AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754817670
Éditeur : Futuropolis (26/05/2016)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 45 notes)
Résumé :


"Cadet d'une famille de quatorze enfants, mon père a l'habitude de se faire respecter avec les poings. À 18 ans, galvanisé par un titre de champion de France Espoir, il interpella ma mère dans la cour de la filature Badin [à Barentin, en Seine-Maritime] pour lui raconter un rêve qu'il avait fait la nuit même : l'épouser.

Durant dix-sept ans, ma mère accompagna ses victoires et ses défaites. Pourtant, de leur histoire je ne me souviens... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  05 juillet 2016
Championnats de France Poids lourds. Une troisième finale se joue sur le ring pour Hubert Pellerin. Et ce sera une troisième défaite pour cet homme. Assis sur le banc des vestiaires, seul et un peu penaud, il est bientôt rejoint par sa fille, Barbara. Une fille qui ne l'aura jamais vu porter les gants puisque peu de temps après, il raccroche pour devenir représentant en spiritueux. Une fille qui, aujourd'hui, a décidé d'écrire sur ce père. Que sait-elle réellement de lui? À part qu'il était boxeur. Ne lui revient alors en mémoire que ce papa violent. Parfois incontrôlable. Souvent absent. Mais à 30 ans passés, celle qui l'a toujours fui depuis sa majorité, a décidé de faire un reportage sur le monde de la boxe... Avant tout sur son père, sans doute...
Barbara Pellerin, à travers cet album, nous raconte avec sensibilité, une certaine pudeur et beaucoup d'émotions, l'histoire d'amour entre son père et elle. Aujourd'hui décédé, ce père qu'elle a tant fui se rappelle à elle. Des souvenirs fugaces qui reviennent, quelques photos et une vidéo super 8. Et ce reportage qu'elle tournera peu avant sa mort en 2012. de son amitié avec Kris naîtra cet album poignant, gracile et empli de tendresse. Une déclaration d'amour forte pour celui qui l'a tant chérie. Graphiquement, Vincent Bailly frappe juste avec ce crayonné énergique et expressif, ses visages taillés au couteau, ses choix de couleurs judicieux (rouge pour les gants, gris pour les flashbacks...).
Un récit magnifique sur deux êtres qui se sont perdus en chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
tchouk-tchouk-nougat
  05 juin 2016
Le père de Babara Pellerin était un boxeur. Elle ne l'a jamais vu combattre sur un ring, mais elle a vu en lui de la violence. Alors qu'on le porte en terre, elle se souvient de ces moments difficiles entre sa mère et son père. mais elle se souvient aussi des bons moments et que sur la fin elle avait essayé de renouer avec lui. La boxe les avait séparé, la boxe devait les réunir. Elle s'était lancé dans un reportage sur le club de boxe de son père. Prétexte pour se remémorer un passé compliqué et tisser des liens qui s'étaient défait.
Barbara Pellerin témoigne de son histoire personnelle et se livre à travers cette bande dessinée de Kris et Bailly. A l'origine il y a son reportage vidéo et ses souvenirs d'enfance sur lesquels elle a mis une voix off racontant leur histoire. Kris avec son aide en fera un découpage et inventera des dialogues afin que Bailly puisse mettre en image cette histoire de famille. Un récit très intime.
Au premier abord cela peut paraitre une histoire banale, comme en on rencontre tous les jours. Un ancien champion de boxe qui a laissé sa rancoeur, sa violence et l'alcool détruire sa famille. Celle des souvenirs d'une petite fille qui espère retrouver un père qui n'a jamais cessé de l'aimer. Mais au final c'est touchant et plein d'émotion. La fin est un peu frustrante, cette réconciliation qui n'aura jamais vraiment lieu. Mais c'est ça la vraie vie.
Le dessin de Bailly est assez particulier. Un crayonné qui ne s'embarrasse pas du détail. Il donne un coté esquisse, inachevé. Mais le tout est rehaussé par de jolies couleurs aquarelles qui donne un peu de relief à l'ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
Saiwhisper
  26 avril 2018
Après avoir lu « Un sac de billes » illustré par Vincent Bailly, je me suis tournée vers une autre biographie : celle de Barbara Pellerin. Celle-ci va brosser le portrait de son père au fil des années : sa naissance, son enfance et ce moment où tout a basculé alors qu'elle était une fillette… Elle donne ainsi ses ressentis du moment et les oppose à sa vision d'adulte. Bons et mauvais moments défilent au rythme des pages. On découvre alors cette figure paternelle effrayante, violente, mais aussi aimante. Une fois adulte, Barbara décide de réaliser un film documentaire qui va lui permettre de réellement échanger avec son géniteur. Tous deux vont pouvoir prendre du recul… Ce père, qui ne s'est jamais livré autrement qu'avec ses poings ou des injures, va montrer à quel point c'était un homme blessé… Il aimait sa fille. Il ne savait simplement pas comment s'y prendre… J'ai été très touchée par cette relation difficile entre le père et sa fille. Que ce soit le texte, les illustrations ou la colorisation, beaucoup d'émotions se dégagent des pages. Par exemple, j'ai été très émue par la scène nocturne dans la chambre de Barbara où s'est réfugiée la mère qui s'est fait battre… J'ai également été retournée par les dernières pages…
Je reconnais que, durant ma lecture, je n'ai pas pu m'empêcher de juger cet homme dont je ne savais rien hormis ce que je lisais… Sa violence envers sa compagne ne me laissait pas de marbre. Même si cet album est comme un hommage ou une déclaration d'amour à retardement et, même si ce boxeur n'a jamais brutalisé sa fille et qu'il a tout fait pour rendre heureuse cette dernière, je n'ai pas pu changer mon jugement… D'ailleurs, cela va sans doute paraître curieux, mais j'ai eu du mal à regarder le DVD qui accompagnait la BD. Il s'agit d'un reportage retraçant l'histoire de l'album avec des conversations, des questions au père de Barbara et des séances de boxe. On reconnaît les décors dessinés par Vincent Baily. Film et BD. Les deux éléments sont complémentaires… Je trouve que c'est une bonne idée de proposer les deux néanmoins, je dois avouer avoir été déstabilisée par le court-métrage. En effet, j'avais l'impression d'être une voyeuse et me sentais peu à l'aise… J'étais comme en train d'espionner leur relation, chose que je n'avais pas ressentie en lisant la BD. de ce fait, je n'ai pas pu aller jusqu'au bout du visionnage. Je ne vous parlerais donc pas davantage de cet élément annexe.
Le coup de crayon est plaisant toutefois, je l'ai trouvé un peu plus brouillon qu' « Un sac de billes », car les traits sont encore plus visibles. On a l'impression de voir plein d'esquisses mises en bulle. Cela a son charme, mais cela peut également déplaire à certains… Par contre, la mise en couleur est souvent judicieuse et permet de faire ressortir beaucoup d'émotions dans les planches. Ce fut une bande dessinée pleine de subtilité, de réalisme et de sensibilité. Elle ne laissera sans doute pas les lecteurs insensibles !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
blandine5674
  14 décembre 2016
Un récit personnel qui m'a touchée, sans vraiment pouvoir expliquer le pourquoi ! Peut-être dans le fait que les enfants se font une certaine idée de leurs parents ! Une femme qui écrit sur son père boxeur comme le titre l'indique, mais ce dont elle se souvient le plus c'est sa violence à la maison. C'est tout en pudeur, amour non formulé, gêne, ressenti. le DVD, qui complète le récit, est émouvant. Il se passe dans la salle de boxe où son père est devenu entraîneur quand il n'est pas en psychiatrie. Les silences sont les plus forts et ce sont eux qui en disent le plus long. Cette bd m'a mise KO et va me laisser un moment sur le ring.
Commenter  J’apprécie          160
Takalirsa
  08 janvier 2017
Une association BD + DVD originale pour une relation père / fille pleine de pudeur.
Le graphisme de l'album est particulier : aux couleurs (façon aquarelle) se mêle du crayon noir plus ou moins accentué. On comprend que celui-ci représente la part d'ombre du père de Barbara, parfois sujet à des excès de violence impressionnants, souvent dus à l'alcool. La fillette craint son père et en même temps il la fascine, comme le prouve notamment son admiration pour les médailles qu'il a gagnées : "Sans doute voyait-il dans le feu beaucoup de lui-même : la passion et la destruction". Une fois devenue adulte, Barbara perçoit toujours son père comme un mystère : "Il ne me posait jamais de questions et la seule chose que je savais de lui, au fond, c'est qu'il était boxeur". Alors la jeune femme prend la caméra et se rend au Boxing Club de Rouen pour filmer son père dans son milieu, porte d'entrée (inconsciente) vers cet homme si distant et avec qui pourtant elle a vécu "de chouettes moments de partage".

Mais la parole peine à se libérer. On sent beaucoup de non-dits entre ces deux-là ("Tu pouvais m'inviter", "Je ne savais pas que tu aimais jardiner", "Je te l'ai jamais dit", "J'ai jamais été démonstratif"). Beaucoup de déni aussi : Barbara n'ose pas s'avouer que c'est son père le sujet de son film et pas la boxe, qu'elle a besoin d'entendre celui-ci lui dire qu'il l'aime... tandis que lui minimise la violence de ses réactions et leur impact sur sa fille, peine à se livrer. C'est touchant ("Nous ne savions pas quoi nous dire"), émouvant, on sent chez Barbara le besoin presque douloureux d'exprimer des sentiments trop longtemps enfouis et en même temps une pudeur qui la fait se retrancher derrière cette caméra écran alors même que son utilisation expose son intimité.

C'est le film qu'elle dit tourner dans la bande dessinée que l'on peut regarder sur le DVD. On y voit des souvenirs en Super 8 en alternance avec "l'interview" du père au club de boxe. Si certaines scènes se répètent avec le livre, on y découvre surtout un homme qui n'est plus que l'ombre de lui-même (élément qui ne transparaît pas forcément dans la BD) : il fait beaucoup répéter sa fille, ne comprend pas bien ses propos, répond parfois à côté de la question, révèle une mémoire défaillante ("J'ai pris des coups"). Voir cet homme aussi diminué est vraiment triste... On le sent blessé aussi, au plus profond de lui-même, par son divorce, sa dépression chronique. Car il finit par se livrer, un peu, cédant à l'insistance de sa fille, même si l'échange reste distant : "Je crois qu'il ne savait pas trop comment faire pour être papa", "nous étions étrangers l'un à l'autre". Et finalement il le lui dira, à demi-mots: "L'amour que je porte à mes filles, il est là, il existe. Il est en moi"... passant enfin d'un "ma fille" impersonnel à "toi". On en est gêné d'ailleurs, ayant l'impression, tel un voyeur, d'espionner l'intimité d'un père et de sa fille. Car la démarche est bien plus personnelle qu'artistique... même si l'on retiendra ce message primordial : se dire que l'on s'aime tant que l'on est en vie, pour ne pas vivre avec des regrets...
Lien : https://www.takalirsa.fr/mon..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (5)
Culturebox   11 janvier 2018
Barbara Pellerin confesse sans pudeur le caractère colérique de son père. Plus attiré par les rings que par les câlins, les poings d'Hubert exprimaient ses émotions, souvent violentes. Terrorisée par tant de fureur, la petite Barbara "approchera de loin la bête".
Lire la critique sur le site : Culturebox
ActuaBD   18 octobre 2016
Comment rendre en images des silences ? Comment parler à tous en parlant de soi ? À toutes ces questions, cette œuvre répond parfaitement.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   23 août 2016
Très personnel, ce beau témoignage sur les relations parents-enfants, entre amour et incompréhension, répond parfaitement au documentaire aussi présenté. Et touche par son universalité.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   03 juin 2016
Un ouvrage touchant et poignant, bref, un indispensable.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom   30 mai 2016
Le traitement graphique et les couleurs à dominante de rouges de Vincent Bailly apportent une énergie qui transcende une narration qui se veut, quelques fois, très intimiste.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   05 juin 2016
Parvis de l'église, en haut des marches, les cloches sonnent.
La cercueil glisse vers la sortie. Cortège noir, nous suivons derrière.
Une longue haie de poings gantés tendus vers le ciel. Il y a les copains de bistrots, les poivrots rougeauds et les boxeurs aux gueules cassées. Des visages rougis par l'alcool, gonflés par les coups et les larmes.
Des regards perdus.
Des regards gênés.
Des regards fermés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
marina53marina53   05 juillet 2016
Parfois, je croise dans la rue des hommes qui me rappellent la forme de ton visage ou ta silhouette. J'entends alors instantanément ta voix grave et douce m'appeler...
Commenter  J’apprécie          140
marina53marina53   05 juillet 2016
La victoire est mentale, il ne faut jamais douter.
Commenter  J’apprécie          250
TakalirsaTakalirsa   04 janvier 2017
- C'est vraiment la boxe que tu as envie de filmer ? Ce ne serait pas plutôt... ton père?
- Lui, c'est juste ma porte d'entrée dans la boxe.
- Ce ne serait pas l'inverse, plutôt ? La boxe qui est une porte d'entrée vers ton père.
Commenter  J’apprécie          30
bdelhaussebdelhausse   23 novembre 2016
Pourtant de leur histoire, je ne me souviens que des disputes.
De mon père fou de rage.
Fou d'amour.
Fou de jalousie.
Fou d'une violence qui le dépassait. (p.15)
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Kris (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Kris
[EMISSION] LA PETITE LIBRAIRIE S2E5
autres livres classés : boxeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3568 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre