AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de claudia_tros_cool


claudia_tros_cool
  27 octobre 2012
L'insoutenable légèreté de l'être est un titre qui attire. le titre oxymorique prend toute son importance au fil du roman.
Comment parler d'un livre qui a été un coup de coeur, tout en essayant de rester objective ? Je crois que c'est une chose impossible.

Ce livre m'est tombé dans les mains au moment ou j'en avais le plus besoin, il fut pour moi comme une thérapie, il m'a aidé a mettre un mot sur ce que je ressentais et a comprendre ce qu'était l'amour dans certains cas.
Je suis rentrée dans l'histoire des les premières pages pour ne jamais en sortir , seulement quand il le fallait. Jamais des personnages ne m'ont semblé si vrai, si crédible, si profond. Kundera donne sa propre définition de l'amour tout en essayant d'argumenter ses propos par des exemples, en citant des philosophes ( notamment Nietzsche des les début ) et c'est incroyable parce qu'il arrive a mettre des mots sur nos sensations vécues ou pas. Certains passages m'ont beaucoup émus, je ne compte plus les pages cornés pour en retenir les passages. Je me suis senti très proche des personnages et quelque part, je me suis peut être un peu identifiée a Tereza.
L'insoutenable légèreté de l'être est-il simplement un livre d'amour ?
Non bien que l'amour y prenne une grande place, il y a de la politique notamment avec les passage assez puissant qui définissent le Kitsh, le contexte spatio-temporelle est aussi bien choisit : la période du communisme et de L'URSS, Kundera en profite pour attaquer le communisme et la censure qu'il suggérait.
Ce livre est bourré de réflexion sur la vie et quand on en capte l'essence, cette histoire peut marquer le lecteur au point d'y laisser une trace dans sa vie, je pense que c'est mon cas.

L'histoire d'amour de Tomas et Tereza est la plus bouleversante et la plus belle que j'ai lu jusque la. Elle nous apprend qu'il ne suffit pas d'aimer quelqu'un pour être heureux, au contraire, on peut souffrir d'aimer une personne et on peut la faire souffrir sans le vouloir, parce qu'au fond, bien qu'on aime la personne, on ne change jamais vraiment. Tel est le cas de Tomas qui ne cessera de faire souffrir Tereza avec son infidélité, sa nature libertine qui veut posséder les femmes mais qui n'en aime qu'une. Tereza de son côté, est esclave de sa passion.
Kundera sépare l'amour physique et l'amour de l'âme qui est aussi au coeur de cette histoire.
Aussi il y a l'idée de totale et immuable incompréhension entre deux personnes qui s'aiment, qui peut a la longue, être le frein a toute relation ( voir le petit lexique des mots incompris ) représenté par Franz et Sabina.
Dans chaque vie on trouve la légèreté et l'apesanteur, mais qu'est-ce que la légèreté ? Qu'est-ce que la pesanteur ? Qu'est-ce qui est négatif et qu'est-ce qui est positif ?

Un livre puissant dont les phrases ont en quelques sortes marquées ma mémoire de lectrice à jamais, je remercie la personne qui m'a conseillé. J'aimerais dire que c'est un chef d'oeuvre et une magnifique première lecture de Kundera, de qui j'aimerais lire d'autres livres.
Commenter  J’apprécie          822



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (56)voir plus