AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9781674283470
165 pages
Auto édition (15/12/2019)
3.98/5   26 notes
Résumé :
Qu’en est-il lorsque notre pire ennemi est notre propre psychisme ? Qu’en est-il lorsque l’on doit se battre contre un cerveau d’autant plus cruel qu’il sait parfaitement comment jouer avec nos failles ?
Un imbécile qui rêve d’être intelligent, un psychiatre plus dangereux que ses propres patients, un écrivain alcoolique en manque d’inspiration, un homme dont l’unique finalité est d’être malheureux, une main qui propose un pacte à un homme désespéré… et bien ... >Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten
Que lire après Immersion dans un cerveau maladeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 26 notes
5
8 avis
4
9 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
12 histoires comme les 12 coups de minuit, avant que le loup-garou ou qu'un « Ça » arrive pour venir ricaner, de tous ses crocs, au-dessus de votre lit.
Douze histoires qui vous accrochent, vous entrainent et vous engloutissent dans le fond d'un cerveau de malades et de psychopathes.


Moi, je m'en suis sorti indemne, je n'sais toujours pas comment…
Bien que cette nuit j'ai encore hurlé. J'étais en sueur.
J'ai vu une mouche avec la tête d'un ours ou je ne sais plus, un ours avec une tête de mouche prisonnier d'une gigantesque toile d'araignée.


Elles me reviennent les histoires de K. étranges, sordides, lugubres.

Cette Angélique qui est loin d'être une Marquise des anges, et qui est plus près d'une folle obsessionnelle.
Une angoissée qui craint que sa fille soit toujours exposée à des dangers irréels et permanents.
Mais c'est peut-être elle le danger !!?


Qui est le plus effrayant des deux ; Joya ou son mari Adam ?
Tous les deux font de la danse de haut niveau.
Mais qui des deux effectue le mieux la Danse de Saint Guy ?


Il est timide, il b..b..bégaye et un matin, la plus jolie fille du monde vient s..s'asseoir près de lui. Elle lui sourit, il n'a pas su lui répondre.
Alors, dépité il reste dans la pénombre, à se refaire d..dans sa tête, mille scénarios d..différents sur cette rencontre.
Je suis un p..peu comme lui. Hier soir m'est apparue dans ma chambre Ké..Kate Winslet.
j'vous jure que c'est vrai !
Elle m'a souri…
Je n'vous parle p..pas de notre nuit…!


Bobby par-ci, bobby par-là ! Ahahah !
Le monde cruel des intelligents se moquent de ce niais, de ce simple d'esprit.
Bobby souffrant de ces moqueries, qui se cherche un autre cerveau pour ressembler à ses camarades qui le martyrisent.
Bobby qui veut penser, qui veut savoir, qui veut apprendre pour devenir lui-aussi intelligent.
Bobby qui va perdre la tête…


Allez garçon une dernière historiette, bien glauque !

Denis est un écrivain dont ses livres se vendent bien. Mais soudain c'est le vertige de la page blanche. C'est la catastrophe pour lui. Alors pour trouver son inspiration, Denis se met à boire et encore à boire. Denis va passer son temps à dormir et à boire.
Viendra le temps des rencontres avec un magicien, sa voisine, le marchand de savon et cette admiratrice fanatique.
Sont-ils des êtres réels ou des fantômes sortis des vapeurs d'alcool ?
**

Une serveuse vêtue d'une blouse blanche s'avance vers moi, avec un plateau.
C'est sûrement pour m'apporter mon double Schnaps-whisky que j'ai commandé au bar.

-« Monsieur Alain Damotte, mais que faites-vous en haut de cet escabeau ? »

-« Mais Ginette, (les serveuses s'appellent souvent « Ginette »), je grimpe les échelons, car J'aime prendre les gens de haut. Cela me rend puissant ! »

-« Ne faites pas l'enfant, M. Damotte, redescendez prendre vos médicaments. Vos amis Valium et Tercian vont attendent. »'

Commenter  J’apprécie          1611
Le résumé m'avait pourtant prévenu "vous risquez de ne pas en sortir indemne". D'habitude ce genre d'allégation est exagéré, mais là, l'avertissement est réellement à prendre en compte. J'ai mis 24h à me remettre du "choc", rien que pour ça, j'ai trouvé le livre vraiment malsain. Mais... c'est super bien écrit! Petite comparaison avec Stephen King, il est est moins doué, fluide, que ce soit dans l'écriture ou le climat horrifique.
A l'avenir, je ne veux plus lire ce genre de livre d'horreur, mais là j'ai tout lu d'un coup, entraîné par le style. Ce n'est qu'après-coup que ça m'a un peu retourné. Les histoires sont biens. Trop courtes pour être ennuyantes. D'ailleurs je crois que même si elles étaient longues on ne s'ennuierait pas non-plus.
Ces histoires un peu fantastiques, un peu humoristiques, toujours horrifiques, on su capter ma sensibilité de lecteur chevronné. Comme je l'ai dis à l'auteur dans un message privé, en ayant lu le début seulement: "Vous écrivez divinement bien!" Me voilà donc partagé entre la virtuosité de l'auteur et la violence gratuite de l'oeuvre.
Parlons maintenant du contenu du livre, partagé en douze histoires.
1)"Joe" est l'histoire la plus "gentille" du recueil, notamment parce qu'elle ne met pas en scène le monstre humain. C'est plutôt l'environnement ici qui créé le mal être. Je vous laisse découvrir... C'est peut-être la meilleur histoire du recueil car la moins violente.
2)"Angelique" raconte la phobie maternelle d'une mère qui craint de faire du mal à son enfant, la pirouette presque drôle c'est qu'elle lui fera peut-être du mal par crainte de lui en faire, ce qui est quand même à mourir de rire !! D'ailleurs dans l'histoire 7 un personnage meurt de rire, à une très bonne blague, j'ai ri, j'ai eu peur, j'ai arrêté de rire. Cette histoire "Angélique" est terrorisante pour les mères de bambins, mais je n'étais pas le publique ciblé. Là aussi je ne tiens pas à tout vous révéler.
En 3, "Scénarios". On a vraiment envie de secouer le héros, de le sortir de sa propre connerie. J'ai été un peu comme lui dans mon adolescence, mais pas autant dieu merci. Là aussi la fin est particulièrement horrible.... de quoi dégoûter toutes les nanas à sourire aux garçons bizarres (Aïe... Je suis un garçon bizarre).
En 4, "dernière révérence" joue sur la peur de l'abandon, le mensonge au sein du couple, c'est une histoire plutôt sympa mais elle a bien sûr son côté horrifique.
En 5, "Bobby" le voleur de cerveaux. La violence de cette histoire est de moindre mesure puis que les entre guillemets "changement de cerveau" sont tellement déconnectés de la réalité. En 6, "Malheur" nous décrit la peur absurde d'être malheureux ce qui conduit le personnage à tout faire pour ne pas être heureux tellement il a peur de "la chute", là aussi la fin est tragique.
En 7, "l'écrivain et le petit bonhomme" bien que ce soit plutôt un "fat guy" mais ça devait sonner trop glossophobe, lol...est une des histoires qui m'a le plus parlés car c'est la mise en abime d'un auteur, et pour une fois, la fin n'est pas malheureuse (Hallelujah!!). On reste sur la fin, par contre...
En 8, "Signes" reprends un peu les codes du "Nombre 23" comme par exemple le chiffre 6 et bien d'autres signes qui affolent le protagoniste, le faisant causer sa propre perte.
En 9, "Le Croque-Mort" est une histoire totalement hurluberlue aha cette histoire était plutôt drôle tellement c'était éloigné de la réalité.
L'histoire10, "Albert" est aussi très saugrenue, pour le coup je la place dans "les histoires qui dérangent" car elle parle vraiment de sujets très sérieux comme la mort ou la folie, en plein coeur de l'action.
En 11, "La main" est là aussi plutôt gore, Chapitre horrible... A l'image dans la tête volante dans 9 crimes de Damien Rice. Il s'agit d'une main sans corps, sans plaies et qui tue des gens... le héro a il inventé tout cela dans son cerveau dérangé, ou est-ce réel ?! Ce climat propice à l'angoisse déjà bien installée pour le chapitre de l'horreur finale.
Pourquoi 12 "Le Psy" m'a choqué? Tout d'abord parce que je vois un psy IRL, depuis tout gamin, plein de psys différents, des dizaines, et pour moi c'est devenu une figure protectrice. Je ne vous dévoilerais pas toute l'intrigue, mais le chapitre va jusqu'à parler des ténèbres et d'homicides. C'est extrême.
En conclusion c'est un bon livre, juste certaines histoires peuvent être dangereuses pour vous si vous avez des complexes liés aux sujets comme pour pour le psy ou comme une jeune mère avec "Angélique". Les trois dernières histoires sont à mes yeux les plus dérangeantes, peut-être je recommanderais aux plus sensibles de ne lire que les 9 premiers.
J'aurais pu mettre 5 sur 5 pour son style d'écriture, mais un point en moins pour le too much dans le macabre...
Lien : https://allmylinks.com/charl..
Commenter  J’apprécie          60
Russe! Voilà le qualificatif qui me vient après la lecture de ce recueil de nouvelles. Il y a quelque chose de russe dans l l'écriture de K., de désespéré, d'ironique et d'addictif.

Écrire une nouvelle de qualité est un exercice difficile. Contrairement à ce que peut laisser croire, la forme brève, ce n'est pas juste une histoire ou un mini-roman. La nouvelle est un genre extrêmement contraint. Il faut créer, en quelques pages, un univers complet, une ambiance, élaborer un personnage central dans son entourage, avec ses particularités, ses problématiques, sa psychologie qui doit se réduire à un trait principal sans devenir caricaturale. Il faut aussi, et surtout, un retournement qui laisse le lecteur pantois, le tout avec une économie de mots et d'effets tout à fait avaricieuse !
Et bien K y parvient avec maestria.

Je ne m'attendais pas à être accaparée toute une soirée par ces 12 nouvelles toutes meilleures les unes que les autres. Oui parce qu'à chaque chute, j'ai pensé " aaah! C'est celle-ci ma préférée ! "

Le cadre hyperréaliste est bien maîtrisé et fait d'autant mieux ressortir l'atypicité du personnage.

"La main", " le croque-mort" ou "Albert" font penser à du Gogol ( d'où le russe introductif)
"La dernière révérence", "Malheur" rappellent Maupassant. " Signes", "L'écrivain et le petit bonhomme" à Poe ou à King.
Quoiqu'il en soit, si on sent chez K. la grande lectrice et des influences fameuses, elle a son style bien à elle et c'est un régal.

Sa maîtrise de la maladie mentale est magistrale et inquiétante.
Cette immersion dans un cerveau malade porte bien son titre et nous divertit autant qu'elle nous instruit et nous questionne sur les troubles de la psychologie humaine.

Je recommande +++ pour une lecture immersive et jouissive.
Commenter  J’apprécie          30
Il s'agit d'un recueil de nouvelles comportant 12 histoires. Des histoires dérangeantes et terrifiantes qui mettent en avant des troubles psychologiques. Il est toujours difficile d'instaurer une certaine ambiance en si peu de pages mais l'autrice à totalement réussit le pari ! À chaque fois que je terminais une nouvelle, je lachais spontanément un "Oh pu****!", preuve que l'histoire a su me captiver et me surprendre !

Entre un idiot voleur de cerveau, un psy plus dangereux que ses patients et un couple empli de jalousie, K. nous embarque dans des histoires fascinantes et addictives. Ces récits étant très courts, je ne vous ferais pas de résumés de chacuns car je risquerais de vous spoiler, mais croyez-moi, ils sont tous excellents ! K. déborde d'imagination et j'ai adoré sa façon d'écrire !

Le plus effrayant dans ce recueil, c'est que je me suis reconnue dans certaines situations (par exemple, le fait que j'ai peur de tout depuis que je suis maman, ou le fait que je ne suis pas sociable et que j'ai du mal à aller vers les autres). Bien entendu, K. va plus loin que cela. Elle se base sur des sentiments normaux (peur pour la sécurité de son enfant, fascination morbide pour la mort, isolement sociale, manque de confiance en soi...) pour en faire des histoires fantastiques et macabres. Et c'est ce que je trouve super intéressant !

J'ai adoré chacunes de ces nouvelles donc il est difficile pour moi de vous dire quelle est ma préférée. Mais si je devais n'en choisir qu'une, ce serait Angélique, qui m'a vraiment bouleversée ! Une histoire à la fois horrible et touchante. Mon petit coeur de maman en est encore tout chamboulée !

Un ouvrage à lire absolument !
Commenter  J’apprécie          20
IMMERSION DANS UN CERVEAU MALADE

de Sam Kujo ou K.

162 pages / auto-édition

Lorsque notre cerveau est atteint de conviction délirantes, d'hallucinations, persuadé que la vie n'est que mensonge, cela entraîne bien souvent des dommages psychologiques incurables.

Ces idées reçues qui nous trompent.
Ces fausses croyances qui sont légion et souvent tenaces.
Certains sont mêmes prêts à se donner la mort pour elles.

Douzes nouvelles fantastiques et horrifiques, d'une qualité égale qui reflètent le côté sombre de la moindre banalité d'un quotidien bien ancré, notamment par ses faits divers, avec une dose d'étrangeté.

Un imbécile qui rêve d'être intelligent.
Un psychiatre plus dangereux que ses propres patients.
Un écrivain alcoolique en manque d'inspiration.
Un homme dont l'unique finalité est d'être malheureux.

Réunir des nouvelles dans un recueil comme celui-ci n'est pas un exercice facile, ces dernières doivent mettre mal à l'aise, être angoissantes, flippantes.

Quoiqu'il en soit, j'aime laisser mon imagination errer dans les endroits sombres et épeurants.

J'ai beaucoup aimé, une lecture pour sociopathe en devenir.

Il n'est pas sûr que vous en sortiez indemne...

Bravo.

Merci.

#recueildenouvelles #angoisse #samkujo
#esprittorturé #cerveauetpsycho #psychologie #maletre #livreshorreur
#livrestagram #bookstagram #fyp #booktok #pourtoi #audehorrorbooks #horrorbooks
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Les chats ne faisaient jamais semblant : s'ils voulaient vous ignorer, alors ils vous ignorait, sans aucune vergogne, quand bien même vous étiez celui qui le nourrissait. ils se servaient de vous sans rien vous donner en échange, et ce sans aucune gêne.
Les chats ne cherchaient pas à être mignon ou a vous plaire. Pourtant, tout le monde les admirait. Peut-être était-ce même là l'essence de leur charme : leur indifférence nous attirait.
Commenter  J’apprécie          10
Elle pensait donc que je n'étais pas digne de respect ? Elle s'était certainement dit : "je vais utiliser ce garçon minable, on dirait un petit chien, il est prêt à tout pour moi, une distraction en attendant de trouver un vrai mec."
Commenter  J’apprécie          20
Pas même un regard, je n'existais plus. Elle avait tiré la chasse d'eau et avait fait disparaître celui qu'elle considérait comme sa merde.
Commenter  J’apprécie          40
Ce fut le cas la première fois. La première fois que j’assouvis ces pulsions. La première fois que je tuai.
Commenter  J’apprécie          40
Plaire à tout le monde c'est plaire à n'importe qui.
Commenter  J’apprécie          83

autres livres classés : horreurVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs (43) Voir plus



Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
962 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

{* *}