AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Benjamin Kuntzer (Traducteur)
EAN : 9782490501182
296 pages
Typhon (21/10/2021)
4.14/5   11 notes
Résumé :
L’arrivée d’un mystérieux et magnétique cuisinier sort la petite ville de Cobb de sa torpeur. Rapidement engagé dans une famille aisée, Conrad charme, fascine, inquiète. Sa cuisine est divine ; ses desseins le sont moins. L’étrange serviteur ne goûte pas vraiment sa place. Mais que cherche-t-il ? Comble-t-il les sens pour ravir les âmes ?

Nous délectant d’un spectacle machiavélique où la peur se nourrit d’humour, ce roman carnassier... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
JIEMDE
  13 novembre 2021
Le Chef de Harry Kressing (traduit par Benjamin Kuntzer), c'est d'abord une couverture, signée Tristan Bonnemain : magnifique, graphique, naïve, à la fois paisible et inquiétante. Et au milieu, trône Conrad, cuisinier, le seul à avoir des yeux quand les autres personnages sont aveugles.
Un détail moins anodin qu'il n'y paraît, tant le débarquement du chef Conrad dans le comté de Cobb va s'apparenter à une prise de contrôle progressive mais totale, des lieux et des âmes.
Dans cette ville imaginaire, le château de Prominence qui la domine scellait autrefois l'union sacrée des deux grandes familles locales : les Hill qui tenaient les hauteurs et les Vale qui possédaient les vallées. Seul un mariage entre leurs enfants pourrait permettre d'apaiser les tensions passées et de retrouver la concorde.
Et quoi de mieux que la table pour réunir les êtres ? C'est ce que Conrad va s'employer à faire, amenant peu à peu les Hill, les Vale, puis tout le comté à lui manger dans la main, au propre comme au figuré.
Le Chef est doué, brillant, imaginatif, apaisant et rien ne lui résiste. Mais il semble aussi calculateur, cynique, énigmatique et machiavélique. À tel point que le happy-end attendu de ce conte aux saveurs adoucies, semble constamment menacé par la survenance d'un twist que l'on sent inéluctable. Et…
Et ne comptez pas sur moi pour en dire davantage, si ce n'est que le Chef est un bonbon délicieux et souvent irrévérencieux, à savourer à chacune de ses pages, permettant de multiples interprétations, y compris sociales et étonnamment contemporaines.
À table, et bon appétit !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
CelinePointAlaLigne
  19 novembre 2021
Cher Connard… euh Conrad, Cher Conrad,

C'est avec un appétit féroce que j'ai commencé la lecture de ton histoire. Tout me mettait l'eau à la bouche : la sublime couverture de Tristan Bonnemain en premier lieu, l'idée originale de faire d'un chef cuisinier le héros d'un roman ensuite et enfin les mots contenus sur la quatrième tels que mystérieux, magnétique, machiavélique, humour, carnassier… le ton était donné !

Tu t'es révélé parfaitement à la hauteur de tous ces éléments ! Lorsque tu débarques avec ton mordant dans une petite ville qui se nourrit aux commérages et aux jalousies, pour être le cuisinier personnel de l'une des deux grandes familles, tu surprends, tu gênes même… puis l'on dit que tu te transformes en magicien devant tes fourneaux et régales les palais les plus exigeants… Tu deviens une légende, tu deviens… le Chef… et ton aura dépasse rapidement ta simple petite cuisine.

Pour autant ta nature est bien plus manipulatrice qu'il n'y paraît et rapidement le lecteur a des doutes sur tes intentions. Il est dit que les hommes se tiennent par le ventre… tu sembles possédé par cet adage, rien ne peut t'arrêter ni être suffisant pour tes ambitions.

Alors les pages défilent et la tension monte. Mais quel est ton but Conrad, qu'est-ce que tu veux à la fin !?? A la faim ? Où sont tes limites ? Cela va-t-il pouvoir se terminer autrement que mal ?
Il faut attendre le dessert pour le savoir… Je le sais maintenant. Et ce texte que je tiens pour une fable à la morale noire laisse un goût amer quant à la nature humaine mais d'excellents restes !

Bref, tu conviendras, qu'après tout ça, il est préférable que je décline ton invitation à déjeuner.
Je te laisse, je passe à table,

Céline
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Manonlitetvadrouilleaussi
  05 décembre 2021
Ah ! Il était temps que je vous parle de ce roman ! J'ai mis du temps à l'écrire cette chronique, car je ne savais pas par où commencer ! Mais même si le temps à passer depuis notre lecture, je me souviens très bien de ce texte ! Tout d'abord, j'ai aimé 95% du récit. Pourquoi « que » 95% ? Car pour la fin je m'attendais à quelque chose de plus sombre et machiavélique. Ce texte est une véritable orgie alimentaire ( végan s'abstenir !) durant laquelle le lecteur est sous tension, spectateur de nombreux retournements de situation et impatient de connaître le dénouement. Mais commençons par le commencement…
Direction Cobb, une petite ville nichée dans une vallée boisée. Un mystérieux homme y fait son apparition, le chef Conrad. Grand, émacié, tout de noir vêtu et avec un bec en guise de nez. Il n'y a pas à dire, Conrad envoie du rêve ! Un tel spécimen ne peut passer inaperçu au sein de la population. Mais que vient-il donc faire dans cette petite ville si tranquille ? On apprend qu'il se dirige vers le manoir des Hill, une vieille famille qui se partage la contrée avec les Vale. Un petit air des Montaigu et Capulet ? Pas vraiment enfin quoique… Bref, retournons à nos fourneaux ! Donc notre cher Conrad commence un nouveau travail au service de Mr et Mme Hill. C'est qu'il est fort le chef, en cuisine certes, mais pas seulement. Non, c'est aussi un fin manipulateur. Petit à petit, il devient indispensable à cette famille qu'il contrôle par la nourriture... Mais quel objectif poursuit Conrad ?
Un roman que j'ai beaucoup aimé donc, malgré une fin mitigée. Cependant, pour d'autres elle ne pouvait être autrement. S'agissait-il finalement d'une grande et belle farce de la part de l'auteur ? Les analyses sont multiples et comme nous ne pouvons point poser la question en @vleel_ à Harry Kressing, je vous invite à votre tour à en faire votre propre interprétation !
 
L'auteur de ce roman est tout aussi énigmatique que son héros. Harry Adam Ruber de son vrai nom, serait né aux États-Unis en 1928. Il publie « The Cook » en 1965 et il faudra attendre 2021 pour que des éditions françaises le rééditent. Merci aux Editions du Typhon pour cette découverte ! Encore une fois convaincue par une parution de la collection des hallucinés !
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Adrienteil
  18 novembre 2021
Le chef est un roman tordu qui pourtant avance en ligne droite. L'air de rien, allant vite sans se presser, le texte nous conduit vers une fable ensorcelante sur la domination. Dans ce monde sans fard, les personnages n'ont plus que deux types de rapport à l'autre : prendre l'autre pour modèle ou pour rival. du désir à la rivalité passe-t-on de chapitre en chapitre en suivant les aventures d'un héros manipulateur, calculateur, cynique donc un vrai méchant qui fascine tant il ose réaliser ce que nous refoulons.
Si vous aimez voir clair sur une certaine tendance de la nature humaine, ce roman est pour vous !
Encore bravo aux éditions du typhon qui font - pour l'instant ! - un sans-faute !
Commenter  J’apprécie          10
JessicAlister
  13 décembre 2021
Troisième livre que je découvre de cette maison d'édition (éditions du Typhon) et décidemment je commence vraiment à les aimer. J'ai beaucoup apprécié cette histoire, celle d'un cuisiner très malin qui intègre une famille bourgeoise bien naïve. C'est insidieux et brillant, presque grinçant. Vraiment une très bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JIEMDEJIEMDE   01 novembre 2021
Elle s'asseyait alors, s'adossait contre l'un des placards, et buvait son bouillon en regardant travailler le chef. Alors, tandis qu'elle l'observait tout en sirotant son breuvage, se détendant peu à peu, un sourire heureux et satisfait illuminait son visage...
Commenter  J’apprécie          80
JIEMDEJIEMDE   31 octobre 2021
Il y a quelque chose d’extrêmement plaisant dans le fait de savoir que nul, en dehors de votre salle à manger, ne mange exactement la même chose que vous le même soir. Cela unit les personnes à table dans le partage d’une expérience unique, ce qui est en soi délicieux.
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : contesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
521 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre