AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782505082569
200 pages
Kana (22/11/2019)
3.52/5   22 notes
Résumé :
Au travers du portrait de sa maman, Li Kunwu nous conte l'histoire d'une Chine qui n'est plus. Celle de la période pré révolutionnaire. Et si la spécificité de la révolution chinoise tient à sa dimension paysanne par rapport la révolution ouvrière russe, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi à la lecture de ce nouveau récit. Le décalage entre la vie dans les villes et celle des campagnes est si édifiant qu'on se voit presque plongé en plein moyen-âge.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Fuyating
  29 novembre 2019
Cette bande dessinée est un très bel hommage de Li Kunwu à sa mère, une femme forte au destin particulier. Il nous retrace sa naissance dans une famille paysanne et la chance qu'elle a eu de pouvoir aller à l'école malgré tout. Cette jeune fille avait une volonté de fer et ne rechignait pas à la tâche, elle était très jolie et intelligente, et ne rêvait que de continuer ses études coûte que coûte.
À travers le destin de sa mère, Li Kunwu nous présente l'Histoire de la Chine. Il nous explique dans quelques paragraphes le contexte de l'époque, par exemple la présence des étrangers dans le pays, la haute mortalité infantile, les coutumes (notamment le fait d'envoyer une petite fille dans une autre famille pour qu'elle épouse des années plus tard le fils de la maison etc.)
J'aime beaucoup la couleur du papier, cette impression de papier ancien, ainsi que les couleurs utilisées qui changent des autres bandes dessinées que j'ai pu lire de Li Kunwu. Il utilise ici des nuances de gris qui donne un ton assez doux à l'ensemble. Seul autre couleur : le rouge qui apparaît parfois sur les pommettes de sa mère quand elle rougit.
J'ai donc beaucoup aimé cet hommage touchant et ce destin si particulier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Valentine62
  27 novembre 2020
Découverte de Li Kunwu avec « Ma Maman » magnifique hommage qu'il rend à sa mère, comptant et dessinant sa vie. le trait est superbe, les visages expressifs, les paysages splendides, la couleur mise avec délicatesse, le papier choisi avec soin.
Nous découvrons une enfant, devenue femme accomplie, grâce à un père protecteur, une intelligence vive, un coeur généreux, ayant grandi dans une Chine rurale pauvre quand elle n'est pas en ville dans la famille du seigneur de la guerre qui fait travailler son père, et choisit de lui donner une éducation.
Cependant, la fin me perturbe car elle est à la gloire de la Révolution chinoise de Mao, sans recul critique, sans doute pour prendre le point de vue de sa mère. Mais je ne peux m'empêcher de me rappeler aussi que l'artiste est très actif dans la propagande du Parti. Ce qui l'emporte malgré tout, c'est le ravissement face au dessin et à cette histoire à la fois édifiante et instructive.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LeParisienPresse   15 février 2022
Un mélange entre biographie et témoignage pour l’histoire.
Lire la critique sur le site : LeParisienPresse
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
FuyatingFuyating   29 novembre 2019
Le taux de mortalité infantile était très élevé. Les gens faisaient beaucoup d'enfants par peur de ne pas avoir de soutien économique pour leur vieux jours. Ils espéraient ainsi en garder vivants un sur trois, deux sur cinq, trois ou quatre sur sept ou huit. Ainsi le cercle vicieux se mettait en place. Plus on faisait d'enfants, plus on s'appauvrissait, et plus on devenait pauvre, plus les enfants mourraient et plus on devait en faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
VirginieDoucetVirginieDoucet   27 mars 2022
- Tonton, c’est quoi une infirmière ?
- Comment ? Une infirmière ?
- Une dame étrangère m’a dit il y a quelques jours que je devrais être une infirmière plus tard.
- N’écoute pas les affabulations de ces dames étrangères. Elles connaissent les affaires de leur dieu, mais pas celles des humains.
- C’est quoi leur dieu ?
- Leur dieu, c’est comme les bouddhas dans les temples. Ce sont des divinités faites de boue, de bois et d’herbes.
- Pour quoi faire ?
- Pour escroquer les gens.
- Et une infirmière, c’est aussi pour escroquer les gens ?
- Euh... probablement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NievaNieva   12 octobre 2020
Le gouvernement nationaliste de cette époque n'avait aucune capacité militaire de résistance contre les attaques aériennes. La seule chose qu'il faisait était d'avertir la population de la nécessité de se mettre à l'abri comme elle pouvait.
Lorsque les bombardiers entraient sur le territoire, on hissait une gigantesque lanterne rouge sur un poteau au centre-ville et on déclenchait les sirènes.
À mesure que les bombardiers s'approchaient, les lanternes devenaient plus nombreuses et les sirènes plus fréquentes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NievaNieva   12 octobre 2020
Du premier bombardement de Kunming, le 28 septembre 1938, jusqu'au dernier, le 26 décembre 1944, l'aviation japonaise effectua une centaine d'attaques sur une vingtaine de villes du Yunnan, massacrant des dizaines de milliers de civils, notamment à Kunming.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Video de Li Kunwu (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Li Kunwu
Chine, France, Li Kunwu relie les mondes.
autres livres classés : chineVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2593 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre