AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781908580382
15 pages
Éditeur : Les Éditions de Londres (15/11/2011)
3.75/5   4 notes
Résumé :
" Le principe anarchiste " de Kropotkine, comme "L?esprit de révolte", c?est un des plus beaux textes du prince Russe. C?est un texte tardif, où domine un indéniable lyrisme. Kropotkine ne fait pas dans la théorie, il nous révèle sa pensée : le principe anarchiste, c?est le principe de liberté. En cela, l?anarchisme s?inscrit radicalement à l?écart des autres mouvements politiques. Les manuels d?histoire filtrés par les ministères de l?éducation nationale ne le peig... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Marti94
  27 juin 2017
« le principe anarchiste » est un court texte du prince Piotr Alekseïevitch Kropotkine publié en 1913. Ecrit huit ans avant sa mort, c'est un texte tardif qui, selon Les Editions de Londres offre en quelques pages au lecteur la possibilité de tirer la substantifique moelle de l'idée anarchiste. Il faut dire que le célèbre géographe russe est l'un des plus grands théoriciens de l'anarchisme.
C'est sur la lutte engagée contre l'autorité, née au sein de l'Internationale, que le parti anarchiste se constitua comme parti révolutionnaire distinct. Mais au-delà du parti, c'est aussi une grande idée philosophique. Si l'anarchisme commence en tant que négation de l'état et de l'autorité, Kropotkine insiste sur son rôle reconstructeur pour la défense la liberté.
Ce texte est très facile à lire et présente un grand intérêt pour ceux qui s'intéressent à l'histoire des idées. Il est présenté et contextualisé dans une préface signée de la maison d'édition de livres numériques, Les Editions de Londres, qui précède une courte biographie de Piotr Alekseïevitch Kropotkine.
A lire sans hésiter d'autant plus que c'est gratuit.
Lu en juin 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          53

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   01 février 2016
À ses débuts, l’Anarchie se présenta comme une simple négation. Négation de l’État et de l’accumulation personnelle du Capital. Négation de toute espèce d’autorité. Négation encore des formes établies de la Société, basées sur l’injustice, l’égoïsme absurde et l’oppression, ainsi que de la morale courante, dérivée du Code romain, adopté et sanctifié par l’Église chrétienne. C’est sur une lutte, engagée contre l’autorité, née au sein même de l’Internationale, que le parti anarchiste se constitua comme parti révolutionnaire distinct.
Il est évident que des esprits aussi profonds que Godwin, Proudhon et Bakounine, ne pouvaient se borner à une simple négation. L’affirmation — la conception d’une société libre, sans autorité, marchant à la conquête du bien-être matériel, intellectuel et moral — suivait de près la négation ; elle en faisait la contre-partie. Dans les écrits de Bakounine, aussi bien que dans ceux de Proudhon, et aussi de Stirner, on trouve des aperçus profonds sur les fondements historiques de l’idée anti-autoritaire, la part qu’elle a joué dans l’histoire, et celle qu’elle est appelée à jouer dans le développement futur de l’humanité.
« Point d’État », ou « point d’autorité », malgré sa forme négative, avait un sens profond affirmatif dans leurs bouches. C’était un principe philosophique et pratique en même temps, qui signifiait que tout l’ensemble de la vie des sociétés, tout, — depuis les rapports quotidiens entre individus jusqu’aux grands rapports des races par-dessus les Océans, — pouvait et devait être réformé, et serait nécessairement réformé, tôt ou tard, selon les grands principes de l’anarchie — la liberté pleine et entière de l’individu, les groupements naturels et temporaires, la solidarité, passée à l’état d’habitude sociale.
Voilà pourquoi l’idée anarchiste apparut du coup grande, rayonnante, capable d’entraîner et d’enflammer les meilleurs esprits de l’époque.
Disons le mot, elle était philosophique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   26 juin 2017
C’est que contre tous ces partis, les anarchistes sont les seuls à défendre en son entier le principe de la liberté. Tous les autres se targuent de rendre l’humanité heureuse en changeant, ou en adoucissant la forme du fouet. S’ils crient « à bas la corde de chanvre du gibet », c’est pour la remplacer par le cordon de soie, appliqué sur le dos. Sans fouet, sans coercition, d’une sorte ou d’une autre, sans le fouet du salaire ou de la faim, sans celui du juge ou du gendarme, sans celui de la punition sous une forme ou sous une autre, ils ne peuvent concevoir la société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   27 juin 2017
Pourtant, pour résumer, les principaux points communs entre Bakounine et Kropotkine, c’est l’amour de la liberté, l’importance de la révolte, la haine de l’Etat centralisateur et de la brutalité que l’autorité non contrôlée finit toujours par exercer sur ceux qui ont eu l’imprudence de lui confier les clés du pouvoir.
Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   26 juin 2017
Les Editions de Londres pensent que Kropotkine, dans son effort de construction systématique, trahit certains principes de l’esprit anarchiste, et que ceci n’échappe pas à l’Union Soviétique stalinienne qui voit dans l’anarcho-communisme une belle opportunité de récupérer les débris de la mouvance anarchiste.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
autres livres classés : anarchisteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox