AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782081395282
Éditeur : Flammarion (05/04/2017)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 56 notes)
Résumé :
À bientôt quarante ans, Jeanne est au bout du bout du rouleau. Plus de mec, un travail qui ne rapporte pas un rond, des relations tendues avec sa mère et quelques kilos en trop, sa vie ressemble à un désastre. Afin de l’aider à faire le point, sa sœur lui offre une semaine de vacances. Mais pas pour se la couler douce, non, pour faire une cure de jeûne. Le pire cauchemar de Jeanne! Imaginer dire adieu au pain au chocolat du matin et à tous les gâteaux qu’elle avale ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Supermaman64
  21 février 2021
Jeanne, est une jeune femme de quarante ans mal dans sa peau, accro à un looser égoïste et dotée d'une mère abominable. Sa soeur lui offre des vacances atypiques au Pays Basque.
Lu et adoré ! Voilà mon avis à chaud! Un excellent feel good qui mêle humour (celui qui fait rire pour de vrai), bons sentiments et remises en questions. Chaudement recommandé par des lectrices dans la catégorie "livre qui fait du bien quand tout va mal", je suis sûre d'être en mesure de vous le recommander à mon tour.
Jeanne et son humour vont me manquer! Cécile Krug a une écriture très agréable et des idées délirantes.
Une jolie histoire qui m'a donnée envie de jeûner à Biarritz (ou pas).
Bonne lecture...
Commenter  J’apprécie          280
coincescheznous
  02 avril 2017
J'avais lu il y a quelques années le premier livre de Cécile Krug Demain matin si tout va bien, que j'avais beaucoup aimé. C'est donc sans hésitation que j'ai voulu me procurer avant sa parution officielle le petit dernier qui a mis vingt ans à éclore : Parler ne fait pas cuire le riz (parution le 5 avril).
Comme je l'ai dit dans un billet précédent, je suis, a priori, un peu fatiguée de la « chick-litt » (littéralement « littérature de poulette ») qui est en gros incarnée par la célèbre Bridget Jones. J'avais donc un peu les pétoches – à tort - en ouvrant Parler ne fait pas cuire le riz, qui reprend assurément les éléments principaux du genre.
En gros, dans tout bon roman de nanas qui se respecte, il faut retrouver les ingrédients suivants :
- une héroïne mignonne mais pas dingue, avec quelques kilos en trop
- des ex qui sont tous pour la plupart des salopards (question sous-jacente : pourquoi l'héroïne les choisit-elle ?)
- un père formidable (les héroïnes de chick-litt sont toujours en plein Oedipe, ce qui explique en partie leur célibat persistant)
- une mère un peu vache, un peu égoïste
- et des bonnes copines présentes, peu importe les galères.
Ici donc, on respecte bien les règles, et l'on se plonge dans la vie de Jeanne, quadra un peu trop bourgeoise parisienne, qui déchante suite à une rupture et part se changer les idées dans la campagne basque lors d'une semaine de jeûne. Ca, c'est l'histoire en très gros, pour ne rien déflorer de la lecture.
Ce n'est pas factuellement l'histoire de Jeanne qui fait la force du livre, car si vous en avez lu d'autres du même genre, vous vous doutez que la fin est forcément heureuse (et bien heureusement d'ailleurs car lire l'histoire d'une quadra célibataire qui se suicide, c'est franchement flippant). Non, ici, ce qui séduit, ce sont les deux aspects suivants :
- d'une part, l'humour de l'écrivain, et donc de Jeanne… très différent de celui de Bridget qui est davantage sur l'alcool et la débauche avec ses potes.
- d'autre part, et c'est surtout cela qui est la force du livre, c'est le cheminement que suit notre héroïne pour revoir ses choix sous un autre angle et faire en gros son analyse / coaching de vie sous nos yeux. Comment elle passe dans sa tête du statut de victime à celui de celle qui choisit sa vie, comment elle pardonne le passé sur lequel on ne peut rien, comment elle décide que rien n'est perdu et que tout, ou presque tout, dans le fond, n'est qu'une question d'état d'esprit.
En fait, Parler ne fait pas cuire le riz n'a pas osé se positionner comme un roman de vie, de coaching, par humilité ou timidité que sais-je, et a choisi un positionnement fun de nana alors que dans le fond, toute l'histoire n'est qu'un prétexte pour suivre une révolution mentale et psychologique que certains d'entre nous vivrons… ou pas ! Si vous en avez vécu une, vous relirez avec plaisir ces passages de vie que vous avez connus. Si vous ne voyez pas de quoi je parle, et bien il est temps de le découvrir !
Du coup, message à l'auteur si jamais elle me lit : le 1er livre était avant tout humoristique, le deuxième est à cheval entre humour et positionnement de vie. J'attends donc le 3ème qui s'affirme clairement comme roman d'apprentissage pour aller au bout du chemin auquel nous invite Jeanne !
Jo la Frite

Lien : http://coincescheznous.unblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
CarnetParisien
  19 mai 2017
Je crois à vrai dire que je n'attendais pas grand chose de ce roman, qui était pour moi une surprise totale. Je n'en ai que très peu entendu parler sur les réseaux sociaux ou les blogs (en dehors de l'article de mon amie Alice Neverland). Et parfois, ce n'est pas plus mal, cela me permet de découvrir un roman sans a priori ni attentes particulières. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai probablement tant accroché à cette lecture.
Parler ne fait pas cuire le riz s'inscrit dans la catégorie chick-lit, et tous les ingrédients sont réunis pour en faire une réussite : nous trouvons une héroïne drôle et maladroite, des situations cocasses, des quiproquos, des personnages attachants, et même la naissance d'une histoire d'amour (ou de plusieurs ?).
Le point de départ est évidemment l'insatisfaction de Jeanne vis-à-vis de sa propre vie : tant sur le plan personnel que professionnel. Il est temps pour elle d'agir, et c'est une diète forcée qui lui permettra de prendre un nouveau départ. Je suis vraiment admirative de ce courage, car je crois que je serais bien incapable de me priver de manger pour espérer aller mieux !
La grande force de ce roman (inévitablement comparable à notre Bridget Jones préférée), c'est l'humour de l'auteure qui se manifeste à travers les situations ou les réflexions de son héroïne, qui bien évidemment n'a de cesse d'enchaîner les gaffes. Je me suis surprise à rigoler toute seule en lisant les pensées de Jeanne.
Les péripéties sont assez prévisibles. le dénouement ne m'a pas surprise, je m'attendais dès le début à ce revirement de situation dans la vie sentimentale de notre héroïne. Mais je suis certaine que le petit twist marchera sur la plupart des lecteurs, et c'était un enchaînement vraiment agréable.
Comme dans toute chick-lit, j'ai trouvé le déroulement de l'intrigue plutôt prévisible, mais il n'empêche que cette histoire a produit son effet. C'est une lecture parfaite pour l'été et qui m'aura fait passer un super moment. Je me reconnais souvent beaucoup dans les héroïnes de ce genre, et ces lectures contribuent à me redonner de l'espoir pour mon propre avenir.
En conclusion
Si vous aimez la chick-lit et que vous souhaitez lire un roman léger et drôle cet été, Parler ne fait pas cuire le riz est le livre qu'il vous faut. Un roman feel-good bourré d'humour, avec une héroïne attachante, qui vous fera passer un excellent moment.
Lien : https://carnetparisien.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
orchidee1981
  30 juillet 2017
Mon avis:
j'avais entendu beaucoup de bien de ce roman,principalement sur la page Parler Ne Fait Pas Cuire le Riz ou le groupe https://www.facebook.com/groups/ParlonsDesLivresDeCecile/ Claire Bernier
J'avais envie d'une lecture légère et facile a lire et c'est tout naturellement que je me suis tourné vers ce roman.Et je me dis que j'ai vraiment bien fais.
Je dois dire qu'au début,je ne savais pas a quoi m'attendre,sans doute le titre qui m'a induit en erreur.
Et dès les premières pages,j'ai été happé par l'histoire.Mieux encore,par certains côtés,je me suis retrouvé dans le personnage de Jeanne,cette jeune femme qui n'a pas une estime d'elle très haute.
Jeanne qui se retrouve a faire une cure de jeûne au fin fond du pays basque et qui,grâce a ça,en apprendra beaucoup sur elle et en ressortira grandit et rayonnante (je vais peut être me laisser tenter par une petite cure de ce genre :p )
J'ai vraiment adoré ce livre qui se déguste comme un bon gâteau au chocolat (c'est mal parti pour le jeûne).Tant et si bien que je l'ai relu une seconde fois (au cas où j'aurai loupé des choses a la première lecture).
Je le recommande vivement a toutes celles-et ceux-qui veulent passer un bon moment en compagnie de personnages attachants.Mention spéciale a Gustave.Des hommes comme lui,on en rencontre pas a tous les coins de rues :-)
Bonne journée et bonne lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sandraboop
  25 mai 2019
Ici pas de grande littérature mais un joyeux feel good plein d humour. Jeanne est une bridget jones française donc l idee n est pas nouvelle Somme toute.
En revanche, c etait le bon moment pour le lire : quadra moi-même, sa Jeanne m a tantôt fait penser à des amies tantôt à moi-même.
L humour comme thérapie et forme d espoir.
J ai quelques expériences communes avec Jeanne, j aimerai en avoir une de plus - depuis des années je rêve de breaker de la civilisation portable dans une retraite avec rando au programme :-)
Mes collègues qui m ont offert ce livre ne le savaient sans doute pas mais ont mis dans le mille.
En tout cas c est tout plein d espoir et de beaux sentiments alors à lire quand il y a un petit moment de blues.
Bonne lecture
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
claire-and-coclaire-and-co   29 mars 2017
Ma missive rédigée, j’inspecte les placards de la cuisine en quête d’un petit quelque chose à me mettre sous la dent. Il n’y a que des boîtes de tisane. En suis-je au stade où je conçois de sucer des sachets ? Oui, sans hésiter. Me voici dehors. J’ai pris soin de glisser le mot sous la porte. Ils le trouveront à leur réveil demain matin. Le chat miaule en m’apercevant et je suis obligée de caresser son corps galeux pour le faire taire. Dommage que je n’aie pas de sachet de tisane goût souris sous la main, ça l’aurait calmé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
bookworm23bookworm23   29 avril 2017
[...] la faim et le manque exacerbent tout ce que nous ressentons. (p. 287)
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : feel good bookVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16622 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..