AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
L'empire du vampire tome 1 sur 2

Benoît Domis (Traducteur)
EAN : 9782290364307
960 pages
J'ai lu (03/01/2024)
4.45/5   306 notes
Résumé :
De la sainte coupe vient la lumière divine ;
La main fidèle rétablit l'ordre sur le monde.
Et sous le regard des Sept Martyrs,
L'homme abolira cette nuit sans fin.

Vingt-sept longues années se sont écoulées depuis la mort du jour. Pendant près de trois décennies, les vampires ont fait la guerre à l'humanité, construisant peu à peu leur empire éternel. Maintenant, seules quelques étincelles de lumière subsistent dans une mer de tén... >Voir plus
Que lire après L'empire du vampire, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (84) Voir plus Ajouter une critique
4,45

sur 306 notes
Cela faisait maintenant un moment que j'avais envie de découvrir un ouvrage de Jay Kristoff dont j'entendais beaucoup de bien. J'avais d'ailleurs acheté à sa sortie en grand format le premier tome de sa trilogie Nevernight qui m'attend depuis plus de 3 ans dans ma PAL. La logique aurait voulu que je lise celui-ci avant d'acheter un nouveau roman de l'auteur, mais après une journée particulièrement pourrie l'été dernier, je me suis procuré ce premier tome de sa nouvelle saga L'empire du vampire. La publication du tome 2 prévue cette année m'a motivé à sortir cette brique de 950 pages de ma PAL.

Il m'a fallu pas moins de 10 jours en début de mois pour en voir le bout. Il y a longtemps que je n'avais pas lu de dark fantasy, plus d'un an à en croire mon historique de lecture sur Babelio et je dois dire que je ne suis pas mécontent d'avoir commencé l'année avec un récit comme celui-ci. Après avoir fini l'année 2023 toute en douceur avec le troisième tome de la saga jeunesse Mémoires de la forêt, le changement d'ambiance a été plutôt brutal car dès les premières pages, l'auteur ne prend pas de pincettes et annonce vite la couleur. le récit sera sombre, violent et sans concession.

J'ai particulièrement aimé la forme narrative du roman que j'ai trouvé très efficace. On découvre dans les premières pages Gabriel, le personnage principal de notre roman, enfermé en prison où ses heures ou journées sont comptées avant que l'on ne vienne le tuer. Mais avant cela, ses geôliers souhaitent connaître son histoire. Ils veulent connaître l'histoire du Lion noir, le dernier survivant de son ordre dont les exploits sont connus de tous. Celui qui a tué bon nombre de vampires dont l'un des plus dangereux et puissants dans ce monde.

Le vampire qui l'interroge veut savoir, et Gabriel raconte, il raconte son histoire mais il ne la raconte pas dans l'ordre. Cela donne lieu à trois fils narratifs tout au long du roman. le fil entre le vampire et Gabriel qui donne lieu à des échanges fort sympathiques à suivre et deux autres fils narratifs concernant l'histoire de Gabriel, l'un concernant ses débuts, et un autre beaucoup plus récent datant de quelques années avant sa capture.

Cela donne un rythme et un suspense au récit très bien maîtrisé par l'auteur face à une finalité que l'on connaît dès les premières pages mais sans en connaître le contexte mais aussi grâce aux contrastes qui apparaissent peu à peu au fil de la lecture entre le Gabriel jeune et le Gabriel plus âgé. On se demande comment le jeune homme que l'on suit dans ses débuts est devenu l'homme que l'on suit quelques temps avant sa capture. J'ai trouvé cela malin et très bien fait. Cela évite par ailleurs que l'ennui s'installe lors de la lecture face à l'alternance de ces fils narratifs tout au long du roman, mais avec un tout qui reste très accessible, l'auteur ayant pris soin à ce que cela reste facile à suivre.

Si j'ai trouvé la narration très bien maîtrisée, le reste ne l'est pas moins. L'univers créé par l'auteur vaut lui aussi franchement le détour, il est riche et propose un très beau travail sur le mythe du vampire et le thème du monstre. À partir de quand perd on son humanité pour se transformer en monstre ? Par ailleurs, malgré la richesse de l'univers, le tout n'est jamais lourd, l'auteur distillant peu à peu les informations au fil de la lecture tout en en conservant sous le pied pour ses prochains tomes, se contentant seulement ici d'attiser notre curiosité. On retrouve par ailleurs des éléments dans ce premier tome assez classiques mais qui fonctionnent toujours très bien avec moi tels qu'un apprentissage ou encore un voyage avec un groupe de personnages hétéroclites qui comporte son lot de dangers, de fuite et de combats aussi sanglants qu'épiques. le personnage principal de ce tome s'avère par ailleurs très intéressant. En plus de nous régaler avec des répliques cinglantes dans le fil narratif avec le vampire recueillant son histoire, on découvre un personnage très gris, mais auquel on finit par s'attacher, ou du moins à éprouver de l'empathie face à l'histoire assez terrible qu'il raconte.

L'auteur place aussi au coeur de son récit des thèmes qui pourraient vite être assez lourds, et pardonnez moi l'expression, casse-gueule comme la religion ou encore la dépendance. Ainsi, le fait d'avoir la foi ou pas a par exemple une place centrale dans le récit par les conséquences qu'elle entraîne dans cet univers. J'ai trouvé que l'auteur s'en sortait plutôt bien pour le coup et je suis assez curieux de voir où il nous entraînera dans les prochains tomes avec ceux-ci.

Il y a ainsi beaucoup de très bonnes choses dans ce roman et à vrai dire cela aurait été un one-shot, je lui aurais probablement mis 5 étoiles car très honnêtement, j'ai passé un excellent moment de lecture avec ce dernier. C'est d'ailleurs l'un des meilleurs livres de fantasy que j'ai lu depuis un moment. Cependant, pour pinailler un peu, je dois dire avoir été à deux reprises lors de ma lecture un peu déçu par ce que je considère comme une facilité scénaristique, deux éléments que j'ai trouvé peu crédibles mais après tout, pourquoi pas. Sur 950 pages, il est difficile de lui en tenir rigueur et je ne lui mets finalement que 4,5 étoiles car j'espère que la suite sera encore meilleure.

C'est un premier tome vraiment très prometteur que propose ici Jay Kristoff. Bien construit, bien écrit, avec une histoire prenante, je dois dire avoir hâte de lire la suite en espérant vraiment l'apprécier tout autant voire davantage. Si la suite est à l'image de ce premier tome, L'empire du vampire pourrait figurer parmi mes lectures de fantasy préférées de ces dernières années.
Commenter  J’apprécie          4616
Dire que je trépignais d'impatience à l'idée de retrouver Jay Kristoff n'était qu'un doux euphémisme tant j'avais hâte de découvrir la nouvelle série de ce génie que j'affectionne tant. Pour autant, j'avoue que j'étais assez craintif de peur de l'ombre que pourrait influencer Nevernight sur ma lecture. Cela étant sans compter sur le talent indéniable de l'auteur qui réussit haut la main le défi de s'émanciper allègrement mais pas totalement de sa précédente oeuvre pour nous en dévoiler une nouvelle toute aussi captivante et passionnante.

Sans être passé loin du coup de coeur, nul doute que L'Empire du Vampire est un chef d'oeuvre du genre littéraire. Bien que la mythologie vampirique n'est pas ce que je préfère, Jay Kristoff s'approprie les codes de cette légende pour en réaliser quelque chose de neuf, mature et des plus pertinent à découvrir. Bien que ces créatures restent membrées de dents aiguisés, avides de sang et sensibles à l'argent, leurs différents pouvoirs et autres sont surnaturels sont bien plus accrus et d'une violence inouïe cette fois-ci. Aussi séduisante que dangereuse et aussi violente qu'horrifique, j'ai tout simplement adoré la figure du vampire dévoilée par ce dernier. Jay Kristoff réalise un travail incroyable quant à ce mythe et dévoile un panthéon parfaitement orchestré, à la hiérarchie rondement menée. J'ai eu l'honneur de découvrir cette parfaite et habile construction et cette fine maîtrise grâce à la langue bien pendue et sarcastique – comme je l'aime – de Gabriel de León, cette moitié de vampire que j'ai rencontré en fâcheuse position. En effet, l'intrigue prend place dans la cellule dans laquelle notre antihéros, pas si antihéros que cela mais nous y reviendront, est maintenu prisonnier. Sa sombre geôlière désire connaître l'histoire de cet atypique individu aux allures de héros de guerres invincible et indestructible. Celui-ci, bien que réfractaire à la collaboration finira par répondre finalement à cette demande en échange d'une puissante drogue auquel ce dernier semble dépendant. Débute alors une riche et vive immersion au sein d'un univers des plus froid et austère qu'il m'ait été donné à lire. Pendu à ses lèvres, je me suis laissé guider par son franc parler, son ton bestial ainsi que ses manières rustres et malotrues.

Tout débute alors et jusqu'à présent de manière somme toute classique mais cela était sans conter sur le talent et le génie de Jay Kristoff. Alors que je découvrais avec vif intérêt la jeunesse et l'adoubement de Gabriel auprès de sa nouvelle légion, l'Ordre d'Argent, notre moitié suceur de sang têtu et n'en faisant qu'à sa tête, décide de livrer à son auditeur le récit de son aventure liée à la quête du Saint-Graal. Oubliez à présent le traditionnel schéma du héros en devenir et laissez place à une construction narrative décousue mais parfaitement alléchante et captivante. Sans savoir où souhaitait me mener Gabriel, je l'ai laissé disposer les pièces de son puzzle comme bon le lui semblait pour me retrouver face à une toile d'une complexité à toute épreuve. En ce sens et bien que déjà émerveillé par la prose de l'auteure, Jay Kristoff est parvenu à me surprendre parfaitement. Nul doute que son style s'est une fois de plus bonifié avec le temps et cela se ressent amplement dans la maîtrise de L'Empire du Vampire. Ce dernier sait comment embarquer ses lecteurs avec lui. C'est pourquoi, et malgré sa taille impressionnante, ce premier tome se dévore avec avidité et efficacité. Les six livres que comporte ce-dernier se dévoilent tout aussi intéressants et importants et permettent l'avancée des différentes intrigues dévoilées et drastiquement ficelées.
Mieux encore, l'auteur reprend quelques éléments déjà présent dans sa précédente série tout en les remaniant afin de les imbriquer à sa nouvelle oeuvre. Quel plaisir de retrouver ainsi le puissant loin que détient Mia et ses familiers, remplacé cette fois-ci par la curieuse épée brisée et parlante de Gabriel. Il fallait oser reprendre cet élément dont j'ai trouvé le parallèle séduisant. Néanmoins et bien que connaissant maintenant l'intrépidité et l'habilité du style de Jay Kristoff, ce ne m'a pas empêché de m'être à nouveau fait avoir par sa brutalité et certaines révélations m'ont autant fait rager que précédemment. Jusqu'à sentir monter mes larmes aux yeux à certains moments devant autant d'injustice et sévices. Ce n'est pas encore cette fois-ci que l'auteur épargnera ses protagonistes et encore bien moins ses lecteurs même si je dois bien admettre avoir trouvé cela jouissif. A croire que l'auteur a les lecteurs qu'il mérite. Et je ne parle même pas de la fin qui nous laisse sur d'importantes et inattendues révélations face auxquelles, je me dois encore de maudire et détester Jay Kristoff. Que sera longue l'attente avant de retrouver Gabriel de Léon.

En effet et comme je vous le disais, le portrait de ce personnage aux allures d'antihéros se dessine remarquable, évolutif et surtout saisissant. Bien qu'assez abrupte, cette première échauffourée m'a de suite interpelé grâce à la franchise et au sarcasme de ce personnage. Ce dernier se dévoile aussi courageux que vaillant mais aussi intrépide qu'imprudent et semble cacher derrière ses cinglantes réparties ainsi que son impressionnante violence une grande part d'humanité. J'ai de suite compris que je faisais face à un personnage complexe, construit en profondeur et je ne me suis absolument pas trompé. J'ai été saisi par le captivant contraste que possède Gabriel de Léon et minutieusement mis en valeur par Jay Kristoff. En dévoiler davantage reviendrait à vous dévoiler certaines vérités le concernant que votre coeur n'est pas prêt à attendre – le mien ne l'était pas, je vous rassure et ne s'en est toujours pas remis d'ailleurs – mais sachez que l'évolution de ce protagoniste tend à le faire devenir un véritable héros avec un grand H. Derrière sa noirceur et sa carapace se cache un être que j'ai adoré apprendre à connaître et dont la découverte m'a lié intimement. Ce vieil ours mal léché n'est d'ailleurs pas le seul personnage à détenir d'importants secrets et j'ai apprécié le traitement des différents membres de cette troupe atypique mais charmante et mettant à l'honneur une large diversité ethnique et sociologique. Il faut dire qu'en traitant du mythe vampirique, l'ambiance de L'Empire du Vampire est assez particulière et mystérieuse. Celle-ci oscille entre noirceur et lumière, entre démoniaque et piété. Ce contraste permanent offre un résultat détonant mais séduisant à souhait et je me suis autant imprégné de la violence de l'univers que j'ai fait preuve de rédemption. Ainsi, je n'ai pas été surpris de croiser le chemin de différents abbés, d'une soeur particulièrement séduisante et bien d'autres viles ou angéliques créatures telle une sorcière.

C'est pourquoi et comme vous l'aurez compris, la composition de ce premier chapitre m'a donc plus que convaincu et largement conquis. Bien que décousue et finalement finement ficelée, la construction et l'intrigue de ce dernier m'ont plus que captivé et passionné ! Jay Kristoff démontre tout son talent d'orateur et donne la voix à une personnage complexe et profond que j'ai adoré suivre dans cette sombre et pieuse épopée. L'Empire du Vampire détient un séduisant contraste constant et détonant que je ne peux que vous obliger à découvrir.

De plus, je ne pourrais finir cette chronique sans revenir sur le merveilleux et impressionnant travail d'édition réalisé. En effet, Bon Orthwick est aux commandes des illustrations qui accompagne ce premier volet et je remercie l'artiste pour ces nombreuses et délicieuses esquisses permettant un sentiment d'immersion encore plus vif et exacerbé. J'ai adoré m'arrêter sur chacune des oeuvres dévoilées afin de contempler toute la justesse des sentiments écrits par Jay Kristoff. Tout comme je remercie une nouvelle fois la maison d'édition De Saxus pour tout le soin et la finesse apportés à chacune de leurs parutions et celle-ci en particulier qui se veut un merveilleux incroyable livre-objet à posséder.

Cette lecture a été réalisée à l'occasion du Pumpkin Autumn Challenge – 2022 : Menu Automne de l'étrange – Catégorie In the dark I hear a call.
Commenter  J’apprécie          170
Ce gros pavé n'était vraiment pas facile à lire en Vo avec son style à l'ancienne. On peut dire qu'il a demandé une concentration importante et un temps bien supérieur à celui que je mets normalement pour lire un livre de cette taille.
Mais ce temps a été du temps bien utilisé car il valait vraiment le coup. Aucun regret ! En fait c'est la lecture qui a fait la transition entre 2021 et 2022 pour moi et si j'avais réussi à la terminer avant la fin de l'année il serait facilement rentré dans mon top 10 de 2021 !
___________
Je précise que si l'auteur est connu pour avoir écrit jusqu'ici des récits YA, ici ça n'est pas le cas.
Alors de quoi ça parle.
On est sur un récit du genre « personnage qui raconte son histoire ». le tout dans une ambiance un peu comme un mélange du film le Pacte des Loups avec le jeu Bloodborn (ou la série de jeux Castlevania). L'ensemble bien sombre et violent, tout en restant très prenant.

Gabriel de León est le dernier Silversaint, un chevalier du saint ordre d'argent qui depuis des siècles combattent le mal la où il se trouve. Et depuis 27 longues années, il est partout.
Pourquoi? Parce que c'est à ce moment la qu'il a cessé de faire jour. La planète est plongée dans une nuit éternelle.

A plus de la trentaine, Gabriel est une légende vivante, même auprès de ses ennemis.
Il est l'homme qui a repoussé pendant des années l'avancée de l'empereur éternel, un ancien vampire qui a décidé de profiter de la nuit s'approprier le monde. Et malgré son échec au bout d'un moment face à l'armée des ténèbres, il a fini par réussir à s'en débarrasser des années plus tard.

Et pourtant, au début du roman il a été capturé. Emprisonné dans une tour du château de l'impératrice vampire qui a prit la place de l'Empereur éternel à sa mort, il pense sa dernière heure venue.
Mais en fait non, pas tout à fait. Avant d'en finir avec lui, celle ci souhaite qu'il raconte son histoire et sa fin, pour la postérité. Elle veut être connue comme celle qui a descendu le dernier Silversaint et entend bien connaitre tout ses secrets.

Elle lui envoi donc un de ses sbire, un vampire qui va revenir harceler Gabriel tout les soirs jusqu'à ce qu'il ai raconté toute son histoire dans les détails …

Je n'en dis pas plus parce qu'il n'y a pas besoin d'en dire plus. L'intrigue racontée se déroule sur plusieurs timeline parce que Gabriel ressent assez souvent le besoin de parler d'événements plus récents pour embêter son hôte alors que celui ci aimerai qu'il commence par le début, dans l'ordre. Gabriel cède à certains moments, résiste à d'autre. Et donc l'ensemble n'est pas vraiment linéaire.
Mais ça reste très facile à suivre, ce n'est pas fait pour embrouiller le lecteur mais pour donner plus de dynamisme à l'ensemble.

Ce que j'ai vraiment aimé a été évidemment le développement du personnage de Gabriel. Entre le jeune homme actif qui veut faire ses preuves et l'adulte désabusé buvant plus que de raison, il passe par de nombreuses phases dans sa vie. Et du coup d'une partie à l'autre du récit on n'a pas forcement l'impression de lire toujours la même chose (quand on change de période).
Et ça rend curieux en plus, de savoir ce qui a bien pu se passer pour lui faire perdre la foi malgré le fait qu'il ai été personnellement témoin de la réalité de celle ci à de nombreuses reprises et qu'il ai été le champion ultime de l'église pendant toutes ses années.

Gabriel est un personnage attachant. Il n'est pas un mauvais bougre et veut le bien, mais il connait la réalité du monde et si pour sauver ce qui est important il faut sacrifier des innocents voir un village entier, il le fera sans sourciller. Mais évidemment pas avant d'avoir tout tenté pour que ça ne soit pas le cas.

Je précise que si l'église dans ce monde n'est pas du tout les même symboles et histoire que la notre (la roue à la place de la croix, un premier disciple féminin ….) au final on est clairement sur une pseudo église catholique, ce qui renforce le coté historique de l'ensemble.

Franchement l'ensemble est excellent ! Si vous aimez ce genre d'ambiance, c'est vraiment le livre idéal. J'ai versé ma larme sur le final, et j'en aurai lu le double sans me lasser je pense.

Alors certes, le coup du personnage plus âge qui raconte sa vie on l'a déjà lu plein de fois, c'est un classique. Mais je trouve que ça marche particulièrement bien ici. le jeu du chat et de la souri entre Gabriel et son vampire fait passer l'ensemble très rapidement, et j'avais vraiment envie d'en savoir plus sur la vie de ce personnage fascinant !
Lien : https://delivreenlivres.home..
Commenter  J’apprécie          190
Amateur du genre vampirique, je ne pouvais que lire ce nouveau roman de Jay Kristoff. Avant de débuter une lecture relative au mythe vampirique, de loin mon préféré, je suis toujours un peu inquiet... Ce genre est capable du meilleur (Trilogie du Passage de Justin Cronin par exemple)... comme du pire (Twilight ?). Bon, fort heureusement, ce récit fait définitivement partie de la première catégorie.
Le worldbuilding est tout simplement bluffant. L'auteur ne se contente pas de reprendre la figure du vampire telle qu'on la connait, mais apporte de nombreux changements... Il en résulte une oeuvre plus sombre mais également plus adulte. La religion unique du monde décrit est très bien travaillée. Sans tomber dans l'ennui, l'auteur apporte des précisions par petites touches à son système qui confortent les bases de l'univers.
Le mode de narration est également passionnant. le protagoniste principal, Gabriel de Léon, est emprisonné par ses ennemis de toujours et raconte à son geôlier l'histoire de sa vie. J'ai vraiment eu l'impression d'être face à lui ! le narrateur alterne entre deux périodes (sa jeunesse et une période plus récente) mais le lecteur ne se perd pas une seule minute.
Le système de magie est assez simple mais cohérent. Les vampires sont divisés en quatre dynasties ayant chacune des capacités particulières. Les saints d'argent qui les combattent, et dont fait partie Gabriel, son mi-vampires. En fonction de leur parenté, ils disposent des pouvoirs (bien que plus faibles) inhérents au clan vampirique concerné.
Le seul point faible pour moi fut la longueur. le roman est très volumineux et ce n'est pas toujours justifié.
Ce roman fut une très bonne surprise et j'attends avec impatience la suite !

Commenter  J’apprécie          170
Comment mieux commencer l'année que par un coup de coeur ? Alors oui, je le confesse, je m'y attendais un peu. Après avoir adoré Nevernight, j'ai bien entendu rapidement tourné le regard vers sa nouvelle saga vampirique. Pour être honnête, je ne craignais pas d'être déçue, surtout après avoir appris que le mythe du vampire était tout à fait bien retranscrit, d'une façon respectueuse du matériau original, tout en apportant de nouveautés bienvenues. Autant dire que j'ai vu rouge, et que je me suis totalement laissée emporter.

Pour moi, l'Empire du Vampire a été une lecture qui ne m'a pas laissée indemne, et j'ai dû me retenir pour ne pas le dévorer à toute vitesse, histoire de savourer un peu ma lecture. Encore une fois, la plume crue, franche et impertinente de l'auteur m'a conquise. Dans le récit, on retrouve une structure efficace mais qui commence à devenir fréquente en fantasy : le personnage principal qui se retrouve à un moment de son histoire et qui raconte son passé à une tierce personne. Ici, on suit les aventures de Gabriel de Leon, héros de légende, apparemment tombé aux mains de ses ennemis. Trois temporalités s'entremêlent dans le récit : le présent, où il raconte son histoire, sa jeunesse et les quelques années précédent son présent. Cela soulève bien sûr beaucoup de questions, surtout que l'ont voit une cassure entre l'adolescent pétri d'idéaux, et la canaille brisée qu'il est ensuite devenu.

J'ai personnellement adoré l'ambiance générale de dark fantasy qui se dégage du roman, et l'idée de mettre un ordre de combattants demi-sang au premier rang de la guerre contre les vampires. Plus encore, les personnages sont encore une fois une vraie force dans le récit. Tout en les dotant tous d'une identité propre, l'auteur arrive à nous mener en bateau tout au long du récit. On croit avoir cernés les personnages, en bien ou en mal, et certains arrivent à nous surprendre tout en restant cohérents. Il y a une véritable évolution qui se fait tout au long du récit, et c'est un plaisir de voir peu à peu les pièces du puzzle se mettre en place pour mieux les comprendre.

En bref, cette lecture a vraiment été de celles qui m'ont transportée, et il n'est certes pas facile d'être ensuite le livre qui viendra juste après. Petite mention spéciale pour les belles illustrations qui parsèment le livre, qui sont un petit plus des plus appréciables. Je n'ai plus qu'une hâte : dévorer la suite dès que possible !
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (78) Voir plus Ajouter une citation
Placez un homme dans une pièce pendant cent ans avec un millier de livres, et il acquerra un million de connaissances. Mettez-le dans une pièce pendant un an avec le silence, et il se connaîtra lui-même.
Commenter  J’apprécie          20
Ça exige qu’on se bouge le cul. Avec le risque de peut-être ne jamais savourer le goût de la victoire, mais sans le regret de n’avoir pas osé. Voilà ce qui nous distingue des lâches, ceux qui ne s’aventureront jamais dans l’arène. Ils préfèrent rester sur la touche et chuchoter en critiquant les forts qui trébuchent. Les vainqueurs sont simplement ceux qui refusent la défaite. La seule chose pire que de finir dernier, c’est de ne jamais prendre le départ. Et putain, pas question de finir dernier.
Commenter  J’apprécie          00
- Vous pensez que ces réfugiés que nous avons croisés sur la route n’ont pas prié de toute leur force pour ne pas perdre leurs foyers ? Que Lachlunn á Cuinn n’a pas prié pour que sa femme et son fils restent en vie ? Ces foutaises sur un plan divin, c’est typiquement ce que les bonimenteurs comme vous essaient de fourguer à leurs paroissiens, du haut de leur chaire, dès que les choses tournent au vinaigre. Après avoir fait passer le plateau pour la quête, bien sûr. Quand la récolte est mauvaise, que votre cancer gagne du terrain, ou que votre prière, quelle qu’elle soit, n’a pas été exaucée, c’est tout le réconfort qu’ils ont à offrir. C’est la volonté de Dieu, vous disent-ils.
Commenter  J’apprécie          171
J’ai tenté d’occuper mes journées à la bibliothèque, mais la carte au sol me rappelait constamment la bataille à venir. En outre, le frère archiviste Adamo était un épouvantable emmerdeur ; à ses yeux, la bibliothèque idéale pouvait se passer de lecteurs. Rien ne le mettait plus en joie que la vue d’étagères bien rangées. Corner une page relevait du blasphème. Curieusement, certaines personnes semblent réellement plus intéressées par l’idée de posséder des livres que de les lire.
Commenter  J’apprécie          213
Quelques mots peuvent faire un empire et détruire un royaume. Quelques mots sont capables de marquer le début de la fin de tout. Combien de cœurs ont trouvé le bonheur en se disant “Oui, je le veux” ? Combien d’autres ont été brisés en entendant un “C’est fini” aussi bref que dévastateur ? Il en faut bien peu pour changer ou détruire votre univers tout entier, pour redéfinir, à l’instar des puissants sortilèges d’antan, votre point de vue sur vous-même et le monde qui vous entoure.
Quelques mots.
Commenter  J’apprécie          135

Videos de Jay Kristoff (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jay Kristoff
Jay Kristoff vous présente son ouvrage "L'empire du vampire. Vol. 1" aux éditions De Saxus.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2666632/jay-kristoff-l-empire-du-vampire-vol-1
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : dark fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (1007) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2421 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..