AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791033902522
Éditeur : Harper Collins (02/05/2018)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 189 notes)
Résumé :
La première fois que je l'aperçois, elle se tient sur le quai bondé de la gare de Fullerton, à Chicago. Il fait un froid à vous glacer les os, il pleut à verse. Elle serre un bébé dans ses bras. Rien ne les abrite. Quelques jours plus tard, elle est de nouveau là. Aussi fragile. Cette fois, je l’aborde/vais lui parler. Sans trop savoir pourquoi. Ni où tout cela va me mener…
Hantée par l’image de cette jeune sans-abri et de son bébé, Heidi néglige l’avis de s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (88) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  15 mai 2016
Imaginez.
Imaginez que vous soyez sur un quai de gare . Il fait un temps pourri , un froid de gueux et une pluie à faire pâlir Nantes et les parapluies de Cherbourg .
Imaginez qu'une jeune fille se tienne sur ce quai . Elle est visiblement mineure, affamée , elle est visiblement trempée et elle a un bébé dans les bras .
Elle s' appelle Willow .
Imaginez que vous travailliez auprès des défavorisés , des illettrés des pauvres , des émigrés . Imaginez que vous ayez un coeur immense , et pas assez d'enfants pour s'y blottir .
Imaginez Heidi, dont le mari est souvent absent , et sa fille Zoë qui rentre dans l'adolescence et qui a de moins en moins ,besoin de sa mère . Vous feriez quoi à sa place ?
Imaginez Chris, le mari d'Heidi, souvent en voyage d'affaire et sa voluptueuse collègue de boulot , le cauchemar de toute épouse : Cassidy . Cassidy et son chemisier un poil trop échancré , son rouge à lèvres trop rouge et son penchant pour allumer le-dit mari...
Quand Heidi invite Willow chez elle afin de la remettre d'aplomb , la restaurer , lui offrir un répit, une alternative à la rue , cela n'est pas très bien reçu de la part de Chris et Zoë . Ce pourrait n'être qu'une intrusion dans leur intimité , mais la loi ne plaisante pas : héberger une mineure au delà de 48h est considéré comme un délit de type A , passible d'une peine de prison d'un an ...
Et si Heidi s'épanouit dans son rôle , Zoë fait la gueule, et Chris s'inquiéte mais comme il s'absente souvent ...
Willow mange, Willow engloutit, mais Willow ne raconte rien sur elle , ou si peu .
Heidi prépare les repas, Heidi s'occupe du bébé Ruby , mais Heidi s'inquiète aussi un peu. Qu'a subi Willow pour être aussi distante ? Est-ce prudent d'accueillir une parfaite étrangère sous son toit ? Mais Heidi est heureuse, très heureuse ... Générosité un peu folle, ou folie intéressée ?
Tour à tour dans la tête d' Heidi, Willow ou Chris suivant les chapitres, Mary Kubica fait avancer l'histoire selon plusieurs points de vue . Les informations nous sont données au compte goutte. Malaise , boule au ventre et pages tournées avec fébrilité ...
Mary Kubica est diabolique et nous offre une brochette de personnages riches et complexes . J'avais déjà eu le plaisir de recevoir en cadeau le premier livre de Mary Kubica , je remercie à nouveau Babélio et les éditions Mosaïc pour leur confiance . Après ce second roman , je crois que l'on peut décemment dire que Mary Kubica est rentrée dans le cercle des reines du thriller psychologique .
Mais vous n'avez pas répondu à ma question... Vous auriez fait quoi à la place d'Heidi ?
Moi , j'ai eu furieusement envie de devenir assistante sociale ... Vous comprendrez pourquoi lorsque vous aurez lu ce roman...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          552
jeunejane
  21 décembre 2017
Heidi emprunte chaque jour les transports en commun pour aller travailler comme responsable d'une association qui vient en aide aux personnes en difficulté.
Elle est mariée avec Chris, a une fille de 12 ans, Zoé, centrée sur elle-même et renfermée.
Heidi aurait voulu une famille nombreuse mais le sort en a décidé autrement. On sent très vite que c'est une souffrance pour elle.
Sur le chemin du travail, elle voit une toute jeune femme assise par terre avec un petit bébé.
Elle la verra plusieurs fois et cette image va l'habiter entièrement jusqu'au moment où elle entre en contact avec cette jeune personne, Willow.
Nous sommes en présence d'un roman choral qui donne la parole aux trois protagonistes :
- Heidi, notre personnage principal
- Chris, son mari dévoué avec un bémol. Il est souvent absent pour son travail : ce qui va permettre au noeud du roman de se développer.
- Willow, la jeune fille qui va livrer son passé avec un suspense qui dure jusqu'aux dernières pages de son récit.
Certains passages m'ont semblé un peu longs dans le marasme de la vie de Willow. C'est le seul défaut du livre à mes yeux.
C'est un récit magnifiquement bien construit où un problème étouffé ressort de façon dramatique à cause de la fille et de l'enfant seuls dans la pluie.
J'ai apprécié l'ouverture que laisse la fin : tout n'est pas perdu.
C'est grâce à une critique de Sandrine 57 parue en début de ce mois que j'ai eu envie de découvrir le livre. Belle découverte !
Challenge plumes féminines
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
sandrine57
  03 décembre 2017
A la tête d'une association qui vient en aide aux exclus, Heidi Wood est une femme généreuse et dévouée qui aime s'occuper des autres et aussi de sa famille, son mari Chris et sa fille de 12 ans, Zoe. Heidi pourrait être heureuse et comblée mais son couple a perdu la fougue des premiers temps. Chris, banquier d'affaires, est peu présent à la maison, toujours entre deux réunions qui s'éternisent ou deux vols vers New York ou Denver. Et depuis qu'il travaille avec Cassidy Knudsen, Heidi est jalouse de cette femme fatale, ambitieuse et volontaire. Et Zoe grandit trop vite. Elle est arrivée à cet âge ingrat où elle se détache de sa mère, réclame son indépendance et en veut au monde entier pour tout et n'importe quoi. Devenue inutile à la maison, Heidi se dépense dans son travail avec ses cours d'alphabétisation, ses cours de langue, ses nombreux projets.
Quand, un matin, en se rendant à Chicago, elle voit une adolescente et son bébé, transis de froid sous une pluie battante, sur le quai de la gare, Heidi s'émeut de leur sort. Après plusieurs tentatives d'approche, elle finit par la convaincre de passer une nuit chez elle, juste pour se réchauffer, reprendre des forces et soigner le bébé fiévreux. C'est ainsi que Willow et Ruby entrent dans sa vie, au grand dam d'un Chris méfiant et d'une Zoe furieuse. Mais Heidi se moque de leurs récriminations. Au-delà de son besoin d'aider son prochain, elle est ravie d'avoir Ruby à la maison, folle de joie même. Car Heidi adore les bébés. Elle rêvait d'une grande maison, d'une grande famille, de petites jambes courant partout. Elle avait même choisi les prénoms de ses futurs enfants...
Un thriller psychologique à trois voix où l'on entre dans la tête de trois personnages, Heidi, Chris et Willow. Avec les deux premiers, c'est le monde des WASP bons teints, des revenus confortables, un couple parfait, une fille à l'école catholique. Lui ne jure que par l'argent, elle se consacre aux autres. Leur fille traverse la pré-adolescence avec remous mais ce n'est qu'une phase qui s'atténuera avec le temps. Une vie bien rangée, lisse en apparence. Willow n'appartient pas à cette sphère des gens aisés et sans autre souci que le choix du prochain lieu de vacances. Willow, ce sont des parents partis trop tôt, l'orphelinat, la famille d'accueil, les maltraitances, la peur, la rue, le froid et la faim. La rencontre de ses deux mondes fait forcément des étincelles. Ils se jaugent, se jugent, se méfient. Heidi n'écoute que son coeur mais garde une certaine réserve, Chris craint le pire et s'imagine déjà cambriolé, voire assassiné, Willow est troublée par cette générosité inattendue.
Tout au long du roman, Mary Kubica fait monter la tension. Rien d'époustouflant, juste un malaise qui s'installe et grossit. On s'attend à un drame. Bien sûr, à force de lire ses confidences, on s'attache à la pauvre Willow mais son silence et sa méfiance restent inquiétante. On subodore un mauvais coup, un dérapage malheureux. Mais l'auteure est plus maline et retorse que cela. Elle manipule, joue avec son lecteur et réserve à son lecteur son lot de surprises. Une excellente lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443
Ziliz
  14 juin 2016
Heidi et Chris se rencontrèrent, se trouvèrent superbes, se marièrent rapidement, furent heureux et eurent... un seul enfant, en raison de quelques "complications" (euphémisme).
Madame eut du mal à s'en remettre, elle adorait les bébés. Elle les adore toujours, surtout quand elle les compare à ce qu'est devenue sa fille de douze ans, la pré-ado ingrate dans toute sa splendeur...
Aussi, quand elle rencontre une très jeune femme et un bébé mal en point, visiblement à la rue, Heidi ne reste pas insensible à leur triste sort et leur vient en aide, au grand dam de son mari, un homme d'affaire qui, bien que peu présent à la maison, supporte mal que sa petite épouse se consacre à d'autres que lui.
Je n'aime pas les romans à l'eau de rose, ça m'agace très vite. La collection Mosaïc fait partie des éditions Harlequin, et pourtant j'ai apprécié quelques uns de leurs thrillers psychologiques. Cherchez l'erreur. Mosaïc ne fait pas de guimauve ? ou bien je fais une croix sur le 'délit de sale gueule' quand ça m'arrange ?
"L'inconnue du quai" est un roman choral noir comme je les aime, avec une quadragénaire empêtrée dans ses problèmes du quotidien (mari absent, ado insupportable). L'intrigue est un peu lente, surtout lorsqu'on suit la version d'Heidi (j'ai préféré les chapitres où Willow s'exprime), mais j'ai apprécié les réflexions de l'auteur, et la façon dont elle aborde les différents points de vue. Par certaines de ses thématiques, cet ouvrage m'a rappelé 'Reflex' (Maud Mayeras), quelques romans de Barbara Abel, 'Les mères' (Samantha Hayes), 'La faute' (Paula Daly)... - de bons thrillers psychologiques, si on s'intéresse aux états d'âme des femmes et/ou des mères en difficulté...
Lu et aimé de cette auteur : 'Une fille parfaite'.
• Un grand merci à Babelio et aux éditions Mosaïc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
ladesiderienne
  21 mai 2016
Très belle découverte, avec ce roman, que celle de Mary Kubica, grâce à Babelio et aux Editions Mosaïc que je remercie.
Si j'ai répondu favorablement à cette Masse Critique privilège, c'est qu'elle correspondait d'après le mail à mon genre de lecture favori : le thriller. Pourtant, dès les premières pages, devant l'histoire de cette petite famille américaine "bien sous tout rapport", j'ai ressenti comme une légère déception : pas de quoi faire grimper ma pression artérielle... Pourtant en dévoilant peu à peu la dualité de ses personnages, l'auteure a su attirer mon attention.
Chicago, sur le quai de la gare, dans la pluie et le froid, une toute jeune fille portant dans ses bras un bébé attend dans l'indifférence générale. Son aspect et sa fragilité laissent à penser qu'elle vit dans la rue. Cette vision va hanter plusieurs jours Heidi, une mère de famille qui travaille dans le milieu social. Les quelques tentatives pour entrer en contact avec celle qui dit s'appeler Willow vont finir par payer, elle accepte de se faire héberger chez elle avec son enfant. Chris, l'époux d'Heidi et Zoé leur fille de 12 ans découvrent les invités-surprise. Mais Heidi a-t-elle seulement agi par pure générosité et souci de son prochain ? De son côté, Willow reste méfiante et peu bavarde sur ce qui l'a conduit là.
Mary Kubica nous offre un roman choral où le lecteur découvre successivement le point de vue d'Heidi, de Chris et de Willow. Peu à peu, la normalité de l'intrigue va perdre du terrain. En même temps que la jeune SDF va dévoiler au lecteur (mais pas à la famille qui l'héberge) son passé dramatique, ce dernier ressent que l'attitude d'Heidi principalement vis à vis du bébé prend des tournures inquiétantes. Sans être un thriller redoutable, "L'inconnue du quai" reste un psycho-drame intéressant basé sur les traumatismes que les femmes peuvent vivre au cours de leur existence : abus sexuels, avortement et difficultés accrues par rapport aux hommes à vivre dans la rue. L'écriture pleine d'émotions reste agréable même si la méfiance de Willow et la névrose d'Heidi rendent difficile un attachement profond de la part du lecteur. Une petite baisse de régime ressentie au milieu du livre et une fin un peu trop "rose" m'empêche de mettre 4 étoiles mais cette lecture mérite quand même un 14/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340

critiques presse (1)
Lexpress   07 juin 2016
Impossible de lâcher L'Inconnue du quai de Mary Kubica qui évoque les thèmes de la maternité, de l'enfance et du couple.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   12 juin 2016
Joseph était professeur de religion dans un collège communautaire. Il enseignait la Bible et, plus particulièrement, l'Ancien testament. Il enseignait un Dieu qui avait nettoyé le monde avec un déluge, déversant le soufre et le feu sur des villages entiers, tuant tous les habitants, femmes et enfants, bons et mauvais. Tout le monde. [...]
Joseph avait réussi à me convaincre que c'était moi qui déclenchais le tonnerre lorsque je faisais quelque chose qui déplaisait à Dieu. [...]
Joseph m'avait parlé de l'enfer. L'endroit où finissaient les pécheurs. Un lieu de punitions et de tortures incessantes et éternelles, peuplé de démons et de dragons, avec à sa tête le diable lui-même. La damnation éternelle. Des lacs de feu. Une fournaise. Un feu inextinguible. Du feu, du feu, du feu. Je vivais dans la crainte du feu.
(p. 143-144)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ZilizZiliz   13 juin 2016
[...] cette question me taraude. Et si Zoe n'avait pas été fille unique ? Les repas de famille auraient-ils été comme celui-ci - tendus et gênés, uniquement troublés par le bruit des mastications - ou au contraire animés et exubérants avec tirages de cheveux et blagues idiotes, insultes et chamailleries, n'importe quoi plutôt que le silence que notre seule enfant a adopté comme mode d'expression ? [A douze ans] Zoe incarne vraiment tous ces stéréotypes attribués aux enfants uniques - considérés comme solitaires, égoïstes et mal dans leur peau [...].
(p. 136)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
iris29iris29   15 mai 2016
Ma mère adorait le thé . Surtout le thé vert . Des effluves de la boisson de Mme Flores viennent me chatouiller les narines , et aussitôt la voix de ma mère me revient en mémoire , affirmant que le thé vert protégeait du cancer, des maladies cardiaques et de la vieillesse .
Dommage qu'il n'ait pas eu également le pouvoir d'empêcher la Bluebird de sortir de la route .
Commenter  J’apprécie          210
jeunejanejeunejane   21 décembre 2017
J'étais heureuse dans notre maison en préfabriqué, à côté d'Ollagala, et malgré tous ces "un jour" de ma mère , je ne voulais pas que les choses changent. Elle avait coutume de dire : " Nous n'avons pas grand-chose, mais au moins nous sommes ensemble."
Et puis, un jour, même ça a disparu.
Commenter  J’apprécie          260
iris29iris29   15 mai 2016
Plus de trois millions de plaintes pour mauvais traitement à enfants sont ainsi déposées chaque année par des professeurs, autorités locales , amis de la famille, voisins ou à la suite d'inévitables appels anonymes auprès des services de l'enfance . Les termes "mauvais traitements" recouvrent des atteintes physiques - ecchymoses et fractures, plaies nécessitant des sutures , atteintes à la moelle épinière, au cerveau , au cou, brûlures au troisième degré et ainsi de suite .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Mary Kubica (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mary Kubica
Après le décès de sa mère, Eden, Jessica Sloane essaye de reconstruire sa vie. Elle loue un nouvel appartement, s?inscrit à la fac. Mais lorsque l?université l?informe que son numéro de sécurité sociale n?est apparemment pas valide et correspond à une autre Jessie Sloane, toutes ses certitudes volent en éclats. Pire : lorsqu?elle fouille dans les papiers d?Eden, elle se rend compte que celle-ci ne l?a jamais déclarée à charge dans ses revenus? Les jours passent et le mystère ne fait que s?épaissir, aggravé par l?insomnie chronique dont souffre Jessie. Entre l?épuisement et le deuil, sans carte d?identité ni compte en banque, elle commence à perdre pied. Pourquoi sa mère lui a-t-elle caché qui elle était ? Pourquoi a-t-elle toujours refusé de lui parler de son père ? Toute sa vie n?est-elle qu?un terrible mensonge ?
Traduit de l?anglais (États-Unis) par Laure Manceau
A la tombée du jour, de Mary Kubica - Suspense - HarperCollins Noir https://www.harpercollins.fr/livre/11926/harpercollins-noir/a-la-tombee-du-jour
+ Lire la suite
autres livres classés : sans-abrisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr






Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'inconnue du quai" de Mary Kubica.

Qui est Graham ?

un professeur de Zoé
le voisin de Zoé
un ami d'école de Zoé

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : L'inconnue du quai de Mary KubicaCréer un quiz sur ce livre
.. ..