AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Colette Joyeux (Traducteur)
EAN : 9782253147527
411 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/12/1999)

Note moyenne : 4.45/5 (sur 47 notes)
Résumé :

Quinze ans après la mort de Krishnamurti, sa pensée demeure une référence dès lors qu'on parle de spiritualité et de méditation. Loin de prétendre à fonder une Église ou une secte, ce philosophe inclassable invite chacun de nous à prendre conscience des multiples conditionnements qui l'environnent (idéologies, croyances, modèles sociaux) afin de s'en dégager et de trouver en lui-mê... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
kuroineko
  07 mai 2017
Le livre de la méditation et de la vie de Jippu Krishnamurti est appelé à demeurer sur ma table de nuit pendant un an (au minimum).
En effet, le penseur d'origine indienne a construit son ouvrage sur le modèle "un jour, une histoire". Il aborde chaque mois un thème particulier et déroule pour chaque jour ses propos.
J'apprécie ce concept. Les paragraphes sont assez courts, une page en moyenne. Libre à moi ensuite de méditer et assimiler ces pensées, de les enrichir ou de les contredire par mes propres réflexions. Je ne partage pas tous ses points de vue mais il me permet de nourrir ma vision des choses et de la vie. Je trouve ça très intéressant et enrichissant.
Ses fragments traitent de tout ce qui constitue l'être et la vie: les sentiments, la religion, l'amour, la mort, etc. Qu'il aborde d'un point de vue alliant philosophie et spiritualité.
Le but étant de nous amener à mieux vivre, à être, à se débarrasser des scories polluantes que sont l'envie, la jalousie, la mesquinerie, l'esprit étriqué. Et promulguer au contraire une ouverture à soi et à autrui, à l'instant présent, développer sa sensibilité pour tout, de l'oiseau ou de la forme d'un nuage à la saleté des villes ou la vulgarité de certains. Avec Krishnamurti, pas question de fermer les yeux sur ce qui ne plaît pas. La vraie sagesse est de faire face à la réalité et non vouloir gagner au grand concours d'autruche.
A méditer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Jacopo
  19 juillet 2018
Voici le livre idéal pour découvrir la pensée de Jiddu Krishnamurti qui pour moi est toujours valable aujourd'hui. C'est plus qu'une philosophie qu'il propose, c'est une façon de voir et même de percevoir ce qu'on est vraiment à travers nos actions et nos états d'êtres. le livre de la méditation et de la vie nous propose de cours textes à chaque jour de l'année. Textes à ressentir plus qu'à réfléchir. Si le texte vous parle, c'est qu'ils vous convient sur le moment, que ce soit pour confirmer ou répondre à ce que l'on vie présentement. Souvent le hasard fait les choses, tant que l'on s'y abandonne avec confiance. Les réponses se profilent des que l'on porte attention. Vous découvrirais que « l'attention » est un des mots clef de Krhisnamurti.
Commenter  J’apprécie          50
Danieljean
  06 janvier 2016
Ce livre reflète bien l'approche non-dualiste de la vision du monde de Krishnamurti. Il ouvre les portes d'une compréhension simple et directe . Il se lit avec enchantement.
Commenter  J’apprécie          50
Mysterfool
  01 février 2020
Une année en compagnie de Krishnamurti à raison d'une page par jour il faut aimer ça, mais c'est mon cas. Entre Jiddu et moi c'est : parce que c'était lui ; parce que c'est moi.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
PaulPujolPaulPujol   14 novembre 2011
Quel est l'état de l'esprit qui dit : » Je ne sais pas si Dieu existe, si l'amour existe », c'est-à-dire lorsqu'il n'y a pas de réponse de la mémoire ?
Je vous en prie, ne vous trouvez pas immédiatement de réponse à la question, parce que, dans ce cas, votre réponse ne consistera qu'à connaître ce que, d'après vous, la réponse devrait être ou ne pas être.
Si vous dites : « C'est un état de négation », vous êtes en train de comparer à quelque chose que vous connaissez déjà ; par conséquent, cet état dans lequel vous dites : « je ne sais pas » n'existe pas.....
Donc l'esprit qui est capable de dire : « je ne sais pas » est l'unique état où il nous soit possible de découvrir quoi que ce soit. Mais celui qui dit : « je sais », celui qui a infiniment bien étudié toutes les diversités de l'expérience humaine et dont l'esprit est encombré d'informations, de connaissances encyclopédiques, peut-il jamais faire l'expérience de cette chose qui ne peut pas être thésaurisée ?
Il s'apercevra que l'entreprise est extrêmement ardue. Lorsque l'esprit s'écarte complètement de tout le savoir qu'il a accumulé, que pour lui il n'y a plus ni Bouddha, ni Christ, ni Maîtres, ni dispensateurs de savoir, ni religions, ni citations ; quand l'esprit est complètement seul, exempt de toute contamination, ce qui signifie que le mouvement du connu a cessé - alors seulement devient possible une formidable révolution, un changement fondamental.....
L'homme religieux, c'est celui qui n'appartient à aucune religion, à aucune nation, à aucune race, qui est, à l'intérieur de lui-même, complètement seul, dans un état de non-savoir, et c'est pour lui qu'advient la bénédiction du sacré.







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
YzouYzou   23 août 2016
Il ne fait aucun doute que nous finissions par devenir cela même contre quoi nous nous battons... Si je suis en colère et que vous répondiez à ma colère par la colère, quel est le résultat ? Encore plus de colère. Ce que je suis, vous l'êtes devenu. Si je suis le mal et que vous me combattez par le mal, vous devenez aussi le mal, même si vous vous croyez juste. (...) Si j'ai recours à des méthodes violentes pour réprimer la colère que j'ai en moi, je mets alors de mauvais moyens au service d'une juste fin, de sorte que cette fin cesse d'être juste. (...). C'est nous qui avons forgé l'ennemi, le bandit, et nous changer à notre tour en ennemi ne permet pas le moins du monde de faire cesser la haine. Nous devons comprendre les causes de cette haine et cesser de l'alimenter par nos pensées, nos sentiments, nos actes. La tâche est rude et elle exige de notre part une lucidité permanente à l'égard de nous-mêmes et une souplesse intelligente, car nous sommes ce qu'est la société, ce qu'est l'Etat. C'est nous qui sommes responsables de l'apparition de la haine, et mieux vaut être conscients de nos pensées et de nos actes plutôt que de nous soucier de l'ennemi ou de l'ami, car une pensée juste met fin à la division. L'amour transcende l'ami ou l'ennemi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
PaulPujolPaulPujol   15 novembre 2011
Est-il possible que le penseur et la pensée, l'observateur et l'objet observé ne fassent qu'un ? Vous ne le découvrirez jamais si vous ne jetez qu'un regard succinct au problème et me demandez quelques explications sommaires sur tel ou tel point. Le problème est évidemment le vôtre, et pas seulement le mien ; vous n'êtes pas venu ici pour savoir comment moi je considère ce problème ou les problèmes universels.
Ce conflit intérieur permanent, tellement destructeur et tellement nuisible - c'est à vousde le résoudre, ne croyez-vous pas ? Et c'est aussi à vous qu'il appartient de découvrir comment susciter en vous-même un changement radical, au lieu de vous contenter de révolutions superficielles d'ordres divers - politique, économique, administratif.
N'essayez pas de me comprendre ou de comprendre la façon dont j'envisage la vie. C'est vous-même qu'il faut essayer de comprendre, car ce sont vos problèmes auxquels vous devez faire face. En les considérant ensemble, ce qui est précisément ce que nous faisons au cours de ces causeries, nous pouvons peut-être nous aider mutuellement à en avoir une vision plus claire, plus distincte. Mais voir les choses lucidement, si l'on reste au stade des mots, ne suffit pas, et cela n'entraîne pas le moindre changement psychologique créateur. Nous devons aller au-delà des mots, au-delà de tous les symboles et des sensations qui s'y associent....
Ces choses là, nous devons les écarter et en venir au problème essentiel : comment dissoudre le « moi », qui nous lie au temps, et dans lequel il n'est ni amour ni compassion ? Il n'est possible d'en transcender les limites que lorsque l'esprit ne se scinde pas sous la double forme de penseur et de pensée. Ce n'est que lorsque le penseur et la pensée ne font qu'un, que vient le silence, ce silence dans lequel plus aucune image ne se forme, et où toute expectation de nouvelles expériences a disparu. Dans ce silence, le sujet et l'objet de l'expérience se confondent ; et alors il est enfin une révolution psychologique - qui est créatrice.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DanieljeanDanieljean   03 mars 2016
Seule l’innocence peut être passionnée.

Les innocents ignorent la douleur, la souffrance, même s’ils ont vécu des milliers d’expériences.

Ce ne sont pas les expériences qui corrompent l’esprit, mais les traces qu’elles laissent, les résidus, les cicatrices, les souvenirs. Ils s’accumulent, s’entassent les uns sur les autres, c’est alors que commence la souffrance.

Cette souffrance, c’est le temps. Le temps ne peut cohabiter avec l’innocence.

La passion ne naît pas de la souffrance. La souffrance, c’est l’expérience, l’expérience de la vie quotidienne, cette vie de tortures, de plaisirs éphémères, de peurs et de certitudes. Nul ne peut échapper à ces expériences, mais rien n’oblige à les laisser s’enraciner dans le terreau de notre esprit. Ce sont ces racines qui suscitent les problèmes, les conflits et les luttes incessantes. La seule issue, c’est de mourir chaque jour au jour précédent. Seul un esprit clair peut être passionné.

Sans passion, on ne voit ni la brise qui joue dans le feuillage, ni l’eau scintillante dans le soleil. Sans passion, point d’amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
CatchMeCatchMe   18 mai 2016
Vivre en présence de la beauté de ces montagnes sans tomber dans l'habitude est chose très difficile... On a contemplé ces montagnes, entendu le torrent, et vu les ombres s'insinuer dans la vallée, jour après jour ; n'avez-vous pas remarqué comme on s'habitue facilement aux choses? On dit: « Oui, c'est très beau », et on passe son chemin. Il faut, pour vivre en présence de la beauté ou de la laideur, sans tomber dans l'habitude, une immense énergie – une vigilance qui empêche l'esprit de s'engourdir. De la même manière, la souffrance engourdit l'esprit si nous ne faisons que nous y habituer – et le plus souvent, c'est le cas. Mais il est inutile de s'habituer à la souffrance. On peut vivre avec la souffrance, la comprendre, l'explorer – mais pas dans but de la connaître.
Vous savez que la souffrance est là ;
c'est un fait, et il n'y a rien d'autre à savoir.
Vous devez vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Jiddu Krishnamurti (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jiddu Krishnamurti

Isabelle Clerc présente "L’esprit de création" de Jiddu Krishnamurti
Ce que nous sommes compose la société. Techniquement, nous sommes prodigieusement avancés, mais moralement, spirituellement, nous sommes très en retard. le progrès technique extraordinaire ...
Dans la catégorie : IndeVoir plus
>Philosophie antique, médiévale, orientale>Philosophie de l'Orient (sans distinction d'époque)>Inde (53)
autres livres classés : spiritualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1247 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre