AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Hoepffner (Traducteur)
EAN : 9782070773084
356 pages
Éditeur : Gallimard (21/08/2006)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 309 notes)
Résumé :
A New-York, la jeune Alma ne sait comment surmonter la mort de son père. Elle croit trouver la solution dans un livre que sa mère traduit de l'espagnol, et dont l'héroïne porte le même prénom qu'elle.
Non loin de là, un très vieil homme se remet à écrire, ressuscitant la Pologne de sa jeunesse, son amour perdu, le fils qui a grandit sans lui.
Et au Chili, bien des années plus tôt, un exilé compose un roman...

Trois solitaires qu'unit pou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  16 août 2018
Un rayon de soleil illumine les pavés de New-York, de Pologne et du Chili. Je mène mon chemin vers ces trois destinations simultanées à la rencontre de l'amour, celui de l'éternel, celui d'Alma. En poche, un étrange bouquin, pages jaunies par le temps, une odeur de temps s'évapore, la traduction espagnole d'un roman qui parle d'amour. Oui. L'amour. Toujours. Au centre de l'histoire, l'histoire d'un livre qui voyage à travers les eaux et les mers. Et les âmes.
Et quel livre ! Les histoires se mélangent, comme les lieux, les époques et les personnages. Un puzzle qui page après page se construit sous mes yeux. Une fois le dessin achevé, je ne reste que silencieux devant la beauté de cette image. Ah… l'amour… toujours. L'amour des seins, l'amour pour une femme passée.
J'aime quand les histoires s'entremêlent, surtout quand il est question d'amour, comme des corps qui se mêlent dans une sueur commune de désir et de passion. L'amour, c'est le partage de fluides et de livres. Et au milieu de ces amours à travers les temps, les âges et les lieux, il y a l'écriture de Nicole Krauss que je découvre, l'histoire d'un roman dans un roman, l'histoire de l'histoire de l'amour.
J'aime voyager à travers les mots, qu'un chapitre m'embarque à New-York avec le vieux Léo, excentrique solitaire et cynique, et que le suivant me débarque sur les terres chiliennes en compagnie d'un immigré polonais. Entre deux, la jeune Alma Singer qui vit ses quinze ans à Brooklyn… Les romans me transportent dans des mondes de mots, de regrets et de passion, à la recherche de l'amour… toujours. Dans la vie, il n'y a que les livres, l'amour et la bière, enlever l'un de ces trois composants et la vie devient tout de suite plus fade, pas la même saveur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          696
latina
  05 février 2015
C'est l'histoire éternelle... C'est l'histoire de l'amour, qui hante encore et qui hantera toujours l'humanité.
Elle hante Léo Gursky, un vieil homme qui a quitté il y a très longtemps l'horreur de son pays, la Pologne. Elle taraude Litvinoff, l'écrivain sombre et tourmenté par son passé. Et puis elle s'immisce en Alma, la jeune fille juive de 15 ans, moderne habitante de New-York.
Ces 3 personnes sont racontées tour à tour à travers 3 narrateurs, et leurs histoires s'imbriquent l'une dans l'autre grâce à la magie d'un roman : « L'histoire de l'amour », roman faussement naïf où la femme s'appelle Alma...
Vous l'aurez compris, l'histoire tisse un entrelacs de relations amoureuses, de liens parents-enfants, de désirs d'être reconnu, de volontés de vivre, tout simplement. La mort rôde, la mort, cette éternelle amie de la solitude... Mais l'amour sauve de tout. Ce roman, cette « histoire de l'amour », - écrite par ...qui, finalement ? – est un mystère, mais est aussi une fulgurance qui fera naitre les plus beaux écrits. Chacun des 3 personnages a un rendez-vous avec « l'histoire de l'amour », et cela fournit l'occasion aux 3 narrateurs d'écrire des passages où l'authenticité rime avec poésie et profondeur :
« Il apprit à vivre avec la vérité. Pas à l'accepter, mais à vivre en sa compagnie. C'était comme s'il vivait avec un éléphant. Sa chambre était minuscule et, chaque matin, il devait se glisser le long de la vérité simplement pour se rendre à la salle de bains. La nuit, quand il fermait les yeux, il la sentait planer au-dessus de lui. »
La subtilité du style, sa sobriété mêlée à la luxuriance, l'humour vif mélangé à la profonde mélancolie, tout cela révèle Nicole Krauss, une auteure remarquable, sensible et pleine de justesse, que je pourrais peindre tout entière par une de ses propres phrases : « (Sa façon d'écrire) suit le fil d'une intelligence naturelle, elle est entièrement ombragée, presque intuitivement, par des pauses, des suggestions, des ellipses, qui finissent par produire une sorte de pénombre dans laquelle le lecteur ou la lectrice peut projeter sa propre imagination. ».
C'est tout à fait de cela qu'il s'agit, et je vous recommande chaudement ce roman lumineux, difficile à résumer, mais finalement... « la plus ancienne émotion du monde est sans doute de se sentir ému ; mais la décrire – simplement la nommer – devait être comme essayer d'attraper l'invisible. »
Je laisse donc la place à l'ineffable, qui pousse la porte du silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          612
Archie
  28 mars 2017
Un livre éblouissant !
L'histoire de l'amour devrait plutôt s'appeler L'histoire de L'histoire de l'amour. Un livre dans le livre, une fiction dans la fiction ; un premier livre qui aurait été ignoré de (presque) tous, et dont le second raconte les avatars mystérieux sur plusieurs décennies, de la Pologne aux États-Unis, en passant par le Chili.
New York, début des années deux mille. L'histoire de l'amour, Leo Gursky, un vieux juif américain né en Pologne, affirme en avoir écrit le manuscrit il y a soixante ans, au lendemain de la chute de l'Allemagne nazie. Un recueil de contes philosophiques et poétiques, dont les héroïnes se nomment toutes Alma. Une oeuvre inspirée par son amour fou pour Alma, une jeune fille du village, avant qu'elle ne réussisse à fuir, enceinte, vers New York, au début de la guerre. Une évocation de l'amour unique de la vie solitaire de Leo, un amour inaccessible depuis soixante ans. Peut-être même Alma n'a-t-elle jamais reçu les chapitres que Leo lui avait envoyés par courrier et qu'il n'a jamais adressés à un éditeur.
Comment se fait-il alors, que dans les années cinquante, L'histoire de l'amour ait été publié au Chili – un tirage confidentiel ! – par un certain Zvi Litvinoff ? Un ouvrage en langue espagnole ne gardant du contexte original yiddish que le nom d'Alma.
Bien des années plus tard, un jeune ingénieur en voyage en Amérique du Sud tombera par hasard sur l'un des rares exemplaires encore en état. Il l'achètera et l'offrira à la femme de sa vie avec ces mots : « Voici le livre que je t'aurais écrit, si j'avais été capable d'écrire ». Quand ils auront une fille, conviennent-ils, elle s'appellera Alma.
Autre question, quel est donc ce Jacob Marcus disposé à payer une fortune pour faire traduire en anglais, à son seul usage personnel, cette version espagnole de L'histoire de l'amour ?
Enfin pourquoi le second livre de Leo Gursky, écrit sur le tard, est-il sur le point d'être publié sous le nom d'Isaac Moritz, un écrivain célèbre dont la mère porte le nom d'Alma ?
Voilà l'énigme que réussira à élucider Alma, une jeune fille new-yorkaise de 15 ans bercée depuis son plus jeune âge par les mots de L'histoire de l'amour lus à haute voix par ses parents. Une enquête aboutie grâce à un coup de pouce du petit frère d'Alma, un enfant curieusement inspiré et ... différent.
J'ai admiré la très grande cohérence des péripéties et de leur enchaînement, telles qu'elles apparaissent progressivement, comme dans un puzzle où les pièces viennent s'emboîter les unes après les autres. Les faits se dévoilent au fil des deux narrations qui s'entrecroisent : d'un côté, les soliloques empreints d'autodérision amère d'un homme très âgé passé à côté de sa vie, et de l'autre, le journal d'une jeune adolescente en construction dans le monde d'aujourd'hui, en quête de la mémoire d'un père décédé quelques années plus tôt.
Je me suis agréablement promené dans les nombreuses digressions des deux narrateurs, transcrites dans une écriture transparente à leur personnalité : une expression hachée pour le vieux Leo au souffle court ; un style appliqué, entrecoupé de quelques facéties, pour la jeune Alma.
Une histoire très émouvante. Quelques passages un peu obscurs pourraient rebuter certains lecteurs. Ils auraient tort. Passer les pages difficiles n'aura pas d'incidence sur la compréhension ni sur le plaisir de lire.
La manière littéraire de l'auteure, Nicole Krauss, m'a rappelé Vladimir Nabokov et Albert Cohen, deux magiciens de la littérature du vingtième siècle. Je ne peux manquer de penser aussi à Jonathan Safran Foer, dont le premier roman, Tout est illuminé, m'avait enthousiasmé il y a une douzaine d'années. Un livre écrit dans une poésie burlesque et absurde pour évoquer des événements tragiques et tristes. Émotion et éclats de rire. L'histoire de l'amour, qui date des mêmes années, est de la même veine. Est-ce lié au fait que Nicole Krauss était alors l'épouse de Jonathan Safran Foer ?
Deux romancier jeunes. Cela laisse espérer d'autres histoires illuminées…

Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
Allantvers
  14 décembre 2016
J'ai oscillé entre trois et quatre étoiles.
Trois, parce que cela a quelque chose d'un peu agaçant de se demander si le livre que l'on a dans les mains n'est pas juste un produit formaté de plus usiné par la maison Safran Foer – Krauss, tant les similitudes entre les écrits de Monsieur et Madame sont flagrantes : récits à plusieurs voix, utilisations innovantes de la page, construction en puzzle, etc bref la sensation d'être l'otage d'un concours de creative writing matrimonial.
Mais finalement, tant pis, et ce sera quatre étoiles pour cette polyphonie touchante, la construction à la fois simpliste et complexe de l'histoire, quelques jolis mots, l'histoire de vie de Leopold Gursky (le plus abouti des personnages, les autres étant moins incarnés). On n'est pas dans la « méditation déchirante sur la mémoire et le deuil » annoncée en quatrième de couverture, mais quand même, « l'histoire de l'amour » tient son lecteur en haleine et sa petite musique nous atteint le cortex.
Félicitations, Madame Safran (ou Monsieur Krauss ?)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
fredho
  31 octobre 2012
J'ai tout particulièrement aimé ce roman, l'écriture est vive, intense et à la fois poétique et pleine de sensibilité.
L'originalité de l'histoire m'a séduite « l'histoire de l'amour » raconte la vie de 3 personnes qu'un livre va unir. Les personnages sont attachants, meurtris par la perte d'un être cher, ils vont chercher par le biais de ce livre ; un réconfort.
J'ai apprécié cette histoire pour la force que les protagonistes ont à se battre pour la vie malgré les blessures. On suit le roman avec passion, le suspense nous tient en haleine jusqu'à la fin. Une fin idéale que l'auteure a su nous mener avec de délicates petites scènes bien ficelées.
Commenter  J’apprécie          210


critiques presse (1)
Lecturejeune   01 mars 2007
Lecture jeune, n°121 - D’abord il y a Leo, vieil immigré juif polonais qui croupit dans la crasse et la solitude de son appartement new-yorkais. Ses rares moments de joie, au cours desquels il se remémore son pays, son amour de jeunesse (Alma), et son premier manuscrit – tous trois perdus –, il les partage avec Bruno, un voisin qui pourrait bien n’être qu’un fantôme. Ensuite il y a Alma, 14 ans, New-Yorkaise elle aussi. Depuis la mort de son père, sa mère traductrice est dépressive et son petit frère se prend pour le Messie. Alma doit son prénom à l’héroïne du livre préféré de ses parents, L’histoire de l’amour. A la demande d’un mystérieux commanditaire, la mère d’Alma entame la traduction de ce chef-d’oeuvre méconnu signé Zvi Litvinoff, écrivain chilien d’origine polonaise, aujourd’hui disparu. Alma entre dans l’âge où elle aimerait en savoir plus sur elle-même. Pour cela, elle le sent, il faut qu’elle découvre la genèse de L’histoire de l’amour… Un livre mystérieux est donc au coeur de cet ambitieux roman que Nicole Krauss a construit comme un puzzle. A travers les souvenirs de Leo, le journal d’Alma et les extraits de L’histoire de l’amour, le lecteur happé doit deviner ce qui lie les personnages. Il savoure autant l’élaboration complexe et l’originalité du récit que la justesse des voix : Alma a le mordant, l’humour décalé et la fraîcheur des adolescents, et Leo nous bouleverse lorsqu’il évoque sans concession ni pathos son quotidien de vieillard isolé. Attention, talent ! Gaëlle Glin
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Xav93140Xav93140   02 août 2020
Un jour Oncle Julian m'a dit que le sculpteur et peintre Alberto Giacometti avait dit que parfois, pour peindre une tête, il fallait abandonner le reste du corps. Pour peindre une feuille, il faut abandonner tout le reste du paysage. On peut avoir l'impression, au début, de se limiter, mais au bout de quelques temps on se rend compte qu'en ayant un centimètre de quelque chose on a plus de chance de tenir un certain sentiment de l'univers que lorsqu'on prétend peindre le ciel tout entier.

Ma mère n'a choisi ni une feuille ni une tête. Elle a choisi mon père et, pour préserver un certain sentiment, elle a sacrifié le monde.

(page 90)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LutvicLutvic   16 août 2019
La plus ancienne émotion du monde est sans doute de se sentir ému ; mais la décrire – simplement la nommer – devait être comme essayer d'attraper l'invisible.
(Mais il est vrai que le plus ancien sentiment du monde a très bien pu être la confusion.)
Ayant commencé à ressentir, les gens désiraient sentir davantage. Ils voulaient ressentir plus de choses, plus profondément, quelle que soit la souffrance qui en découlait parfois. Les gens étaient devenus incapables de se passer du sentiment. Ils cherchèrent à découvrir de nouvelles émotions. Il se peut que ce fût ainsi que naquit l'art. De nouvelles sortes de joie furent forgées, ainsi que de nouvelles sortes de tristesse : l'éternelle déception de la vie telle qu'elle est ; le soulagement d'un sursis inattendu ; la peur de mourir.
Même aujourd'hui, toute la gamme possible des sentiments n'existe pas encore. Il en est qui attendent, au-delà de nos capacités et de notre imagination. De temps en temps, quand apparaît une nouvelle œuvre musicale encore jamais écrite, une peinture encore jamais peinte, ou une chose impossible à prédire, à sonder ou même à décrire, un nouveau sentiment pénètre le monde. Et alors, pour la millionième fois dans l'histoire du sentiment, le cœur se gonfle, et absorbe l'impact.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
le_Bisonle_Bison   04 mai 2018
Il était déjà dix heures et quart. Je me plais à penser que le monde n’était pas prêt pour moi, mais sans doute est-il plus vrai de dire que je n’étais pas prêt pour ce monde. Je suis toujours arrivé trop tard pour ma vie. J’ai couru jusqu’à l’arrêt de bus. Ou plutôt, sautillé, enfilé jambe de pantalon, petits-bonds-sautillements-pause-puis-halètements, enfilé jambe de pantalon, un pas, traîne-savate, un pas, traîne-savate, etcetera. Je suis monté dans le bus menant aux quartiers chics. Bloqué par un embouteillage. Ce truc ne peut pas aller plus vite ? Ai-je dit à voix haute. La femme à côté de moi s’est levée et est allée s’asseoir un peu plus loin. Il se peut que, trop démonstratif, je lui aie tapé sur la cuisse, je ne sais pas. Un homme avec une veste orange et un pantalon imitation peau de serpent s’est levé et s’est mis à chanter. Tout le monde s’est détourné pour regarder dehors à travers les vitres jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’il ne mendiait pas. Il chantait, tout simplement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
le_Bisonle_Bison   26 mai 2018
Le lendemain matin, les premiers rayons du soleil levant tombèrent sur la couverture de L'histoire de l'amour. La pionnière d'une série de mouches atterrit sur la jaquette. Les pages moisies commencèrent à sécher à la chaleur tandis que le chat persan bleu-gris qui régnait sur la boutique le contournait pour prendre possession d'une flaque de soleil. Quelques heures plus tard, le premier d'une longue série de badauds lui jeta un coup d’œil rapide en passant devant la vitrine.
La propriétaire du magasin ne chercha pas l'un ou l'autre client d'acheter le livre. Elle savait que, s'il tombait en de mauvaises mains, ce livre serait aisément rejeté ou, pire encore, ne serait pas lu. Elle préféra le laisser là où il était avec l'espoir que le bon lecteur l'y découvrirait.
Et c'est ce qui arriva...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
fredhofredho   20 décembre 2015
Ma mère n'a jamais cessé d'être amoureuse de mon père. Elle a conservé son amour pour lui aussi vivant que l'été où ils se sont rencontrés. Pour y parvenir elle a écarté la vie. Parfois elle ne vit que d'eau et d'air pendant des jours. Étant le seul specimen connu de vie à pouvoir le faire, on aurait dû donner son nom à une espèce. Un jour oncle Julian m'a raconté que le sculpteur et peintre Alberto Giacometti avait dit que parfois, pour peindre une tête, il fallait abandonner le reste du corps. Pour peindre une feuille, il faut sacrifier tout le paysage. On peut avoir l'impression, au début, de se limiter, mais au bout de quelques temps on se rend compte qu'en ayant un centimètre de quelque chose on a plus de chance de tenir un certain sentiment de l'univers que lorsqu'on prétend peindre le ciel tout entier. Ma mère n'a choisi ni une feuille ni une tête. Elle a choisi mon père et, pour préserver un certain sentiment, elle a sacrifié le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Nicole Krauss (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicole Krauss
Où l'on parle de Nicole Krauss au Festival America 2018.
autres livres classés : shoahVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1381 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

.. ..