AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782013229029
160 pages
Hachette Jeunesse (03/03/2010)
4.08/5   51 notes
Résumé :

N'hésitez pas à entrer dans la vieille armoire, car c'est la porte du bout du monde ! Là-bas, les arbres distribuent des tartes et les poules pondent des œufs au jambon. Au pays du Monde Renversé, on réprimande les parents lorsqu'ils sont insupportables, on circule sur des trottoirs roulants, on parcourt l'océan à cheval. Seulement, tout cela n'est possible que si le 35 mai tombe un jeudi !

Que lire après Le 35 maiVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
C'était l'époque où les mercredis étaient encore le jeudi...
Et quand un 35 mai tombe un jeudi, il faut s'attendre à voir et à vivre des choses exceptionnelles.
Konrad va tous les jeudis chez son oncle qu'il adore. Mais aujourd'hui un devoir sur les Mers du Sud le tarabuste. Peu importe, car un cheval monté sur patins à roulettes, croisé plus tôt dans la rue, sonne à la porte. Ils font connaissance et partent tous les trois découvrir le pays de Cocagne en empruntant une porte au fond de l'armoire de l'oncle.
Le pays où tout pousse sur les arbres ! Où les gens dorment toute la journée s'ils le veulent, dans des lits moelleux, et où ils sont tellement feignants, qu'ils n'ont qu'à désirer quelque chose pour l'obtenir : Konrad fait rapetisser son oncle.
Puis ils vont traverser des pays étonnants, en passant par le château du lointain passé, puis le pays inversé - où les enfants éduquent les parents - puis Electropolis, une ville toute automatisée, puis ils arrivent aux Mers du Sud, et sur la ligne de l'Equateur, littéralement parlant... Ils y rencontrent la princesse Chicorée, métisse à la peau en damier.
Ce livre pour enfants est magique, plein d'histoires incroyables et amusantes. Lu enfant, j'en ai gardé un souvenir très très vivace, surtout le pays de Cocagne, qui m'avait fait tant rêver... Relu récemment, pour le plaisir d'un voyage de retour à l'enfance.
Commenter  J’apprécie          120
A lire d'urgence...
Avec le jeune Konrad et son oncle Ringelhuth, nous suivons un cheval juché sur patins à roulettes dans une armoire normande, un jeudi... 35 mai. Objectif : réussir une rédaction... Et au lieu de sécher sur un cahier,
à nous le pays de Cocagne au cours d'une balade à travers le monde, pardon un nouveau monde où mourir de faim semble impossible et où les adultes sont priés de réfléchir avant d'ennuyer les enfants ( au risque de finir au tribunal ou avec une patate en lieu du nez...).
Durant ce joyeux périple, le jeune lecteur comme l'ancien doivent se laisser emporter dans un tourbillon de rire et de rêves, il faut être un enfant pour venir à bout du voyage, de la rédaction de Konrad et de la fantaisie chère à ce géant de la littérature jeunesse qu'est Erich Kastner. Songeons qu'il a écrit ce livre juste après la chute du nazisme... Et découvrons avec lui un livre antiraciste et libérateur pour la jeunesse.
Mon premier coup de coeur de lectrice à 8 ans, un livre partagé auprès de tous mes proches et élèves, n'attendez plus, lisez !
Commenter  J’apprécie          00
Un ouvrage déroutant !
Un mélange de fantasy, merveilleux, science-fiction, aventures...
Un récit très moderne avec des technologies balbutiantes ou inexistantes à l'époque où il a été écrit et incroyablement de notre actualité ! Et en même temps, il y a un petit côté vieillot à cette écriture et aux personnages : c'est troublant cette mixité.
On pense, en le lisant, au "Monde de Narnia", à Jules Verne, à "Thomas et l'infini".
J'ai des difficultés à me projeter sur le ressenti des jeunes d'aujourd'hui face à cette lecture, il faudrait le tester !!!
Commenter  J’apprécie          20
Un livre merveilleux, plein d'imagination ,un rêve pour enfant quelque soit l'age. l'auteur fait rêver, il crée un monde imaginaire de A à Z et laisse le lecteur s'immerger de tout son être dans le fleuve de l'improbable, laisse l'incongrue venir faire sourire, et nous pousse à aller encore plus loin.
A lire et a faire lire à vos enfant.
Commenter  J’apprécie          10
Un superbe livre par un auteur un peu oublié de nos jours, une aventure farfelue et pleine d'imagination qui mêle rêve et réalité
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Ils n'aperçurent pas de cotre, mais ils découvrirent quelque chose de bien plus remarquable : une jetée d'acier, large de deux mètres, s'avançait dans la mer et semblait aussi interminable que l'océan lui-même. Elle ressemblait à une ruelle qui aurait traversé la mer, ou à un faisceau de rayons de lune qui se serait reflété, la nuit, dans l'eau.
Une femme seule se trouvait sur cette jetée, non loin de la rive, et elle frottait l'acier avec un balai-brosse.
- Que faites-vous là ? questionna l'oncle.
- Je récure l'équateur, répondit la femme.
- Quoi ? C'est ça, l'équateur ? s'écria Konrad d'un air incrédule en désignant la ligne d'acier.
- Et pourquoi récurez-vous ce machin-là ? demanda le cheval.
- Nous venons d'avoir trois jours de mousson, expliqua la femme qui nettoyait. Les vagues étaient hautes, comme des maisons, et ce matin, l'équateur était tout rouillé. Il faut donc que je le nettoie, maintenant. Il pourrait éclater si la rouille le rongeait, et la Terre se briserait.
- Le mieux serait de le passer au minium votre équateur pourri, conseilla le cheval. Et il ne pourra plus jamais rouiller.
- Il faut bien qu'il rouille un petit peu, répliqua la femme, ou je vais perdre mon emploi.
- Alors veuillez m'excuser, reprit le quadrupède. Je ne voulais pas vous faire de peine.
- Oh ! ce n'est pas grave, dit humblement la femme. Et elle continua à récurer le chemin d'acier.

Page 112-113-114
Commenter  J’apprécie          00
Je comprends d'ailleurs qu'on fasse un peu de course pour se maintenir en forme, mais je trouve parfaitement idiot qu'on se mette à courir comme un dératé à travers la campagne en espérant finir la course avec un centième de seconde de moins qu'un autre. Cela ne sert qu'à vous rendre malade au lieu de vous conserver en bonne santé.

Page 66
Commenter  J’apprécie          00
La rue était très animée. On y voyait des jeunes garçons avec des hauts-de-forme sur la tête qui serraient des portes-documents sous leur bras, et des petites filles vêtues à la mode qui se promenaient ou accomplissaient quelques achats; Il n'y avait que des enfants.
"Pardon ! fit Konrad en retenant un garçon qui allait monter dans une auto. Dis-moi, n'existe-t-il pas d'adultes chez vous ?
- Si ! répondit l'autre. mais ils sont encore à l'école."
Puis il s'installa dans son auto et salua Konrad en lui expliquant :
"Il faut vite que j'aille à la Bourse." Et le voilà qui tournait déjà le coin.
"Les bras m'en tombent, murmura Konrad.
- Tu t'en passeras, répliqua le cheval.
- Je me demande ce que les adultes peuvent bien avoir à faire à l'école, et les enfants à la Bourse !" déclara Konrad.
Le cheval haussa les épaules et patina de l'avant. Konrad avait de la peine à le suivre. L'école se trouvait heureusement tout près de là. Il y était écrit :
"Réservé à l'éducation des parents difficiles."
Commenter  J’apprécie          40
Il avait raison. A peine les premières gouttes de pluie étaient-elles tombées que des douzaines de parapluies poussèrent dans la prairie, comme des champignons. On pouvait, si l'on voulait, s'arrêter sous l'un de ces parapluies. Mais on pouvait aussi l'arracher de terre et continuer son chemin en s'abritant.
Les trois promeneurs cueillirent chacun un parapluie et poursuivirent leur route.
"Ces parapluies se fanent dès que la pluie cesse", confia Seidelbast; Et les visiteurs en furent extrêmement impressionnés.
La pluie s'arrêta de tomber, et les parapluies se recroquevillèrent comme des fleurs fanées. Le président jeta son parapluie flétri dans le fossé, et ses hôtes l'imitèrent aussitôt.
Commenter  J’apprécie          50
Il y avait sur le tronc de l'arbre un distributeur automatique muni de poignées et d’inscriptions. On pouvait y lire :
- Tirer une fois la poignée gauche : 1 pomme pelée et coupée en quartiers.
- Tirer deux fois la poignée gauche : 1 portion de compote.
- Tirer une fois la poignée droite : 1 tarte aux prunes à la crème chantilly.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Erich Kästner (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erich Kästner
Corinna Gepner - "Vers l'abîme" de Erich Kästner .Corinna Gepner vous présente l'ouvrage "Vers l'abîme" écrit par Erich Kästner, paru aux éditions Anne Carrière. Rentrée littéraire janvier 2016. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/kastner-erich-vers-abime-9782843377600.html Notes de Musique : Night on the Dock - Sax. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature jeunesseVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (138) Voir plus



Quiz Voir plus

Deux élèves ont disparu de Erich Kästner par Clémence

Où se déroule l'histoire ?

Elle se déroule en France
Elle se déroule en Allemagne
Elle se déroule en Angleterre
Elle se déroule en Autriche

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Deux élèves ont disparu de Erich KästnerCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..