrouvés noyés, des suicides et un pathogène mystérieux. de quoi tenir en haleine le lecteur.
•'J'ai beaucoup apprécié la lecture. L'écriture est très intéressante, j'y ai appris plein de choses. Il y a des passages qui expliquent certains fonctionnement technique mais j'ai trouvé cela très enrichissant.
•'Les personnages, une fois bien installé, car il est vrai qu'il y en a une flopée ont été de bons protagonistes tout au long de l'histoire.
J'ai un petit faible pour Hugo, il est attachant.
Anne, est dotée d'une sacrée puissance.

•En conclusion, un monde très envoûtant. Une enquête palpitante ! L'on reste sur une fin qui pourrait laisser présager une suite ou alors c'est la touche de l'auteur de finir sur ce ton.
J'ai envie de découvrir les deux autres tomes de l'auteur.
À votre tour de mettre les pieds dans l'eau ;) dans cet excellent thriller.

🌟 Mention spéciale pour cette magnifique couverture !

Sp numérique reçu via NetGalley
Merci fleuve édition
Commenter  J’apprécie          300
L'action se situe à Nantes, où une violente tempête est annoncée avec risque de crue historique. Les météorologues sont sur le pied de guerre, leurs prévisions très sombres pas forcément prises au sérieux : tout le système fonctionne à la perfection, on détectera sûrement à temps et selon les autorités, on est prêts…

Sur ce fond déjà apocalyptique, se greffent une vague de suicides inexpliqués : des migrants se sont jetés dans le vide, un enfant a tenté de sauter d'un étage élevé du CHU, et sur ce tableau déjà compliqué, une des personnes chargées de surveiller les normes de chlore, la détection de microbes dans l'eau potable s'écroule lors d'une vérification, alors que tous les paramètres étaient au vert. Sabotage ? Mauvaise appréciation des conditions ?

Pourquoi diligenter une enquête alors qu'il s'agit de suicides ? On comprend très vite que c'est beaucoup plus complexe surtout quand tomberont les premiers résultats : encéphalite. A l'équipe de police de Nantes, sous les ordres de Fabrice le Troadec, va se joindre Hugo Kezer et Anne Gilardini, commandants en charge de la cellule Nouvelles Menaces… et un éminent professeur de l'institut de Lyon va s'inviter sur l'enquête.

L'enquête en elle-même m'a plu, elle est originale, bien dans l'actualité du dérèglement climatique, et rondement menée. Cependant je n'ai pas été convaincue car certaines ficelles sont grosses, en faisant intervenir des mouvements extrémistes comme « Mouvement pour l'extinction volontaire de l'humanité » ou encore la secte appelée « Church of Euthanasia », (fondée en 1992 aux USA par Chris Korda) pour lesquelles il est urgent de débarrasser la Planète des humains, alors quoi de plus efficace qu'une pandémie ???

Autre petite déception : j'ai compris très vite le rôle du Professeur et pourquoi il était concerné. Dans une enquête sur fond de pandémie j'ai de loin préféré « Pandemia » de Franck Thilliez mais on passe un bon moment car la lecture devient vite addictive, sans toutefois emporter. En refermant ce livre, je n'ai pas envie de me précipiter sur les deux premiers opus. Il faut dire que depuis deux ans on a tellement entendu parler du Covid, des vaccins, de confinements gestes barrière que s'y retrouver plongé, même en période de vacances, ce n'est pas forcément tentant.

Un grand merci à NetGalley et aux éditions du Fleuve qui m'ont permis de découvrir ce roman et son mystérieux auteur.

#Bleu #NetGalleyFrance !
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          300
Noir, rouge, bleu, nouvel étendard de l'apocalypse moderne.

Après deux premiers romans en 2021, l'énigmatique auteur Koz revient avec un troisième roman noir mettant au centre les nouveaux périls qui menacent les fondements de notre société. Après le black-out et la fournaise, aqua simplex.

Suite à des crues exceptionnelles qui se conjuguent à d'autres événements climatiques qui le sont tout autant, Nantes est sous les eaux. Au point qu'il faille évacuer toute la région !

Mais ce n'est pas tout… En parallèle, les gens perdent littéralement l'esprit, et une vague de suicides se répand, totalement anormale par son ampleur et mystérieuse par ses origines. D'avoir la tête sous la flotte n'explique clairement pas ce phénomène.

Hugo Kezer et Anne Gilardini, les deux commandants en charge de la cellule « Nouvelles Menaces », rencontrés lors des deux précédentes enquêtes, quittent la capitale pour plonger dans cet enfer aquatique. Et il s'avère qu'ils seront vite des éléments clés de la catastrophe qui déferle à une vitesse folle. Et comme Anne est enceinte jusqu'au yeux et pas loin de perdre les eaux…

Je n'ai aucun doute à affirmer que ce troisième épisode est le meilleur de la série, le plus maîtrisé. Koz a trouvé son rythme de croisière, et ce récit du chaos est, à mon sens, le plus prenant et le plus profond. L'auteur a déniché matière pour que ça coule, au point qu'on trempe les pages d'anxiété et d'avidité de connaître la suite.

Les événements sont extraordinaires, mais l'écrivain reste au plus près du possible, sans charger la barque inutilement. On sent que tous les paramètres de la catastrophe ont été étudiés avec grand soin et reposent sur un travail de recherches considérable. Pour le bien de l'intrigue, toujours. Pas de doute, quand il faut creuser les sujets, il s'y colle, Koz.

Il n'est pas (encore) question de la fin du monde mais bien la fin d'un monde. le nouveau est chamboulé par le dérèglement climatique qui est lui-même encore accentué par la folie de certains hommes.

Ce troisième épisode est toujours un mix entre thriller sur-vitaminé à la 24 heures chrono et polar où une enquête est menée. Investigation atypique quand on a les pieds dans l'eau et qu'on ne sait même pas ce qu'on cherche…

Bleu est un concentré de tension et d'émotions fortes, totalement dans l'air du temps. Un récit qui peut se lire individuellement, mais en réalité augmentée lorsqu'on lit les trois.

Décidément, Koz est comme un poisson dans l'eau quand il s'agit de faire dans l'ultra efficacité et dans l'action. Tout en posant nombre de questions sociétales et environnementales.

Il y a clairement de l'eau dans le gaz sur cette planète en ébullition, avec Bleu ça coule de source, à nouveau.
Lien : https://gruznamur.com/2022/0..
Commenter  J’apprécie          281
Si dans Noir, c'est la région parisienne qui était la cible d'une attaque organisée avec l'explosion simultanée des dix-huit transformateurs qui l'alimente en électricité, dans Rouge, on se retrouve dans les Bouches-du-Rhône, notamment Marseille et sa région, avec des incendies qui ravagent la végétation.
Après le black-out et les mégas feux, on se retrouve dans les gigas inondations…
J'ai eu un vrai plaisir à retrouver les personnages rencontrés dans Noir et Rouge, mais surtout retrouver une nouvelle aventure apocalyptique. J'avoue que j'apprécie beaucoup le post-apocalyptique, et pouvoir en découvrir les prémices est très intéressant.
Bleu nous propulse au coeur de la métropole De Nantes soumise à une violente tempête avec une crue exceptionnelle de la Loire qui devient totalement incontrôlable. Au même moment, les hôpitaux de la région se retrouvent subitement saturés par des cas d'encéphalite fulgurante qui poussent les malades au suicide.
Une situation aussi dramatique qu'inexplicable…
Je peux dire sans hésiter que ce troisième volet est le plus abouti de la série, avec une plume et un récit beaucoup mieux maîtrisé. Même si la partie enquête policière passe en second plan, l'auteur trouve les arguments pour nous ferrer tout au long des pages que l'on tourne avec angoisse et frénésie.
À ces événements extraordinaires, l'auteur apporte des réponses dosées avec minutie et sans en faire trop. La folie des hommes ne fait qu'accentuer un monde en plein dérèglement qu'il soit climatique ou autre…
Bleu surfe sur les craintes actuelles, sur le phénomène de remise en cause de l'humain et de sa place et de son pouvoir de destruction. La tension est palpable, sur un rythme effréné qui s'égraine au fil des heures, des minutes jusqu'à l'explosion finale.
Bien sûr que l'on peut lire Bleu indépendamment de Rouge et Noir, mais il ne prendra toute sa dimension que si on lit les trois opus.
Une intrigue sociétale et environnementale qui tient toutes ses promesses. C'est bien ficelé, c'est astucieux, bien écrit ! L'auteur surfe sur nos interrogations et nos angoisses toutes légitimes quant au dérèglement climatique et l'avenir que cela nous réserve… Mais surtout explore jusqu'où l'être humain peut aller pour défendre ou imposer ses convictions…
Commenter  J’apprécie          242

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Au loin, Saint-Nazaire et sa banlieue ressemblent à Venise un jour d’acqua alta exceptionnelle. Et tandis que retentissent les premières sirènes d’alerte, hululement lugubre étouffé en partie par le vent, ils peuvent observer la foule des rescapés investir un à un les toits qui surnagent encore. Lucas ne peut s’empêcher de les envisager comme autant de miniatures sur une maquette. Une vision aussitôt chassée par une autre, hallucinante, qui s’invite dans le décor : arraché à son amarrage, un paquebot de croisière, aussi haut qu’un immeuble, vient heurter le faîte du gigantesque pont de Saint-Nazaire, que les circonstances ont réduit aux dimensions d’une simple passerelle.
Commenter  J’apprécie          30
Son regard fiévreux passant d'un visage à l'autre autour de la table, il songea qu'on mettait ses convictions et son existence entière au service de l'ordre. Et puis un jour, un sale jour, on découvrait qu'on ne servait à rien d'autres qu'à accompagner le pire. A guider les siens vers le désastre. Berger d'un troupeau condamné à l'abattoir.
Commenter  J’apprécie          40
« Le mal s'insinue dans l'air du temps comme de l'eau sous une porte. D'abord presque rien. Un peu d'humidité. Quand l'inondation survient, il est trop tard. »
Christian Bobin, La plus que vive
Commenter  J’apprécie          63
Son regard fiévreux passant d'un visage à l'autre autour de la table, il songea qu'on mettait ses convictions et son existence entière au service de l'ordre. Et puis un jour, un sale jour, on découvrait qu'on ne servait à rien d'autre qu'à accompagner le pire. A guider les siens vers le désastre. Berger d'un troupeau condamné à l'abattoir.
Commenter  J’apprécie          30
— Tu te sens capable de retourner au Placard ?
— Installe-moi plutôt dans l’open-space.
— Tu trouves ça plus confort ?
— Non, grimaça Anne, c’est juste moins miteux. Ça me fout assez les glandes comme ça que ma fille naisse dans un putain de commissariat, alors, à choisir, je préfère encore accoucher dans un endroit un peu décent.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : InondationsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (163) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2860 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}