AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782258137059
416 pages
Presses de la Cité (20/10/2016)
4.18/5   30 notes
Résumé :
Missoula, Montana, est une ville universitaire typique si l'on se fie aux apparences : un campus animé, des parcs bucoliques, une rivière qui traverse la ville, et, cerise sur le gâteau, une équipe de football au palmarès si brillant que les joueurs sont portés au rang de demi-dieux.

Missoula, c'est aussi : 350 dépositions pour agressions sexuelles entre 2008 et 2012. Sur ces centaines de dépositions, quelques-unes seulement feront l'objet d'une enquê... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
ktylauney
  01 décembre 2016
Bienvenue à Missoula, ville "modèle" universitaire de l'Etat du Montana où une vague d'agressions sexuelles a déferlé entre 2010 et 2012.
Missoula et son équipe de football américain, les Grizzly, dont les joueurs sont adulés. Une ville que les supporters ont rebaptisée « Grizzly-ville ».
Mais ça c'était avant que les défenseurs des victimes manifestent avec écrit sur des banderoles « WE ARE GRIZ RAPE NATION ».
Allison Huguet accompagne son amie Keely à une fête donnée dans une maison louée par Beau Donaldson, une des stars montantes de l'équipe des Grizzly.
Beau est l'ami d'enfance d'Allison et ils sont comme frère et soeur.
Cependant cette nuit là, après s'être beaucoup enivrée, elle s'endort sur un canapé.
Quand elle se réveille, elle est couchée à plat ventre et Beau est en train de la violer.
Allison se rendra au centre de secours aux victimes d'agressions sexuelles. Elle y passera un examen médical - par ailleurs vécu comme un second viol - qui permettra aux médecins de rassembler les preuves de son agression si elle veut porter plainte.
Vont suivre beaucoup de témoignages d'autres jeunes filles violées par des membres des Grizzly. Des plaintes déposées auprès de la police n'aboutissent pas faute de preuves suffisantes.
Mais surtout parce qu'on ne s'attaque pas aux gentils p'tits gars de l'équipe de football américain dont les actes sont clairement couverts par l'entraîneur, les amis, les proches et plus de la moitié d'une ville. Ça m'a révoltée!
On apprend que la plupart des week-ends des fêtes sont organisées par ces étudiants dans des maisons de la fraternité. Ils jouent à qui videra le plus vite une canette, saoûlent les jeunes filles qu'ils ont repéré. Ils utilisent aussi la fameuse drogue du violeur pour arriver à leurs fins.
En bref, des types qui se croient au dessus des lois, au dessus de tout, comme des gamins trop gâtés à qui on ne refuse pas des gâteaux.
A part qu'ici on parle malheureusement de "gâteries" que ces étudiantes se voient contraintes de faire. Elles sont ensuite prises de force, violées, détruites non seulement dans leur chair mais aussi psychologiquement par ces "dieux du stade".
Jon Krakauer explique d'ailleurs bien les suites d'agressions et le stress post-traumatique des victimes.
Dans "Sans consentement" Jon Krakauer décortique et dissèque les rouages cachés du système judiciaire américain. Son travail d'enquête est extrêmement minutieux.
Ce livre très complet dans les informations n'a pas provoqué d'étonnement chez moi. Il m'a juste laissé le goût amer de l'injustice.
Je suis révoltée et bouleversée de voir tant de vies de jeunes filles détruites car même en portant plainte et en allant jusqu'au procès elles ont peu de chance de gagner sans un excellent avocat et des preuves irréfutables.
Les prédateurs sexuels ressortent libres et prêts à recommencer à violer.
C'est horrible de voir que 80 % des victimes aux Etats-Unis ne portent pas plainte et que le viol soit devenu aussi banalisé et minimisé comme si c'était "normal".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DucalmeLucette
  16 novembre 2016
J'ai vraiment pris le temps nécessaire pour lire ce livre – docu, d'une part parce que ce n'est pas un sujet facile dont on se délecte et qui nous transporte légèrement d'une page à l'autre, d'autre part parce que ce que l'on découvre est juste hallucinant. Pourquoi ?
Parce que les viols dont l'auteur nous relate les faits se sont passés de nos jours, il y a seulement quelques petites années (de 2010 à 2012). Oui et alors, me direz-vous, la vie actuelle n'est malheureusement pas exempte de viols ! Oui effectivement, mais ce qui est décrit dans ce livre est aberrant d'injustice et d'irréalisme. Jon Krakauer a véritablement planché sur le sujet, il a recueilli des témoignages de victimes, d'accusés, de leurs familles et amis, il a consulté avocats et psychologues, a épluché de nombreux rapports de police, transcriptions de jugements… Bref, il sait de quoi il parle parce qu'il a été loin dans son investigation. Et je peux vous dire que ce qui en découle fait froid dans le dos. On a du mal à croire que de telles ignominies se déroulent actuellement dans – quasiment – la plus grande impunité. Ce que l'on lit nous indigne ! La machine judiciaire semble réellement cassée…
Nous suivons les faits, les témoignages, les procès et leurs verdicts, de cinq victimes, mais surtout nous découvrons comment certaines personnes couvrent ces actes odieux, comment elles trouvent des excuses aux agresseurs – ces jeunes athlètes couverts de gloire faisant partie de la prestigieuse équipe de football américain de Missoula dans le Montana, les « Grizzly » -, comment elles décrédibilisent les victimes en les traitant sans vergogne de menteuses. Tout ceci est invraisemblable et pourtant…
« À Missoula, le football et les Grizzly constituent un monde à part, intouchable. Fans, entraîneurs, joueurs et leurs avocats s'attendent à un traitement préférentiel, qu'ils obtiennent de fait bien souvent. »
Alors bien sûr, en tant que victime, comment survivre à de tels actes sur sa personne et à de telles injustices ? Les incidences sur leur vie et leur psychologie y sont relatées. Tout au long des récits, nous tournons autour des différents intervenants, nous nous indignons des mensonges, nous sommes en colère, nous sommes choqués quand les faits sont détaillés, nous sommes émus, nous sommes soulagés quand, parfois, la justice reconnaît l'agresseur coupable, mais souvent, nous ne pouvons croire qu'il s'en tire à si bon compte. Lui qui va reprendre sa petite vie, libre de récidiver, alors que sa victime va voir la sienne sombrer, va devoir affronter les quolibets, va voir les rôles s'inverser et passer au statut de menteuse qui mériterait, selon ses détracteurs, sa place en prison (!).
« (…) j'espère qu'en partageant mon histoire avec vous je vous ai permis de comprendre que, si sa peine n'ira pas au-delà de dix ans*, la mienne durera toute ma vie. »
Un tel déni d'une réalité choquante et abominable est difficile à croire et pourtant celle-ci existe bel et bien, et cela doit changer absolument ! Ce documentaire étayé, nécessaire, doit être mis entre toutes les mains, afin que tous prennent conscience d'une actualité et d'une mentalité sinistres qui doivent cesser. Je pense que tout le monde sera d'accord avec cela, mais il est important de connaître et de combattre de tels faits. Et ce livre vous fera faire ce premier pas. S'informer, c'est s'ouvrir au monde et à l'humain, et pour moi, c'est indispensable.
« Dans l'opinion courante, il n'y a que deux options : soit un inconnu a surgi des fourrés, soit la victime s'est débattue, au besoin jusqu'à la mort. Sans ça, ce n'est pas un viol. »
Un grand merci aux Éditions Presses de la Cité pour cette lecture ahurissante mais primordiale.
* Ici, le violeur a écopé de dix ans de réclusion à la prison d'État et souhaite faire réviser ce jugement, ce qui abasourdit ses victimes (une tentative de viol et un viol) autant pour le fait que son agresseur prouve ainsi qu'il n'a pas conscience de la gravité de ses actes que pour le fait que la justice lui autorise de demander une révision de peine (ndlr).
Lien : https://ducalmelucette.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SabrinaTrublet
  01 mai 2020
Sans consentement
Jon KRAKAUER
Missoula dans le Montana.
Ses montagnes majestueuses, sa rivière, son université, son équipe de football « les Grizzli » et ses viols sur le campus...
Entre 2008 et 2012, quantités de plaintes pour agressions sexuelles allant parfois jusqu'au viols ont été déposées de façon suivante :
80 auprès de l'université, 350 auprès de la police et certaines conjointement à l'université et la police.
Si vous vous demandez pourquoi un tel écart la réponse est certainement dans la réputation de l'équipe de football et de ses super stars de joueurs...
Mais les plaintes déposées à la police sont reçues par des équipes non spécialisées dans les crimes sexuels et c'est ensuite les sous-procureurs ou procureurs qui ont autorité en la matière (et assez peu souvent enclins à prendre en compte ces affaires)
Une nouvelle loi sortira après ces procès pour une meilleure prise en charge des victimes.
Jon Krakauer a rencontré 5 victimes et plusieurs de leurs agresseurs, le personnel universitaire, la police, les proches et nous raconte ces rencontres.
Leurs tenants et leurs aboutissants.
Le livre est construit en plusieurs parties et commence par nous relater les circonstances des faits, puis un suivi des différentes procédures et enfin les procès de chaque accusés.
Comment obtenir une justice honnête quand les joueurs de foot sont portés aux nues pour leurs excellents exploits sportifs et que la presque totalité des habitants de la ville les soutiennent ?
Quand les victimes sont stigmatisées, négligées et parfois culpabilisées ?
Quand la culture du viol passe avant le parole des abusées ?
Un excellent livre qui se lit comme un roman mais qui est extrêmement révoltant !
Une chose m'interpelle quand même : toutes les jeunes femmes violentées l'ont été après avoir bu beaucoup d'alcool.
Bien évidemment ça ne donne pas le droit à leurs agresseurs d'en abuser mais pourquoi boivent-elles autant dans ce contexte ?
Si j'avais une fille je lui inculquerai de ne pas boire au point de ne plus être soi même ni en état de se défendre.
Et comme j'ai des garçons je leur ai déjà inculqué ça plus le fait que lorsqu'une fille dit non ça veut juste dire NON et rien d'autre.
Aucune interprétation possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
R-Lectrice
  27 avril 2018
Cette lecture fut bouleversante et elle prend aux tripes. Nous sommes de simples spectateurs des faits qui sont narrés et pourtant nous nous sentons extrêmement impliqués dans les divers témoignages. Ce n'est pas une lecture simple qui se lit rapidement. Il faut la digérer, la comprendre, la retourner dans tous les sens pour en dégager les nuances.
Cette oeuvre nous fait poser un regard critique sur la société américaine, sur la loi mais également sur l'Homme; de ses droits et devoirs et surtout sur la bêtise dont il est capable.
Beaucoup des témoignages présents dans ce livre m'ont rendue furieuse de part l'injustice dont les victimes ont été victimes. Certaines, qui parviennent à dénoncer les faits dans le but de faire taire leurs cauchemars et d'épargner ceux de potentielles futurs victimes, obtiennent justice après un combat acharné contre un système judiciaire manifestement détruit. D'autres, tout aussi victimes et désireuses de faire valoir leurs droits, n'ont pas cette chance et doivent faire face à une détresse physique et morale tandis que leur agresseur court en liberté.
Cette oeuvre m'a révoltée et fait beaucoup réfléchir. Il est impossible de la lâcher sans être arriver au bout et elle fait l'effet d'un coup de poing en pleine figure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fydasew
  01 janvier 2023
Sans consentement est une enquête de Jon Krakauer sur les viols commis à l'université de Missoula entre 2010 et 2012.
Très bien documenté, le journaliste démontre les réticences de la police , de membres de la justice à porter l'affaire aux tribunaux.
Les victimes sont des étudiantes, les violeurs, des étudiants, qui jouent dans la fameuse équipe locale de football, les Grizzlis.
A travers l'histoire de cinq victimes, Krakauer, dénonce l'impunité des violeurs, le système pénal défaillant et des enquêtes policières bâclées.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   10 novembre 2016
pendant des décennies, avant qu’ils aient la possibilité de s’appuyer sur les tests ADN, « toute affaire de viol pouvait se résumer à la parole de la victime contre celle de l’accusé, et cela n’empêchait pas qu’on traite les plaintes. […] C’est normal de faire attention à son taux de réussite, mais parfois, il faut savoir laisser la justice décider au lieu de renoncer d’avance, sous prétexte que les chances de l’emporter en procès sont trop faibles. À votre avis, quand une victime est prête à prendre ce risque et qu’on la rembarre, quel genre de message est-ce qu’on envoie aux autres personnes dans son cas ? “Pas la peine de te fatiguer”, non ? » Kevin va plus loin : quand les autorités compétentes refusent de traiter comme il se doit les affaires d’agressions sexuelles, cela revient à signifier aux prédateurs sexuels que les femmes sont à leur disposition et peuvent être violées en toute impunité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   10 novembre 2016
Les vidéos pornos qu’il a visionnées l’ont conduit à penser que l’éjaculation féminine constitue l’expression par excellence du plaisir sexuel féminin et qu’il suscitera ce phénomène en martyrisant frénétiquement le sexe et l’anus de sa partenaire.
Par définition, un violeur ne se préoccupe que de satisfaire son propre désir. Il se moque de ce que veulent vraiment les femmes. Sinon, il ne les violerait pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   10 novembre 2016
Les personnes traumatisées tendent à rejouer malgré elles certains aspects du traumatisme sous une forme déguisée, sans s’en apercevoir. […] Il y a quelque chose de troublant dans ces reconstitutions. Même assumées de manière consciente, elles sont chargées d’un caractère involontaire. Freud appelle “compulsion de répétition” cette irruption récurrente de l’expérience traumatisante.
Commenter  J’apprécie          10
ktylauneyktylauney   01 décembre 2016
Les violeurs comptent sur le silence de leurs victimes pour échapper aux représailles. Par le simple fait de rompre le silence, les victimes d’agressions sexuelles portent à leurs agresseurs un coup puissant. Inévitablement, de nombreux récits sincères se heurteront à l’incrédulité. De nombreuses victimes peineront à obtenir justice, au tribunal, en commission disciplinaire universitaire ou ailleurs. Mais, en faisant entendre leur voix, elles encourageront d’autres victimes à en faire autant, et cela les aidera peut-être, au passage, à accélérer leur propre processus de guérison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ktylauneyktylauney   01 décembre 2016
Jamais ils ne se sont demandé “Qu’est-ce que je ressentirais si je m’endormais, qu’on me grimpait dessus et me pénétrait ?” Les violeurs ne se posent pas ces questions. Ils vivent dans un monde à part, un monde dans lequel, bien souvent, pratiquement tout leur est dû. 
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jon Krakauer (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jon Krakauer
Le surf ressemble à "Un sport, un passe-temps". Pour ses initiés, c'est bien plus : une addiction merveilleuse, une initiation exigeante, un art de vivre. Élevé en Californie et à Hawaï, William Finnegan a commencé le surf enfant. Après l'université, il a traqué les vagues aux quatre coins du monde, errant des îles Fidji à l'Indonésie, des plages bondées de Los Angeles aux déserts australiens, des townships de Johannesburg aux falaises de l'île de Madère. D'un gamin aventureux, passionné de littérature, il devint un écrivain, un reporter de guerre pour le "New Yorker". À travers ses mémoires, il dépeint une vie à contre-courant, à la recherche d'une autre voie, au-delà des canons de la réussite, de l'argent et du carriérisme ; et avec une infinie pudeur se dessine le portrait d'un homme qui aura trouvé dans son rapport à l'océan une échappatoire au monde et une source constante d'émerveillement. Ode à l'enfance, à l'amitié et à la famille, "Jours Barbares" formule une éthique de vie, entre le paradis et l'enfer des vagues, où l'océan apparaît toujours comme un purgatoire. Un livre rare dont on ne ressort pas tout à fait indemne, entre "Hell's Angels" de Hunter S. Thompson et "Into The Wild" de Jon Krakauer.
William Finnegan a acquis ses galons de journaliste lors de la guerre civile au Soudan, en Afrique du Sud pendant l'Apartheid, dans les Balkans ou à Mogadiscio. Ses reportages sur les théâtres d'opérations sont le fruit de longues immersions et de patientes observations, ou, comme il aime à le résumer : “Je fouine, je parle aux gens, j'attends.” Il a reçu en 2016 pour "Jours Barbares" le prestigieux Prix Pulitzer.
Pour en savoir plus : https://bit.ly/2C9OmzU
Nous suivre : Instagram : https://bit.ly/2CJJdhB Facebook : https://bit.ly/2Wprx1O Twitter : https://bit.ly/3h1yr5p
+ Lire la suite
autres livres classés : violVoir plus





Quiz Voir plus

Into the wild

L'auteur, Jon Krakauer, est aussi connu pour être ...

poète
bohème
journaliste
tragédien

9 questions
291 lecteurs ont répondu
Thème : Into the wild de Jon KrakauerCréer un quiz sur ce livre